1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journée aux sources thermales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Genji Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 138

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Journée aux sources thermales   Mer 2 Sep - 10:38

Ses deux petites sœurs, des jumelles, s'étaient lancées dans la cour à courir avec leurs poupées en riant. Il les observa un moment en buvant son thé, assis sous l'avent de la terrasse qui courait autour de la maison, le dos appuyé contre un des piliers. Comment pouvait-on avoir autant d'énergie dès le matin... Lui-même était incapable d'ouvrir correctement les yeux avant d'avoir bu du thé et mangé un peu. C'était ainsi qu'il avait appris l'art de travailler aux champs à l'aveugle avant le petit-déjeuner avec sa famille, exploit. Il bâilla à s'en décrocher la mâchoire, remarquant à ce moment seulement que sa tante Himako lisait une lettre non loin de lui, en rougissant. Elle avait un fiancé ? Ce devait être la saison. Son oncle Kimmitsu avait aussi ramené une femme de France, de vingt ans de moins que lui. Il comptait sûrement l'épouser, d'ailleurs. Il se frotta les yeux puis porta sa tasse à ses lèvres, savourant le liquide chaud et un peu amer qui coula dans sa gorge. Il ne sera jamais du matin.

Ce n'est qu'une fois bien réveillé qu'il se souvint que, la veille au soir, il avait proposé à Victoire et Adeline de passer une journée aux sources thermales, dans une ville à quelques kilomètres d'ici. Il avait voulu en parler aussi à Solène mais elle était... Disons, occupée. Enfin, avoir un peu de tranquillité avec deux filles de son âge, ça lui convenait parfaitement ! Il en avait assez, en ce moment, cherchant la moindre occasion pour s'échapper, fuir au loin. Ce matin encore, juste après le petit-déjeuner, son père lui avait encore reproché sa mauvaise humeur. Avait-il de quoi être de bonne humeur, au moins ?! Il lui avait balancé qu'il l'expédiait en France ! Genji lâcha un gros soupir rageur en se levant, rentrant pour laver son bol et préparer ses affaires. Et bien sûr, son oncle avait accepté... C'est dans ses moments-là que Genji regrettait profondément d'avoir appris le Français et une ou deux autres langues. Il essuya le bol avec plus de force que nécessaire, sous le regard peiné de sa mère qui tissait dans un coin.

– Tu ne devrais pas en vouloir à ton père, Genji, dit-elle doucement. Il fait ça pour ton bien.

Pour son bien... Ou pour se débarrasser de lui ? Il demandait à voir, cette fois, même s'il n'était pas certain de vouloir connaître la réponse. Il ne répondit pas, se contentant de dire au revoir à sa mère avant de filer à l'appentis. Il y avait donné rendez-vous aux deux filles, pour le départ. Laissant son sac par terre, il vérifia l'état des vélos, en sortant trois pour leur passer un coup de chiffon et vérifier si les pneus étaient bien gonflés. Ils partaient tôt car il y avait quatre kilomètres à faire sur les chemins et routes avant d'arriver aux sources. D'habitude, il les faisait à pieds, mais ici ils pouvaient gagner un petit peu de temps. Il s'accroupit pour regonfler un peu puis ajuster l'axe d'une roue, prenant ce qu'il lui fallait dans l'appentis comme outil. Il n'avait pas neigé, cette nuit, ils auront bon temps au moins. Il se détendit peu à peu, saluant les filles lorsqu'elles arrivèrent.

– Vous pouvez les essayer, pour voir si c'est à votre taille et que tout va bien ? demanda-t-il en leur désignant les bicyclettes.

Il avait baissé les selles mais n'était pas certain que ça aille. Une fois que tout le monde fut prêt, les sacs sanglés sur le dos, ils purent y aller, quittant la maison par le portail principal pour filer sur les chemins. L'air vif du matin acheva de réveiller Genji qui s'autorisa enfin un petit sourire. C'était parti ! Il avait toujours adoré passer du temps aux sources thermales, depuis qu'il était petit enfant, c'était toujours agréable de plonger dans une source bien chaude, puis de se détendre en kimono, s'amuser, lire, discuter. Ça allait sûrement plaire aux deux filles ! Il discuta sur la route avec elles, ayant un peu plus de mal à comprendre les gestes d'Adeline, n'ayant plus utilisé la langue des signes depuis le décès du père Who, au village, il y a cinq ou six ans. Il remarqua qu'Adeline semblait bien musclée, bien plus que lui, elle semblait dans une forme olympique. Victoire était déjà plus "normale", elle avait un regard très particulier.

– Donc vous êtes là parce que vous avez gagnées le tournoi d'arts martiaux qu'organise mon oncle dans votre école, c'est ça ? demanda-t-il après un bref arrêt pour voir si aucune voiture n'arrivait sur la route.

Adeline hocha la tête avec un large sourire. Un tournoi... Connaissant son oncle, Genji se doutait que ses élèves n'avaient aucun intérêt au moindre écart de conduite. Il appuya sur les pédales plus fortement pour s'élancer à nouveau, traversant la grande route pour filer sur un autre chemin de campagne. Il tourna la tête vers Victoire pour voir si elle suivait bien et lui sourit.

– Ça fait longtemps que t'entraînes aux sports de combat ? Tu as déjà remporté d'autres tournois ?

Il ralentit un peu pour se mettre à sa hauteur, afin de ne pas devoir crier pour se faire entendre. Ils étaient presque arrivés, ce n'était pas le moment de perdre le souffle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Journée aux sources thermales   Sam 10 Oct - 17:38

[HJ : Si t’as besoin de réac’, hésite pas ^^]

Cela faisait déjà quelques jours qu’ils étaient arrivés au Japon, et Victoire faisait de gros efforts quant à sa timidité, même si ça ne changeait pas vraiment la gêne qu’elle ressentait à chaque fois qu’elle allait se laver ou… Pour les trucs du genre. Parler en faisait partie, mais elle s’efforçait de se calmer et de réprimer sa timidité, qui était marquée par un bégaiement agaçant. Mais elle faisait de son mieux, en plus de veiller à en apprendre le plus possible sur la coutume et tout ce qui appartenait à ce Pays.

Sans oublier le stresse qu’elle subissait jour après jour face à la possibilité de se tromper dans quoi que ce soit. Et ce fut le soir de la veille que Genji leur avait proposé, à Adeline et elle, d’aller voir les sources thermales. Proposition qu’elle avait acceptée sans difficulté tant l’idée de voir un peu plus du pays était… Attirante. Sans oublier qu’elle ne se souvenait pas d’avoir déjà vu de sources thermales de sa vie… Ce qui lui faisait penser qu’elle devrait sortir plus souvent afin de faire beaucoup plus de visites qu’actuellement.

Elle s’était réveillée tôt parce qu’il fallait faire pas mal de chemin afin d’arriver aux sources… Et puis, elle ne voulait pas prendre le risque d’être en retard… Bon, elle aurait probablement été réveillée par Adeline… Et ce ne fut qu’une fois le déjeuner prit qu’elle se dirigea vers l’appentis, lieu où Genji leur avait donné rendez-vous pour partir. Victoire suivait Adeline et salua Genji lorsqu’elle le vit, répondant à son salut. Elle sourit légèrement en même temps.

-Genji- Vous pouvez les essayer, pour voir si c'est à votre taille et que tout va bien ? demanda-t-il en leur désignant les bicyclettes.

Victoire essaya l’une des bicyclettes et la trouva un peu basse, elle le lui dit timidement et une fois la selle à son niveau, elle posa son sac sur ses épaules et le boucla de manière à ce qu’il ne tombe pas non plus. Et une fois que tout le monde fut prêt, ils prirent la route ensemble. Passant par le portail du domaine des Nakajima pour se retrouver sur le chemin de terre. Marquant ainsi leur départ vers les sources. Elle eut du mal à avancer au même rythme qu’eux, mais trouva très rapidement son propre rythme, avançant à allure modérée tandis qu’ils discutaient, veillant quand même à ce qu’elle ne pas aller trop lentement, inspirant et expirant en rythme. Elle sentait le vent contre son visage et sourit.

-Genji- Donc vous êtes là parce que vous avez gagnées le tournoi d'arts martiaux qu'organise mon oncle dans votre école, c'est ça ? demanda-t-il après un bref arrêt pour voir si aucune voiture n'arrivait sur la route.

Victoire vit son amie hocher la tête et n’ajouta rien de plus. Elle n’en revenait toujours pas d’avoir gagné ce tournoi. Qu’Adeline ait gagné, c’était normal. Mais… Elle ? Elle se perdit un bref moment dans ses pensées, perdant un peu de vitesse tout en reprenant son souffle, appuyant sur la pédale de sa bicyclette afin de ne pas être trop loin d’eux tandis qu’elle vit Genji tourner la tête dans sa direction avant de sourire.

-Genji- Ça fait longtemps que t'entraînes aux sports de combat ? Tu as déjà remporté d'autres tournois ?

Euh… Longtemps ? Depuis le début de l’année… Et elle n’avait jamais remporté d’autres tournois. En plus, elle ne voyait pas ce qu’elle avait fait de spécial. Elle avait même été battue pas Laura, alors qu’elle était beaucoup plus petite qu’elle. Après… Elle n’avait pas cessé de penser à l’absence de ses parents et s’était perturbée pour ça, sans oublier sa peur de la blesser… Genji avait ralenti et se retrouva à côté d’elle tandis qu’elle était gênée face à la réponse qu’elle avait à dire.

-J’ai commencé les cours d’Arts martiaux cette année, et encore, je suis arrivée au milieu de l’année. Quant au fait que j’ai également remporté le concours… Je ne sais pas pourquoi, je ne comprends pas vraiment… Je n’ai… rien fait de spécial, elle posa son regard sur Genji, puis sur la route, avant de reprendre la parole. Justement, je… Je ne pensais pas gagner. Je ne l’imaginais même pas. Pour moi j’avais perdu. Clairement et simplement, parce que j’ai échoué au duel.

Elle sourit puis reprit précipitamment la parole, voulant éviter le plus possible tout malentendu :

-Mais ça ne veut pas dire que je ne suis pas contente d’être ici ! C’est simplement une agréable surprise. Je suis très heureuse de faire ce voyage, parce que… Je n’aurais jamais pris la peine de venir par mes propres moyens… Et que ça me permet de découvrir un pays, autre que la France.

Elle posa son regard sur lui, laissant un silence s’installer avant d’hésiter de lui poser une question, ayant remarqué, depuis qu’elles étaient ici, qu’il avait tendance à râler, bien qu’elle ne comprenait pas bien pourquoi. Elle se mordit la lèvre, craignant de le vexer ou le blesser par ces questions.

-Dis-moi ? Pourquoi est-ce que tu sembles aussi mal à l’aise ? Enfin... Je veux dire que ta famille est accueillante, alors que… Enfin, tu n’es pas obligé de répondre si ça te gêne. Mais… Je me demandais juste…
Revenir en haut Aller en bas
Genji Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 138

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Journée aux sources thermales   Ven 23 Oct - 12:47

Victoire avait l’air vraiment timide, quand même… D’accord, il ne la connaissait pas assez pour juger comme ça, mais c’était son air, sa façon de parler, on dirait vraiment qu’elle vivait assise sur une bombe sur le point d’exploser. Il pédala plus doucement pour rester à sa hauteur, surveillant aussi le chemin pour ne pas se prendre ne pierre et faire un vol plané qui l’enverrait dans les ronces. S’il rentrait blessé, son père allait encore lui faire une scène, comme quoi il ne faisait jamais attention, qu’il n’était plus attentif, qu’il pourrait se blesser gravement un jour, que s’il prenait un minimum garde ce genre de choses n’arriverait plus, etc. Enfin soit… Il se calma en inspirant profondément l’air frais, jetant des regards autour de lui pour voir les champs qui s’étendaient de part et d’autre du chemin, puis al ville où ils se rendaient, qu’on pouvait apercevoir au loin. S’ils partaient en fin d’après-midi, ils pourront rentrer tranquillement et à l’heure, aucun risque de se faire disputer. Il savait très bien que ses parents le surveillaient, en ce moment, comme il partait souvent.

– J’ai commencé les cours d’Arts martiaux cette année, et encore, je suis arrivée au milieu de l’année. Quant au fait que j’ai également remporté le concours… Je ne sais pas pourquoi, je ne comprends pas vraiment… Je n’ai… rien fait de spécial, elle posa son regard sur Genji, puis sur la route, avant de reprendre la parole. Justement, je… Je ne pensais pas gagner. Je ne l’imaginais même pas. Pour moi j’avais perdu. Clairement et simplement, parce que j’ai échoué au duel.

Elle avait quand même dû faire un truc très bien ! Non ? Sinon, elle n’aurait pas gagné, peut-être avait-elle beaucoup progressé en peu de temps ou maîtriser des techniques difficiles, il ne savait pas, lui. Ce qui comptait le plus, c’était l’effort fourni, et la concentration, aussi. Il fit un écart sur le chemin pour éviter un énorme nid-de-poule, pédalant ensuite un poil plus vite pour rattraper les filles. Au passage, il jeta un coup d’œil à Adeline, toujours soufflé de la voir bien musclée et semblant dans une forme olympique. Soit elle faisait deux ou trois heures de sport chaque jour, soit il avait vraiment loupé un gros détail sur les études en France. Ici, ils faisaient du sport tous les jours, oui, mais c’était de la gym ou du foot, au moins vingt minutes, rien de très conséquent.

– Mais ça ne veut pas dire que je ne suis pas contente d’être ici ! C’est simplement une agréable surprise. Je suis très heureuse de faire ce voyage, parce que… Je n’aurais jamais pris la peine de venir par mes propres moyens… Et que ça me permet de découvrir un pays, autre que la France.

Genji lui rendit un petit sourire, s’arrêtant une minute à une autre intersection avant d’appuyer sur les pédales et avancer. Jetant un coup d’œil derrière eux, il aperçut les collines qui entouraient leurs champs, la maison, celles des voisins, au loin. Il y avait beaucoup de petits lacs et d’étangs, dans le coin, il partait parfois pêcher avec ses petites sœurs le dimanche matin. Ils ramassaient des grenouilles, attrapaient de petits poissons, ou jouaient dans les hautes herbes en cueillant des plantes et des bulbes dans les berges pour faire des soupes. Genji nageait avec autant d’élégance qu’une casserole en fonte jetée au milieu d’un lac mais il aimait bien rester au bord de l’eau pour lire, s’amuser ou juste se détendre. Quand il faisait chaud, il se rendait souvent au lac près de chez lui ou à la rivière Tao, qui y prenait sa source. Pour rester seul, de temps en temps, évacuer la tension, ne plus penser aux disputes avec sa famille. Il en avait assez, tout simplement.

– Dis-moi ? Pourquoi est-ce que tu sembles aussi mal à l’aise ? Enfin... Je veux dire que ta famille est accueillante, alors que… Enfin, tu n’es pas obligé de répondre si ça te gêne. Mais… Je me demandais juste…

– Heu… dit-il, pris de court par la question. C’est… La crise d’adolescence, on pourrait dire… Enfin, c’est plus compliqué que ça.

Il lui fit un petit sourire, ne sachant pas vraiment comment expliquer ça. L’année dernière, il avait beaucoup travaillé sur son don avec un professeur du village car il avait évolué et lui donnait des soucis. Il avait commencé à s’interroger sur son avenir, sur ce qu’il pourrait faire de son élément, s’était imaginé rester dans la maison familiale, la route quotidienne, se marier, avoir des enfants, une vie si cadrée, si prévisible, si… L’angoisse était venue peu à peu, il ignorait ce qu’il voulait devenir et avait l’impression d’être « coincé » dans un style de vie, il n’arrivait pas à imaginer autre chose, il avait envie d’un ailleurs mais ignorait comment y parvenir. Il ignorait ce qu’il pourrait devenir ne fois adulte, le métier, tout cela. Il n’avait pas réussi à en parler à son père, ni à personne, se renfermant peu à peu sur lui-même avec l’impression d’étouffer. Puis les disputes étaient venues, de plus en plus fortes et fréquentes. La pensée qu’il n’avait peut-être simplement pas sa place ici, qu’il n’était pas un fils assez bien pour son père, parce qu’il n’arrivait pas à renter dans le moule.

– Je ne sais pas, je cherche ma place, encore, reprit-il. Et comme je suis assez indiscipliné, je me dispute souvent avec mes parents, en ce moment, mais bon, ça va passer.

Ou pas… Il ne dit plus grand-chose jusqu’à arriver aux bains. Ils laissèrent les vélos dans un petit garage à côté puis se rendirent à l’accueil, pour payer à la journée. On leur fournit des kimonos et des chaussons, ainsi qu’un nécessaire de bain, avant de leur indiquer un petit salon où ils déjeuneront le midi, où ils allaient aussi se changer et déposer leurs affaires. Genji ouvrit la fenêtre, montrant aux filles les différents bains. Il désigna une immense barrière en bambou, de trois mètres de haut.

– C’est pour séparer les sources des hommes et des femmes, mais on pourra quand se parler, si on parle un peu plus fort. L’eau est vraiment très chaude, même si c’est en plein air, on dit qu’elle a des vertus curatives. Si vous vous sentez mal, sortez une minute de l’eau, d’accord ? Vous êtes prêtes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adeline Brian
Lycéenne
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 82

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Journée aux sources thermales   Lun 7 Déc - 13:47

– Dis-moi ? Pourquoi est-ce que tu sembles aussi mal à l’aise ? Enfin... Je veux dire que ta famille est accueillante, alors que… Enfin, tu n’es pas obligé de répondre si ça te gêne. Mais… Je me demandais juste…

– Heu… dit-il, pris de court par la question. C’est… La crise d’adolescence, on pourrait dire… Enfin, c’est plus compliqué que ça.

C'était pareil pour beaucoup, à leur âge. On se cherchait, on testait les limites, on réfléchissait à l'avenir et on essayait e trouver sa place. Adeline ne le connaissait pas beaucoup mais il avait l'air gentil et attentif, elle était sûre qu'il allait s'en sortir. Contournant une grosse pierre sur le chemin, elle appuya plus fortement sur les pédales pour ne pas se laisser distancer, sa queue-de-cheval frappant parfois sa nuque lors des descentes et des virages un peu brusques. Être dehors restait plus amusant et vivifiant qu'être assis sur les bancs d'une école à écouter des cours dont la plupart ne nous intéressaient pas. Ici, dans un pays étranger, plongé au cœur d'une culture si différente de la sienne, elle se sentait si vivante et heureuse. Respirer un air pur, n'avoir à se soucier de rien, s'essayer avec plus ou moins de bonheur de se faire comprendre. La famille de leur prof n'était guère à l'aise avec la langue des signes alors Adeline se faisait comprendre avec des gestes simples, parfois des petits dessins. La veille, au soir, elle avait passé plus de deux heures à dessiner ainsi avec les petites surs de Genji, créant toute un conte avec des crayons de bois et de couleur, de l'encre, de la pastel. Activité qui lui avait permis de retrouver son âme d'enfant, même si on pouvait s'étonner de voir une grande comme elle s'amuser à ça. Adeline adorait les enfants, depuis toujours, pouvoir jouer avec eux la ravissait toujours autant. Si elle avait des enfants un jour, elle voudra garder du temps pour les éveiller et les faire jouer.

– Je ne sais pas, je cherche ma place, encore, reprit-il. Et comme je suis assez indiscipliné, je me dispute souvent avec mes parents, en ce moment, mais bon, ça va passer.

Sûrement, il ne devrait pas s'en faire. La conversation s'essouffla en se rapprochant des termes, les côtes se faisant plus dures et imposant de garder une certaine concentration pour ne pas se ramasser à cause des nombreux nids-de-poule. Adeline manqua bien de finir le nez par terre lorsqu'un écureuil bondit tout à coup pour traverser le chemin, l'esquivant de justesse et manquant de trébucher, avant de se reprendre et de rattraper les deux autres. Les bains apparurent peu de temps après. C'était de longs bâtiments, sur une vaste surface, avec des toits noirs en pente, de hauts murs de pierre surmontés de tuiles rouges et des jardins, qu'ils pouvaient apercevoir. Des nuages épais de vapeur s'élevait au dessus des murs, venant sans aucun doute des sources. Le tout lui rappelait un peu les thermes d'Auvergne, même si l'ambiance ici était très différente. Un large sourire se peignit sur ses lèvres lorsqu'ils arrivèrent au grand portail de bois, allant attacher leurs vélos sous un appentis. Une jeune femme en yukata les accueillit avec une grande politesse, les faisant payer avant de leur fournir des kimonos bleus ciel, un nécessaire de bain et des serviettes, avec une paire de chaussons à chacun. Elle les accompagna à une sorte de salon privé, dans le plus pur style traditionnel Japonais. Adeline déposa ses affaires, curieuse de tout, même de la décoration. Genji ouvrit en grand la fenêtre, les laissant voir un jardin semblant sorti d'un conte de fées, avec des sources chaudes, puis une grande barrière en bambou d'au moins trois mètres de haut. Voilà qui valait bien la peine de ce long chemin à vélo.

– C’est pour séparer les sources des hommes et des femmes, mais on pourra quand se parler, si on parle un peu plus fort. L’eau est vraiment très chaude, même si c’est en plein air, on dit qu’elle a des vertus curatives. Si vous vous sentez mal, sortez une minute de l’eau, d’accord ? Vous êtes prêtes ?

La jeune lycéenne hocha aussitôt la tête, souriante. Chacun alla se changer derrière un des paravents de la pièce. Ils devaient se mettre nus mais avaient le droit d'entrer dans la source en restant enroulé dans une des serviettes blanches, qui remplaçaient les maillots de bain. Genji sortit le premier, partant derrière la barrière, dans la partie réservée aux hommes. Attendant Victoire, Adeline accrocha avec soin la serviette autour de sa poitrine, le tissu blanc et doux lui arrivant un peu au-dessus des genoux. Dès que Victoire fut prête, elle lui fit signe de venir, avançant jusqu'à une des sources. S'accroupissant au bord, Adeline y trempa un pied prudent, sursautant un peu en sentant la température de l'eau. C'était vraiment brûlant, difficile d'admettre que cette eau venait des profondeurs. S'y glissant doucement, son souffle fit un petit bond, hochant la tête pour encourager Victoire à suivre. S'asseyant sur un rocher, près du bord, elle fut immergée presque jusqu'au cou, s'habituant doucement à la température de l'eau. La vapeur les cernait de toute part, on était bien. Un petit silence régna tout d'abord, le temps de s'installer confortablement et de se détendre. Adeline avait déjà les joues très rouges, sous l'effet de la chaleur, mais son corps se décrispait favorablement, par la force des choses.

Au bout d'un moment, elle fit un geste à Victoire pour attirer son attention, puis lui demanda par langage des signes, en allant lentement et en répétant tout pour qu'elle puisse comprendre au mieux, si elle sortait finalement avec André et comment ça se passait entre eux deux, étant donné qu'elle les avait vu s'embrasser au réfectoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Journée aux sources thermales   Sam 23 Jan - 0:03

[HJ: Suis là si besoin ^^]

Genji- Heu… dit-il, pris de court par la question. C’est… La crise d’adolescence, on pourrait dire… Enfin, c’est plus compliqué que ça.

Victoire ralentit légèrement l’allure, mal à l’aise même si Genji lui fit un petit sourire. Elle se mit à se frapper mentalement d’avoir posé une telle question. Elle s’efforçait de garder l’allure tout en restant à hauteur du jeune homme. Elle posa son regard sur un oiseau qui volait au-dessus de leur tête pendant quelques secondes. La crise d’adolescence ? Oh… Plus compliqué ? Elle fronça les sourcils, cette fois. Ces parents n’étaient pas réceptifs face à cette crise ? Ou… C’était en rapport avec la culture du pays ? Elle savait qu’ils étaient tous humains, tous vivants et qu’ils vivaient tous d’après les mêmes critères, face aux mêmes besoins de trouver son chemin. Tout le monde passait par la crise d’adolescence.

Genji- Je ne sais pas, je cherche ma place, encore, reprit-il. Et comme je suis assez indiscipliné, je me dispute souvent avec mes parents, en ce moment, mais bon, ça va passer.

Comme toutes les crises. Chaque problème avait une solution, même si certains avaient des résultats moins visibles… Et des réponses moins évidentes. Victoire était convaincue que ça allait passer, que ce n’était qu’une passe. Mais elle culpabilisait un peu d’avoir posé une question aussi… aussi… Indiscrète. La jeune Collin contempla le paysage qui les entourait alors qu’ils arrivaient peu à peu aux thermes dans un silence de mort. On n’entendait plus rien, sauf les quelques oiseaux et quelques écureuils qui passaient par là, marquant ainsi l’une des seules preuves de vie dans se silence qui semblait lourd pour la jeune fille.

Elle sentit quelques bosses, ci et là et manqua elle-même de tomber à plusieurs reprises… Surtout lorsqu’on voyait les nids-de-poule doublés et triplés par rapport au début du chemin. Au bout de quelques secondes, les sources se firent voir. Laissant apparaitre de longs bâtiments surmontés de toits en pente, noirs ainsi que de hauts murs de pierre au-dessus desquels se reposaient simplement des tuiles rouges. Victoire sourit, continuant à faire rouler son vélo jusqu’à ce que son regard se pose sur un portail très grand et imposant, signant ainsi leur arrivée à destination.

Ils allèrent attacher leurs vélos sous un appentis avant d’aller à l’accueil où une jeune femme les accueillit avec politesse avant de leur donner, une fois le payement fait, des kimonos d’un très beau bleu ainsi que des chaussons, des serviettes et un nécessaire de toilette. Victoire remercia d’un sourire la jeune femme qui les accompagna jusqu’à un… Jusqu’à une pièce décorée et aménagée joliment dans un style traditionnel Japonais. Victoire resta sans voix face à ce qu’elle voyait et rentra à petits pas dans la pièce, de peur d’abîmer quelque chose avant de déposer ses affaires et, tandis que Genji ouvrait en grand la fenêtre, elle s’approcha de la fenêtre pour admirer des jardins où se trouvaient des sources chaudes. Ainsi… Qu’un haut mur de bambou de minimum trois mètres de hauteur.

Genji- C’est pour séparer les sources des hommes et des femmes, mais on pourra quand se parler, si on parle un peu plus fort. L’eau est vraiment très chaude, même si c’est en plein air, on dit qu’elle a des vertus curatives. Si vous vous sentez mal, sortez une minute de l’eau, d’accord ? Vous êtes prêtes ?

Victoire hocha la tête pour montrer qu’elle avait compris et qu’elle était prête aussi. Même si elle se dépassait depuis qu’elle était ici, niveau timidité. Enfin… Elle faisait des efforts. Chacun d’entre eux se dirigeait vers un paravent différent pour se déshabiller afin de n’avoir plus qu’une serviette autour de la taille pour rentrer dans le bain. Victoire était bien contente de pouvoir entrer avec une serviette, même si c’était assez léger comparé au banal maillot de bain qui était de rigueur chez eux. Un calme plat régnait dans la pièce. Elle s’empressa de se changer pour, une fois prête, sortir de derrière le paravent et voir Adeline qui l’avait attendue. Victoire lui sourit alors que son amie lui fit signe de venir. La jeune Collin la vit s’approcher d’une des sources et s’accroupir au bord avant de mettre un pied dedans. La jeune fille resta en retrait, regardant son amie faire et hésitait franchement, lorsqu’elle la vit sursauter, à entrer elle aussi. Adeline rentra doucement dans l’eau avant d’hocher la tête dans sa direction. Victoire fit de petits pas en direction de l’eau et y mit sa main pendant quelques secondes, surprise par la chaleur qui s’y dégageait. Elle s’encouragea mentalement avant d’entrer en lenteur pour s’habituer à la température de l’eau, respirant difficilement alors qu’elle s’installait sur l’une des pierres. Elle ferma quelques secondes les yeux, alors qu’elle s’habituait de plus en plus à la chaleur. La vapeur s’échappait de l’eau, et Victoire s’amusait à regarder la buée s’en échapper alors qu’il n’y avait plus aucun bruit, sauf celui de l’eau contre les pierres lorsqu’on bougeait, même un peu.

Au bout d’un moment, Victoire vit du mouvement se faire sur le côté ce qui attira son attention. Elle posa son regard sur la direction du mouvement et vit que c’était Adeline, sans vraiment être surprise. Son amie se mit à lui parler en langage des signes lentement et en répétant sa question. Elle lui demandait si elle sortait avec André -et le simple fait de lire le prénom de son petit-ami la fit rougir. Elle voulait aussi savoir comment ça se passait entre eux deux. Et la jeune Collin ne fit que devenir encore plus rouge lorsqu’elle comprit que son amie les avait vus s’embrasser dans le réfectoire.

-Je… Enfin, dit-elle en essayant de trouver des mots un peu plus intelligents que ceux donnés par son cerveau.

Elle soupira légèrement par sa propre gêne avant de signer, avec des gestes hésitant néanmoins, qu’elle sortait bien avec André, et que c’était tout neuf, mais que ça se passait bien, non sans réfléchir à deux fois avant de dire quelque chose... Elle aurait aimé le dire à voix haute, mais aucun son ne sortait plus de sa bouche, et… elle ne voulait pas parler et dire ça devant tout le monde non plus. Question de timidité. Victoire se demandait avait passé toute l’année scolaire à ne pas voir qu’André était là, et encore moins qu’il était amoureux d’elle… Mais elle ne se préoccupait pas de ça…. Du moins, pas jusqu’à ce qu’elle se fasse réveillée en pleine nuit alors qu’il était dans le dortoir des filles. D’ailleurs, elle ne voulait même pas savoir comment il avait réussi à y aller sans se faire voir… Mais soit. Se faufiler ? C’était possible, non ? Peut-être.

L’adolescente secoua la tête, comme pour revenir sur terre avant de porter son attention sur son amie, craignant d’être restée trop longtemps dans ses pensées et d’avoir ainsi loupé une question ou… Autre chose. Elle demanda à Adeline si elle, de son côté avait quelqu’un. En toute innocence. Elle lui sourit, curieuse même si elle-même n’avait jamais pensé être avec quelqu’un un jour. Sauf beaucoup plus tard, lorsqu’elle aurait un travail ou… enfin, oui. Mais André était mignon et attentionné, elle trouvait ça d’ailleurs touchant. Même si elle n’arrivait pas à trouver de logique à ça. Elle posa ses yeux sur la vapeur qui s’échappait de l’eau, prouvant la température de l’eau. Elle reporta son attention à Adeline, attendant une réponse. Elle rajouta qu’elle n’était pas obligée de répondre, bien sûr. Elle ne voulait pas non plus la gêner avec ça… Elle lui demanda aussi si ça faisait longtemps qu’elle était au Pensionnat.
Revenir en haut Aller en bas
 
Journée aux sources thermales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée aux sources thermales
» Sources thermales privées
» Sources Thermales « Rotenburo »
» Sources d'energie disponibles en Haiti
» Une journée en Afrique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Une vaste Terre :: Dans le monde :: Japon-
Sauter vers: