1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Excursion scolaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Excursion scolaire   Ven 7 Juin - 10:53

Une araignée descendit lentement de sa toile, et Estelle la frappa du plat de la main, l'écrasant sur l'arbre le plus proche. Un de ses collègues lui jeta un regard un peu exaspéré mais elle n'en avait cure. Elle avait une sainte horreur des araignées ! Ces sales bestioles pleines de poils et de pattes, qui vous couraient dessus pour vous enfoncer leur dard crochu dans la peau et vous empoisonner, brrr. De toute façon, elle avait toujours détesté les insectes.Elle se débarrassa de sa veste pour ne pas étouffer, malgré la chaleur qu'apportaient les arbres, et jeta un oeil sur le groupe qu'ils menaient sur ce chemin dans la forêt. Un groupe hétéroclite et bruyant, qui riaient et parlaient forts. Tous ceux qui s'étaient inscrits, en ce samedi matin, pour une excursion scolaire aux ruines de Sallat.

Depuis qu'elle était ici, Estelle rêvait d'y emmener des élèves et de leur conter l'histoire du lieu, sa légende, et les instruire un peu, somme toute. Il n'était pas très difficile d'y accéder, il y avait un sentier dans la forêt qui y menait tout droit, en partant du pensionnat, après quinze minutes, vingt minutes de marche. Une promenade même très agréable par ce temps. Le soleil filtrait à travers la frondaison des arbres, apportant une fraîcheur agréable. Ils se rapprochaient du lieu, et Estelle rappela quelques élèves à l'ordre. Il s'agissait d'un lieu sacré après tout.

Elle escalada une souche, suivie des autres professeurs accompagnateurs et des élèves. Elle était un peu fatiguée, comme toujours lorsqu'elle marchait longtemps. Mais étant enceinte de huit mois, elle considérait avoir une excuse. La directrice lui en avait d'ailleurs fait la remarque, lui demandant pourquoi elle ne prenait pas un congé maternité, mais Estelle ne comptait pas arrêter tant qu'elle pouvait encore assurer ses cours. Elle aimait trop son métier pour cela. Elle sentait son bébé bouger en elle, et se demandait comment elle allait pouvoir l'élever au Pensionnat... Elle n'avait plus de "chez-elle" ailleurs, son petit appartement à Sainte Famille était désormais le seul lieu où elle pouvait vivre. Cela n'allait pas être particulièrement facile avec un bébé. Si seulement le père... Mais ne pas songer à cela.

Ils arrivèrent aux ruines. Sallat était constitué d'un ancien château, dont seuls les murs et quelques tours tenaient debout, d'une chapelle à peu près en bonne état, d'un petit parc, d'une grande fontaine. Souriante mais un peu essoufflée, elle se plaça près de la fontaine et appela les élèves à se réunir autour d'elle.

- Approchez, les enfants ! Et bienvenue à Sallat !

Elle s'appuya d'une main derrière elle sur le rebord de la fontaine, et posa machinalement l'autre sur son ventre. Une partie de ses pensées étaient perpétuellement tournées vers le bébé à venir et ses futures obligations de maman.

- Alors, est-ce que quelqu'un parmi vous connaît un peu Sallat et sa légende ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Excursion scolaire   Ven 7 Juin - 22:21

Je ne sais même pas ce qu'il m'a pris de m'inscrire à cette balade en forêt. J'aurais dû me douter que ça ne se passerait pas aussi bien que je l'escomptais. Déjà : j'ai dû faillir tomber dans la rivière au moins trois fois, me suis faite poursuivre par une abeille, prise une branche dans les genoux, puis étalée par terre à cause d'une stupide racine (je sais que j'ai un don de Terre, mais c'est tout de même dégradant d'en être couverte jusqu'au front), et, comble du malheur, ai écrasé un escargot. Qu'y a-t-il de pire que de sentir quelque chose s'éclater brutalement sous sa semelle avec un bruit gluant, et de se rendre compte que l'on vient d'ôter une vie, non sans causer de nombreuses souffrances ?
Toute à mes considérations sur le meurtre que je venais de perpétrer, je ne me rendis pas tout de suite compte que l'on venait de s'arrêter, et bousculais la personne devant moi. Je clignais des yeux, afin de, sûrement, sortir de ma bulle. Nous étions dans un endroit entouré de ruines, devant une grande fontaine. Un château délabré nous dominait, non loin. Je lui jetais un furtif coup d’œil. Déjà mon imagination tournait à plein régime. Qu'étaient devenus les gens qui avaient vécu ici ? Étaient-ils morts ? Est-ce que leurs esprits hantaient toujours les lieux ? La professeur, Madame Martin, venait de s'adresser à nous. C'était une femme jolie, assez petite (ce que je trouvais d'ailleurs formidable, car ainsi je pourrais lui parler sans avoir à me tordre le cou), et ... Enceinte. Étrangement, elle n'avait pas pris de congé pour cette occasion. Était-elle tant passionnée par son métier ?

- Approchez, les enfants ! Et bienvenue à Sallat !

Ces ruines se nommaient donc "Sallat". Pourquoi un tel nom ? Est-ce qu'un comte de Sallat, cruel et sadique avait habité ces lieux ? (J'inventais bien sûr tout cela, je n'avais aucune idée de ce qui avait bien pu se passer ici) Pourquoi est-ce que ... Madame Martin repris la parole, m'arrachant une fois de plus à mes réflexions.

- Alors, est-ce que quelqu'un parmi vous connaît un peu Sallat et sa légende ?

La question me pris de court. Encore obnubilée par mes pensée à la fois sinistres et fantastiques, et, voyant que personne ne s'était résolu à prendre la parole, je laissais échapper, malgré moi :

- C'est hanté, n'est-ce pas ?

Mal m'en pris. Tandis que je prononçais ces mots, les regrettant dans la seconde, un nuage assombrit le ciel, alors qu'un vent froid souffla brusquement. C'était comme si on s'était préparé à ce que je dise cette phrase, comme si quelqu'un avait élaboré toute cette mise en scène à l'avance. J'aurais voulu disparaître, n'avoir jamais dit cela. Le malaise se fit d'ailleurs sentir presque immédiatement.
Voilà, Rose. Encore une fois, tu as dit ce qu'il ne fallait pas dire. Autour de moi, les élèves chuchotaient, certains inquiets, d'autres carrément railleurs ... "Tu crois que c'est vrai ?", "Non non, elle est juste allumée, mais regardes-la !", "C'est pas possible, quand même, si ?", etc ... Je m'en mordais les doigts.
Aucun d'eux ne put toutefois s'empêcher de jeter de discrets coups d’œil vers la masse funeste du château. Je me tournais vers le professeur, en quête de soutien ...

- Je suis désolée ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Excursion scolaire   Sam 8 Juin - 11:19

Les élèves se regardaient les uns les autres, attendant que l'un d'eux se dévoue pour répondre à sa question. Estelle laissa un léger sourire flotter sur ses lèvres. Petite, et déjà passionnée d'histoire, elle avait épluché tous les livres sur les légendes de France qui avaient bien pu lui tomber sous la main, et les avait littéralement dévorés. Les légendes étaient presque toujours issues d'histoires vraies, après tout. Des histoires que l'on avait enjolivées, chacun à sa sauce, et qui donnait un récit empreint de mystère.

Rose Delis - C'est hanté, n'est-ce pas ?

Estelle se tourna vers elle, sans prêter la moindre attention au flot de murmures qui venait de s'élever. Elle aimait beaucoup les élèves qui osaient dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas. Les élèves qui parlaient, qui s'intéressaient à ce qu'ils voyaient et entendaient. Une élève qu'elle avait mis néanmoins un peu de temps avant de se souvenir du nom. Elle était nouvelle, toute fraîche débarquée de cette année. La directrice les avait mis en garde dès le début de l'année, les prévenant de faire attention aux nouveaux, de faire en sorte qu'ils ne soient pas mis à l'écart juste parce qu'ils venaient d'arriver.
Cependant, la jeune fille fille n'avait pas l'air du tout à l'aise, semblant même perdue et effrayée. que se passait-il ? elle n'était pourtant pas si loin de la vérité, après tout, même si Estelle ne comptait pas présenter les choses de cette façon. Inutile de coller des cauchemars à tous ces jeunes.

Rose Delis - Je suis désolée ...

- Désolée ? Pourquoi serais-tu désolée ? D'autant plus que tu as raison.

Elle faillit plaquer la main sur sa bouche, à l'instant où ces mots lui échappaient. Oups. Et bah bravo. Autant pour ses résolutions. elle se racla la gorge, se détachant de la fontaine, et désigna les restes du château d'un signe de la main. Vu ainsi, il avait vraiment un air lugubre, assez pour qu'on le croit volontiers hanté. A demi écroulé, il restait certaines portions intactes. C'était un lieu très ancien, datant du tout début du Moyen-Âge, vers le onzième siècle. Elle se tourna à nouveau vers ses élèves, alors que ses deux collègues, qui avaient accompagnés le groupe, restaient indifférents. Placés en retrait, ils venaient chacun d'allumer une cigarette et bavardaient à voix basse entre eux, à quelques mètres du groupe. Ce qui convenait parfaitement à Estelle.

- Il y a toujours un fond de vérité aux légendes, les enfants. Pour s'en tenir tout d'abord aux faits historiques purs et durs, sachez que Sallat, le château et son domaine, donc, ont été érigés en l'an 1024, par le Seigneur Guillaume de Sallat. Il avait obtenu ces territoires du roi, en récompense de hauts faits durant les nombreuses guerres de cette époque.

Elle leur fit signe de s'approcher, de mieux regarder ce qui restait du château. Quelques oiseaux s'envolèrent des créneaux en piaillant. Vu de près, les ruines restaient très impressionnantes.

- Guillaume de Sallat n'était qu'un petit Seigneur, mais il était avide pouvoir et de puissance. Intelligent, il a étendu son influence aux Seigneurs voisins, les mettant sous sa coupe. des seigneurs qui devinrent ses pantins. par leur biais, il étendit son territoire, et finit par contrôler presque la moitié de la France, quinze ans après son installation ici. Devenu riche et puissant, il en devint arrogant. Le Roi finit par s'en inquiéter. Il fallait arrêter le seigneur de Sallat. Mais comment faire alors que tant de puissants le soutenaient ? Comment, alors que Guillaume aurait le temps de se préparer à une telle attaque ?

Elle fit une pause, s'assurant que tous ses élèves l'écoutaient. Certain étaient totalement captivés par le récit. D'autres écoutaient mais sans plus. Quelques uns semblaient dormir debout... Tss, il ne fallait pas s'inscrire, dans ce cas-là !

- Le roi trouva une occasion lors de la fête de la Samhain, qui est aujourd'hui devenue Halloween. On dit que cette nuit-là, entre le 31 Octobre et le 1er Novembre, la frontière entre le monde des morts et celui des vivants est la plus mince. Cette nuit, Guillaume de Sallat avait organisé une grande réception dans son château. Ducs, duchesses, barons, dames de la cour, toute la haute société s'y pressa. alors que la fête battait son plein, le Roi, avec son armée, fit bloquer les issues et entrer ses hommes. Les invités ne portaient bien sûr pas leurs armes, étant en tenue de soirée. Ils furent tous décimés. Quand à Guillaume de Sallat, il fut abattu sur-place, avec toute sa famille, et son corps abandonné au milieu de ceux des invités. Le Roi reprit le contrôle de ces territoires, et pour faire bonne mesure, mit le feu au château.

Nouvelle pause, plus dû, cette fois, à la fatigue. Son dos la tirait, et la station debout la fatiguait beaucoup en ce moment. Elle s'assit sur le rebord de la fontaine et fit signe à ses élèves de faire de même. Elle sentait son bébé bouger, et se retenait pour ne pas sourire. Ses élèves n'auraient pas compris pourquoi, surtout après ce qu'elle venait de leur conter.

- C'est ici que la légende prend le pas sur la réalité historique. Une fois l'armée royale partit, les âmes de ceux qui furent massacrés profitèrent de la Samhain, profitèrent que la barrière soit si faible entre le monde des morts et celui des vivants pour retourner dans ce dernier. arrachés si brutalement à la vie, ils étaient perdus, incapables de trouver le repos. C'est ainsi que, toutes les nuits, depuis des centaines et des centaines d'années, le château se reforme, se pare à nouveau de ses merveilles, et les gens qui ont péris cette nuit-là se retrouvent pour danser. Jusqu'au moment où le soleil se lève et qu'un feu embrase le château, le remettant à l'état de ruine. Toutes les nuits, ces gens revivent leurs derniers instant, dans une fête éternelle se terminant toujours en massacre, et ce jusqu'au Jour du Jugement Dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1275

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Excursion scolaire   Sam 15 Juin - 16:09

Il faisait beau. Vraiment beau. Il ne pleuvait pas, ne faisait pas froid et, le comble du bonheur, Madame Martin avait organisé une excursion qui durait toute la journée pour ceux qui s’y étaient inscrits. Par conséquent, pas d’autres cours ! Que demander de plus ? Laura adorait sortir, explorer d’autres choses, d’autres endroits. Elle n’aimait pas rester enfermée entre quatre murs, c’était aussi pour cela qu’elle sortait régulièrement, dès qu’elle le pouvait. Alors, lorsqu’elle apprit la nouvelle pour l’excursion par l’intermédiaire d’une de ses copines : ni une, ni deux, elle s’inscrivit. Hors de question de louper cela ! Qui plus est, ce n’était pas par année mais par… Heu… Groupe ? Peu importe, son frère y était, tout comme des amis qu’elle avait dans les autres années. C’était la même tranche d’âge, grosso modo, mais cela suffisait amplement pour ne pas se retrouver avec que des gens que Laura détestait. Marchant en suivant le groupe, elle observait tout, notait les détails, les arbres, les pierres… Tout. Aucun détail ne lui échappait tant elle avait les yeux grand ouverts. Y’avait tellement de choses à voir ! Pourquoi ne pouvait-elle pas garder un souvenir immortel de tout cela ?

Après un court moment, ils arrivèrent à des ruines. Un château, ou ce qui en restait du moins. On pouvait encore voir des tours, une chapelle, un petit par cet une fontaine. C’était… immense. Très grand. Il leur faudrait au moins deux jours pour tout voir, comment leur professeure comptait-elle leur montrer l’ensemble de tout cela en une journée ? Ou alors, Laura n’avait pas tout tout lu et avait oublié de prendre de quoi loger ici ? Mais… Et s’il pleuvait ? C’était grand, ils n’auraient pas le temps !

Madame Martin – Approchez, les enfants ! Et bienvenue à Sallat !

Elle avait l’air essoufflée. Mais bon, Laura ne pouvait pas lui en vouloir, elle attendait un bébé et leur avait d’ailleurs dit qu’elle risquait d’être absente un petit peu, à un moment. C’était injuste, d’ailleurs… Laura l’aimait bien, cette professeure ! Au moins, elle était gentille, belle, intéressante. Et puis, elle l’avait sauvée de l’inspecteur, c’était important, ça aussi ! S’approchant d’elle comme tous les autres élèves, Laura écouta :

Madame Martin – Alors, est-ce que quelqu'un parmi vous connaît un peu Sallat et sa légende ?

La légende de Sallat ? Heu… C’était quelque chose en rapport avec de la salade mal digérée par un roi ? Ou alors, c’était le nom d’un roi qui avait mal tourné ? Ou des villageois qui avaient attaqué le château, pour cela qu’il était en ruines ? Mais non… Laura se tut, préférant ne pas attirer l’attention sur elle cette fois-ci. Elle regardait les autres élèves pour voir si quelqu’un avait la réponse. Mais personne ne semblait savoir… Sauf une élève, qui lui avait d’ailleurs causé une colle et une engueulade avec son frère.

Rose – C’est hanté, n’est-ce pas ?

Hanté ? La première fois que Laura l’avait croisée, elle avait aussi parlé de fantômes, non ? Cette fille était vraiment… bizarre. Elle avait un problème avec les fantômes, pour vouloir en parler tout le temps ? Enfin, leurs parents leur avait bien dit de ne pas juger comme cela mais Jasper avait souvent rétorqué à Laura que leurs parents disaient des bêtises. Donc, elle pouvait ne pas les écouter, non ? Oh et puis, de toute façon, elle ne l’avait que pensé, personne ne pouvait le savoir ! Surtout que les autres élèves ne s’étaient pas gênés pour commenter ce que Rose venait de dire. Les murmures allaient de bon train tandis que Madame Martin se tournait vers Rose, pour lui répondre sûrement.

Rose – Je suis désolée…

Madame Martin – Désolée ? Pourquoi serais-tu désolée ? D'autant plus que tu as raison.

… Quoi ? Des fantômes ? Ici ? Mais… Mais… Et si c’était dangereux ? Être entourée de gens qu’elle ne voyait pas, qui pouvaient les épier et les surveiller ou les toucher à tout moment, c’était… Un peu terrifiant. Un peu beaucoup, même. Et si ces fantômes s’attaquaient à eux ? Ou aux gens qu’ils aimaient parce qu’ils venaient troubler leur mort ? Directement, Laura chercha son frère des yeux, s’assurant qu’il n’avait pas disparu, qu’il était entier et qu’aucun revenant ne le tourmentait. Hanté… Des fantômes, ici ? Leur professeure désigna les ruines de la main et tous les élèves se tournèrent vers celles-ci. Maintenant, sachant cela, cet endroit faisait froid dans le dos. Laura n’était pas rassurée. Mais paaaas du tout.

Madame Martin – Il y a toujours un fond de vérité aux légendes, les enfants. Pour s'en tenir tout d'abord aux faits historiques purs et durs, sachez que Sallat, le château et son domaine, donc, ont été érigés en l'an 1024, par le Seigneur Guillaume de Sallat. Il avait obtenu ces territoires du roi, en récompense de hauts faits durant les nombreuses guerres de cette époque.

Laura écoutait attentivement ce que leur disait Madame Martin. Elle s’approcha un peu, tout en restant légèrement en retrait, lorsque leur professeure leur fit signe de venir pour observer les ruines d’un peu plus près. Heu… Très peu pour elle. L’idée d’être surveillée et touchée par des fantômes était déjà terrifiante et la mettait mal à l’aise, inutile d’aller les provoquer en allant sur leur terrain ! Néanmoins, cela n’empêchait pas Laura d’écouter le récit qui était captivant. Elle imaginait très bien la scène, l’environnement. Guillaume de Sallat, elle le voyait barbu, de looongs cheveux, un peu gros mais musclé avec son armure.

Madame Martin – Guillaume de Sallat n'était qu'un petit Seigneur, mais il était avide pouvoir et de puissance. Intelligent, il a étendu son influence aux Seigneurs voisins, les mettant sous sa coupe. Des seigneurs qui devinrent ses pantins. Par leur biais, il étendit son territoire, et finit par contrôler presque la moitié de la France, quinze ans après son installation ici. Devenu riche et puissant, il en devint arrogant. Le Roi finit par s'en inquiéter. Il fallait arrêter le seigneur de Sallat. Mais comment faire alors que tant de puissants le soutenaient ? Comment, alors que Guillaume aurait le temps de se préparer à une telle attaque ?

Bah… Ils n’avaient pas des magiciens, à ce moment-là ? Des gens comme tous les élèves rassemblés ici ? Ils n’étaient pas nés isolés, il y avait sûrement des gens « comme eux » au Moyen Age. Le Roi était sûrement au courant de tout cela, non ? Il devait connaitre toutes les personnes du royaume et savoir que certains avaient des pouvoirs… Non ?

Madame Martin – Le roi trouva une occasion lors de la fête de la Samhain, qui est aujourd'hui devenue Halloween. On dit que cette nuit-là, entre le 31 Octobre et le 1er Novembre, la frontière entre le monde des morts et celui des vivants est la plus mince. Cette nuit, Guillaume de Sallat avait organisé une grande réception dans son château. Ducs, duchesses, barons, dames de la cour, toute la haute société s'y pressa. Alors que la fête battait son plein, le Roi, avec son armée, fit bloquer les issues et entrer ses hommes. Les invités ne portaient bien sûr pas leurs armes, étant en tenue de soirée. Ils furent tous décimés. Quand à Guillaume de Sallat, il fut abattu sur-place, avec toute sa famille, et son corps abandonné au milieu de ceux des invités. Le Roi reprit le contrôle de ces territoires, et pour faire bonne mesure, mit le feu au château.

Mais… Mais ils n’avaient rien fait ! Pourquoi les avoir tués ? Bon, d’accord, Sallat pouvait être tué vu que le Roi était jaloux, apparemment. Mais les invités n’avaient rien fait du tout ! Et si on leur faisait la même chose, à eux ? C’était… injuste. Méchant. Cruel. Il n’avait qu’à mieux garder ses terres, aussi ! Pendant une fête, en plus. Ils s’amusaient tous et puis… Pouf. Laura n’avait jamais pensé à sa mort, elle était jeune et avait toute sa vie, mais quand même. Elle savait qu’elle ne voulait pas mourir comme cela. Quoi que… Ils étaient morts en s’amusant. Donc, c’était bien, non ? Mais quand même, le roi était… C’était horrible !

Madame Martin – C'est ici que la légende prend le pas sur la réalité historique. Une fois l'armée royale partit, les âmes de ceux qui furent massacrés profitèrent de la Samhain, profitèrent que la barrière soit si faible entre le monde des morts et celui des vivants pour retourner dans ce dernier. Arrachés si brutalement à la vie, ils étaient perdus, incapables de trouver le repos. C'est ainsi que, toutes les nuits, depuis des centaines et des centaines d'années, le château se reforme, se pare à nouveau de ses merveilles, et les gens qui ont péris cette nuit-là se retrouvent pour danser. Jusqu'au moment où le soleil se lève et qu'un feu embrase le château, le remettant à l'état de ruine. Toutes les nuits, ces gens revivent leurs derniers instant, dans une fête éternelle se terminant toujours en massacre, et ce jusqu'au Jour du Jugement Dernier.

En fin de compte, ce n’était pas bien. Ils n’étaient pas en paix, ils n’avaient rien fait et étaient condamnés à rester ici. Laura connaissait Halloween, bien sûr, mais leurs parents ne leur avait jamais laissé l’occasion d’y participer parce qu’il s’agissait d’une fête païenne et qu’ils étaient des gens de « la haute société ». Mais les enfants s’amusaient à ce moment-là, normalement. Ils s’amusaient alors qu’eux souffraient… C’était cruel, non ? Enfin, personne ne l’avait vraiment vu. Ce n’était qu’une légende et Madame Martin le leur avait dit. Donc, ce n’était peut-être pas vrai et c’était rendu beau pour qu’on écoute l’histoire. Non ? Il fallait qu’elle le sache, qu’elle soit rassurée. Ils ne hantaient pas vraiment les lieux… C’était impossible. D’une petite voix, Laura demanda :

Laura – Vous les avez déjà vus, Madame ? Ce n’est qu’une légende… Non ? Ils sont là, tout le temps ? Même maintenant ? C’est pas très prudent de rester ici, on les provoque… Non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Excursion scolaire   Dim 16 Juin - 11:27

Ses élèves semblaient sous le charme, après qu'elle leur ait conté la légende. C'était une histoire cruelle, mais les gens de l'époque n'étaient pas particulièrement tendres entre eux. Un soupçon de trahison, de la mauvaise humeur, et vous étiez bon pour la mort et la torture.Une époque dangereuse, mais encore si pleine de mystères et qui la fascinait totalement. Un autre mouvement dans son ventre la ramena à la réalité. son bébé bougeait vraiment beaucoup, en ce moment, bien plus que d'habitude.

Laura – Vous les avez déjà vus, Madame ? Ce n’est qu’une légende… Non ? Ils sont là, tout le temps ? Même maintenant ? C’est pas très prudent de rester ici, on les provoque… Non ?

Elle eut un sourire, soudainement un peu plus pâle, une main crispée sur son ventre, l'autre sur le rebord de la fontaine. Elle ne se sentait pas bien mais faisait tout pour le dissimuler à ses élèves. Elle fit une pause avant de répondre à Laura, tâchant de rester naturelle.

Estelle - C'est une simple légende, Laura. D'ordinaire, les esprits sont pacifiques, à part pour certains cas. Et ceux qui sont ici n'ont pas conscience des vivants se pressant sur le site, à moins qu'ils ne se joignent délibérément à leur fête. Dans ce cas-là, par vengeance, ils l'entraînent avec eux, dans une joie et une musique envoûtante. Et si la personne se laisse prendre et oublie de sortir avant le lever du soleil, elle est détruite avec eux et devient l'une des leurs.

La plupart de ses élèves n'avaient pas l'air spécialement rassurés. D'autres souriaient, et certains regardaient nerveusement vers les antiques ruines. L'endroit restait très impressionnant, grand, majestueux. Le lierre avait presque tout recouvert, s'acharnant à tout conquérir comme les armées lors des guerres d'autrefois.

Estelle - Hier, je suis venue avec mes collègues tout préparer. Vous allez chacun prendre une pochette - elle montra un gros sac du doigt - pour un jeu. Vous aurez un carnet de notes et un crayon, avec un peu de matériel à dessin. Vous allez d'abord explorer un peu l'endroit, seuls, puis vous vous installerez pour écrire une courte histoire sur cet endroit, une nouvelle, que vous devrez illustrer.

Elle eut un sourire attendri en les voyant s'emparer de leur matériel puis courir dans toutes les directions du site pour explorer l'endroit, découvrir le château, la chapelle, les jardins. Elle leur cria de rester prudent et de ne pas s'aventurer sous les ruines. On ne savait jamais, après tout ! Elle ne voulait pas que l'un d'eux se prenne un mauvais coup.

Elle s'assit sur la fontaine, le souffle court. Juste une petite pause avant d'aller veiller sur tous ces jeunes. Une pause. Elle était littéralement épuisée, bien plus qu'elle n'aurait dû l'être, et se sentait bizarre. Tout à coup, une violente douleur la fit se plier en deux et elle gémit. Uns collègues se précipita pour la soutenir, lui demandant si elle allait bien.

Estelle - Je... Le bébé...

Une brusque contraction lui fit pousser un cri de douleur. Paniqué, le professeur cria à un autre de courir chercher les secours. Il se mit dans son dos pour la tenir et la soutenir. Estelle ferma les yeux et s'appliqua à respirer calmement et régulièrement. Pas maintenant. C'était trop tôt, il restait encore un mois avant d'arriver à terme ! Ses élèves s'étaient rapprochés, visiblement effrayés. Rose la regardait, visiblement effrayée, puis recula vivement. Laura l'appela d'un ton paniqué et recula à son tour. Estelle aurait bien voulu rassurer ses élèves, leur dire d'attendre plus loin ou même de rentrer au Pensionnat, sous la direction des élèves plus âgés, mais une nouvelle contraction la fit hurler. Sarah vint s'agenouiller près d'elle, visiblement très inquiète.

Sarah - Estelle ? Est-ce que ça va ? Mon Dieu, mais tu perd les eaux ! Allonge-toi, quelqu'un est parti chercher du secours.

Phrase qui parvint à peine à la rassurer. Elle avait peur de mettre un enfant au monde... Et surtout peur de le faire ici, sans médecin ni assistance médicale. Elle s'empara de la main de Sarah, la serrant assez fort sans même y penser. Puis elle éleva la voix pour demander à certains élèves plus âgés d'éloigner le groupe et de rassurer les plus jeunes.

Estelle - D'ailleurs, les enfants, je vais sans doute être absente quelques jours, mais quand je reviendrais, on fera un goûter en classe et je vous présenterais mon bébé.

Rose - Ah ? Vous n'êtes pas possédée, alors ?

La future mère tourna la tête vers elle, retenant un éclat de rire, alors que son élève rougissait comme une tomate. Elle était facilement impressionnable, on dirait. Elle se fit toute petite derrière les autres élèves. Sarah pinça les lèvres et fit une petite moue.

Sarah - Un goûter ? Voyons Estelle, le temps que l'on fasse les examens, qu'on s'occupe de ton bébé... En plus, je pense que Gaby ne te laissera pas reprendre aussi vite ! Sois raisonnable.

Estelle - On ne demande pas à une femme en train d'accoucher d'être raisonnable, et les examens ne sont qu'à la fin de l'année ! On est en Octobre.

Sarah - Justement, tu as le temps de te reposer !

Estelle - Tu veux être sa marraine ?

Sarah parut étonnée, puis eut un large sourire, visiblement très émue, et lui fit un câlin.

Sarah - Oh ! Estelle ! je ne m'attendais pas a ce que tu me demande ça ! Mais oui, j'accepte !

Estelle lui sourit, puis une autre contraction la fit grimacer. Au même moment, une ambulance de la Croix Rouge arriva, et deux brancardiers vinrent la charger à l'intérieur du fourgon blanc. Elle fit un signe à ses élèves avant qu'on ne la mette sur un brancard. Ils partirent aussitôt pour la maternité.
Revenir en haut Aller en bas
 
Excursion scolaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Excursion scolaire | Rang C | Solo
» Programme national de cantine scolaire...
» Bal de fin d'année scolaire 2008/2009. [LIBRE À TOUS]
» Excursion de chasse [PL : Venez-vous joindre quand vous voulez!]
» Voyage scolaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Pensionnat :: Parc :: Forêt-
Sauter vers: