1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Inspection Académique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ste Famille
Fondateur
avatar

Fonction :
  • Fonda
  • Admin
  • Modo
Récits : 191

Âge RPG : 314 ans

MessageSujet: Inspection Académique    Mar 4 Juin - 11:29

PNJ Arsène Douglas

Pas un seul nuage dans le ciel, juste un ciel bleu parfait et un soleil rayonnant de mille feu. L'air était lourd, et la chaleur suffocante de l'été s'attardait encore en ce mois d'Octobre. Il faisait terriblement chaud, et le fonctionnaire transpirait dans la voiture qui fendait la campagne. Vêtu de noir, les deux mains posées sur le pommeau d'argent d'une canne chic et travaillée, il avait un tête de port fier et altier. Ses yeux clairs étaient terriblement perçants et affûtés. Son visage semblait taillé à coups de serpe, comme si un sculpteur avait grossièrement taillé une pierre pour lui donner forme humaine. Il avait de grandes mains, épaisses, dures et calleuses, l'une d'elle ornée d'une grosse chevalière, frappée d'un blason représentant un aigle en vol. Il était presque impossible d'estimer son âge. Il n'avait pas une cerne, mais on sentait que cet homme-là avait vécu.

La voiture roula dans un trou et le secoua un peu. Il siffla d'un air exaspéré, et fixa la nuque de son chauffeur, lui crachant de faire plus attention, d'une voix dure et basse. Le malheureux balbutia un oui peu audible, mais son patron n'y prêtait déjà plus attention. Il était concentré sur ce qui l'attendait. L'Académie l'avait envoyé visiter et surveiller le pensionnat Sainte Famille. une école réputée, mais dont les résultats baissaient depuis peu. de plus, les hiérarques voyaient de moins en moins d'un bon oeil des cours où on apprenait à brûler une maison sur un simple claquement de doigt. Le monde évoluait, les technologies se développaient, et les pouvoirs mystiques étaient mal vus en ces temps troublés.

Arsène Douglas n'avait pas lui non plus une très bonne réputation. On l'envoyait toujours faire le sale boulot. Il inspectait, jugeait, et bien souvent, ordonnait la fermeture définitive de telle ou telle école. Homme dur, il n'avait aucune compassion pour son prochain. Pourvu d'un coeur de pierre, il accomplissait son travail sans se soucier des conséquences, tout simplement parce qu'il devait le faire. Il possédait un sens aigu du devoir, et tout ce qui menaçait l'accomplissement de sa mission devait tout simplement être... éliminé.

La voiture s'engagea sur une route, après avoir passé les grilles du Parc. Hum, hum, très bien. Ils étaient arrivés à destination. Voilà donc cette fameuse école, et ces gosses qui jouaient avec les forces terribles de la nature. Il en avait pour un petit moment..; le domaine était grand, et tant de choses méritaient d'être éclaircies et analysées. Le rectorat avait prévenu de son arrivée, et il ne doutait pas de l'accueil qu'on lui réservait. Amical et poli par-dessus, glacial et hostile par-dessous. Il sortit, s'appuyant sur sa canne. Il avait hérité de la Grande Guerre une douleur perpétuelle à la jambe. Elle avait été perforée par un éclat d'obus. il avait eu de la chance de ne pas y être resté, et surtout, d'avoir pu remarcher.

Sa mallette dans une main, sa canne dans l'autre, il se dirigea vers l'entrée, claudiquant, dans son grand manteau noir. il avait l'air d'un corbeau de mauvais augure. L'illusion était renforcée par ses yeux brillants d'une lueur glaciale, et son chapeau noir couvrant ses cheveux grisonnants. Une fois dans le hall d'entrée, il observa un instant les yeux, posant sa mallette au sol. Intéressant... Voyant une fillette de treize ou quatorze ans qui passait, il tendit le bras, aussi vif qu'un serpent, et l'attrapa brusquement par le poignet sans même y penser.

- Toi, gamine, va vite chercher le directeur ou le sous-directeur de cet endroit, peu m'importe. Dis-leur que monsieur Douglas, Inspecteur du rectorat, vient d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
http://pensionnatstefamille.forumactif.org
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 450

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Inspection Académique    Sam 8 Juin - 15:23

Jasper se pencha, jusqu'à être presque le nez collé sur la table, les yeux plissés, tendu. Encore un peu... Sa main bougea très lentement, et une étincelle crépita au bout de ses doigts, chauffant le métal. Antoine, son meilleur ami, le regardait faire. Ils étaient dans le foyer des élèves, leurs cahiers de cours abandonnés près d'eux, penchés sur des pièces métalliques qu'ils réparaient. Antoine était un fan du bricolage, et voulait fabriquer un automate pour l'anniversaire de son petit frère en Novembre. Jasper l'aidait bien volontiers, et puis, cela l'entraînait. Il avait déjà concocter quelque chose de ce genre pour l'anniversaire de Laura, le 16 Mai.

Ils étaient en Octobre, et la vie avait repris son train-train habituel. Les cours, les amies, les rigolades, les courses dans les couloirs à minuit, les devoirs à faire qui n'étaient jamais faits, les retenues... Une année habituelle, somme toute. Jasper n'était pas particulièrement stressé par son bac, même pas du tout. Après tout, ce n'était qu'un vulgaire bout de papier avec baccalauréat écrit dessus et qui ne valait rien face à la vie. Il se redressa, observant la pièce.

Antoine - C'est bombé, dessous, le ressort tiendra ?

Jasper - Ouais, si on force plus de côté...

Autour d'eux, les élèves jouaient, discutaient, ou travaillaient. Sa soeur n'était pas loin, installée dans un fauteuil. Il sourit malgré lui et s'intéressa à nouveau au joujou qu'ils fabriquaient. Antoine s'était emparé d'un tournevis, concentré. Un peu plus tard, Laura se leva. Il se rappela du même coup qu'il avait oublié de lui emprunter son livre sur la botanique. Il se levait pour la rejoindre lorsqu'il aperçut un vieux type tout en noir saisir violemment sa soeur par le poignet et lui tordre ! Il courut aussitôt vers eux, furieux.

Vieux type - Toi, gamine, va vite chercher le directeur ou le sous-directeur de cet endroit, peu m'importe. Dis-leur que monsieur Douglas, Inspecteur du rectorat, vient d'arriver.

Jasper se saisit de sa soeur par la taille, la souleva sans efforts et la fit voler derrière lui avant de la reposer sur ses pieds, loin du vieux qui l'avait lâché sous l'effet de la surprise. Laura s'accrocha aussitôt à lui, alors qu'il se plaçait devant elle. Elle se faisait toute petite, et lui fit face à Môsieur l'Inspecteur.

Jasper - Non mais ça va pas ?! Depuis quand on maltraite les gens pour obtenir ce qu'on veut ! Vous vouliez lui casser le poignet ou je ne sais quoi ?! Allez donc la voir vous-même, la directrice !

Le silence s'était fait autour d'eux. Debout à la porte du foyer, Antoine était complètement éberlué, mais semblait aussi résigné. Il savait que rien ne pouvait arrêter son meilleur ami lorsqu'on s'en prenait à Laura. Jasper jeta un regard de défi à l'inspecteur, bien droit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Inspection Académique    Dim 9 Juin - 20:33

La jeune femme s'interrompit, le front plissé, cherchant comment continuer sa lettre. Elle avait déjà quatre pages couvertes d'une écrite soignée tout en boucles devant elle. Elle tapota le bout de son stylo contre ses lèvres, pensive. Elle avait déjà envoyé cinq lettres comme ça, sans recevoir de réponse. Mais elle persévérait. Peut-être François se rendrait-il compte, un jour, qu'il prendra conscience que l'enfant qu'elle attendait était aussi le sien. Son fils, ou sa fille... Le terme de la grossesse approchait, et cet enfant ne pouvait se targuer d'avoir un père. Comment bien débuter dans la vie dans ces conditions ? Elle reposa le stylo sur la feuille, retenant ses larmes.

"J'en suis à huit mois de grossesse. Je retournerais sans doute en ville pour accoucher, puis je reviendrais au Pensionnat. S'il te plaît, peux-tu au moins venir à la maternité ? Viens au moins voir cet enfant. Je ne te demande que ça, ni argent, ni reconnaissance, ni amour puisque je ne peux y prétendre. Mais s'il te plaît, vois au moins une fois ton fils ou ta fille. Je t'en prie.

Bien à toi, Estelle."

Elle glissa les feuillets dans l'enveloppe et la ferma soigneusement. Se levant, elle glissa deux gouttes de son parfum sur l'enveloppe, puis inscrit soigneusement l'adresse de François. Elle l'ignorait, mais aucune de ses lettres n'étaient lues. Le destinataire les jetait dès qu'il reconnaissait l'odeur de ce fameux parfum. Elle serra la lettre un instant contre son coeur. Oui, elle espérait toujours. Elle espérait ne pas finir ses jours seule, seule à élever son enfant.

Elle descendit les étages, s'accrochant à la balustrade. Quelques élèves la saluèrent au passage et elle leur rendit leur sourire. Elle avait remarqué qu'on était plus facilement attendri devant une femme enceinte. Elle alla déposer sa lettre dans la boîte bleue dans l'entrée. Toutes les semaines, le courrier était emmené en ville pour être posté. elle sortit un instant pour prendre l'air dans le grand parc. Une voiture venait de se garer devant, et un homme tout en noir en sortit. Elle le salua, mais il ne répondit pas. Encore un mal embouché, celui-là.

Il était bien l'heure du dîner. Elle mangeait toujours dans le réfectoire pour garder un contact avec ses élèves. Et autant en profiter tant qu'elle le pouvait, ce sera moins facile avec un bébé à s'occuper. Elle rentrait lorsqu'elle aperçut soudain un de ses élèves les plus agités enlever sa soeur, l'arracher à l'homme en noir, puis se placer devant elle comme pour la protéger.

Jasper - Non mais ça va pas ?! Depuis quand on maltraite les gens pour obtenir ce qu'on veut ! Vous vouliez lui casser le poignet ou je ne sais quoi ?! Allez donc la voir vous-même, la directrice !

Oh, voilà. Elle s'avança, s'interposant entre le type et les deux élèves. Elle avait horreur que l'on maltraite les gens, en particulier les enfants ! Elle fronça les sourcils, l'air dur, puis pointa le grand escalier du doigt.

- Le bureau de la Directrice se trouve au troisième étage, dit-elle d'un ton ferme. Inutile de martyriser une enfant pour vous imposer ! On ne mêle pas les élèves aux problèmes administratifs. Vous trouverez facilement son bureau, allez-y.

Sans plus le regarder, elle se retourna vers les enfants, et prit délicatement le bras de Laura pour lui examiner le poignet. Il était bien rouge et un peu gonflé. Ce type était un grand malade. Elle posa une main sur son épaule et l'entraîner avec elle, à l'infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Inspection Académique    Lun 10 Juin - 23:04

Laura était assise dans un fauteuil, relisant un de ses cours pour un test qu’elle avait le lendemain. Elle n’avait pas envie de rester seule, dans les dortoirs, pour une fois. Alors, autant se mêler aux autres, non ? Son frère était occupé plus loin avec son meilleur ami à fabriquer quelque chose. Elle ne voyait pas vraiment ce que cela pouvait être mais Jasper s’était allongé au sol pour récupérer un objet tombé sous le meuble, apparemment. Lorsqu’il se redressa, Laura replongea dans son livre pour terminer son chapitre. Elle n’avait plus qu’une demi-heure selon l’horloge du hall et devait retrouver des copines pour réviser et travailler ensemble, puis manger accessoirement. Au moins, les professeurs ne pourront pas dire qu’elles ne travaillaient pas et qu’elles n’étaient bonnes à rien. Comme quoi, Laura était bosseuse, quand elle le voulait !

Après une demi-heure passée à se concentrer sur des dates, des noms, des évènements et autres trucs complètement inutiles, super chiants, souporifiques – c’est bien ça, le mot, non ? –, Laura referma son livre d’un geste las et ennuyé. Au moins, elle connaissait… Enfin, vite fait. Elle avait surtout regardé les images, en fait, depuis plus ou moins une demi-heure. C’était pas sa faute, se concentrer sur un cours ennuyeux comme cela, pour une adolescente de treize ans, c’est dur ! Rangeant son livre dans son sac, elle se dirigea donc vers la sortie du Pensionnat pour retrouver ses amies. Au même moment, un grand monsieur effrayant, habillé tout en noir et plutôt vieux passa les portes du Hall. Il avait vraiment l’air méchant, du genre « inconnu à qui on ne doit pas adresser la parole ». Hum. Peut-être que passer par ici n’était pas une bonne idée, en fait. Voulant faire demi-tour, ou plutôt « un grand détour pour éviter le monsieur », Laura fut prise de panique lorsqu’elle sentit quelque chose l’attraper violemment au poignet. Se retournant, elle vit l’horrible monsieur qui la tenait fermement. Il lui faisait mal ! Cherchant son frère des yeux, essayant de se défaire de la poigne de l’homme, elle hurla à moitié en larmes :

Laura – JASPER !

Monsieur horrible – Toi, gamine, va vite chercher le directeur ou le sous-directeur de cet endroit, peu m'importe. Dis-leur que monsieur Douglas, Inspecteur du rectorat, vient d'arriver.

Mais elle s’en foutait de l’inspecteur Trucmuche, elle voulait juste qu’il la lâche ! Par chance, son frère avait entendu ou vu la scène et la prit par la taille, la soulevant et la faisant voler derrière lui. La surprise avait poussé l’homme à la lâcher. Laura s’agrippa à Jasper en massant son poignet, se faisant toute petite derrière lui, les larmes aux yeux. Ce monsieur, il lui faisait peur et elle ne voulait plus le voir…

Jasper – Non mais ça va pas ?! Depuis quand on maltraite les gens pour obtenir ce qu'on veut ! Vous vouliez lui casser le poignet ou je ne sais quoi ?! Allez donc la voir vous-même, la directrice !

Plus aucun élève ne parlait, tous étaient surpris par l’évènement qui se déroulait sous leurs yeux. Il faut dire que… Une altercation entre un adulte et son grand frère, ça peut surprendre lorsque l’on ne connait pas Jasper. Laura ne comptait plus le nombre de fois où il s’était emporté parce qu’elle s’était seulement un peu blessée… Alors, ici, un homme qui l’agresse alors qu’elle n’a rien fait… Aïe. Toujours cachée derrière son frère, l’adolescente ne remarqua même pas qu’une professeure s’était approchée et avait décidé d’intervenir pour s’occuper du méchant monsieur. Mais… Même si elle n’avait rien vu, même si elle ignorait de qui il s’agissait, Laura l’aimait beaucoup ! Après tout, elle les avait sauvés ! Et, lorsqu’elle l’entendit parler et remballer le monsieur, autant dire qu’elle était aux anges. Elle risqua même un regard par-dessous le bras de son frère. Un regard timide, certes, mais un regard tout de même.

Professeure – Le bureau de la Directrice se trouve au troisième étage. Inutile de martyriser une enfant pour vous imposer ! On ne mêle pas les élèves aux problèmes administratifs. Vous trouverez facilement son bureau, allez-y.

Elle se tourna ensuite vers Laura sans même faire attention à la réaction de l’Inspecteur. Jasper s’était légèrement écarté lorsque la professeure prit le bras de sa sœur pour l’examiner. Laura grimaça lorsqu’elle releva sa manche, dévoilant un poignet tout rouge et tout gonflé. Mais ce qui l’inquiéta, sur le moment, fut la réaction de son grand frère qui avait directement jeté un regard noir à l’Inspecteur en voyant ce qu’il avait fait à sa sœur. Il lui frotta alors le dos et lui fit un bisou sur le front avant de les suivre, elle et leur professeure, vers l’Infirmerie. Laura ne lâchait pas son frère d’une semelle, laissant son poignet devant elle vu que le moindre mouvement lui provoquait des lancements et lui arrachait une grimace. Ils arrivèrent assez vite à l’infirmerie, mais elle n’osait pas bouger, restant accrochée à son frère.

Laura – Je veux pas rester ici toute seule...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Inspection Académique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le planisphère de l'Académie
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Les Fondements de l'Académie Sith (ébauche)
» l'Académie de la Rose des Vents
» Je quitte l'académie !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Sous-sols et Rez-de-chaussée :: Rez-de-chaussée-
Sauter vers: