1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premier cours de soutien [PV Cyprien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Lun 14 Avr - 21:13

Laura sortit du foyer des élèves, avertissant Jasper et Antoine qu’elle avait un cours ce soir, évitant les remarques pour l’instant. Elle ne comprenait pas pourquoi son professeur de SVT avait tant tenu à lui donner des cours supplémentaires, pourquoi il lui avait donné fixé rendez-vous pour ce premier cours si tôt dans l’année. Pourquoi ne pas simplement lui donner des devoirs supplémentaires ? Elle aurait travaillé sérieusement pour se remettre à niveau sans problème, pas besoin d’un prof particulier pour cela. Et puis, c’était un peu la gêne, même si Laura était touchée par cette proposition. Personne, en dehors de Madame Chevreuil et Monsieur de Sora, n’avait semblé lui prêter la moindre attention sans chercher de profit par derrière. Donc, oui, Laura était méfiante et complètement choquée, retournant sans cesse les mêmes questions dans sa tête.

Montant les marches menant jusqu’aux dortoirs, Laura se laissa tomber brutalement sur le lit, histoire de souffler un peu. Des cours en plus… Elle aurait largement préféré des devoirs ! Elle ignorait tout de ces cours, ne sachant même pas ce qu’elle devait prendre avec elle, ce qu’elle devait laisser ici, sur quel cours il comptait se concentrer… En vérité, Monsieur Redfire ne lui avait pas donné beaucoup d’indications, sinon celle d’être présente dans sa salle de classe à 18h précises. Laura, étant sous le choc pour l’instant, n’avait pas osé refuser et, de toute manière, n’était pas sûre que refuser un soutien scolaire était une bonne idée dans une situation pareille. Vu ses points, si elle ne voulait pas rater son année, il fallait qu’elle se bouge et rattrape les cours qu’elle avait loupé… Donc, méfiance ou pas, l’aide proposée par son professeur de SVT se révélait indispensable et précieuse.

Soupirant, la jeune adolescente rassembla donc toutes ses affaires dans son sac à dos, les cours où elle avait eu quelques… mauvaises notes, dirons-nous, et sortit du dortoir. Direction : la salle de classe de Monsieur Redfire. Elle se fit aussi petite et aussi discrète que possible pour ne pas passer pour une intello et se dirigea presque à contrecœur jusqu’à ladite salle. Arrivée sur place après avoir fait un long détour pour être sûre de ne croiser personne, Laura frappa timidement à la porte et, après avoir entendu une réponse, entra en précisant :

Laura – Excusez-moi, je… Vous m’avez demandé de venir à 18h et je…

Se sentant plus idiote que jamais, Laura s’avança timidement dans la classe jusqu’à un banc au fond. Heu… C’était stupide. Elle se rapprocha au premier banc mais ne s’installa qu’après une longue hésitation, ne sachant trop ce qu’elle devait faire.

Laura – J’ignorais ce que je devais prendre avec moi, alors heu… J’ai pris mon cahier de mathématiques, de français et heu… le vôtre. Puis quelques devoirs un peu ratés…

Ces derniers mots avaient été presque murmurés tant elle avait honte de se retrouver ici pour des devoirs ratés, elle qui était si studieuse à la base. Laura n’osa pas tout de suite regarder le professeur dans les yeux, une question lui brûlait la gorge avant de commencer à travailler. Ne sachant pas s’il allait répondre ou s’il allait directement entrer dans le vif du sujet et ignorer sa question. Tentant tout de même pour rester concentrée par la suite, Laura se racla timidement la gorge et demanda :

Laura – Excusez-moi, monsieur, mais… Pourquoi faites-vous ça ? Je veux dire, des élèves qui ratent, c’est fréquent. Alors pourquoi… J’avoue ne pas comprendre, j’ai failli ne pas venir pour ça. Je suis désolée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cyprien Redfire
Professeur de SVT
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 225

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Jeu 17 Avr - 16:17

Cyprien chantonnait en arrosant les plantes que faisaient actuellement pousser ses élèves de cinquième, à qui il enseignait les mystères de la biodiversité et de la "respiration" des plantes. Il essayait également de sauver ce qui pouvait l'être, car certains élèves n'avaient vraiment pas la main verte... En témoignait cette malheureuse pousse rachitique et à moitié jaune, qui n'avait dû voir un rayon de soleil depuis un bon bout de temps. Aïe aïe aïe, ce n'est pas comme s'il n'avait pas passé plus d'une heure à leur expliquer pourquoi une plante avait à la fois besoin d'eau et de soleil, après tout. Il déplaça la rescapé sur le bord de la fenêtre avec un sourire dépité.

Il passait quasiment plus de temps dans sa salle de classe - et bureau - que dans la salle des professeurs. Située en plein sud, la classe était très ensoleillée et agréable,e t il pouvait passer des heures à y travailler, discuter avec collègue, ou rêvasser en buvant un bon café. Se détendre, tout simplement. Il avait appris à apprécier tous ces petits bons côtés du Pensionnat, les endroits chauds ou confortables, tout ce que les élèves, en règle général, ne voyaient jamais dans leur école.

Mais bon, ce n'était plus le moment de rêvasser. Il avait fixé un cours particulier pour une de ses élèves ce soir à dix-huit heures après les cours. Voilà deux ou trois ans qu'il prenait le temps, chaque année, à aider certains élèves à remonter leurs moyennes ou expliquer un exercice qu'ils n'avaient pas compris. A l'image d'un de ses anciens professeurs, à la retraite depuis bien des années maintenant, qui menait une guerre contre l'échec scolaire. Un vieux barbu aux allures de père Noël, très dur et sévère, mais plus droit que la justice elle-même. Son élève arriva à l'heure convenue et frappa. Il lui dit d'entrer, rassemblant les documents dont il allait avoir besoin.

– Excusez-moi, je… Vous m’avez demandé de venir à 18h et je…

Il lui fit signe d'entrer d'un signe de doigt, attrapant la chemise, dans son cartable, où il classait tout ce dont il usait d'ordinaire pour les élèves qu'il prenait en charge. Un ensemble de documents, d'exercice, d'anciens sujets de devoir, et de quelques notes personnelles, plus développées et détaillées que les cours.

– J’ignorais ce que je devais prendre avec moi, alors heu… J’ai pris mon cahier de mathématiques, de français et heu… le vôtre. Puis quelques devoirs un peu ratés…

Ouh lààà, on se détend ! Il n'allait pas la bouffer, elle n'était pas obligée de se ratatiner autant sur place. Cyprien n'avait jamais frappé personne, et culpabilisait pendant une heure dès qu'il écrasait une mouche par accident, alors autant dire que la petite Karinof n'avait rien à craindre de lui. Sa chemise sous le bras, il attrapa quelques crayons et alla poser le tout sur la table où elle s'était installée. Il faisait toujours attention au niveau de ses élèves Après tout, il était bien payé pour qu'ils réussissent leurs examens puis leurs vies, non ? C'était son boulot de les diriger vers les leurs.

– Excusez-moi, monsieur, mais… Pourquoi faites-vous ça ? Je veux dire, des élèves qui ratent, c’est fréquent. Alors pourquoi… J’avoue ne pas comprendre, j’ai failli ne pas venir pour ça. Je suis désolée.

Il haussa un sourcil et esquissa un sourire en ouvrant sa chemise.

– Ces cours ne sont pas optionnels, mademoiselle. Si vous n'étiez pas venue, cela aurait été de la désobéissance pure et simple, ce qui expose à des sanctions. Ce n'est pas à vous de décider si ce qu'on vous fait étudier et la façon dont on le fait est utile ou non.

Il sortit les sujets de devoir qu'ils avaient déjà faits cette année dans sa classe. Plus ou moins difficiles selon les sujets. Il en prit un que Laura n'avait pas réussi et le posa entre elle et lui avec quelques feuilles de brouillon. Le thème portait sur sur les séismes et les tremblements de terre, marins...

– Après, pourquoi je le fais, sans doute parce que c'est mon métier. Je suis professeur, et c'est à moi de veiller que vous réussissiez votre année, puis votre début de vie adulte.

Il sourit plus largement et tapota la feuille d'examen.

– Commençons par cela, que n'aviez-vous pas compris dans ce devoir ? Cela partait d'une expérience vue en classe. Voulez-vous la refaire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Sam 19 Avr - 20:16

[HJ : Désolée, c'est pas génial >< Mais je savais pas quoi faire, vu que je ne vois pas du tout de quelle expérience tu parles. Dis-le si t'as pas assez ^^']

M. Redfire – Ces cours ne sont pas optionnels, mademoiselle. Si vous n'étiez pas venue, cela aurait été de la désobéissance pure et simple, ce qui expose à des sanctions. Ce n'est pas à vous de décider si ce qu'on vous fait étudier et la façon dont on le fait est utile ou non.

Mpfh. Oui, bon… Vu comme ça. Mais tout de même, les cours de « rattrapages » comme il les sous-entendait, étaient relativement rares. Du moins, que les professeurs s’intéressent vraiment aux élèves était rare. Après tout, la plupart faisait cela pour l’argent et rien d’autre… Alors oui, Laura se posait des questions. Mais il est vrai que le dire platement à un professeur n’est pas une bonne idée… Grimaçant, l’adolescente se tut en attendant que Monsieur Redfire lui dise ce qu’elle devait faire. Il venait de sortir plusieurs feuilles, dont un devoir qu’elle n’avait pas réussi entre eux deux, et des feuilles de brouillon.

Laura se souvenait de ce devoir. Elle avait dormi en cours, ce jour-là, et n’avait pas du tout écouté ce que le professeur avait dit au cours. Du coup, le devoir qui avait suivi avait été une… catastrophe. Un désastre. Une des pires mauvaises notes qu’elle avait eue jusqu’ici. Se sentant honteuse de son résultat au devoir, Laura ne dit rien, relisant l’énoncé. Il espérait qu’elle comprenne mieux depuis ? Toute l’expérience s’était déroulée en classe, et elle n’avait pas suivi. Aucune chance qu’elle comprenne ici, donc, sans la revoir.

M. Redfire – Après, pourquoi je le fais, sans doute parce que c'est mon métier. Je suis professeur, et c'est à moi de veiller que vous réussissiez votre année, puis votre début de vie adulte.

Moui, les paroles bateau, en somme. Mais Laura commençait à croire que Monsieur Redfire était sincère, plus sincère que les autres. Déjà, il lui avait répondu. N’importe qui d’autre l’aurait envoyée balader vite fait bien fait, point barre. Encore que Laura hésitait et commençait à se demander pourquoi réussir son année. Après tout, si elle avait de bonnes notes, son père se débarrasserait d’elle plus vite, la séparerait plus vite de son frère. Alors pourquoi ? Tout le monde décidait à sa place, pensant que « c’était mieux ». Ou alors, pensant qu’elle était un boulet à traîner et qui ne pouvait servir que s’il rapportait quelque chose… Laura revint à la réalité lorsque Monsieur Redfire tapota sur la feuille du devoir raté.

M. Redfire – Commençons par cela, que n'aviez-vous pas compris dans ce devoir ? Cela partait d'une expérience vue en classe. Voulez-vous la refaire ?

La… La refaire ? Il pouvait vraiment ? Juste pour elle ? Laura était de plus en plus perdue, hésitant entre deux points de vue. Soit Monsieur Redfire faisait cela pour l’argent, soit il s’inquiétait vraiment de la réussite de ses élèves. Auquel cas, il était moins « méchant » que les autres, si on peut dire ça. Ecarquillant les yeux, Laura répondit, toujours ébahie :

Laura – Vous… Vous le feriez ? Je veux dire… Vous pourriez ? C’est que… Je n’ai pas été très… Je n’ai pas du tout suivi le cours ce jour-là et je n’ai rien compris du tout en relisant mes notes.

Laura fit une pause, plus gênée que jamais. Lui demander de refaire l’expérience alors qu’elle n’avait pas suivi était tout de même un peu osé… Cependant, sans assister vraiment à l’expérience, l’adolescente savait qu’elle ne comprendrait jamais. Reprenant après un bref instant, elle dit :

Laura – Je peux vous aider pour quelque chose ? Comme c’est à cause de moi…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cyprien Redfire
Professeur de SVT
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 225

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Mer 21 Mai - 11:50

Cyprien alluma la lumière d'un geste souple en se penchant vers le mur, alors que la pluie recommençait à tomber et assombrissait lentement la salle. Homme du Sud, il avait toujours détesté la pluie, surtout lorsqu'elle le privait d'une soirée à profiter de la chaleur dans sa salle de classe ! Mais bon, il y avait d'autres sources de chaleur dans ce monde, et qui parfois réchauffaient plus que le soleil. Notamment la douce chaleur d'une femme. Mais ce n'était plus temps de songer à cela, hélas. Il y rêvera une fois de plus ce soir en s'endormant, les yeux fermés, le cœur lourd d'attente et de regrets.

– Vous… Vous le feriez ? Je veux dire… Vous pourriez ? C’est que… Je n’ai pas été très… Je n’ai pas du tout suivi le cours ce jour-là et je n’ai rien compris du tout en relisant mes notes.

Ah, ça, c'était normal ! Mais si elle avait cette attitude depuis le début de sa scolarité, Cyprien ne prendrait pas la peine de l'aider. Après tout, ces élèves qui passaient leur temps à dormir ou parler en cours, qui ne faisaient pas leurs devoirs, qui se fichaient de tout, étaient entièrement responsables de leur échec. mais Laura ne faisait pas ça depuis des années, des mois, et c'était bien pour cela qu'il lui proposait ces cours de soutien, parce qu'elle n'avait eu qu'une mauvaise passe. Il y en avait, ici, qui ne voulaient pas travailler, par fainéantise. Et d'autres à qui leurs familles avaient ordonnés de ne plus faire le moindre effort, en attendant de pouvoir les transférer dans un autre établissement. Malheureux.

Honnêtement, Ste Famille ou un autre établissement, pour Cyprien, ce n'était pas vraiment important. Il était professeur et ne serait pas gêné d'exercer dans les Alpes ou sur la côte Ouest. S'il était ici, c'était uniquement pour les beaux yeux d'une jeune femme. Une jeune femme mariée et enceinte... Il retint un très long soupir, regrettant de ne pas l'avoir abordée avant tout cela. S'il avait été assez courageux, à l'époque, ce serait avec lui qu'elle dormirait, avec lui qu'elle vivrait, ce serait lui le père de ses enfants.

– Je peux vous aider pour quelque chose ? Comme c’est à cause de moi…

Il lui fit signe de rester assise pour le moment, tirant le livre de biologie entre eux, lui montrant différents schémas, des structures, ce qu'ils avait accroché au tableau quelques jours plus tôt afin de le montrer et de l'expliquer à ses étudiants. Il tapota le livre du doigt pour lui indiquer une des cartes du globe, avec ses indications.

– Regardez ici. Les zones rouges montrent les régions les plus touchées par les séismes. Il faut savoir qu'il s'agit d'un phénomène très fréquents, pour les séismes terrestres. Il s'en produit environ deux par minute, ce qui correspond à 1 million chaque année. Il s'agit de séries de secousses du sol, plus ou moins violentes, soudaines, imprévisibles et localisées.

La géologie était un chapitre important du programme de quatrième, et tombera sans conteste lors des examens de fin d'années. Ce n'était pas difficile, ça non, mais il y avait quelques notions essentielles à retenir.

– Les tremblements de terre peuvent être à l'origine de destructions immenses, ainsi que du réveil de volcans. On a vu certains volcans, éteints et inactifs depuis des centaines d'années, être violemment réveillés par d'importants séismes. Regardez, avec l'expérience, vous allez voir comment se forme un séisme.

Il se leva et lui fit signe de la suivre. Utlisant le matériel laissé dans un placard et les maquettes des autres étudiants, il reproduit les différentes étapes pour Laura, lui montrant d'abord où se trouvaient les principales failles sismiques, comme la terre tremblait, où "explosaient" les plus gros foyers... Il procédait avec méthode, allant lentement pour lui laisser le temps de regarder et de comprendre.

– En France, on ne risque pas grand-chose. Ce sont les Etats-Unis et l'Amérique du Sud qui sont sur les plus grosses failles sismiques au monde. En revanche, l'Italie en dispose aussi d'une très belle, regardez.

Il la pointa et la suivit du bout de son crayon sur la maquette - très bien réalisée - par un élève de terminale, passionné par la géologie. Cyprien l'utilisait souvent pour montrer les choses à ses élèves plus jeunes.

Schéma séisme:
 

– Connaissez-vous la tristement célèbre histoire de Pompéï ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Lun 26 Mai - 23:56

Laura resta assise, regardant son professeur placer un livre de biologie entre eux deux. Elle était plus attentive que jamais, emmagasinant les explications que lui donnait Monsieur Redfire tandis qu’il désignait les schémas du doigt. Elle avait déjà vu tous ces schémas, oui, mais n’avait pas retenu la moitié des indications au cours à cause de son absence « mentale ». Elle était ailleurs, c’était incontestable, et elle en payait le prix fort aujourd’hui. Seulement, elle devait bien admettre que le professeur voulait réellement l’aider… Peut-être était-il vraiment gentil, au fond ?

M. Redfire – Regardez ici. Les zones rouges montrent les régions les plus touchées par les séismes. Il faut savoir qu'il s'agit d'un phénomène très fréquent, pour les séismes terrestres. Il s'en produit environ deux par minute, ce qui correspond à 1 million chaque année. Il s'agit de séries de secousses du sol, plus ou moins violentes, soudaines, imprévisibles et localisées.

Laura reporta son regard sur les cartes, ahurie. Des séismes comme ceux-ci partout, fréquents et aussi récurrents que ça ? C’était terrifiant. Et si jamais ils devenaient plus importants ? Breeef, ne pas réfléchir, retenir ! Laura hochait la tête pour montrer qu’elle comprenait et suivait toujours, enregistrant et notant les détails qu’elle risquait d’oublier d’ici quelques semaines à mesure que son professeur parlait. Des cours de soutien était une aubaine, perdre ce que cela pouvait lui rapporter serait stupide.

M. Redfire – Les tremblements de terre peuvent être à l'origine de destructions immenses, ainsi que du réveil de volcans. On a vu certains volcans, éteints et inactifs depuis des centaines d'années, être violemment réveillés par d'importants séismes. Regardez, avec l'expérience, vous allez voir comment se forme un séisme.

Tremblements de terre qui causent des destructions immenses et réveillent les volcans. Ok, c’est compris. Laura suivit Monsieur Redfire après qu’il lui ait fait un signe de la main, regardant attentivement l’expérience qu’il lui montrait. C’est ce qu’elle adorait le plus, dans les cours. Les expériences, les réactions entraînées, ce que de petites choses engendraient alors qu’on n’y aurait même pas pensé seuls. Laura adorait toute cette partie, dans les cours, et avait d’ailleurs plus ou moins retenu l’expérience au cours mais ne dit rien. Après tout, « vivre » l’expérience avec les explications, c’était mieux, non ?

Le professeur de SVT allait lentement et progressivement, lui laissant le temps de tout assimiler et de découvrir presque par elle-même ce qu’il voulait qu’elle voit. Laura faisait les liens avec ce qu’elle voyait, ce qu’il disait, et ce qu’il lui avait expliqué quelques minutes auparavant. Sans oublier sa propre expérience. Elle se souvenait d’un tremblement de terre lorsqu’elle était petite, une horrible secousse assez courte mais incroyablement longue pour une enfant de huit ans. Terrifiée, Laura s’était réfugiée dans les bras de son frère en hurlant et pleurant, disant qu’elle avait peur et qu’ils allaient finir enterrés vivants.

M. Redfire – En France, on ne risque pas grand-chose. Ce sont les Etats-Unis et l'Amérique du Sud qui sont sur les plus grosses failles sismiques au monde. En revanche, l'Italie en dispose aussi d'une très belle, regardez.

Laura suivit des yeux ce que désignait Monsieur Redfire, émerveillée par le détail de la maquette et par ce que cela signifiait. D’accord, c’était terrifiant… Mais c’était beau. Et cette maquette, ainsi que tout ce que venait de lui réexpliquer son professeur, prouvait à quel point il y avait bel et bien un ennemi plus fort que les militaires, que les armes, ou toute autre chose. C’était hallucinant, grand, terrifiant, mais rassurant d’un autre côté. Même si, à côté de cela, eux ne pouvaient pas faire grand-chose…

M. Redfire – Connaissez-vous la tristement célèbre histoire de Pompéi ?

L’histoire de Pompéi ? Heu… Oui. Laura en avait entendu parler chez elle et en histoire. La première fois, elle avait même pleuré en trouvant cela injuste et avait peur des tremblements de terre depuis qu’on lui avait raconté cet épisode. Elle hocha la tête en répondant, d’après ses souvenirs qu’elle ignorait corrects ou erronés :

Laura – J’en ai entendu parler ici-même. Il y a eu un premier tremblement de terre qui a tout détruit… D’après mes souvenirs, on a du mal à situer l’événement mais ça a été horrible. Il a fallu tout reconstruire, des gens sont restés sans abri durant des semaines et, une fois que les constructions se sont terminées, ça a recommencé. La ville a été réduite à l’état de cendres à cause de l’explosion du Vésuve… Seules quelques personnes ont pu fuir la ville en vendant leurs biens pour se réfugier dans les endroits plus sécurisés.

Laura continua de fixer la maquette, pensive. Cette histoire était horrible. Et, déjà à l’époque, il y avait eu beaucoup de personnes touchées par l’événement… Comment les choses seraient-elles arrangées, aujourd’hui ? Et s’il y avait une éruption telle que celle de Pompéi aux Etats-Unis, comment les habitants allaient-ils être relogés alors qu’ils étaient si nombreux ? Ils allaient dormir dehors, dans la rue ? Eux-mêmes, les étudiants du Pensionnat, ne pouvaient-ils rien faire pour les aider ? Par exemple, avec leur don ? Les volcans qui sont sous l’eau ne se réveillent jamais, si ? Pourquoi ne pas faire la même chose avec ceux qui risquent de tout anéantir ?

Laura – Monsieur Redfire… Vous avez parlé des volcans éteints qui se réveillent. Mais il y en a aussi sous l’eau, non ? Ceux-là restent endormis tout le temps ? Que se passerait-il si… Si l’un d’entre eux se réveillait ? Et s’il y a la même chose que ce qui s’est passé à Pompéi aux Etats-Unis… Comment ferons-nous ? Que sont devenus les enfants et… Les familles qui n’ont pas pu retrouver un logement ?

Laura avait l’impression d’être stupide avec de telles questions, mais elle n’était vraiment pas rassurée, pour le coup. Elle en avait bien posé une dizaine d’une traite, toutes s’enchaînant dans sa tête et sortant sans qu’elle ne puisse se taire, à vrai dire. Après tout, savoir qu’un simple tremblement de terre pouvait réduire une ville entière à l’état de débris, et mettre des centaines de familles dehors…

Laura – Pardonnez-moi pour ces questions, mais je me le demande, c’est tout. Je me souviens avoir senti un tremblement quand j’étais petite, et j’avais été terrorisée. Alors eux…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cyprien Redfire
Professeur de SVT
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 225

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Sam 5 Juil - 15:32

La gamine semblait connaître l'histoire, du moins son regard le laissait croire. Il utilisait souvent cet exemple en cours pour donner aux gamins un aperçu de ce que peut provoquer l'éruption d'un volcan. Lave, cendres, scories, tout y passait. La plupart du temps, les élèves étaient terrifiés d'apprendre qu'une ville entière pouvait être réduite ne miettes comme ça, pouf, en à peine quelques instants. Un nuage de cendres volcaniques de cet envergure peut brûler tout sur son passage en à peine quelques secondes. C'est qui était arrivé à la ville. On avait retrouvé des "statues" des personnes qui avaient été saisis sur place par la cendre et le feu. Des fantômes de pierre terribles, figés dans leurs derniers instants. Une femme protégeant son bébé, un couple s'embrassant une dernière fois, un homme levant le bras comme pour repousser ce qui fondait sur eux... Tout avait été rasé, détruit, brûlé. Voilà qui prouvait une fois de plus qu'il est des forces terrestres contre lesquelles on ne peut pas lutter. Les ouragans, les tornades, les volcans... Peut-être pouvait-on prévoir leur réveil brutal de plus en plus précisément, et encore, mais on ne pouvait rien faire pour stopper les déchaînements sauvages de la nature.

– J’en ai entendu parler ici-même. Il y a eu un premier tremblement de terre qui a tout détruit… D’après mes souvenirs, on a du mal à situer l’événement mais ça a été horrible. Il a fallu tout reconstruire, des gens sont restés sans abri durant des semaines et, une fois que les constructions se sont terminées, ça a recommencé. La ville a été réduite à l’état de cendres à cause de l’explosion du Vésuve… Seules quelques personnes ont pu fuir la ville en vendant leurs biens pour se réfugier dans les endroits plus sécurisés.

Peu précis, mais c'était ça. Au moins la base de l'histoire. Avant l'éruption du Vésuve, il n'y avait pas eu un mais plusieurs tremblements de terre. D'abord très faibles, ils passèrent inaperçus. Puis il y en avait eu de plus en plus. Les gens étaient habitués à ce que la terre tremble, ils étaient habitués à voir de temps en temps le volcan cracher de la fumée, de temps en temps. Aucune inquiétude à avoir. Plus les tremblements s'étaient fait de plus en plus violent. Jusqu'à l'ultime, celui qui avait fait gronder la montagne, déversant un déluge de pierre et de feu, sans compter, bien évidemment, le raz-de-marée qui était venu compléter le désastre. Pluie de scories, langues de feu et de magma s'échappant du volcan, fumée, cendres. Pris au piège entre un océan déchaîné et un volcan au plus fort de sa puissance, les Pompéiens avaient tous péris.

– Monsieur Redfire… Vous avez parlé des volcans éteints qui se réveillent. Mais il y en a aussi sous l’eau, non ? Ceux-là restent endormis tout le temps ? Que se passerait-il si… Si l’un d’entre eux se réveillait ? Et s’il y a la même chose que ce qui s’est passé à Pompéi aux Etats-Unis… Comment ferons-nous ? Que sont devenus les enfants et… Les familles qui n’ont pas pu retrouver un logement ?

Il lui jeta un coup d'œil tout en remontant la maquette à sa place. Il admirait l'innocence et la pureté des enfants, qui pensaient d'abord aux victimes individuelles, qui pensaient d'abord à ceux qui étaient touchés par la catastrophe. Et pas de la façon des médias, du genre tant de personnes dans la rue, mais à la façon dont ils pourraient maintenant s'en sortir, continuer à vivre.

– Pardonnez-moi pour ces questions, mais je me le demande, c’est tout. Je me souviens avoir senti un tremblement quand j’étais petite, et j’avais été terrorisée. Alors eux…

Il se rassit en face d'elle, reprenant le livre pour passer à quelques exercices. Puis il eut un faible soupir, tout en cherchant la page qui lui convenait.

– Les volcans sous-marins se réveillent au même rythme que les volcans terrestres. Certains sont en éruption continuelle, et le magma qu'ils desservent se refroidit au contact de l'eau, se solidifiant, et après des siècles, des millénaires, cela constitue des îles, de plus en plus grandes.

Il marqua la page choisie, puis lui montra des illustrations de volcans marins. plus petits que leurs frères terrestres, il n'en étaient pas moins très dangereux. Il tapota un autre schéma, tout en allumant une autre lumière, car le jour baissait très vite dans ces contrées. Bien qu'il reste pas mal de temps avant le dîner, les journées en cette saison étaient courtes, et le noir tombait vite.

– Ceux-là sont plus petits, et enfouis à de telles profondeurs qu'aucun homme ne pourrait s'y rendre. la pression y est incroyable, et l'eau très chaude. Une flore et une faune très spécifiques s'y sont développés, nous verrons cela au prochain cours.

Au moins, cette partie avait le mérite d'intéresser beaucoup de monde, ce qui n'était as le cas lorsqu'ils étudiaient les couches terrestres ou les différentes roches. Et ne parlons même pas de l'anatomie humaine, sujet particulièrement assommant pour la majorité des mômes. Il dissimula un sourire et poursuivit.

– Un volcan sous-marin, lorsqu'il entre en éruption, provoque un raz-de-marée et des tremblements de terre. Ils sont tous aussi violents que les volcans terrestres, et tous aussi actifs. Dans l'état actuel de al science, on ne peut pas faire grand-chose pour les prévoir à l'avance... Il existe des appareils qui mesurent les tremblements terrestres, mais ils sont peu précis.

Il retourna le livre vers lui pour vérifier si le schéma suivant était suffisamment clair, puis le retourna à nouveau vers Laura.

– Les Etats ont des solutions pour reloger les familles après ce genre de catastrophe naturelles... Cependant, pensez aussi que ces tremblements de terre sont nécessaires. La planète bouge en permanence, et tout cela, ce sont des signes de son activité intérieure. Sans cela, la Terre ne serait qu'un caillou stérile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Lun 7 Juil - 12:27

M. Redfire – Les volcans sous-marins se réveillent au même rythme que les volcans terrestres. Certains sont en éruption continuelle, et le magma qu'ils desservent se refroidit au contact de l'eau, se solidifiant, et après des siècles, des millénaires, cela constitue des îles, de plus en plus grandes.

Maintenant que Monsieur Redfire lui avait dit cela, Laura imaginait des îles creuses un peu partout, sur lesquelles vivent des gens en ignorant peut-être qu’il s’agit d’un volcan. Mais inutile de faire part de cette réflexion à son professeur, c’était sans doute stupide et l’heure avançait. Perdre du temps alors qu’elle avait du travail, des choses à rattraper, que Monsieur Redfire prenait sur son propre temps pour lui permettre de rattraper les autres… Laura se contenta donc d’écouter, suivant les gestes de son professeur. Il tournait les pages, en marqua une et revint sur des schémas à une autre page du manuel. Sous les yeux, l’adolescente avait des représentations de volcans sous-marins. Ils avaient l’air très petits et inoffensifs, vu comme cela…

M. Redfire – Ceux-là sont plus petits, et enfouis à de telles profondeurs qu'aucun homme ne pourrait s'y rendre. La pression y est incroyable, et l'eau très chaude. Une flore et une faune très spécifiques s'y sont développés, nous verrons cela au prochain cours.

Laura se mit à imaginer des milliers de petits êtres de toutes les formes, représentés par les petits points ou les couleurs sur le schéma. Oh, bien sûr, ce n’était rien de tout cela mais imaginer des animaux inconnus, qu’elle ne verrait jamais… Tout cela grâce à l’eau. Ils adoraient l’eau, les profondeurs.

Quel type de faune et de flore existait-il là-dedans ? Et de quelle couleur ? En quelle quantité ? Était-ce dangereux ou vivant ? Pouvaient-ils vivre en dehors de leur milieu, comme les humains ? Dans quelques années, peut-être des millénaires, ce seraient eux, leurs descendants ? Le prochain cours… Plus elle en apprenait, plus Laura adorait son don. L’eau… Regardant ses mains d’un air admiratif, l’adolescente s’agita sur son siège et reporta son attention sur l’explication de Monsieur Redfire.

M. Redfire – Un volcan sous-marin, lorsqu'il entre en éruption, provoque un raz-de-marée et des tremblements de terre. Ils sont tous aussi violents que les volcans terrestres, et tous aussi actifs. Dans l'état actuel de la science, on ne peut pas faire grand-chose pour les prévoir à l'avance... Il existe des appareils qui mesurent les tremblements terrestres, mais ils sont peu précis.

Donc, les volcans sous-marins et les volcans terrestres étaient aussi dangereux les uns que les autres. Seulement, les volcans sous-marins n’étaient pas toujours visibles et permettaient à une faune et une flore particulière de vivre sous la terre, dans l’eau. Jusqu’ici, Laura pensait avoir tout compris. Il y avait seulement une question qui lui taraudait l’esprit. Les zones les plus touchées par les tremblements, le schéma que lui avait montré le professeur au début… Y avait-il un point commun entre toutes ces zones ? Si les scientifiques ne peuvent pas encore mesurer les tremblements, ils peuvent bien expliquer pourquoi ils se produisent à tel ou tel endroit, non ? La faille sismique, ça oui, elle l’avait compris. Laura regarda le schéma que lui montrait Monsieur Redfire, une fois le livre retourné.

M. Redfire – Les Etats ont des solutions pour reloger les familles après ce genre de catastrophe naturelles... Cependant, pensez aussi que ces tremblements de terre sont nécessaires. La planète bouge en permanence, et tout cela, ce sont des signes de son activité intérieure. Sans cela, la Terre ne serait qu'un caillou stérile.

Heu… Cette fois, Laura ne comprenait pas tout. En quoi des tremblements de terre, des réveils de volcans et des catastrophes était-ce un signe d’activité intérieure ? Fronçant les sourcils, regardant le schéma plus attentivement, l’adolescente tira légèrement la langue en réfléchissant, sur le côté, sans même s’en rendre compte. Tremblements de terre qui sont le signe de l’activité intérieure… D’accord, elle n’avait pas été une élève particulièrement assidue depuis le début de ce chapitre, mais là, elle ne comprenait vraiment pas. Après un moment passé à décrypter le schéma dans l’espoir de trouver une réponse à ses questions, Laura demanda timidement :

Laura – Monsieur, j’ai… une ou deux questions. Pourquoi est-ce un signe d’activité intérieure ? Ce n’est pas négatif, justement ? Je pensais que c’était comme une… explosion ou un signal d’alerte de la Terre. Et… Vous avez dit que les scientifiques ne pouvaient pas mesurer les tremblements de terre. Mais les zones rouges, sur le premier schéma, ont-elles des points communs entre elles ? Pourquoi certaines régions sont plus touchées que d’autres ? Je sais, vous avez dit qu’elles se trouvaient sur une faille sismique, ça, j’ai compris. Mais ils ne peuvent pas éviter de faire tel ou telle chose pour éviter le séisme ? Et… Que se passerait-il si deux failles se rejoignaient ? La Terre pourrait se heu… couper ?

Bon, ça faisait un tout petit peu plus qu’une ou deux questions, mais elle avait déjà compris le passage sur les volcans. C’était un début, non ? Elle entendait souvent les autres élèves dire qu’ils ne comprenaient rien au cours, alors qu’ils auraient pu poser leurs questions et tout comprendre. Laura, elle, n’était pas du genre à être timide à ce niveau – sauf dans le cas précis où elle était prise en faute. Comme ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cyprien Redfire
Professeur de SVT
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 225

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Dim 24 Aoû - 13:04

Il était assez dommage que peu d'élèves cherchent à se renseigner plus avant, par leur propre volonté, sur ce genre de choses. Une chose très amusante qu'il avait remarqué il y a déjà un long moment était qu'un sujet, dit barbant et assommant lorsqu'il était vu encours, devenait d'un coup passionnant lorsque l'élève voyait un reportage ou lisait un livre sur ce sujet. Les volcans en étaient un exemple parfait. Le cours endormait la moitié de la classe, mais plus tard, cette même moitié était retrouvée à suivre avec avidité un reportage traitant de l'activité volcanique. Amusant ou déprimant ? Las, Cyprien ne pouvait se changer en télé pour intéresser ses élèves, et ce n'était pas par manque de volonté. Il avait vraiment envie de leur transmettre sa passion des sciences, mais las, certaines fois, il fallait être d'une patience et d'un calme à toutes épreuves. Parfois difficile, d'être enseignant... Mais il ne changerait de boulot pour rien au monde.

En attendant, s'occuper de Laura. Il la laissa réfléchir à ce qu'il venait d'expliquer tout à sa guise, se doutant qu'elle devait cogiter des questions. Les interrogations que pouvaient avoir les collégiens étaient souvent très drôles, d'ailleurs, ils avaient de ces idées ! Ils vous sortaient des trucs dont on se demandait pendant des jours où ils avaient été les chercher, mais c'était tellement mignon. Il adorait voir leur petite bouille se lever avec sur le bout des lèvres une question bien tordue pour tout le monde sauf eux. Ah là là, ces sacrés gosses, qu'est-ce-ce qu'il ne ferait pas pour eux. Il fallait vraiment les aimer pour supporter de passer ses journées dans des classes bruyantes et effrénées, agitées du matin au soir, et qui n'écoutaient rien de ce que disait leur professeur.

Dieu merci, le pensionnat comptait aussi des adultes. Cyprien avait un grand besoin de contacts plus matures et faciles avec ses collègues, de parler d'autre chose que des cours, de discuter sur des sujets très variés, et parfois peu accessibles aux jeunes oreilles des élèves. Il adorait les heures de discussion et de rigolade passées avec certains d'entre eux, occupés tous à rire, boire un apéritif, discuter... Cette école était un monde fonctionnant pratiquement en vase clos, parfois étrange, mais bien souvent fascinant.

– Monsieur, j’ai… une ou deux questions. Pourquoi est-ce un signe d’activité intérieure ? Ce n’est pas négatif, justement ? Je pensais que c’était comme une… explosion ou un signal d’alerte de la Terre. Et… Vous avez dit que les scientifiques ne pouvaient pas mesurer les tremblements de terre. Mais les zones rouges, sur le premier schéma, ont-elles des points communs entre elles ? Pourquoi certaines régions sont plus touchées que d’autres ? Je sais, vous avez dit qu’elles se trouvaient sur une faille sismique, ça, j’ai compris. Mais ils ne peuvent pas éviter de faire tel ou telle chose pour éviter le séisme ? Et… Que se passerait-il si deux failles se rejoignaient ? La Terre pourrait se heu… couper ?

– Se couper ? ne put-il s'empêcher de répéter, un peu ébahi.

Il faillit éclater de rire, et ne put se retenir qu'avec toute la volonté du monde. Ouh là, voilà qui illustrait bien ce qu'il pensait juste à l'instant ! Ces gamins pouvaient vous sortir des questions incroyablement tordues ou inattendues, au moment où on s'y attend le moins. Il se racla la gorge, une main sur la bouche durant un bref instant pour cacher le sourire qui s'était traîtreusement glissé sur ses lèvres. Une fois qu'il se fut calmé, il chercha un autre schéma dans le livre. Une carte représentant toutes les failles sismiques de la terre. Il y en avait énormément, certaines très grosses, d'autres minuscules, toutes entrelacées et entrecroisées, comme une gigantesque toile faite par une araignée ivre.

– La Terre est en perpétuelle activité intérieure te extérieure, car notre planète est vivant. Sous nos pieds, dessous des couches de roche de centaines de kilomètres, se trouve le centre de la terre, du magma en fusion, un cœur brûlant qui ne cesse jamais de s'agiter. La terre tremble, car elle est vivante, active. Ces plaques, en se déplaçant, garantissent la stabilité des continents. La terre tourne sur elle-même et autour du soleil. Ce mouvement à lui seul détruirait toute forme de vie si la terre ne possédait pas ce cœur de chaleur, et si elle en tremblait pas pour ajuster les continents et océans aux mouvements qui leurs sont imposés par ce déplacement dans l'espace.

Il prit une grosse boule et la tint devant lui, collant des morceaux de papier dessus, figurant les continents, et la présenta à Laura. Il fit tourner la boule en des mouvements réguliers, puis les papiers finirent par se détacher et tomber.

– Observez. Si la terre n'ajustait pas les terres et océans, ils se briseraient. En les bougeant, elle les remet correctement en place, comme des pièces immenses d'un puzzle.

Laissant la boule de côté, il en enleva les papiers et les froissa, avant de les jeter à la corbeille. Il offrit ensuite un sourire à Laura, espérant qu'elle avait compris ce point-là, et bien comprit. De toute manière, il osait espérer qu'elle allait poser des questions si ce n'était pas le cas.

– La Terre ne peut pas se couper en deux, non, dit-il avec autre sourire. Les failles, même importantes, ne sont que des fissures bien innocentes comparé à la masse que représente notre planète. Pour comparer, dites-vous ce qu'elles sont à la terre ce que sont les tuyaux de la plomberie au pensionnat. Toutes les failles s'entrecoupent et se rejoignent, voyez-vous. Et il faut savoir que la terre tremble en permanence. En ce moment même, nous vivons une série de séismes indétectables. Une chance, car notre pays ne repose pas sur de grosses failles. Et il n'y a, à l'heure d'aujourd'hui, que des moyens très limités de prévoir les plus gros séismes.

Il fallait attendre encore un bon nombre d'années, selon lui, avant d'avoir des appareils plus fions et puissants. Certains volcans pouvaient s'endormir, au bout d'un temps, mais mieux valait ne pas croire qu'un volcan était éteint. Ces petites bêtes pouvaient se réveiller d'un coup et avec beaucoup de violence, même après des siècles, des millénaires sans aucun signe d'activité.

– Nous ne pouvons rien faire non plus pour éviter un séisme, une éruption, un ouragan, un tsunami... Juste apprendre à vivre avec lorsqu'on se trouve dans des endroits très sensibles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Premier cours de soutien [PV Cyprien]   Mar 16 Sep - 22:43

M. Redfire – Se couper ?

Bah oui ! Se couper, quoi ! Se diviser en deux, être séparé, deux gros morceaux de Terre de plusieurs milliers ou milliards de kilomètres flottant dans l’espace ! Et les gens qui seraient au Nord verraient ceux qui habitaient de l’autre côté de la Terre ? C’était possible ? Et ils pourraient atteindre le Sud sans devoir faire le tour ? Pratique. Non, vraiment, Laura ne comprenait pas en quoi sa question n’était pas claire. Se couper ! C’était lui, le professeur, pourquoi posait-il une question à son élève ? Il devait tout connaître, non ? Les professeurs ne sont pas des dictionnaires ambulants ? Grosse désillusion…

Laura s’apprêtait à reformuler ou à se lever pour chercher un dictionnaire mais hésitait tout de même. Il risquait de mal le prendre, non ? Si… Attendre était plus prudent, son professeur allait sans doute préciser ou réaliser que la question de la collégienne était on ne peut plus claire. Et puis, en plus, elle ne voyait pas comment reformuler sa question et elle se voyait mal expliquer ce qu’elle avait imaginé quelques secondes plus tôt. Par chance, Monsieur Redfire sembla s’être repris et avoir enfin compris sa question. Il lui montra alors une carte avec plein de fils partout, chacun s’entrelaçant et s’emmêlant les uns aux autres, comme une grande toile d’araignée. Oui… Mais encore ? Laura contempla la carte sans comprendre, attendant les explications du professeur.

M. Redfire – La Terre est en perpétuelle activité intérieure et extérieure, car notre planète est vivante. Sous nos pieds, dessous des couches de roche de centaines de kilomètres, se trouve le centre de la terre, du magma en fusion, un cœur brûlant qui ne cesse jamais de s'agiter. La terre tremble, car elle est vivante, active. Ces plaques, en se déplaçant, garantissent la stabilité des continents. La terre tourne sur elle-même et autour du soleil. Ce mouvement à lui seul détruirait toute forme de vie si la terre ne possédait pas ce cœur de chaleur, et si elle en tremblait pas pour ajuster les continents et océans aux mouvements qui leurs sont imposés par ce déplacement dans l'espace.

Laura reporta son regard sur la grosse boule que tenait son professeur, un peu perdue. Elle avait du mal à comprendre ce qu’il venait de dire, et surtout le rapport avec cette boule. Un cœur brûlant… C’était sans doute psychologique, mais la collégienne avait l’impression de sentir quelque chose de chaud sous ses pieds, comme si le magma du cœur de la Terre n’était pas à des « centaines de kilomètres » mais à quelques mètres à peine. Comme si elle était juste au-dessus… Ce qui la fit, instinctivement, lever les pieds. Réflexe stupide, oui, mais comprenez-là, une adolescente agit souvent sans réfléchir à cet âge !

Mais la boule. Ne pas l’oublier. Regardant attentivement, sans comprendre pour autant, Monsieur Redfire coller des bouts de papier plus ou moins grands sur la boule qu’il tenait face à elle, Laura resta silencieuse en résistant difficilement à l’envie de demander pourquoi il s’amusait à coller du papier sur une boule. S’il voulait la recouvrir, il lui faudrait des morceaux plus… Aaaah. Cette boule, c’était la Terre ? Et les bouts de papier, les continents ? D’accoooord… Bon, ça, c’est fait.

La comparaison semblait encore plus évidente, maintenant, surtout lorsque Monsieur Redfire commença à faire tourner la petite boule… faisant tomber les bouts de papier un à un. Hein ? Mais ils allaient tomber, alors ?! Laura fit les yeux ronds à son professeur, à la limite de la panique, se cramponnant à son banc. Il venait de lui dire que les continents allaient se détacher, hein, elle avait bien compris ? Mais elle l’aurait retenu, s’il avait dit cela en cours !

M. Redfire – Observez. Si la terre n'ajustait pas les terres et océans, ils se briseraient. En les bougeant, elle les remet correctement en place, comme des pièces immenses d'un puzzle.

Ah. Donc, ils n’allaient pas tomber dans le vide ? Bon, récapitulatons… Récapitul… Répétons. Donc, si la Terre bougeait, cela montrait qu’elle était vivante. Et si elle ne bougeait pas, ils risquaient tous de tomber. Seulement, c’était dangereux vu que, lorsqu’elle bougeait, il y avait des tremblements, crevasses, etc. Donc dangereux, mais moins dangereux que si rien ne bougeait ? Entre tomber dans le vide et avoir quelques tremblements de Terre… Le choix était vite fait. Suivant du regard son professeur qui allait jeter les bouts de papier, imaginant qu’elle habitait sur l’un deux, Laura ne put s’empêcher de frissonner légèrement.

M. Redfire – La Terre ne peut pas se couper en deux, non, dit-il avec autre sourire. Les failles, même importantes, ne sont que des fissures bien innocentes comparé à la masse que représente notre planète. Pour comparer, dites-vous ce qu'elles sont à la terre ce que sont les tuyaux de la plomberie au pensionnat. Toutes les failles s'entrecoupent et se rejoignent, voyez-vous. Et il faut savoir que la terre tremble en permanence. En ce moment même, nous vivons une série de séismes indétectables. Une chance, car notre pays ne repose pas sur de grosses failles. Et il n'y a, à l'heure d'aujourd'hui, que des moyens très limités de prévoir les plus gros séismes.

D’un coup, Laura se sentit incroyablement idiote. Si la Terre était si grosse que cela, il est vrai qu’imaginer qu’elle puisse se couper en deux était… ridicule. Stupide. Naïf. Peu importe le mot, à vrai dire, mais le fait était là : sa question était stupide. La collégienne était sincèrement reconnaissante à Monsieur Redfire de ne pas s’être moqué d’elle et d’avoir pris le temps de répondre. Il grimpait vraiment dans l’estime de Laura, là, et venait de gagner très nettement le rang de « professeur gentil et patient qui ne se moque pas des questions stupides ». En résumé, elle l’aimait bien, comme Madame Chevreuil.

M. Redfire – Nous ne pouvons rien faire non plus pour éviter un séisme, une éruption, un ouragan, un tsunami... Juste apprendre à vivre avec lorsqu'on se trouve dans des endroits très sensibles.

Apprendre à vivre avec… Laura hocha la tête pour montrer qu’elle avait compris, qu’elle n’avait plus aucune question. Elle ne dit rien, cependant, réfléchissant. Ils ne pouvaient rien faire… Et les pauvres gens qui habitaient là-bas, ils se retrouvaient seuls, dehors, sans abri ni rien ? Un vague sentiment de culpabilité naquit à l’intérieur de l’adolescente, soudainement. Ils étaient en sécurité, ici. Et même s’il y avait un tremblement de terre en France, au Pensionnat, elle était certaine de ne pas se retrouver sans abri grâce à l’argent, comme ils pouvaient tout acheter pour reconstruire. Mais tout le monde n’avait pas cette chance…

Laura – Je n’ai plus de questions. J’ai tout compris… Je veux dire que c’est plus clair, maintenant, comme j’ai… écouté. Donc je heu… Merci.

Et ces paroles clôturèrent le cours, la fin étant annoncée par Monsieur Redfire. Au prochain cours pour la suite de la matière à rattraper, et tout irait bien. Elle savait qu’elle aurait deux cours de soutien par semaine, au moins, mais comptait bien travailler dur pour récupérer son retard et ne pas se laisser dépasser par la matière. Au boulot, et voilà ! Saluant son professeur, Laura quitta la pièce pour aller retrouver ses amis. Enfiiin, du temps libre !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Premier cours de soutien [PV Cyprien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier cours de soutien [PV Cyprien]
» Premier cours de Physique-Chimie [Noel, Libre]
» Premier cours d'anglais - Prise de contact (Junior/Senior)
» Premier cours d'équitation pour An' [Avec Lorenzo]
» Les codages HTML de tata Melow || PREMIER COURS : création d'une boîte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Les étages :: Premier étage :: Sciences et SVT-
Sauter vers: