1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un baiser pour le prince charmant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1281

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Un baiser pour le prince charmant ?   Sam 22 Mar - 13:46

Laura finissait de ranger ses cours avant d’aller prendre son déjeuner. Elle venait de terminer un cours de maths et avait le cerveau en compote, fallait qu’elle sorte ! Se dépêchant pour rassembler toutes ses affaires en vitesse, l’adolescente sortit de la classe en trombe pour aller retrouver Antoine et Jasper et respirer un peu. Elle n’était, définitivement, pas faite pour les maths. C’était officiel et définitif, impossible à changer. Mais soit… Tant pis. Les couloirs du Pensionnat étaient plein à craquer, tous les élèves se ruant presque vers le réfectoire pour manger avec des copains, retrouver ses amis, finir des devoirs pour le cours suivant… L’agitation habituelle, en somme. Seulement, dans toute cette hâte, Laura ne vit pas l’élève penché dans les escaliers en train de lacer ses chaussures. Elle ne remarqua même pas qu’il était juste en-dessous d’elle, trop occupée à chercher Jasper et Antoine pour se changer les idées après un tel cours de maths.

Ce fut donc sans grand étonnement que Laura trébucha sur l’élève et fit un vol plané en fermant les yeux par automatisme. Lorsqu’elle les rouvrit, elle était par terre, oui, mais… n’avait strictement rien ! Comment c’était possible ? Baissant la tête, Laura remarqua avec horreur que quelqu’un avait amorti sa chute : Dimitri. Zut, zut, zut ! Paniquée, elle le secoua légèrement en l’appelant mais il avait l’air d’avoir pris un gros coup sur la tête. Mais zut, non, pas lui ! Cherchant une solution, Laura fonça dans le réfectoire à la recherche d’Océane. S’il y avait bien une personne qui pouvait l’aider, c’était elle. La collégienne était bien trop petite et bien trop faible pour porter Dimitri à l’infirmerie et puis, il aimait Océane et elle l’aimait. Un baiser de « sa princesse », comme dans les contes de fées, ça devait marcher non ? D’accord, d’habitude, c’est dans l’autre sens, mais c’est un détail.

Par chance, Laura trouva Océane déjà installée à une table en train de manger. Bon, elle n’avait pas fini mais c’était pas grave, il fallait faire vite ! Sans plus attendre, la jeune fille l’appela et lui attrapa le bras pour la tirer et la pousser à se lever.

Laura – J’ai besoin de toi, s’il te plaît ! Je… Dimitri, je suis tombée sur lui, il est inconscient, faut que tu m’aides !

Sans lui laisser vraiment le temps de répondre, Laura tira Océane par la main et l’emmena près de Dimitri, toujours inconscient. Elle s’agenouilla près de lui, tirant sur le bras de l’étudiante pour qu’elle s’accroupisse aussi, et lança avec les larmes aux yeux :

Laura – Embrasse-le, comme dans les contes de fée ! T’es sa princesse, il t’aime et tu l’aimes, alors un baiser, ça va le réveiller. S’il te plaît, fais quelque chose, je suis trop petite, je veux pas que quelque chose lui arrive à cause de moi ! S’il te plait…

Laura regarda Océane, faisant sa bouille d’ange à laquelle personne ne résistait – excepté quelques personnes – et laissant les larmes couler un peu plus. Il fallait qu’elle l’aide, personne ne le pouvait autrement ! Océane n’allait pas laisser Dimitri comme ça, hein ? N’est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un baiser pour le prince charmant ?   Sam 22 Mar - 17:20

[Avec réactions de Laura]

Dimitri avait passé la matinée à dormir à moitié, après l'une des plus mauvaises nuits de son existence. Il s'était retourné dans tous les sens, agaçant ses voisins de lit qui avaient finis par lui jeter une oreiller à la figure. Mais ce n'était tout de même pas sa faute s'il avait été incapable de trouver le sommeil ! Lorsqu'il était arrivé au Pensionnat, il avait cru pouvoir refaire son existence. Trouver le moyen de contrôler sa vie, se faire des amis, avoir une existence normale. C'était totalement raté. Il n'osait pas aller vers les autres, et sa maîtrise délicate du  Français compliquait encore les choses. Trop timide pour parler, pour s'ouvrir. Trop peur aussi. Il se frotta les yeux, ensommeillés, suivant à peine le cours.

Prof - Concentrez-vous, M. Romanof ! Vous n'avez pas le temps de bailler aux corneilles !

Il grimaça, marmonna de vagues excuses, puis reprit son crayon. Son bandage à la main lui arracha un minuscule gémissement de douleur. La coupure mettait du temps à se refermer, et sa main restait parfois engourdie pendant des heures. Il accueillit la sonnerie de midi avec un soulagement sans égal. Au moins, au réfectoire, personne ne lui reprochera sa tête de déterré. Il glissa ses affaires dans son sac, avec lenteur, puis quitta la salle de cours. Les couloirs étaient bondés, et Dimitri avait horreur de se retrouver dans une foule. Il s'engageait dans les escaliers lorsque quelque chose le percuta tout à coup violemment dans le dos. Il poussa un cri de surprise et chuta en avant, sa tête cognant brutalement contre une arrête de l'escalier. Il gémit puis sentit le noir l'entourer...

Le monde semblait avoir décidé de tourner à l'envers. Dimitri flottait dans un monde comateux, et était parfaitement incapable d'ouvrir les yeux. Son corps semblait peser des tonnes. Il essaya de bouger, mais n'y arrivait pas. Il attendit de retrouver ses facultés, se demandant ce qui s'était passé. Qui l'avait fait chuter ? Il n'avait pas l'air de s'être cassé quelque chose, mais tout de même. Et un mal de crâne lancinant le taraudait.

Laura - .... comme dans les contes de fée .... tu l’aimes, alors .... le réveiller .... quelque chose .... lui arrive ....S’il te plait .…

... Hein ... ? Soit il était devenu fou, soit il dormait encore et il rêvait. Dans les deux cas, ses yeux restaient toujours obstinément fermé. Il reprenait lentement ses sens, son corps quittait l'engourdissement. Il fit le plus bel effort du monde pour se secouer et ouvrir les yeux. Il gémit et cligna des yeux, voyant encore trouble. Il distinguait vaguement deux formes au-dessus de lui, floues et troubles. Et une certaine douleur au crâne lui indiquait qu'il allait se payer une sacrée bosse. Son regard devint moins trouble au bout d'un moment, et il vit enfin la petite Laura, et aussi Océane.

- Où sont les débris de la maison qui m'est tombée dessus ? bafouilla-t-il.

Laura - Dimitri ! Désolée, c'est moi, je t'avais pas vu. T'as rien ? C'est sûr ? Et ta main ? Ça va mieux hein ?

Elle lui avait sauté dessus, et il eut une grimace de douleur. Sa tête lui tournait, et il faillit en pleurer. Elle se redressa, alors que lui cherchait à reprendre ses esprits. Il ne comprenait pas ce que Océane faisait ici. C'était bien Laura qui lui était tombée dessus, alors pourquoi ... ? Mais bon, aïe, il demandera des explications plus détaillés plus tard, trop mal à la tête, là.

- Quelle main ? marmonna-t-il en plissant les yeux à cause de la lumière.

Elle lui souleva sa main droite, montrant le bandage. Il cligna encore des yeux et reprit sa main, sonné.

Laura - On va t'amener à l'infirmerie. J'ai appelé Océane parce que c'est ta princesse, tout le monde le sait, alors à trois, on arrivera à te conduire là-bas.

Il soupira, devenant cramoisi malgré son état. Bon, allez, il ne pouvait pas passer sa vie allongé dans les escaliers. Il tâtonna pour attraper une barre de l'escalier, et se redresser. Sa tête lui tournait encore, mais après un tel coup, ce devait être normal. Une fois assis, il prit une brusque inspiration, puis eut un vertige et s'effondra, se rattrapant à Océane qui était assise à côté de lui. Il rougit encore plus en se retrouvant dans ses bras, le nez dans son cou. Son parfum était très doux... Il se raccrocha un peu plus à elle, les yeux fermés, en tremblant légèrement. Puis, sans réfléchir, il l'embrassa doucement dans le cou.
Revenir en haut Aller en bas
Océane Kara
Lycéenne
avatar

Fonction :
  • Membre
Récits : 170

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Un baiser pour le prince charmant ?   Mer 26 Mar - 13:39

Océane consulta son emploi du temps tout en buvant son bol de soupe, assise dans le réfectoire. Elle aimait bien rester tranquille en mangeant, pour songer à ses prochains cours, réviser, lire un peu, planifier les prochaines vacances, réfléchir à ce qu'elle pourrait faire avec ses amis, ou penser aux actions qu'ils menaient pour la résistance. Ils s'organisaient, mais les choses bougeaient lentement, faute de temps, de moyens, et surtout de personnes. Ils n'étaient pas assez nombreux. Elle repoussa son bol sur le plateau, pensive. Elle voyait mal comment engager des personnes pour se battre si elles avaient peur. Sa mère lui avait dit que du côté aussi des professeurs, c'était un exercice délicat et aventureux. Elle soupira légèrement, se concentrant ensuite sur tous les petits tracas de la vie quotidienne. Elle planifiait mentalement ses révisions lorsque Laura se jeta tout à coup quasiment sur elle, essoufflée, et la tira brusquement par le bras. Océane se redressa juste à temps pour ne as se casser la figure, et lui jeta un regard outré. Ce n'était pas des manières !

– J’ai besoin de toi, s’il te plaît ! Je… Dimitri, je suis tombée sur lui, il est inconscient, faut que tu m’aides !

Hein ? Dimitri ? Tombé ? Inconscient ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Laura la tira par la main, et elle aperçut très vite Dimitri allongé dans les escaliers, évanoui. Bon sang. Elle s'agenouilla près de lui, un peu affolée, mais il n'avait pas de blessures visibles. Il avait dû se prendre un sacré coup sur la tête ! Comment Laura avait-elle fait son compte ? Ce n'était pas le moment d'être imprudent, surtout avec tout ce qui se passait ! Et encore moins de blesser d'autres élèves. Mais soit, ne rien dire pour le moment. Elle se pencha sur Dimitri, cherchant comment le pousser à s'éveiller.

– Embrasse-le, comme dans les contes de fée ! T’es sa princesse, il t’aime et tu l’aimes, alors un baiser, ça va le réveiller. S’il te plaît, fais quelque chose, je suis trop petite, je veux pas que quelque chose lui arrive à cause de moi ! S’il te plait…

hein ? Mais... On n'embrassait pas les gens comme ça ! On n'était pas dans un conte de fées mais dans la vraie vie, et ça ne fonctionnait pas comme ça en vrai. Mais Océane ne put s'empêcher de rougir en l'écoutant. C'était si visible que ça, qu'elle avait un petit béguin pour le jeune Russe ? Ils ne s'étaient jamais vraiment parler, se contentant de se conduire comme deux bons camarades de classe, même pas comme des amis. Alors comment Laura pourrait-elle savoir ce genre de choses ? Inutile de tout précipiter. Océane replaça une mèche derrière son oreille, et vit tout à coup Dimitri cligner des yeux, reprenant lentement conscience. Soulagée, elle lui sourit.

– Où sont les débris de la maison qui m'est tombée dessus ?

Laura lui sauta aussitôt dessus, parlant trop vite, affolant Océane du même coup qui voulu l'empêcher de ré-assommer Dimitri. Le pauvre ! Il venait à peine de se réveiller, hein ! Alors doucement, tout doucement, il fallait lui laisser le temps de reprendre ses esprits. Et mon dieu, qu'est-ce qu'il était mignon, allongé comme ça, avec son petit air vulnérable. Elle s'empressa de se reprendre, un peu rouge. Ce n'était pas du tout convenable, de réagir ainsi ! Que diraient ses parents ? Elle ne pouvait penser de telles choses sur un garçon sans qu'ils n'aient approuvé et rencontrés le garçon en question, c'était dans l'ordre des choses.

– On va t'amener à l'infirmerie. J'ai appelé Océane parce que c'est ta princesse, tout le monde le sait, alors à trois, on arrivera à te conduire là-bas.

Lauraaaaa ! Voyons ! Et non, out le monde ne le savait pas, c'était techniquement impossible. Dimitri devint un peu rouge, puis se leva doucement. Elle tendit à moitié les bras, ignorant s'il avait besoin d'aide tout de suite ou s'il allait s'en sortir. Elle ne voulait rien lui imposer, et se contenta donc de rester près de lui. Il allait se relever lorsqu'il pâlit tout à coup et s'effondra. Elle le rattrapa dans ses bras, heureusement toujours bien assise dans les marches. La pauvre, il se sentait sûrement très mal.

Alors qu'il s'accrochait à elle pour se soutenir, elle sentit tout à coup un contact léger et très doux dans son cou... Elle rougit comme jamais, n'osant même plus bouger. Il. L'avait. Embrassé ! D'accord, un tout petit bisou, et dans le cou, mais tout de même, ça comptait ! Elle se mordilla les lèvres, se demandant que faire. Son éducation lui ordonnait de se tenir tranquille, même si elle mourrait d'envie de lui répondre.

–  On va t'emmener à l'infirmerie, dit-elle doucement. Viens.

Elle lui fit passer son bras par-dessus ses épaules et le tint par la taille de sa main libre. Elle l'aida à se relever très doucement, le soutenant. Les cours d'arts martiaux que lui donnaient sa mère lui avaient offert une excellente forme physique et de bonnes aptitudes. Elle aurait même pu porter son camarade sans aucun problème, mais se doutait que de se faire soulever par une fille serait une grave blessure dans son amour-propre. Et elle refusait de lui faire de la peine.

–  Va à ton rythme, ça va aller.

Elle le soutint jusqu'à l'infirmerie, et, en l'absence de l'infirmier, l'aida à s'allonger sur un lit. Il ne pourra sans doute pas retourner en cours tout de suite après un coup pareil. Elle l'aida à s'installer comme il faut, pour qu'il soit à l'aise.

–  Comment tu te sens ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Un baiser pour le prince charmant ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Un petit baiser ou un gros pétâge de câble ? (PV: Matt Hudson ♥)
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan
» Passe voir Victoire pour être fixé (Pv : elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Sous-sols et Rez-de-chaussée :: Rez-de-chaussée-
Sauter vers: