1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Préparatifs de mariage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Préparatifs de mariage   Ven 11 Déc - 16:07

– Faites pas cette tête, Colonel, ricana Sébastien en allumant sa cigarette. Vous savez bien que les rumeurs vont vite, dans la région !

– Notre cher adjudant-chef a raison, ajouta Alex avec un grand rire. Avec ça, je vous rappelle que nous sommes voisins, ma femme et moi avons bien entendu vos galipettes hier matin, faut pas crier trop fort dans cet immeuble.

– De toute façon, c'était prévisible, sourit le sous-lieutenant en remerciant Sébastien pour la cigarette qu'il lui tendit. Pour le lieutenant et vous. On savait que ça finirait par s'officialiser.

Le colonel était devenu encore plus  rouge, enfoncé dans le coin du canapé, les bras croisés, marmonnant quelque chose d'intelligible. Les trois hommes éclatèrent de rire en chœur, allumant leurs cigarettes puis débarrassant la petite table entre les deux longs fauteuil pour y installer un petit tapis et faire leur partie de belote. Le jeune Enrick n'était pas venu ce soir, il devait sortir avec sa dernière petite amie en date, l'emmener au restaurant dans une ville voisine. Isabelle était absente aussi, invitée à passer la soirée chez des amies, à la caserne. C'est ainsi que le colonel et ses trois subordonnés se retrouvaient dans ce salon de repos plutôt agréable, à jouer aux cartes après avoir rapidement dîné. Le colonel venait de leur annoncer qu'il allait épouser Isabelle mais était tombé des nues lorsque ses adjoints lui avaient avoué que tout le monde ici savait déjà qu'ils s'étaient sauté dessus la veille au matin. Eh oui, quand on habite dans des appartements, assez vieux, ou l'insonorisation n'était pas formidable, il faut veiller à rester plus discrets lors des ébats amoureux ! Alex l'avait appris à ses dépens, comme tout le monde, c'était au tour du colonel, maintenant. Le commandant s'installa plus confortablement dans le canapé, calant lui aussi une cigarette au coin de la bouche.

– En parlant de couple, puisqu'on est dans les ragots, paraît que la générale a divorcé, lança Alex sur un ton de confidences en prenant ses cartes.

– Ça aussi, c'était prévisible... On ne se marie pas avec une personne qui ne comprend pas notre mode de vie, il y a déjà pas de mal de rumeurs qui circulaient. Passez-moi le cendrier, commandant.

Alex se pencha pour l'attraper puis lui donner, croisant une jambe sur l'autre en demandant qui lançait la première touche. La salle de repos était comble, ce soir. La rentrée avait eu lieu l'avant-veille et pas mal de militaires revenaient de permissions, une semaine, ou deux pour certains, avec leurs familles. Alex aussi avait pu partir quelques jours avec sa femme et leur adorable petit garçon, au bord de la mer. Louis n'avait encore jamais vu l'océan et n'avait cessé de courir sur la plage, heureux, sautant dans l'eau avec son père, s'amusant dans les vagues, pendant que sa mère restait sur la plage à profiter du soleil. De superbes vacances avec sa petite famille qui lui avait bien vidé la tête. Enlevant la cendre prête à tomber en la tapotant dans le cendrier, Alex jeta un regard à son supérieur, curieux.

– Alors, vous avez déjà prévu une date pour votre mariage ? On peut vous aider pour les préparatifs, si vous voulez ! Comment vous imaginez les choses ?
Revenir en haut Aller en bas
Fabrice Gavin
Colonel
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 195

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Préparatifs de mariage   Mer 23 Déc - 17:36

Comment ça, ils étaient déjà tous au courant ?! Fabrice les fixa tous à tour de rôle, bouche bée, incapable de comprendre. Il ne leur avait rien dit, pourtant, comment pouvaient-ils déjà savoir ?! Et ça ne datait que d'hier ! Ils... Non mais hier, hier, seulement, hier, et ils savaient déjà ! C'était lui qui avait manqué un très gros épisode ? Il leur avait parlé ce matin puis avait oublié ? Non, impossible, il se souvenait tout de même de ce qu'il racontait aux uns et aux autres, il n'était pas encore fou à ce point. L'adjudant-chef récupéra une cigarette dans le paquet posé au milieu de la table, semblant aussi narquois que tous les autres, à le voir aussi scié. Fabrice refusa d'un geste celle qu'on lui tendait, à moitié enfoncé dans un coin du canapé près de la petite table, ne voulant que savoir comment ils pouvaient déjà être tous au courant. Autour d'eux, la salle de repos était comble et l'ambiance plutôt détendue. Ici, pas de chef râleur sur leur dos ni d'image à tenir devant les gamins, professeurs ou villageois, ils étaient libres de rire et se détendre comme ils en avaient envie.

– Faites pas cette tête, Colonel Vous savez bien que les rumeurs vont vite, dans la région !

– Notre cher adjudant-chef a raison, ajouta le commandant avec un grand rire. Avec ça, je vous rappelle que nous sommes voisins, ma femme et moi avons bien entendu vos galipettes hier matin, faut pas crier trop fort dans cet immeuble.

... D'accord... Les voisins n'étaient pas censées vous entendre, dans cette caserne, surtout lorsque vous étiez plongé dans ce genre d'actes ! Le colonel se sentit encore plus ridicule, croisant les bras, terriblement gêné. Entre la cuite monumentale qu'il s'était prise, ses accès de déprime, son rapprochement imprévu avec Isabelle – qui ne voulait ni compagnon ni enfants jusqu'à une date récente – et apprendre comme ça que toute leur équipe était déjà au courant... Il n'y avait pas un trou, là, tout près, pour se cacher dedans ? Heureusement qu'Isabelle n'était pas dans le coin, elle les aurait tous fusillés sur le champ pour oser s'incruster dans sa vie privée ou même se permettre le moindre petit commentaire. C'était gênant...

– De toute façon, c'était prévisible, sourit le sous-lieutenant en remerciant Sébastien pour la cigarette qu'il lui tendit. Pour le lieutenant et vous. On savait que ça finirait par s'officialiser.

Les joues de Fabrice prient une teinte cramoisie bien plus soutenue, alors qu'il s'enfonçait un peu plus dans le canapé en marmonnant entre ses dents que tout était allé très vite et qu'il n'avait pas vraiment eu le temps de réaliser. Ses trois subordonnés éclatèrent de rire puis débarrassèrent la petite table pour y installer un tapis pour leur jeu de cartes. Le colonel poussa un gros soupir un peu blasé en allumant sa cigarette, songeant qu'il n'y avait vraiment rien pouvant rester secret plus d'un jour ou deux, dans ce village, les rumeurs filaient plus vite qu'une balle. Et là, dans le cas présent, le commandant n'avait vraiment pas perdu de temps pour raconter à l'équipe ce qu'il avait entendu. Tss. Fabrice allait entendre parler de ça pendant des jours, sans oublier son meilleur ami qui n'allait pas manquer une aussi belle occasion de le charrier. Reposant le briquet, il toussa un peu en prenant une petite bouffée de cigarette, refusant d'un geste un petit verre d'alcool. Il essayait d'arrêter de boire et c'était déjà bien assez dur comme ça. Enfin, si au moins il pouvait ne plus craquer comme avant-hier, ce serait déjà un progrès. Il ne voulait pas être envoyé de force en cure de désintoxication, comme on l'en avait déjà menacé bien des fois s'il ne mettait pas la pédale douce sur la bouteille.

Se redressant, Fabrice cala la cigarette dans un coin de sa bouche en se mettant assis correctement, près de la table et du tapis de jeu. Toute l'équipe n'était pas là, Isabelle avait été invitée à une "soirée entre femmes", autrement dit, le genre de soirées qui avait le don d'effrayer et repousser les hommes à la fois. Qu'est-ce que les femmes fichaient exactement là-dedans, il n'en savait rien et ne voulait pas le savoir, se mêler à ça terminait toujours mal. Quand à Enrick, le cadet du groupe, il était occupé avec une énième petite copine. Voilà longtemps qu'il sortait avec bien des filles, cherchant la perle rare, celle dont ils aura qu'elle était son âme sœur, sa moitié, alors qu'il était déjà sorti avec quelques filles qui auraient été très bien pour lui. Enfin, le colonel n'était pas très bien placé pour donner des conseils en amour, vu sa propre situation. Il écrasa le bout de sa cigarette dans le cendrier, prenant un verre d'eau près de lui, résistant à son envie perpétuelle de boire.

– En parlant de couple, puisqu'on est dans les ragots, paraît que la générale a divorcé, lança le commandant sur un ton de confidences en prenant ses cartes.

– Ça aussi, c'était prévisible... On ne se marie pas avec une personne qui ne comprend pas notre mode de vie, il y a déjà pas de mal de rumeurs qui circulaient. Passez-moi le cendrier, commandant.

Divorcée, déjà ? En effet, ça n'aura pas duré longtemps. Le colonel prit les cartes qu'on lui donnait, jetant un coup d'œil dans a salle pendant qu'ils lançaient la partie. Le général Mickaël discutait d'une voix très forte non loin d'eux, avec un jeune sous-officier, expliquant qu'il partait en retraite au mois de novembre et quittait la France avec sa femme, direction l'Amérique du Nord, dans une petite ville du Canada, où vivait déjà sa fille, son gendre et ses petits-enfants. Il y avait beaucoup de départs, depuis quelques mois, entre ceux qui quittaient l'armée et les déserteurs, à cause de ce qui se passait. Fabrice en avait aidé presque une dizaine à déserter, des soldats, hommes et femmes, possédant des dons et ne voulant pas devenir des cibles, qui avaient préféré disparaître sans qu'on ne puisse leur poser de questions. Tous, sauf un qui s'était réfugié dans le Sud, avaient quitté le pays, partant en Amérique, en Asie ou en Angleterre. Ce n'était pas quitter le pays qui allait leur faire échapper aux différents extrémismes, dans tous les cas, il y avait des fascistes partout. Les Etats-Unis aussi, malgré leur réputation d'ouverture et de liberté, n'échappaient pas à la règle.

– Alors, vous avez déjà prévu une date pour votre mariage ? On peut vous aider pour les préparatifs, si vous voulez ! Comment vous imaginez les choses ?

Hum, si le commandant venait s'en mêler... Fabrice retint une grimace de justesse, imaginant déjà son subordonné se laisser emporter par son enthousiasme en voulant "aider" et terminant par organiser une fête à l'extrême opposé de ce que le colonel avait pu imaginer. Même John avait baissé la tête avec un petit sourire cynique, lui aussi au fait des frasques de leur collège, sachant très bien de quoi il était capable. A son anniversaire, le commandant n'avait rien trouvé de mieux que de faire livrer une baignoire chez lui, il y avait plus modeste et discret, comme cadeau.

– Nous n'avons pas encore posé de date, mais ce sera une fête calme, tranquille, intime, vous voyez le genre ? Rien de très spectaculaire, je voyais ça seulement avec les amis et les proches.

Il eut un faible sourire, songeant que ni Isabelle ni lui ne pouvaient inviter leurs familles. Les parents de la lieutenant ne voulaient plus voir leur fille tant qu'elle ne se décidait pas à quitter les rangs de l'armée et devenir une simple femme au foyer sans histoire, à s'occuper de ses enfants. Même chose pour ses frères, ses sœurs, ses oncles et tantes, elle était persona no gratta pour le moment. Quant à Fabrice, il était fils unique, orphelin de mère, et son père avait essayé de lui jeter une chaise à la figure en hurlant la dernière fois qu'il l'avait vu. Posant ses cartes, il ajouta qu'il ne s'était pas encore penché sur les détails de l'organisation pour le moment.

– Ce sera assez rapide, de toute façon, on ne compte pas mettre toute la caserne au courant. Peut-être avant Noël, ce serait bien, on aura plus de temps pour organiser un repas, avant les fêtes. Vous avez posé un ou deux jours, pour le réveillon ?

– J'ai pu prendre une semaine de permission, répondit le sous-lieutenant en buvant une longue gorgée. On part sur la côte Atlantique avec madame et les gamins, ma belle-famille vit là-bas.

L'adjudant-chef répondit après qu'il n'en savait rien, encore, n'ayant pas pris la peine d'aller au bureau pour voir s'il avait le droit à quelques jours. Ils n'étaient qu'en septembre, de toute façon, ils avaient tous le temps de préparer des activités ou des vacances avec leurs familles respectives.

– D'ailleurs, commandant, que pensiez-vous en parlant d'aider pour préparer notre mariage ? Vous avez déjà fait ça avant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Préparatifs de mariage   Jeu 11 Fév - 17:08

– Nous n'avons pas encore posé de date, mais ce sera une fête calme, tranquille, intime, vous voyez le genre ? Rien de très spectaculaire, je voyais ça seulement avec les amis et les proches.

Enfin, pourquoi rester bien calme et tranquille pour un mariage ?! C'était un événement très important, dans une vie, il fallait s'en occuper avec dignité ! Alex ne comprenait pas qu'on ne veuille pas voir les choses en grand pour cela, pour une telle fête, il faudrait au moins un peu d'animation. Voulaient-ils aller à l'Eglise ? Il ignorait complètement si ses deux collègues étaient croyants, il y en avait peu qui avaient toujours foi en Dieu, dans l'armée, depuis la Guerre. S'ils passaient par une petite cérémonie à l'Eglise puis à la mairie, ou l'inverse, on pourrait enchaîner sur une fête toute simple à la caserne ! Et pour les invitations, hum, voyons voir... Alex y réfléchit très vite, tout en faisant tourner sa cigarette entre ses doigts, avant de la caler de nouveau entre ses dents. Isabelle en voyait plus sa famille, pas plus que leur chef, donc c'était déjà ça de moins à préparer. Enfin, qui allait conduire Isabelle à l'autel, à l'Eglise, si ni son père ni son beau-père n'étaient présents ?! Il eut un gémissement de désespoir en baissant le nez sur ses cartes avec une petite moue. Il faudra demander à un très bon ami, pas le choix, vu qu'ils ne pouvaient pas respecter la tradition. Sinon, qui pourrait faire l'affaire ? Le colonel ajouta qu'ils ne s'étaient pas encore penchés sur les détails pour l'organisation du mariage. Il n'était pas obligé de se débrouiller seul, pour commencer, tout le monde pouvait aider.

– Ce sera assez rapide, de toute façon, on ne compte pas mettre toute la caserne au courant. Peut-être avant Noël, ce serait bien, on aura plus de temps pour organiser un repas, avant les fêtes. Vous avez posé un ou deux jours, pour le réveillon ?

– J'ai pu prendre une semaine de permission, répondit le sous-lieutenant en buvant une longue gorgée. On part sur la côte Atlantique avec madame et les gamins, ma belle-famille vit là-bas.

Aaaah, le réveillon, il y avait ça aussi à préparer ! Alex n'y avait pas encore réfléchit non plus, même s'il songeait à une soirée sympa avec sa femme et son fils. Commencer par un bon restaurant, sans doute, puis à une des fêtes populaires, Louis sera sûrement ravi de voir un véritable feu d'artifice, il en rêvait depuis longtemps. Ils iront dans une grande ville pour les marchés nocturnes et les attractions de fête, verront un feu d'artifice puis s'amuseront toute une nuit. Une halte à l'hôtel puis se reposer et ce sera reparti, avec une longue balade en famille pour ce premier jour de l'an 1932, après la messe traditionnelle. Ce sera sûrement très bien, un bon moment de partage en famille, ils commenceront cette année avec bonheur. Le jeune père tenait plus que tout à ce que ce début d'année reste gravé dans la mémoire de son petit garçon, qu'il puisse porter en lui ce souvenir d'enfance comme un beau trésor, pour les jours où il sera triste et aura besoin de ce réconfort. C'était important, pour un enfant, de disposer de ces souvenirs et de ces moments d'émerveillement, de tous ces instants où leurs yeux s'étaient illuminés grâce à la magie des fêtes ou des spectacles. Le sourire du commandant s'agrandit encore lorsqu'il posa ses cartes,a près avoir bu une gorgée, souhaitant à tout le monde de connaître ça, souhaitant à chacun de pouvoir tenir la main d'un enfant et l'aider à grandir, tout en remplissant autant que possible sa vie de moments heureux. Le colonel et le lieutenant connaîtront ça aussi, un enfant à protéger, élever, aimer ! Il n'y avait aucun doute là-dessus.

– D'ailleurs, commandant, que pensiez-vous en parlant d'aider pour préparer notre mariage ? Vous avez déjà fait ça avant ?

– J'ai bien préparé le mien, mon colonel, lança-t-il avec bonne humeur. Et aidé ici et là, pour des amis de ma femme. Même pour une fête simple, il y a pas mal de choses à prévoir ! Le repas, le lieu de la fête, la musique, les tenues et ainsi de suite. Pour vous, vous avez une uniforme d'apparat, mais faut une robe de mariée pour le lieutenant.

Il y avait bien un tailleur, au village, pas vrai ? Le sous-lieutenant confirma d'un hochement de tête, tout en jetant un regard dubitatif à son jeu de cartes, avant d'en poser une autre. Alex lança que le lieutenant pouvait toujours aller voir si quelque chose lui plaisait, on ne sait jamais. Il ne pouvait pas être de bon conseil, pour la robe, il n'en portait. Et puis, pas question que le colonel la voit avant, ce qu'il souligna ne insistant bien là-dessus. Le marié découvre la tenue de sa femme le jour du mariage, pas avant, car ça porte malheur. L'adjudant-chef lui demanda d'un ton narquois s'il devenait superstitieux, ce à quoi le commandant répondit d'une grimace en haussant les épaules. Comme on ne pouvait pas être sûr, mieux valait bien respecter à la lettre toutes les recommandations et ne pas tenter le diable, comme ça, on évite les ennuis et tout se passe à la perfection ! Simple, non ? Alex reprit sa cigarette, posée dans un coin du cendrier, pour en rendre une bouffée, toussant un petit peu en crachant la fumée.

– Il y a aussi les mariages à thèmes qui sont sympas, reprit-il en s'enfonçant dans le canapé, jambes croisées et cartes en mains. Pour ceux qui aiment beaucoup un univers en particulier et qui en font le thème de leur union ! Tous les invités doivent se déguiser, je trouve ça vraiment bien et ça donne une atmosphère moins formelle et plus détendue. Ça ne se fait pas beaucoup en France, mais j'avais vu ça, aux Etats-Unis.

Il essaya de décrire le mariage qu'il avait pu observer, de loin, lors d'un court voyage aux Etats-Unis et qui l'avait beaucoup marqué. A la fois drôle et original, c'était à ses yeux une excellente façon de vraiment marquer ce jour et s'en souvenir durablement, il avait beaucoup apprécié l'idée.

– Vous devez aussi choisir vos témoins, colonel ! Comme le lieutenant. Commencez à y réfléchir, ça va arriver très vite. Vous avez déjà une idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Fabrice Gavin
Colonel
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 195

Âge RPG : 34 ans

MessageSujet: Re: Préparatifs de mariage   Dim 28 Fév - 18:29

– J'ai bien préparé le mien, mon colonel, lança-t-il avec bonne humeur. Et aidé ici et là, pour des amis de ma femme. Même pour une fête simple, il y a pas mal de choses à prévoir ! Le repas, le lieu de la fête, la musique, les tenues et ainsi de suite. Pour vous, vous avez un uniforme d'apparat, mais faut une robe de mariée pour le lieutenant.

Fabrice imaginait très bien le lieutenant en tenue de l'armée, camouflée quelque part avant de tirer, en tenue de combat ou d'entraînement, en revanche, il était incapable de l'imaginer en robe de mariée, si on voulait être honnête. C'était... ça ne collait pas ensemble, tout simplement, c'était comme imaginer la générale éclater de rire, il n'y parvenait pas. Son équipe parlait du tailleur qu'il y avait au village et qui avait déjà conçu des tenues de mariage, Isabelle pourrait aller y jeter un œil. Hum, seule ? Elle ne devrait pas être accompagnée par quelqu'un, au moins pour ne pas rester seule dans ce genre de course ? Ce sera sûrement assez long et contraignant pour elle. Le colonel aurait voulu l'accompagner mais n'osait formuler l'idée, sachant très bien que le commandant allait aussitôt hurler que le marié ne devait pas voir la robe de sa femme avant le jour de la cérémonie. D'ailleurs, comme s'il avait lu ses pensées, son coéquipier s'empressa de souligner qu'il n'était pas censé savoir ce qu'elle portera car ça portait le malheur. Fabrice sourit légèrement, tout en jetant un coup d'oeil à ses cartes. Oui, ce n'était que la superstition, bien que la majorité des couples veillent à respecter cette tradition. Le lieutenant devait sûrement bien se moquer qu'il voit ou non sa robe avant le mariage, elle n'était pas très accrochée à ce genre de détails. Il s'étira un peu avant de poser sa carte, tirant une bouffée sur sa cigarette. Jamais il n'aurait cru parler de son mariage ainsi, surtout le mariage avec Isabelle Robin, qui avait toujours dépend cette union comme parfaitement inutile, refusant qu'un homme lui passe de nouveau la bague au doigt un jour.

– Il y a aussi les mariages à thèmes qui sont sympas, reprit-il en s'enfonçant dans le canapé, jambes croisées et cartes en mains. Pour ceux qui aiment beaucoup un univers en particulier et qui en font le thème de leur union ! Tous les invités doivent se déguiser, je trouve ça vraiment bien et ça donne une atmosphère moins formelle et plus détendue. Ça ne se fait pas beaucoup en France, mais j'avais vu ça, aux Etats-Unis.

Des mariages... à thèmes ? Comment ça ? Les invités et les mariés venaient à la fête déguisés en il ne savait quoi ? Ces américains... Le commandant était lancé dans la description d'un de ces mariages, confirmant à Fabrice toute la bizarrerie de la chose. Il était de la vieille école, pour lui un mariage, c'était la mariée en robe blanche, le marié en costume noir et chemise blanche, les invités avec des couleurs vives, le tout dans un parc, une salle de fête ou n'importe où ailleurs. On ne mêlait pas à la fête des costumes ou déguisements étranges. Un mariage, ce n'était pas la fête foraine du coin ! Il haussa les sourcils en écoutant la description du banquet de fête et la musique de l'orchestre. C'était d'un ridicule consommé, même si le commandant, lui, semblait beaucoup apprécier l'idée. Il aimait toujours ce qui sortait de l'ordinaire, ce qui était assez loufoque et un peu bizarre. Chacun ses goûts, comme on dit... Le sous-lieutenant lui fit signe de jouer, après avoir marmonné en regardant ses propres cartes.

– Vous devez aussi choisir vos témoins, colonel ! Comme le lieutenant. Commencez à y réfléchir, ça va arriver très vite. Vous avez déjà une idée ?

– Christophe sera mon témoin, sourit-il légèrement en tapotant sa cigarette dans le cendrier. Pour le lieutenant, je ne sais pas si elle a déjà une idée, demandez-lui directement.

Il passa son tour lorsque cela revint, n'ayant pas de quoi jouer. Le sous-lieutenant raconta la façon dont s'était déroulé son premier mariage, ponctué de diverses incidents avec son ex belle-famille, qui l'avait détesté bien avant l'union officielle. De ce côté-là, ni Isabelle ni lui ne risquaient d'avoir le moindre problème. La famille d'Isabelle ne lui adressait même plus la parole ! Quant au père de Fabrice, il se moquera bien de savoir que son fils se mariait, lui qui mettait tant d'efforts à renier sa vie passée et le fait qu'il ait eu un enfant. Humph. Le jeune colonel avait presque envoie de lui écrire tout de même et lui annoncer ses fiançailles, pour le simple plaisir de le narguer, lui crier "J'ai refais ma vie, malgré tes efforts pour la détruire, aujourd'hui, tu n'es plus qu'un vieillard aigri bouclé dans une maison de retraite et tu ne peux plus rien gâcher, ni mon existence, ni celles des personnes que j'aime". Ce serait une douce revanche... Il garda l'idée bien au chaud dans un coin de son crâne, se promettant d'y réfléchir plus longuement.

– J'espère surtout que rien ne viendra gâcher la fête, dans le genre missions imprévues ou je ne sais quoi. Ou même des gamins beaucoup trop agités de l'école. Vous avez eu des échos d'incidents, ces derniers temps ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Préparatifs de mariage   Sam 23 Avr - 11:09

– Christophe sera mon témoin, sourit-il légèrement en tapotant sa cigarette dans le cendrier. Pour le lieutenant, je ne sais pas si elle a déjà une idée, demandez-lui directement.

Oui, il faudra qu'il y pense demain matin, il était grand temps de se soucier de ce genre de choses ! Il fallait toujours du temps pour bien préparer un mariage, même si la fête restait simple, c'était un millier de détails sur lesquels réfléchir afin de tout assembler une union qui restera dans la mémoire des mariés, peu importe la forme qu'elle prendra. Le sous-lieutenant leur raconta un peu plus en détails comme s'était passé son premier mariage, une journée somme toute assez crispée puisque la famille de la jeune mariée n'aimait guère leur nouveau gendre. Alex en rit un peu, secouant la tête puis écrasant le reste de sa cigarette dans le cendrier avant de s'y brûler les doigts, soufflant la fumée. C'était toujours ça le problème, l'entente entre les deux familles des mariés ! Alex n'avait eu ce genre de soucis, s'entendant très bien avec ses beaux-parents et leur rendant régulièrement visite, tout comme il le faisait avec ses propres parents. Il menait une vie bien plus équilibrée et heureuse aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a quelques années, tout cela grâce à plusieurs personnes qui lui étaient très chers. Sa femme et son fils, bien sûr, mais aussi le colonel qui lui avait permis de changer, des amis proches, les membres de son équipe. Il les aimait tous profondément, disposant dans ce grand corps de soldat une réserve d'amour et d'affection presque illimitée. Il tenait à offrir autant qu'il recevait chaque jour, et ce malgré la vie qu'ils menaient.

– J'espère surtout que rien ne viendra gâcher la fête, dans le genre missions imprévues ou je ne sais quoi. Ou même des gamins beaucoup trop agités de l'école. Vous avez eu des échos d'incidents, ces derniers temps ?

– Non, pas spécialement, mis à part les bêtises habituelles, sourit-il. On entend des pas mal, quand même, ils ont une sacré imagination, ces gosses ! j'espère que le mien ne sera pas aussi agité, quand il aura douze ou treize ans.

– Ne rêvez pas trop, commandant, glissa le sous-lieutenant avec un sourire. J'en ai quatre qui arrivent à cet âge et je peux vous assurer que c'est tout sauf facile à gérer. Il y a des claques qui se perdent, chez certains gamins.

La conversation dériva presque aussitôt sur la manière de bien éduquer les enfants et les valeurs à leur donner dès la petite enfance. Alex était un père plutôt conciliant, aimant partager des centaines activités avec sa famille, toujours prêt à passer un après-midi tout entier à jouer avec son petit garçon, lui lire des histoires ou lui en raconter, selon ce qu'il avait vu et ses propres souvenirs. Tout était bon pour le rendre heureux ! Lui et son épouse étaient très attachés aux valeurs de partage et Alex tenait à ce que son fils devienne une personne ouverte aux autres et digne de confiance, cela lui semblait essentiel. Le sous-lieutenant mettait une priorité plus importante sur la bonne éducation, le savoir-vivre, le respect et l'apprentissage. Chacun gérait de la façon dont il voulait voir leurs fils et filles évoluer, somme tout, il n'y avait aucune "bonne ou mauvaise" façon de faire, d'après ce qu'il entendait ici. Alex sourit en détaillant comment son propre père l'avait éduqué, lorsqu'il était môme, reconnaissant sans trop de peine qu'il avait été bien turbulent, jusqu'à un certain âge.

– Je voudrai tant donner un petit frère ou une petite sœur à Louis, ajouta-t-il avec un air profondément attendri. Ma femme est d'accord, on se bouge pour faire un petit bébé. Vous voudrez bien en être le parrain lorsqu'il ou elle sera né, Colonel, dites-moi ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Préparatifs de mariage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Sous-sols et Rez-de-chaussée-
Sauter vers: