1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Genji Nakajima [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Genji Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 125

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Genji Nakajima [Validé]   Lun 24 Aoû - 15:06

Genji Nakajima




« Moi, ma vie, mon œuvre »

Les informations générales

Pièce d'identité

Nom et prénom : Genji Nakajima
Date de naissance : 10 août 1915, 16 ans
Groupe : Elève
Don(s) : Vent
Situation maritale : Célibataire
Rang social : Peuple

Caractère

Comme tout jeune homme de son âge, Genji a plusieurs passions, où il se donne à fond. Comme son père et deux de ses oncles, il a toujours adoré les arts martiaux, mais son manque de discipline évident fait qu’il a souvent bien du mal à progresser ou à se plier aux règles. Il fait de son mieux, veut apprendre, mais il ne parvient souvent pas à se clamer assez et à rester tranquille. Il a toujours besoin de se défouler et de bouger, sa famille le considère comme bien imprudent et irréfléchi, ce qui leur cause bien du souci. Ses parents n’ont de cesse de lui répéter de se tenir tranquille et de respecter ses aînés, de ne pas leur faire honte. Genji tâche de faire des efforts, mais rien n’était jamais assez bien pour sa famille, si bien qu’il a fini par développer un comportement à risques, se rebellant de plus en plus face à l’autorité paternelle, agacé qu’on lui demande toujours de se calmer et de se taire. Il a du mal avec l’autorité et trouve bien nombre  de règles trop contraignantes et pénibles à suivre.

S’il souffre d’avoir des relations particulièrement dégradées avec ses parents et une bonne partie de la famille, il veille cependant à ce que personne ne le sache, par une fierté mal placée qui lui interdit de montrer à quel point la situation le rend malade. Il ne saurait même pas expliquer pourquoi, mais à force d’engueulades, de remontrances, de reproches et de sanctions, il voyait comme un désaveu de plus qu’on sache ce qu’il ressentait, comme si après ça, son père perdrait définitivement foi en lui. Il essayait de trouver sa voie et s’y tenir, mais son caractère emporté ne l’aidait pas, pas plus que ses relations avec sa famille. Son père répétait qu’il devait être bien cadré et Genji répétait que ça irait sans doute bien mieux si on lui laissait de l’air. Las, jour après jour, il désespérait sa famille. Lorsque c’était trop, Genji filait se cacher assez loin de chez lui pour pleurer un bon coup et se défouler, avant de rentrer. Il ne voulait pas perdre la confiance de ses parents et sa famille mais ne pouvait agir comme ils le désiraient.

Pourtant, lorsqu’il le voulait vraiment, Genji était capable d’apprendre vite. Sa tante Himako lui avait donné le goût d’apprendre des langues étrangères et il parlait ainsi couramment le Japonais, l’Anglais et le Français. Il s’entraînait parfois seul aux arts martiaux mais sans réellement progresser, ce qui le faisait culpabiliser encore plus. Lorsqu’il se laissait aller, il pouvait se révéler souriant et très sociable, prêt à se lancer dans toutes les aventures ou bêtises, du moment qu’il pouvait se défouler un peu ou ressentir une bonne dose d’adrénaline. Il n’était pas du genre prudent, ce qui donnait des cheveux blancs à sa mère, surtout lorsqu’il rentrait en étant blessé. Il vivait comme il pouvait, en essayant de tout concilier, mais était de plus en plus convaincu qu’il n’était peut-être, tout simplement, pas assez bien pour sa famille, comme il ne rentrait pas dans le moule.

Physique

Les heures d’entraînement, plus ou moins constructives, forgent peu à peu à Genji un corps solide, mais il garde néanmoins une apparence plutôt frêle. Il n’est pas bien gros, mais est relativement souple et rapide. Il peut courir très longtemps sans s’essouffler et sauter assez haut lorsqu’il a un bon appui. Il a toujours eu la chance de disposer d’une bonne santé, ne tombant pas souvent malade et s’en remettant en quelques jours. Il est solide, même si la puberté et l’adolescence ont eu tendance à fragiliser son état mental, surtout depuis les problèmes dans sa famille. Ses yeux sont peu bridés et il porte une masse de cheveux de la même couleur qu’il a beaucoup de mal à coiffer correctement le matin, ce qui fait qu’il les laisse souvent ébouriffés. Il s’habille toujours d’habits simples et clairs, dans un style décontracté.

« Ma vie trépidante »

Le salon était l’une des pièces principales de vie, où la famille se réunissait le soir pour lire, discuter, vaquer à de petits travaux ou écouter la radio. Ce soir-là, Genji était sans doute le seul, avec son père, à tirer une tête jusqu’à terre. Son père, Josuke Nakajima, était aussi le chef de la famille, depuis la mort de son propre père, et avait donc, en plus de cette autorité naturelle, une autorité de père sur chacun de ses enfants, y compris Genji, qui trouvait cela insupportable. Assis contre le mur, il taillait un bout de bois avec un petit couteau, non loin de son père qui le regardait de temps à autre avec un air grave. Ils venaient d’avoir une violente dispute, sans doute l’une des plus graves depuis bien longtemps.  Son père venait de lui annoncer qu’il allait partir en France avec son oncle au mois d’août, pour qu’il apprenne mieux que ça à maîtriser son don, ainsi que pour apprendre la discipline et le respect.

Genji lui en voulait de le chasser comme ça, il en voulait à sa mère qui avait approuvé  l’idée, il en voulait même à son oncle d’avoir accepté ça. A ses yeux, c’était juste une sanction de plus, il n’était pas le fils aîné respectable et respectueux que son père voulait, donc il le chassait loin d’ici. Pouvait-on avoir une preuve plus claire que ses parents ne voulaient plus de lui ? Le grondement sourd de la révolte hurlait en lui, Genji avait envie de lancer ce qu’il tenait par la fenêtre puis de s’enfuir en courant, le plus loin possible de cette maison, courir il ne savait où puis se cacher dans un coin pour crier et pleurer. Il regarda les deux filles Françaises qui étaient à la maison pour juillet partir se coucher, suivies peu de temps après par Solène qui avait l’air fatiguée. Genji croisa le regard de son oncle puis détourna la tête, dents serrées, en taillant le bois avec un peu plus de forces. Il aurait dû refuser ! Si Genji gênait tant que ça, il pouvait bien partir de son côté, trouver un travail et point final, au revoir. Sentant qu’il risquait de pleurer et donc de craquer devant tout le monde, il se leva d’un bond, dit bonne nuit, puis fila de la pièce.

Il se réfugia dans le jardin, dans l’appentis où on rangeait le bois, puis s’assit dans un coin, ses bras autour de ses jambes, la gorge serrée. Il n’avait pas envie de quitter son pays, c’est tout. Il était le premier enfant de Josuke et avait toujours connu uniquement cette vie, ici, dans la maison familiale. La famille s’était agrandie avec ses frères, ses sœurs, ses cousins et cousines. Lorsque ses tantes se mariaient, elles partaient vivre dans la maison de leurs époux, comme c’était la coutume. Depuis tout petit, il menait une vie simple, travaillant avec sa famille, suivant les cours à l’école, apprenant d’autres langues. Josuke, son père, qui avait 45 ans, ainsi que Munemori  et Kimmitsu, ses oncles, qui avaient 43 et 42 ans, étaient les trois frères les plus âgés de la famille, et ceux à qui grand-père avait pu commencer à enseigner la voie du samouraï, avant la guerre qui avait frappé le Japon et dissout cette caste. Enfant, Genji avait passé des journées entières les regarder s’entraîner ensemble, rêvant de pouvoir faire comme eux. C’était avec eux trois qu’il avait commencé les arts martiaux, tout petit enfant, et déjà on lui reprochait le manque de discipline.

Il avait l’impression d’avoir perdu absolument tous repères, depuis un ou deux ans. Il ne pouvait plus rester plus de cinq minutes dans la même pièce que son père sans avoir de reproches ou un sermon. Autrefois, avec Munemori, il partait souvent avec lui et ses cousins pour pêcher, s’exercer ou simplement s’amuser, mais aujourd’hui, son oncle lui répétait les mêmes choses que son père. Genji était « trop rebelle, trop imprudent, trop irrespectueux », etc. Quand à Kimmitsu, il ne revenait au Japon qu’en été, presque deux mois, et Genji l’évitait très clairement, pour ne pas subir de reproches supplémentaires. Il gardait une apparence de façade, comme si tout allait bien et qu’il n’était pas touché par tout ça, façade qu’il ne se permettait de laisser tomber qu’avec ses amis ou lorsqu’il était seul, se conduisant de façon bien plus naturelle. S’appuyant contre le mur en bois, il regarda les lumières de la maison s’éteindre peu à peu. Il faisait très froid et il était un peu engourdi. Il s‘endormait à moitié lorsque la porte de derrière s’ouvrit et que son père l’appela d’une voix forte pour qu’il rentre tout de suite.

Il grogna puis se leva, rentrant dans la maison, alors que son père refermait sèchement derrière lui. Il fila se coucher sans dire un seul mot, ne répondant même pas à son père lorsqu’il lui demanda ce qu’il fichait dehors. Bien des répliques acides lui vinrent en tête mais il les garda pour lui, se contentant d’aller dormir. La journée était déjà assez pénible comme ça, pas la peine d’en rajouter. Il se blottit sous la couverture, se cachant pour ne pas laisser voir l’expression de son visage. Il entendit son père pester contre lui puis le silence revint dans le couloir. Genji ne bougea plus, les yeux grands ouverts, écoutant ses frères et sœurs respirer paisiblement dans leur sommeil. Il pensait au départ, à la France, à cette école dont il n’avait que peu entendu parler. Il savait juste que son oncle y donnait des cours et qu’il habitait dans le village d’à côté, avec Solène à présent. Il serra les dents et les poings, respirant plus fort, pour ne pas craquer. Il ne voulait pas partir. Peu importe s’il maîtrisait très mal son don ou « avait besoin de discipline », il n’avait pas envie de partir.


A très bientôt...

© Dakota - Never Utopia


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Genji Nakajima [Validé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Nicole Sumire Nakajima [OVER]
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Tribunal Militaire :: Témoignage sur l'honneur :: Fiches validées-
Sauter vers: