Pensionnat de la Ste Famille

1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cimetière bien rempli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magister
Maître du Jeu
avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 75

Âge RPG : 314 ans

MessageSujet: Cimetière bien rempli   Mer 7 Sep - 21:00



PNJ Eva Doucet, bibliothécaire au pensionnat

Les cours s'étaient terminés plus tôt pour les élèves à cause de réunions pédagogiques prévues pour la préparation du prochain voyage scolaire. Eva referma doucement la porte de la bibliothèque et laissa tomber les clés au fond de son sac en bandoulière, vêtue comme dans les années vingt avec une longue robe sobre et droite, ses cheveux courts attachés et le teint aussi pâle qu'à l'accoutumée. Elle traversa le couloir en rasant presque les murs, marchant sans relever les yeux, que ce soit sur l'armée, les élèves ou les autres membres du personnel, descendant les escaliers avec le bruit léger de ses talons claquant sur le sol. Elle ne parla à personne durant le trajet, même aux rares élèves qui la saluèrent, ni aux professeurs qu'elle croisa et qui se rendaient à la réunion. Elle n'avait rien à leur dire, ni à eux, ni à personne, par ailleurs, elle était comme fermée au monde extérieur et tout ce qu'il contenait. En arrivant dans le hall d'entrée, Eva marcha au même rythme vers les doubles-portes, puis dans le parc, toujours en évitant le regard de tout le monde. Elle se rendit ainsi jusqu'au village, plongée dans ses pensées, ramenée par le flot de ses souvenirs dans un sombre passé. Même ce qui pouvait arriver aujourd'hui ne pouvait l'arracher à ses troubles et ses propres fantômes, tout ce qui avait déjà pu détruire sa vie alors qu'elle était si jeune. Au village, personne ne lui parlait non plus, ou presque. Eva savait qu'on la prenait pour un vampire.

Les rues du village étaient encore peu animées, à cette heure, ce sera sans doute plus agité en soirée. les feuilles mortes venaient voler contre ses chevilles et sa veste légère, qu'elle portait par-dessus sa robe. malgré le froid mordant installé depuis quelques jours, elle ne frissonnait pas, habitée depuis bien longtemps par un froid intérieur bien plus puissant qui lui ne pouvait être chassé par un bon feu de cheminée. Elle continua sa route jusqu'au cimetière, poussant les grilles pour se frayer un passage, sous un ciel gris et bas, accentuant l'idée que l'hiver était déjà bien proche. En remontant l'allée centrale, elle s'arrêta tout d'abord devant la tombe d’Émilie, s'agenouillant. Elle sortit de son sac un petit oiseau en bois, ailes déployées, qu'elle avait sculpté pour elle, le calant sur la tombe pour qu'il ne tombe pas. Cette enfant était partie jeune, bien trop jeune et Eva avait su s'attacher à elle avant sa mort, se reconnaissant en elle et ses souffrances. Elle se leva, les mains jointes devant elle, silencieuse et très droite devant la tombe. Il ne lui fallut guère attendre longtemps avant que la petite ne sorte de son tombeau, silhouette presque évaporée dans la lueur du jour, puis tende la main vers l'oiseau en bois, passant au travers puis se rétractant. Eva hocha la tête pour répondre à son remerciement, ne bougeant pas de sa position quand Emilie vint se mettre "debout" près d'elle, toutes deux regardant la tombe de marbre.

– Il y a un garçon de la grande école ici, maintenant, murmura la petite fille dans un souffle.

– Oui, je sais. J'étais à l'enterrement. Tu joues avec lui ?

– Parfois, oui.

Il y avait trop de jeunes à l'enfance brisée dans ce cimetière. Emilie retourna dans son tombeau suite à sa réponse, s'y fondant dans un léger nuage jusqu'il ne reste plus trace d'elle. Eva continua sa route, s'arrêtant sur toutes les tombes des élèves morts au pensionnat depuis un an, soit sept élèves, en comptant Alexis qui était le plus récent à avoir trépassé. Ils avaient si peu de visites...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cimetière bien rempli   Mer 14 Sep - 21:19

Il avait de nouveau plu la nuit précédente et Luke rentra avec de la boue jusqu'aux genoux pour prendre une autre paire de bottes, ayant fait craquer la semelle de sa paire actuelle en tombant dans un trou. Anna exigea tout d'abord de vérifier s'il s'était blessé ou non, avant de le laisser repartir, rassurée. Il fallait faire attention avec ça, même si on n'avait pas mal sur le moment, ça ne prouvait rien. Il ressortit avec un petit signe de main et un sourire, retournant au travail. Anna referma la porte derrière lui puis termina de nettoyer le salon et la cuisine, où elle n'avait pas eu le temps de passer la serpillère hier soir. Elle était en congé aujourd'hui et en profitait pour s'occuper de la maisonnette où elle vivait avec Luke, dans le parc, non loin d'une des dépendances de la maison. Une fois tout bien propre, elle mit des souliers plus solides et prit veste et sac, mettant son porte-monnaie à l'intérieur. elle avait des petites courses à faire au village.

En sortant, elle prit sa bicyclette, posée contre le mur derrière la maison, puis l'enfourcha en veillant à ce que les pans de sa jupe ne viennent pas s'emmêler dans les roues. Filant sur la route menant jusqu'au portail, elle s'arrêta et descendit de vélo pour ouvrir la porte latérale, plus petite, avant de reprendre son vélo et d'aller sur le bord de la route, pédalant assez vite, les pans de sa veste, sa jupe et son sac voletant derrière elle sous l'effet du vent, comme quelques mèches de cheveux et un petit ruban accrochée à son chapeau. Anna n'aimait guère les foulards et fichus pour couvrir ses cheveux, préférant les chapeaux. Elle mit une dizaine de minutes, en vélo, avant d'arriver à Gray, s'arrêtant d'abord à la mercerie. Elle posa sa bicyclette devant la vitrine et l'attacha avec un petit fil au guidon avant d'entrer, saluant le patron de la boutique qui lui sourit, assis derrière son comptoir, à lire le journal.

– Madame Callaway, bien le bonsoir. Que recherchez-vous, aujourd'hui ? J'ai un nouvel arrivage de dentelles du Jura, mes clientes en raffolent en ce moment.

– Pour aujourd'hui, je cherche des tissus pour coudre nos prochains vêtements d'hiver, les nôtres sont très usés. Qu'avez-vous en coton et en lin ?

Le mercier déposa son journal et vint lui montrer les différents tissus, lui faisant toucher et palper les produits pour qu'elle juge de leur qualité. Anna passa ensuite commande de ce qu'il lui fallait, Luke passera chercher le tout et payer la prochaine fois qu'il viendra à Gray, avec la camionnette du domaine, en même temps que récupérer les provisions du mois et d'autres fournitures. Une fois terminé avec la mercerie, Anna salua le patron puis ressortit, poussant son vélo à pied jusqu'à l'herboristerie, qui servait aussi de pharmacie, plus éloignée de la place centrale du village. Elle reprit en même temps deux savons à la lavande, emballés dans des jolies papiers kraft décorés, et des plantes pour soigner les douleurs au dos de Luke, qui en souffrait beaucoup en hiver. Le pharmacien était occupé à discuter d'un nouvelle crème avec une autre cliente, aussi Anna ne s'attarda-t-elle pas, rangeant ses achats dans son sac avant de sortir.

Comme le cimetière était assez proche, Anna décida de s'y rendre pour rendre visite à Emilie. Elle gara de nouveau la bicyclette sous le petit auvent réservé aux vélos puis entra dans le cimetière, la grille, lourde, grinçant quelque peu lorsqu'elle l'ouvrit. En venant ici, elle était toujours impressionnée par le soin que mettait le prêtre et d'autres jeunes gens à entretenir consciencieusement le cimetière. C'est un peu plus loin qu'elle vit le fantôme de la petite Emilie, une vision qui avait le don de lui serrer le cœur de chagrin, devant sa propre tombe, debout près d'une autre femme, bien vivante, que Anna avait déjà apercevoir quelques fois au cimetière sans jamais l'approcher de plus près. Le silence était tel ici que la domestique pouvait entendre la respiration posée de cette femme. Même vu de plusieurs mètres de distance, il était aisé de remarquer sa jeunesse, ainsi que sa pâleur considérable. Peut-être était-elle malade.

– Il y a un garçon de la grande école ici, maintenant, murmura la petite fille dans un souffle.

– Oui, je sais. J'étais à l'enterrement. Tu joues avec lui ?

– Parfois, oui.

Oh, elles évoquaient du jeune garçon dont madame avait parlé du décès... Anna contourna un petit monument funéraire lorsque la fillette presque translucide disparu dans sa tombe et que la jeune femme s'éloigna vers d'autres tombes dans le cimetière. Anna ne tenta guère de la déranger ou l'interpeller, on ne venait pas ici pour de longues discussions animées mais pour se recueillir. S'arrêtant près de la tombe d'Emilie, elle s'agenouilla et posa la main sur le marbre glacée, murmurant une prière et confiant l'âme de la petite fille à la Vierge Marie. Il était tellement cruel que la mort se soit emparé d'elle si jeune, et même si cette petite avait vraiment beaucoup souffert, disparaître ainsi à dix ans était terrible. En se levant, Anna revit la jeune femme, tout à coup frappée par son regard, et lui demanda impulsivement si elle était la grande sœur d'Emilie. Son interlocutrice secoua la tête en répondant non, l'air très neutre.

– Navrée, j'aurai dû me présenter d'abord, reprit la jeune domestique sur un ton d'excuse. je me nomme Anna Callaway. J'ai eu la chance de pouvoir connaître Emilie avant sa disparition et je m'étais attaché à elle, je vous ai trouvé une certaine ressemblance physique avec cette pauvre enfant, d'où ma question. Elle n'a que peu de visites.
Revenir en haut Aller en bas
Magister
Maître du Jeu
avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 75

Âge RPG : 314 ans

MessageSujet: Re: Cimetière bien rempli   Lun 19 Sep - 11:17



PNJ Eva Doucet, bibliothécaire au pensionnat

Les feuilles mortes venaient déjà s'envoler entre les allées nettes et bien entretenues du cimetière. Eva marcha entre les tombes, regardant les noms des personnes disparues, baissant la tête en voyant les noms et dates des petits êtres partis bien trop jeunes, souvent bien trop brutalement. La mort, la mort terrible qui venait tout emporter... La mort pouvait être si douce et si cruelle, un ange noir s'emparant des âmes et les emportant avec elle vers d'autres terres inaccessibles, sans qu'on ne puisse rien y faire. Parfois, il arrivait que l'âme soit si lourde que la Mort ne puisse pas l'emmener jusqu'aux cieux et doive la laisser sur terre, en une trace indélébile et pleine de chagrin. C'était un destin horrible. Eva revint dans l'allée centrale, voyant un peu plus loin une autre femme près de la tombe d'Emilie. Elle l'avait déjà vu au village et sur les chemins de campagne, c'était une femme qui devait vivre ou travailler non loin d'ici. La jeune bibliothécaire se rapprocha à nouveau, s'arrêtant près de la tombe et de la visiteuse, qui se se redressa et eut un très léger temps d'arrêt en la regardant. Elle lui demanda tout à coup si Eva était la grande sœur d'Emilie, faisant légèrement hausser les sourcils de la jeune femme qui secoua la tête pour dire non. Pourquoi le serait-elle ? L'enfant n'avait ni frère ni sœur, ni même de parents, ils l'avaient reniée. Elle était seule, comme tant d'autres. La solitude pouvait si vite devenir votre seule compagne.

– Navrée, j'aurai dû me présenter d'abord, reprit la jeune domestique sur un ton d'excuse. Je me nomme Anna Callaway. J'ai eu la chance de pouvoir connaître Emilie avant sa disparition et je m'étais attaché à elle, je vous ai trouvé une certaine ressemblance physique avec cette pauvre enfant, d'où ma question. Elle n'a que peu de visites.

– Je viens parfois rendre visite aux enfants enterrés ici, répondit-elle. Emilie et d'autres. Je me nomme Eva Doucet.

Sa voix était comme à son habitude, très posée, peu forte, aussi douce qu'elle pouvait sonner très froide, une voix qu'on en s'attendait guère à écouter, surtout venant d'une femme. Elle parlait comme un condamné à mort, devant économiser ses dernières paroles et choisir très soigneusement ses mots lorsqu'elle s'exprimait. La jeune femme n'avait, de toute manière, que peu l'habitude de parler, depuis des années, et jamais pour ne rien dire. Pas de longues discussions avec qui que ce soit, jamais, elle ne se rendait pas non plus dans la salle des professeurs lors des pauses pour discuter avec ses collègues. Se sentait-elle véritablement membre du personnel de cette grande école ? Oui et non. Elle vivait, respirait, marchait, travaillait, tout cela en marge du monde et ne se souciait guère que de très peu de sujets. Ses collègues, qu'ils soient professeurs, surveillants, cuisiniers, infirmier, femme de ménage ou autre, étaient pour elle comme des ombres vagues, passant à la lisière de son monde avant de disparaître. Elle ne connaissait bien aucun d'entre eux et ne s'inquiétait pas d'arranger cet état de fait, comme elle ne voulait pas qu'eux puissent la connaître. Chacun sa route et chacun sa vie.

– Nous nous ressemblons peut-être, reprit-elle d'un ton encore plus bas. Ce n'est qu'une vague impression. Tous ceux qui sont déjà passé par la préparation à la mort se ressemblent. Cette enfant a franchi la frontière de force. Connaissez-vous l'envie de vengeance ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cimetière bien rempli   Jeu 9 Fév - 14:11

– Je viens parfois rendre visite aux enfants enterrés ici, répondit-elle. Emilie et d'autres. Je me nomme Eva Doucet.

– Ravie de vous rencontrer.

Comme à son habitude, Anna restait très cordiale et avenante, bien qu’il y ait… quelque chose, chez cette femme, qui la mette particulièrement mal à l’aise. Peut-être le ton de sa voix, son maintien, la domestique ne saurait pas le définir. Dans tous les cas, il y avait quelque chose qui ne collait pas. La jeune femme s’efforça de garder un air ouvert et souriant, les mains jointes devant elle, reportant le regard sur la tombe d’Emilie. Le marbre glacé, une petite phrase écrit sous le nom, la date de naissance et celle de mort de l’enfant. Bine peu, dans ce village, avaient cependant eu l’occasion d’apercevoir le fantôme de la petite, elle ne se montrait pas si aisément et seulement avec certaines personnes choisies. Ceux qui l’avaient connu, pour qui elle éprouvait une certaine affection. Anna prit une petite inspiration, tremblant un peu devant cette tombe bien trop froide et dure pour accueillir une enfant.

– Nous nous ressemblons peut-être, reprit-elle d'un ton encore plus bas. Ce n'est qu'une vague impression. Tous ceux qui sont déjà passé par la préparation à la mort se ressemblent. Cette enfant a franchi la frontière de force. Connaissez-vous l'envie de vengeance ?

– Heu… Pas… pas vraiment, non.

Cette fois, la jeune femme à côté d’elle l’effrayait vraiment. Qui parlait de cette façon ? Que devait-on traverser pour en arriver là ? Passer par la préparation à la mort, que voulait-elle dire par là ? La jeune femme n’osait pas poser la question, pinçant les lèvres comme pour s’empêcher de prononcer toute parole malheureuse ou qui pourrait être mal interprétée. Elle était particulièrement mal à l’aise, mieux valait ne pas rester ici, sa vis-à-vis lui faisait peur. Anna décida donc de prendre congé, souriant à la jeune femme puis se penchant une dernière fois pour toucher la tombe d’Emilie puis partir à grands pas. Désolée, elle devait être un peu trop nerveuse, mais… Cette dame… Madame Doucet… Son nom ne lui allait pas du tout, elle était très étrange, comme déjà… « morte » à l’intérieur. Anna ne voulait pas savoir ce qu’elle avait vécu, ce serait trop pour ses nerfs. Une fois partie du cimetière, elle grimpa à nouveau sur son vélo puis repartit, prenant la route la conduisant hors du village, pour rejoindre le domaine de son patron et la petite maison où elle vivait avec Luke.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cimetière bien rempli   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cimetière bien rempli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NIKHOLAS ○ Une heure de gloire bien rempli vaut largement une éternité anonyme.
» NIKHOLAS ○ Une heure de gloire bien rempli vaut largement une éternité anonyme.
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Une vaste Terre :: France :: Village de Gray :: Centre-ville-
Sauter vers: