1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une chambre pour le bébé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une chambre pour le bébé !   Dim 31 Aoû - 19:23

Les magasins de Paris regorgeaient de merveilles en terme de bricolage et de décoration, lorsqu'on savait où chercher. Estelle avait passé commande, sur catalogue, de bon nombres de choses, telles que papier peint, objets de décoration, et ainsi de suite. On ne le croirait pas ainsi, mais elle avait un don pour tout ce qui bricolage et aménagement d'intérieur. Elle avait l'œil pour voir les couleurs qui se mariant bien ensemble, les objets qui font classe ou anciens, ce qu'il faut installer comme lumière pour mettre en valeur certains éléments, ou au contraire en cacher d'autres. Elle avait appris tout cela lorsqu'elle était encore avec sa famille, en voyage perpétuel, et où sa grande passion était de redécorer le petit coin de la roulotte où elle dormait, et ceux de ses cousins et cousines. Elle avait toujours adoré, également, tisser des vêtements, choisir des couleurs, les mélanger, et ainsi de suite.

Et il était temps de s'occuper d'un autre problème jusqu'ici resté en suspens. Faire une belle chambre pour les jumeaux qu'attendait Gabriella ! C'était d'une importance vitale, il fallait absolument que ses enfants aient une chambre bien décorée et où ils se sentiront bien, car ainsi, ils dormiront mieux, et feront leurs nuits plus vite ! Avant la naissance de Wyatt, la jeune mère avait passé plusieurs jours préparer sa chambre, à la maison à Gray, mais aussi au Pensionnat. Mais que Gaby ne s'en fasse pas, elle allait l'aider, tout se passera bien. Elle avait réservé le seul jours de al semaine où elle n'avait aucun cours pour les travaux.

Le jour dit, elle monta aux appartements de sa grande sœur d'adoption avec tout le matériel. Il était quatre heures du matin, tout le monde dormait encore, mais le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Frappant énergiquement à la porte de l'appartement de Gaby, au troisième étage, elle attendit avec impatience qu'elle lui ouvre. Allez, on se dépêche ! Elle re-frappa, frétillante et toute excitée. Gabyyy, debout ! Il était déjà quatre heures du matin, il fallait se mettre au travail ! Lorsqu'elle lui ouvrit, elle lui sauta quasiment au cou pour lui faire deux bises sur chaque joue en guise de bonjour, sans se soucier qu'elle était en peignoir.

- Bonjour ! Je suis prête, on peut commencer les travaux ! Tu vas voir, ce sera ravissant !

Elle entra avec vivacité et referma la porte derrière elle, entreposant tout ce dont elle avait besoin prêt de la chambre qui était encore vide. Entrant à l'intérieur, elle ouvrit les volets, bien qu'il fasse très noir, et effleura les murs nus avec un petit sourire, visualisant les couleurs pastels et claires qu'il fallait dans une chambre de bébé.

- Tu voyais quelle couleur, Gaby ? lança-t-elle avec énergie. Quel genre de tons ? Il faut éviter le jaune et le rouge, c'est trop agressif dans une chambre ! Le bleu, par contre, ce serait parfait ! Mais quel ton de bleu ? Pastel, âcre, doux ? Ou un bleu uni avec une longue frise au milieu du mur, sur tous les murs de la chambre ? Qu'en dis-tu ? On peut aussi faire un beau dégradé, avec un bleu ciel au plafond, pour faire rêver les petits.

Elle tournait sur elle-même en regardant partout, déversant toujours un flot continu de paroles, sans même attendre de réponse à ses questions. Puis prit son matériel pour laver les murs, prête ensuite à faire la colle et tapisser toute la matinée. Elle s'y mit avec une ardeur et un souffle à tout casser.

- Tu as déjà pris ton petit-déjeuner ? Sinon, fais-le ! Il faut absolument que tu manges correctement, tu es enceinte, tu dois prendre soin de toi !

Elle reprit son travail en sifflotant, chantonnant un vieil air de son enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Directrice
Général de division

avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 1315

Âge RPG : 33

MessageSujet: Re: Une chambre pour le bébé !   Lun 15 Sep - 13:16

Gabriella avait passé toute la soirée à régler les derniers détails avant le départ pour le voyage scolaire. Ils avaient écrits, avec les professeurs, le règlement, fait imprimer, et distribué à tous les élèves. Une conférence rapide avait été donné aux élèves pour les informer du déroulé du voyage, répondre à leurs questions, donner toutes les précisions nécessaires. Il y avait surtout eut du remous lorsque la répartition des chambres avait été dévoilée, provoquant un mini-tollé dans la salle de réunion. Machin préférait être avec Truc, et l'autre n'aimait pas être celui-ci, ou ne voulait pas dormir avec celui-là, et ainsi de suite. Gaby, qui était de plus en plus fatiguée par sa grossesse, avant finit par se lever d'un bond et hurler "Bouclez-la !", ce qui avait eu l'effet incroyable de faire taire tout le monde d'un seul coup. Un silence bienfaisant s'était installé, et elle s'était rassise en soupirant, faisant signe à Cyprien de continuer.

Valentin - Détends-toi un peu, lui avait ensuite soufflé son collègue. Ça fera du bien à tout le monde, ce voyage.

Se détendre, c'était facile à dire ! La réunion s'était terminée sans plus d'accrocs, et elle avait rappeler à chacun les règles pour les bagages et le transport avant de les laisser filer. La journée avait été très longue, d'autres problèmes s'étaient rajoutés durant la semaine... Gabriella commençait à se demander très sérieusement si elle ne devrait pas mettre deux lits au nom des Karinof, à l'infirmerie. Ils y finissaient si souvent que c'était à se demander si cela les amusait. Dans tous les cas, ils avaient un talent certain pour s'attirer le spires ennuis, il fallait croire que c'était de famille. Le soir venu, elle retrouva ses appartements avec un soulagement sans égal, savourant la paix qui y régnait, puis gémit en entendant le téléphone sonner. Mais rah ! Elle décrocha avec un énorme soupir, marmonnant un "Allô" très peu convaincu.

Fabrice - Gaby ? C'est toi ?

Gabriella - Qui veux-tu que ce soit ?

Son frère semblait nerveux, au ton de sa voix. Il avait de quoi, cependant, et elle se garda de faire le moindre commentaire. Depuis qu'Olivia, la fille de leur frère aîné, s'était enfuie pour rejoindre le pensionnat, Fabrice et Gaby passaient leur temps à tenter de calmer leur aîné, David. Il était furieux que sa fille ait encore fugué, surtout pour venir dans une "école de monstre" comme il se plaisait à le dire. Pour la jeune femme, c'était surtout parce qu'il ne supportait pas le besoin d'indépendance de son aînée, tout comme il n'avait jamais supporté que Gabriella poursuive ses études et devienne professeur. Les choses ne s'étaient pas arrangés avec les scandales autour de sa grossesse, puis de l'école. Comme elle s'y attendait, Fabrice appelait pour lui parler encore de leur frère et d'Olivia. Elle soupira à nouveau, longuement. Sa filleule était assez grande pour savoir ce qu'elle voulait ! Et si elle voulait étudier, c'était son droit.

Fabrice - Tu devrais la remettre dans le train et la renvoyer à Paris. On peut encore arranger les choses, mais il ne faut pas attendre !

Gabriella - Je ne vais pas la renvoyer. Si elle veut travailler ici, elle en a le droit.

Fabrice - Sauf que tu ne peux pas en décider, tu n'es pas sa mère !

Gabriella - Je suis la directrice de son école, Fabrice. A partir du moment où sa scolarité est payée et qu'elle ne fait rien qui puisse la faire renvoyer, je n'ai aucune raison de la reconduire à Paris. De plus, en tant qu'élève, et vu les problèmes actuels, elle est protégée au même titre que tous mes étudiants. J'imagine que tu n'ignores pas les petits soucis qui affectent les personnes ayant des dons, dans ce pays ?

Il y eut un silence, au bout du fil. Ses frères avaient encore un peu de mal avec cette réalité. Gabriella était la seule des trois à posséder des dons, et ses frères, bien souvent, ne comprenaient les problèmes qui en résultaient. Son grand frère voulut encore argumenter, mais elle finit par lui dire qu'elle allait se coucher. Elle était épuisée, et ne voyait pas l'intérêt de poursuivre ce genre de débats. Elle fila se coucher, s'effondrant dans son lit, s'endormant presque aussitôt.

Sa nuit, cependant, fut bien plus courte que prévu. Elle se réveilla en sursaut alors qu'on frappait contre sa porte. Ses pensées tombèrent aussitôt sur le thème "Danger/attaque/guerre/catastrophe/ennuis/danger!" et elle se leva à toute vitesse en enfilant un peignoir par-dessus sa chemise de nuit. Elle ouvrit la porte, prête à se lancer en guerre, et tomba sur Estelle, parfaitement réveillée, qui lui souriait très largement, et qui lui sauta dessus pour l'embrasser sur chaque joue. Que... Hein ?

Estelle - Bonjour ! Je suis prête, on peut commencer les travaux ! Tu vas voir, ce sera ravissant !

Les travaux ? Quoi ? Pardon ? Elle la regarda transporter pleins d'affaires et ouvrir les volets de la chambre où dormiront ses enfants, complètement ébahie, et très mal réveillée. Il lui fallut deux bonnes minutes avant de comprendre de quoi son amie parlait, et n'en hallucina que plus. Elle était sérieuse ? Elle voulait débuter les travaux en pleine nuit ?! Il était quatre heures du matin ! Si ce n'était pas Estelle, Gaby l'aurait bien assommé. Elle ne se contint qu'avec peine, se frottant les yeux pour être certaine de ne pas rêver.

Estelle - Tu voyais quelle couleur, Gaby ? lança-t-elle avec énergie. Quel genre de tons ? Il faut éviter le jaune et le rouge, c'est trop agressif dans une chambre ! Le bleu, par contre, ce serait parfait ! Mais quel ton de bleu ? Pastel, âcre, doux ? Ou un bleu uni avec une longue frise au milieu du mur, sur tous les murs de la chambre ? Qu'en dis-tu ? On peut aussi faire un beau dégradé, avec un bleu ciel au plafond, pour faire rêver les petits.

Du bleu... Résumons. Estelle venait la réveiller à quatre heures du matin pour des travaux dans la chambre des deux futurs bébés sachant qu'il y avait beaucoup de travail à réaliser avant le voyage scolaire et que le départ aura lieu trois jours plus tard ? Mais oui, bien sûr, tout était normal, pourquoi s'affoler ? C'était tellement habituel de réveiller les gens à quatre heures du matin pour peindre le plafond ! Misère...

Estelle - Tu as déjà pris ton petit-déjeuner ? Sinon, fais-le ! Il faut absolument que tu manges correctement, tu es enceinte, tu dois prendre soin de toi !

Quelqu'un pouvait-il lui expliquer qu'elle prendrait beaucoup mieux soin d'elle si personne ne venait interrompre ses rares bonnes nuits de sommeil en lui faisant croire à une attaque du pensionnat ?! Elle se retint de répondre, histoire d'éviter d'être grossière ou de commettre un meurtre, et tourna les talons pour retourner dans sa chambre. Elle fit sa toilettes, puis s'habilla, regardant avec envie son lit bien douillet. Impossible de se rendormir, maintenant ! Elle alla manger quelque chose dans la cuisine, tout en jetant au passage un regard noir à Estelle qui ne montrait absolument aucun signe de fatigue.

Gabriella - Elle se paye ma tête, marmonna-t-elle pour elle-même. Pitié, quoi...

Après avoir mangé, elle rejoignit sa petite sœur de cœur, et l'aida à laver les murs et préparer la tapisserie. Elle avait déjà tout acheté ! Ce n'était pas possible ! On appelait ça du harcèlement ? Elles travaillèrent en discutant de tout et de rien jusqu'au lever du soleil, à sept heures passés. Gabriella était déjà fatiguée, et elle finit par s'asseoir dans un petit fauteuil en osier, regardant la chambre avec découragement.

Gabriella - On va partir dimanche, Estelle, ça pouvait bien attendre les vacances de Mai ! Je n'ai pas encore accouché, en plus, et les berceaux sont déjà montés. Ils sont dans ma chambre, ils vont y dormir les premières semaines.

se relevant avec un soupir las, elle vérifia ce sur quoi elle devait travailler ce matin, qui se révéla être un vendredi chargé. Quel plaisir. Elle s'appuya contre le chambranle de la porte, observant un instant Estelle. Puis fronça légèrement les sourcils, la tête un peu penchée sur le côté.

Gabriella - C'est moi ou tu as pris un peu de... Enfin...

Elle n'osait pas lui dire qu'elle avait grossi, mais cela lui faisait bien cet effet ! Elle lui jeta un regard interrogateur, peu certaine de ce qu'elle avançait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une chambre pour le bébé !   Sam 27 Sep - 12:03

Estelle tâta le mur de la main pour vérifier s'il y avait des accrocs, puis reprit son travail, laissant sa meilleure amie retourner dans sa chambre pour s'habiller. François trouvait inutile de préparer une chambre spéciale, qu'un enfant dormait aussi bien dans une pièce avec des murs blancs, noirs ou verts, et qu'il ne servait à rien de faire de tels frais. mais elle n'était pas d'accord sur ça ! Qui voudrait dormir dans une chambre toute noire ? Le seul travail d'un enfant doit être de rêver, de se sentir bien, d'être à l'aise ! il doit se sentir protégé et aimé. En tout cas, c'était sa conception de la vie. Estelle rêvait depuis ses douze ans d'être mère, et voilà bien pourquoi elle avait refusé d'abandonner Wyatt, même si elle était seule, même si François n'était pas encore revenu vers elle. Et elle avait bien fait ! Aujourd'hui, il avait son papa près de lui, elle était mariée, heureuse à s'en étouffer, elle aimait profondément la vie qu'elle menait. François la protégeait des militaires, il lui assurait qu'elle n'avait rien à craindre, et donc qu'elle ne devait pas les approcher ni se mêler de ce qui ne la regardait pas, pour son bien. Elle l'écoutait toujours, lui obéissait. Il était son mari, il avait forcément raison.

Gaby revint, puis s'installa dans la cuisine, après avoir marmonné quelque chose qu'Estelle ne comprit pas. Hum ? Elle était fatiguée ? La jeune femme lui sourit, puis reprit son travail avec un entrain renouvelé, jusqu'au moment où Gaby vint la rejoindre. Elles travaillèrent tout en bavardant, mais Estelle s'arrangeait pour ne lui laisser que de petits travaux. Elle devait garder ses forces, pour l'accouchement, puis pour son nouveau rôle de mère ! Les premiers jours étaient toujours terribles. Chacun faisait des erreurs, on perdait confiance en soi, il y avait évidemment la fameuse dépression post-natale. Mais ce n'était qu'un passage, et plus l'enfant grandissait et s'éveillait à ce qui l'entoure, plus sa mère s'épanouissait. En plus, Estelle était persuadée que Gaby fera une très bonne mère, tant elle était protectrice avec ses proches. Elle défendra ses enfants jusqu'au bout.

Le soleil était déjà bien montée quand Gaby soupira puis 'assit dans un petit fauteuil. Estelle lui jeta un coup d'œil, inquiète. Elle devrait se ménager et se contenter de la regarder faire, pas de l'aider ! Ou pour de tous petits trucs, rien de plus. Lorsqu'Estelle avait préparé la chambre de son fils, elle l'avait fait dès le début de sa grossesse, afin d'être capable de gérer seule ! Il fallait être prudente, lorsqu'on portait la vie, et ne pas s'agiter.

Gabriella - On va partir dimanche, Estelle, ça pouvait bien attendre les vacances de Mai ! Je n'ai pas encore accouché, en plus, et les berceaux sont déjà montés. Ils sont dans ma chambre, ils vont y dormir les premières semaines.

Roooooh, oui ! Estelle fondit en un instant, se rappelant les doux moments où Wyatt dormait encore dans sa chambre, où elle entendait son petit souffle, voyait ses petits poings se serrer sur son doudou ! Quand elle le voyait ouvrir les yeux et sourire en la voyant pencher au-dessus de lui, quand il s'agitait sous l'effet d'un doux rêve, quand il refermait ses doigts sur le sien, quand elle se réveillait, et prenait son petit corps chaud et doux contre elle pour lui donner le sein. On voyait presque la volée de cœurs qui s'envolaient d'elle pendant que Gaby se levait et lisait des papiers de l'école. Son fils, son bébé, son petit ange, son chou d'amour, son cœur, son enfant, son... Elle eut un long soupir d'extase, imaginant l'avenir, radieuse. Et ne revint à la réalité qu'en prenant conscience que Gaby l'observait bizarrement. Et bah quoi ?

Gabriella - C'est moi ou tu as pris un peu de... Enfin...

De ? Estelle baissa la tête et se tortilla pour s'observer sous toutes les coutures. Elle avait pris quoi ? Des fesses ? Non, elles étaient comme hier, Estelle ne prenait jamais rien à cet endroit. Sa poitrine n'avait pas bougé non plus depuis la naissance de Wyatt, où elle avait gonflé avec le lait maternel. Son ventre, alors ? Elle avait pris du poids ? Ou alors... Elle releva la tête, souriant à belles dents à Gaby. Elle était la seule à l'avoir remarqué jusqu'ici ! Même François n'était pas encore au courant, elle voulait lui faire la surprise ! Elle trottina près de Gaby et se haussa sur la pointe des pieds pour lui chuchoter à l'oreille, comme s'il s'agissait du plus grand secret au monde.

- Ne le dis à personne, d'accord ? J'attend un enfant ! François ne le sait pas encore, je vais lui faire une surprise. Je grossis beaucoup plus vite, cette fois, mais c'est peut-être parce que je n'ai pas encore tout perdu, avec ma première grossesse.

Elle rit comme une enfant, posant son front sur l'épaule de son amie, souriante et plus que ravie. Elle pourrait aimer la terre entière, en cet instant, distribuer tous les câlins et l'amour du monde. Prise d'une impulsion, elle serra Gaby dans ses bras, se blottissant contre elle. C'était une femme qui ne vivait que pour l'amour, la tendresse, pour donner la vie, pour la joie. Sa naïveté l'empêchait de voir tous les problèmes et les dangers. Elle était consciente de cela, mais ne pouvait lutter contre. Elle finit par reculer, les yeux brillants de tout l'amour du monde.

- Tout finira bien ! La pression se relâche sur l'école, en ce moment. Tu n'as pas à t'inquiéter, je suis certaine que tout va s'arranger ! Et il faut régler autre chose, d'ailleurs ! C'est très urgent ! Tu as déjà pensé à un nom pour tes enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Une chambre pour le bébé !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UNe chambre pour Fleur
» L'immunite des parlementaires
» La Tour de Mithrandir [Plan et description]
» La femme de chambre poursuit le NY Post pour diffamation
» Chambre n°4 : Quand quatre murs réunissent pour le meilleur et pour le pire deux étudiantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Pensionnat :: Rez-de-chaussée et Etages :: Troisième étage :: Appartement directorial-
Sauter vers: