1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Lun 2 Déc - 21:55

Une semaine. Voilà une semaine que le Pensionnat était vide, désespérément vide. Certains membres du personnel étaient restés ici, bien sûr, mais la plupart était rentrée pour les fêtes et passer tout cela en famille. La famille… Bah, au moins, Laura était toujours avec son frère. Elle lui en voulait de lui avoir caché pour ses malaises et veillait sur lui autant que possible, s’inquiétant dix fois plus pour son état maintenant qu’elle était au courant de ses malaises. Oui, bien sûr, Jasper disait que ce n’était rien, qu’il savait se guérir tout seul, qu’elle n’avait pas à s’inquiéter et tout le blabla. Mais c’était son frère ! Son grand frère ! Elle l’aimait, elle, et elle ne voulait pas le perdre ! Et si jamais c’était plus grave que ce qu’il disait ? Et si jamais ces militaires l’avaient contaminé avec leurs injections, si jamais ils l’avaient rendu malade avec leurs tests pourris ? Laura n’avait pas confiance en eux, pas du tout. Elle s’en méfiait comme de la peste.

La nuit suivant un énième malaise de Jasper, Laura ne parvint pas à dormir. Il fallait qu’elle fasse quelque chose, quitte à se faire disputer par son grand frère. Il allait peut-être lui en vouloir, oui, mais pas si elle ne le mettait pas au courant. Après tout, si elle l’aidait à son insu, il n’en saurait rien et irait mieux bien plus vite. Donc, elle ne faisait aucun mal à personne et c’était pour la bonne cause. Techniquement, ce n’était même pas un mensonge et s’il ne l’interrogeait sur rien, Laura n’aurait rien à lui dire… N’est-ce pas ? Elle s’inquiétait pour lui, c’est tout ! Puis, l’adolescente ne comptait pas en parler à n’importe qui, non plus. L’infirmier. C’était le seul membre du personnel qui leur avait prouvé qu’il était « gentil », qu’il n’était pas du genre à tout balancer et qu’il était disponible pour eux. Bon, d’accord, son alcoolisme était quelque peu gênant mais… Autrement, il était gentil et « bien », non ?

C’est après être arrivée à cette conclusion que Laura décida d’aller trouver l’infirmier pendant que Jasper était occupé à autre chose. S’il lui interdisait de venir avec lui, elle l’écoutait. Enfin, quand cela l’arrangeait et s’il lui disait ce qu’il comptait faire, si ce n’était pas périlleux ou quoi que ce soit du genre vu son état. Seulement, Laura hésitait. C’était son frère, elle n’aimait pas faire des choses derrière son dos… Elle était dans l’infirmerie, Monsieur de Sora n’était pas là pour une raison qu’elle ignorait et elle hésitait. Et si elle ne disait rien ? Si c’était une mauvaise idée ? Au pire, elle pouvait prendre un truc juste comme ça et demander à Jaz’ s’il pouvait s’en servir. Non ? Non, non, non, mauvaise idée. Il ne faut pas voler, c’est le pire truc à faire… Laura ne bougea pas pour l’instant, regardant les divers flacons posés ou oubliés, sans doute lors d’une soirée encore trop alcoolisée. Elle lut les indications, les noms marqués dessus, à voix haute « pour passer le temps », ou par curiosité.

Laura – Aspi… rine. Péni… Pénuc… Ils sont bizarres, ces trucs.

Laura entendit alors un bruit qui la fit sursauter, provoquant la chute du deuxième flacon qu’elle rattrapa tout juste à temps. Oups. Elle se retourna sans ranger le flacon, son cœur battant à mille à l’heure. Monsieur de Sora. Bah bravo ! Heu… Et maintenant ? C’était une mauvaise idée, elle n’aurait pas dû venir ici, c’était une très très très mauvaise idée. Elle recula, mal à l’aise, et bafouilla :

Laura – Monsieur de Sora, je heu… Désolée, je ne voulais pas toucher à tout ça. Je vous jure, je dirai rien du tout si vous utilisez des trucs bizarres.

Des trucs bizarres… Et si c’était lui qui avait empoisonné son frère ? Et si c’était à cause de lui que Jasper était mal aujourd’hui ? Non, non, non. Du calme, il était gentil, lui ! Mais elle avait l’impression de trahir son frère en parlant de tout cela avec un adulte. Encore que… L’infirmier n’était pas tout à fait adulte vu qu’il faisait d’énormes bêtises, tout comme eux. Non ? Donc, ce n’était pas une trahison, c’était une simple demande d’aide. Mais ces flacons avaient quand même des noms bizarres…

Laura – Je… C’était une mauvaise idée. Je vais faire comme si je n’avais rien vu, je veux pas vous ennuyer et heu… Je…

Non, il fallait qu’elle cherche. A défaut d’en parler directement à Monsieur de Sora, Laura pouvait peut-être lui demander des conseils pour des livres à consulter qui pourraient l’aider, non ? Elle avait commencé à faire demi-tour mais se ravisa au dernier instant et demanda d’une voix hésitante :

Laura – Monsieur… Vous ne savez pas où je… Où je pourrais trouver un livre avec des remèdes pour tout ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Sora
Infirmier
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 448

Âge RPG : 35 ans

MessageSujet: Re: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Mar 3 Déc - 10:49

La plupart des élèves étaient partis, quittant l'établissement pour aller passer de joyeuses fêtes en famille, à boire, manger, chanter, danser, s'embrasser sous le gui et finir au pieu avec leurs amies, épouses, copines, femmes, ou hommes pour certains. Comme à chaque fin d'année.... Ils allaient tous se réunir et faire la fête, célébrant un nouveau Noël, une nouvelle fin d'année, souhaiter la bienvenue en 1931. Et les années s'avançaient, encore et encore, dans un cycle sans fin. Ce sera ainsi, à la fin 1931, puis 1932, 1933... Jusqu'en 1950, moitié du siècle, puis 2000, nouveau millénaire, nouveau siècle, nouveaux ennuis.

Il reposa le journal avec un soupir, et le jeta sur la petite table, jetant un vague coup d'œil au vieux bibliothécaire qui vaquait à ses occupations. Qu'il se détende un peu, c'était les vacances après tout ! Tous les mômes ou presque étaient partis. Les militaires ne se cachaient même plus pour "installer" leur petit confort dans les souterrains. Les profs restant préparait le mariage de la directrice. Et lui s'ennuyait, buvait, et déprimait. Pas avec le bibliothécaire qu'il allait pouvoir faire la fête, en tout cas, et il n'en avait pas envie.

Il se leva en s'étirant, et quitta la bibliothèque pour retourner dans son antre. Autant profiter des vacances pour ranger ses documents et faire l'inventaire des médicaments qu'il lui restait. Il faudra qu'il pense à passer sa commande au laboratoire avant Noël, histoire d'être prêt à la reprise. Il entrait lorsqu'il vit qu'il avait de la visite. La petite Laura avait fourré son nez dans les flacons, les regardant avec curiosité, et en fit tomber un qu'elle rattrapa de justesse. Joli réflexe. Elle se retourna tout à coup vers lui et recula aussitôt. Mmh ? Il ne pensait pas être si effrayant.

Monsieur de Sora, je heu… Désolée, je ne voulais pas toucher à tout ça. Je vous jure, je dirai rien du tout si vous utilisez des trucs bizarres.

Des trucs bizarres ? Quels trucs bizarres ? Elle voulait parler des flacons qu'elle regardait ? Ceux-là ne servaient plus, il s'agissait de vieux médicaments qu'il devait donner au type qui passait les prendre tous les mois, et qu'il avait oublié de fourrer dans le carton avec les autres. Il passa une main dans ses cheveux en soupirant, encore peu réveillé. Il était tôt, après tout, et il était même étrange de voir cette demoiselle déjà debout alors qu'elle était en vacances.

– Je… C’était une mauvaise idée. Je vais faire comme si je n’avais rien vu, je veux pas vous ennuyer et heu… Je…

Pourquoi était-elle aussi mal à l'aise ? C'était bizarre, venant d'elle... Comme tous les adultes ici, il savait que le duo Karinof était intenable et n'avait pas la langue dans sa poche. Voir donc la petite dans cet état, cela cachait quelque chose de louche. Elle fila vers la porte, les joues plus rouges que jamais. Et bah ? Qu'est-ce qu'il lui avait fait ? Il ne sentait pas l'école, ce matin, juré, et il avait une tenue tout à fait correct. Mais allez donc savoir ce qui se trame dans la tête des gamins. Elle se retourna tout à coup,a lors qu'il s'apprêtait à rentrer dans son bureau.

– Monsieur… Vous ne savez pas où je… Où je pourrais trouver un livre avec des remèdes pour tout ?

– Des remèdes pour tout ? répéta-t-il en se tournant vers elle. Si vous êtes malade ou blessée, venz plutôt me voir, au lieu d'essayer d'avaler n'importe quoi.

Il fronça légèrement les sourcils, une horrible idée lui venant à l'esprit.

– C'est pour votre frère ? Il a encore été...

Bon sang. Ça ne pouvait être que ça ! Ce connard de général qui avait encore blessé son fils, et bien sûr, le gamin ne voulait pas venir se faire soigner, préférant souffrir en silence. Il attrapa sa trousse et commença à la remplir de bandage, de désinfectant, et d'anti-douleurs.

– Où est-il ? J'espère qu'il n'a pas encore quelque chose de cassé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Mar 3 Déc - 16:11

Monsieur de Sora – Des remèdes pour tout ? Si vous êtes malade ou blessée, venez plutôt me voir, au lieu d'essayer d'avaler n'importe quoi.

Malade ou blessée ? Mais Laura n’avait rien et elle venait le voir si elle avait quoi que ce soit, elle ! Bon, d’accord, uniquement parce que Jasper ne lui permettait pas de faire autrement… Quoi qu’il en soit, Laura n’avait rien du tout, elle pouvait vouloir se cultiver ou avoir besoin d’informations pour un devoir, non ? Et si elle s’était blessée avec son don, ou si elle avait trouvé un petit animal blessé qu’elle voulait guérir, hein ? C’était impossible ?

Monsieur de Sora – C'est pour votre frère ? Il a encore été...

Encore ? Alors lui aussi était au courant des malaises ? Une minute… Non. Non, il ne pensait pas à cela. Laura n’eut pas le temps de répondre avant que l’infirmier ne se mette à rassembler tout ce qu’il fallait pour soigner des blessures ou d’autres choses plus graves. L’adolescente grimaça, pensant que, finalement, ce n’était pas du tout une bonne idée et qu’elle aurait dû tout garder pour elle. Mais il n’avait rien ! Rien du tout ! Leur père était bien trop occupé pour l’instant, il aménageait l’école avec les militaires à sa guise, sans plus se cacher. Donc non, il n’avait pas frappé son frère. Et puis… Laura n’avait rien dit, en plus ! Elle voulait juste des informations, c’était pas si sorcier que ça, si ? Elle cherchait une solution, une idée miraculeuse, quelque chose pour la sortir de là avant que l’infirmier n’aille trouver son frère et la griller par la même occasion.

Monsieur de Sora – Où est-il ? J'espère qu'il n'a pas encore quelque chose de cassé.

Laura – Mais non, il n’a rien ! Pas la peine d’aller le voir !

Heu. Oups. Laura était tellement nerveuse qu’elle avait dit cela d’une traite sans prendre la peine de masquer son inquiétude. Il faut dire aussi qu’elle est jeune, petite, fragile comme le dit si bien Jasper, et qu’une telle pression finissait d’office par la faire craquer. Donc, hein, vous l’excuserez. Elle n’y pouvait rien, elle s’inquiétait, l’infirmier aussi, il lui avait mis trop de pression en rassemblant ses affaires comme ça et en l’agressant presque avec sa question pressante. Bon. Et maintenant ? Laura lâcha la première excuse qui lui vint à l’esprit, sans réfléchir :

Laura – J’ai trouvé un animal, il est blessé et je veux le soigner, c’est tout.

… Ca sonnait mieux dans la tête. Laura avait voulu se tirer d’affaire mais plus elle restait ici et plus elle avait l’impression de s’enfoncer. Elle n’était pas douée pour mentir, elle ! Comment elle devait faire, face à un adulte ? Sa bouille d’ange n’allait pas l’aider pour l’instant et elle ne voulait pas que l’infirmier aille trouver Jasper, il ne savait même pas qu’elle était venue ici pour demander des trucs pour l’aider. Elle poussa un énorme soupir et se hissa sur le lit à côté d’elle, faisant bouger ses pieds dans le vide et les fixant le temps de chercher ses mots. Après quelques minutes, Laura reprit en levant la tête vers Monsieur de Sora :

Laura – Bon, d’accord, j’ai pas d’animal. Mais notre père n’a pas frappé mon frère, je vous le jure ! Il est juste… pas très bien et je voulais l’aider.

Autant rester vague pour l’instant, Laura préférait ne pas trop s’enfoncer et ne pas donner trop d’indications dans un premier temps. Elle ne voulait pas que l’infirmier file retrouver Jasper, que son frère soit au courant de tout et qu’il la fasse culpabiliser par la suite. Utilisant son arme habituelle et infaillible – sauf avec son frère, naturellement… -, Laura fit sa bouille d’ange et supplia :

Laura – Mais je vous en prie, n’allez pas lui parler, ne lui dites rien ! Si je viens aussi tôt, c’est pour qu’il ne sache pas que je vous ai parlé, il ne veut pas d’aide, il se débrouille seul. S’il vous plaît, pitié, n’allez pas le trouver ! Je peux l’aider, je ferai ce que vous voulez, mais ne lui dites rien !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Sora
Infirmier
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 448

Âge RPG : 35 ans

MessageSujet: Re: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Mar 10 Déc - 16:18

– Mais non, il n’a rien ! Pas la peine d’aller le voir !

Le ton était si paniqué qu'il s'arrêta tout net, suspendant littéralement son geste, le flacon serré dans son poing. Il regarda la petite, sourcils légèrement froncés. Bon, elle faisait officiellement parti des gens qui ne savaient pas mentir... Et si son frère n'avait rien, pourquoi serait-elle venue, pourquoi aurait-elle crié cela ? Elle avait peur, c'était évident, et semblait perdue. Mais il n'allait pas la mordre ! Elle pouvait parler en toute confiance et aurait dû le savoir, avec ça. Adrien n'était pas du côté des militaires. Au contraire, il était l'un des rares membres du personnel à les combattre ouvertement ! Il avait d'ailleurs refusé certaines demandes pas très nettes de l'un des militaires, et depuis, verrouillait soigneusement le placard où étaient les médicaments qu'il donnait aux élèves. Il reposa la pommade au fond du sac, perplexe quand à l'attitude de la gamine.

– J’ai trouvé un animal, il est blessé et je veux le soigner, c’est tout.

Il retint un soupir. Son excuse sentait le souffre. Et quand on ne savait pas mentir, on évitait de le faire. Son frère avait-il réellement été frappé ? Et elle le protégeait ? Si c'était le cas, ce serait stupide. Adrien n'enverra pas le garçon à l'hôpital, mais il était qualifié pour le soigner. Il avait été médecin, et en banlieue, les blessures étaient très diverses, surtout dans les quartiers sensibles. Il avait appris très vite à se contenter de soigner la fermer. Discrétion et efficacité étaient ses maîtres-mots. Bon, oui, il buvait, était-ce pour cela que la petite, à présent assise sur un lit, n'avait pas confiance ? Possible. Il desserra un peu sa cravate, attendant qu'elle remette un peu d'ordre dans sa petite tête et se décide à lui dire la vérité.

– Bon, d’accord, j’ai pas d’animal. Mais notre père n’a pas frappé mon frère, je vous le jure ! Il est juste… pas très bien et je voulais l’aider.

Pas frappé...Admettons. mais pas bien tout de même ? Cela étonnait l'infirmier, pour être honnête. Le jeune Karinof avait une constitution solide, il lui fallait bien ça pour supporter ce que lui faisait mener son père, et il ne l'avait jamais vu à l'infirmerie pour une maladie. La petite devrait développer si elle voulait qu'il comprenne un tant soi peu ! Il était capable de comprendre qu'elle voulait rester discrète et aider le plus possible son frère, il n'était pas un monstre sans cœur.

– Mais je vous en prie, n’allez pas lui parler, ne lui dites rien ! Si je viens aussi tôt, c’est pour qu’il ne sache pas que je vous ai parlé, il ne veut pas d’aide, il se débrouille seul. S’il vous plaît, pitié, n’allez pas le trouver ! Je peux l’aider, je ferai ce que vous voulez, mais ne lui dites rien !

Il s'assit à son tour sur le lit en face d'elle, repoussant sa sacoche pour le moment, puis soupira longuement. Il ferma les yeux quelques secondes, puis la fixa.

- On ne peut pas, dit-il d'un ton ferme, savoir ce qu'a une personne et lui prescrire un traitement sans l'avoir vu ! Vous n'êtes pas médecin, vous ne pouvez pas l'examiner vous-même. Et il...

Il s'interrompit d'un seul coup, blêmissant, des liens se faisant à toute vitesse dans son esprit. Militaires. Médicaments. Général Karinof. Fioles et pommades. Pilulles. Jasper. Souterrains. Demande bizarre. Refus. Il se passa les mains sur les yeux en tremblant, puis regarda à nouveau Laura.

- Par pitié, dites-moi qu'il n'est pas retrouvé entre les mains de votre père et de ses collègues au cours des quatre dernières semaines...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Jeu 12 Déc - 12:31

Laura avait l’impression de s’être fourrée dans de beaux draps. L’infirmier n’allait jamais l’écouter, il allait sûrement vouloir parler à Jasper, essayer de le raisonner, l’engueuler ou l’ausculter, ou… N’importe quoi. Mais peu importe ce qu’il ferait, elle savait qu’il irait trouver son frère et que, par conséquent, Jasper serait au courant de tout. Sauf s’il tournait cela de manière plus discrète, vu qu’il lui avait dit vouloir surveiller son frère la dernière fois… Non ? Soit. Ne pas paniquer. Rester calme. Pour l’instant, l’infirmier n’allait rien faire du tout. Que du contraire, il s’était assis sur le lit situé juste en face de Laura et avait repoussé sa sacoche, finissant par soupirer. Il la croyait ? Il allait l’écouter ? Il n’allait pas prévenir son frère ? Laura eut un bref espoir… jusqu’à ce que l’infirmier la fixe. Elle avala difficilement sa salive et l’écouta, soutenant son regard avec difficulté.

Monsieur de Sora – On ne peut pas savoir ce qu'a une personne et lui prescrire un traitement sans l'avoir vu ! Vous n'êtes pas médecin, vous ne pouvez pas l'examiner vous-même. Et il...

Laura se décomposait petit à petit, à mesure que l’infirmier parlait. Elle ne voulait pas qu’il prévienne son frère, que Jasper soit furieux contre elle ou qu’il lui en veuille. Elle avait l’impression que la situation lui échappait littéralement, et elle ne savait pas comment rattraper le coup. Laura ne répondit rien à ce que l’infirmier lui avait dit, elle voulait plutôt faire profil bas et essayer de le dissuader de parler à son frère. Seulement, la panique commença à grimper en elle lorsque Monsieur de Sora passa sa main sur ses yeux en tremblant et en la regardant d’un coup, comme pris d’une vague de panique lui-même. Heu ? Mais elle n’avait rien dit, là ! Il était blême, mais elle n’avait strictement rien fait ! RIEN ! Alors pourquoi la fixait-il comme cela ? Où était le problème ? Elle s’agita sur le lit, mal à l’aise, attendant.

Monsieur de Sora – Par pitié, dites-moi qu'il n'est pas retombé entre les mains de votre père et de ses collègues au cours des quatre dernières semaines...

Laura interrompit tout mouvement, devenant blême à l’instant où les paroles de l’infirmier prirent un sens dans son esprit. Il avait compris alors qu’elle n’avait rien dit… Ses peurs étaient confirmées, même si l’adolescente espérait en secret depuis des jours que ce n’était pas à cause de ces militaires que son grand frère avait tous ces malaises. Elle priait, même, car ils ignoraient ce qu’avait subi Jasper là-bas, entre leurs mains. Si, il s’était fait prendre, et par sa faute. Qui sait ce que lui avaient fait les militaires, entre le moment où il s’était évanoui dans leurs bras, et le moment où ils l’avaient récupéré grâce à la directrice ? Sentant une immense boule se former dans son estomac, Laura ne dit rien, se raclant la gorge pour essayer de parler.

Laura – Je… C’est que…

Laura baissa le regard, avalant sa salive et cherchant ses mots. Et si c’était de sa faute ? La colère qu’elle ressentait envers Jasper diminuait peu à peu, se transformant en culpabilité. Bon, tant pis s’il était au courant, tant pis s’il apprenait qu’elle était allée trouver l’infirmier, il fallait qu’elle fasse quelque chose. Il fallait un avis extérieur, quelqu’un qui pouvait réellement l’aider. Au bout d’un moment, Laura parvint à articuler, avec difficulté néanmoins :

Laura – A cause de moi… Oui. Mais je… Il ne se sent pas bien depuis un moment, déjà, il a des malaises, s’évanouit, comme s’il était malade. Alors que mon frère n’est jamais malade, monsieur, je vous le jure. Il est solide, il est… Je ne sais pas quoi faire pour l’aider et je pensais que vous auriez peut-être pu faire quelque chose, ou me donner des conseils ou… Je sais pas, mais il faut l’aider… J’ai peur, il est le seul en qui j’ai vraiment confiance.

La voix de Laura était rauque, sa gorge toujours serrée, tellement qu’elle avait vraiment du mal à parler. Elle voulait aider son frère mais ignorait comment et n’avait pas non plus envie de l’énerver. Et s’il s’énervait, en plus, cela ne risquait pas d’aggraver son état ?

Laura – Mais je ne veux pas qu’il soit au courant… Il ne voulait pas que quelqu’un soit au courant, il veut se débrouiller seul. Et je ne veux pas qu’il m’en veuille pour cela, mais j’ai peur, moi ! En plus, c’est de ma faute pour la dernière fois, alors je veux aider. S’il vous plaît, je peux faire n’importe quoi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Sora
Infirmier
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 448

Âge RPG : 35 ans

MessageSujet: Re: Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?   Mar 17 Déc - 14:15

– Je… C’est que…

Adrien eut l'impression qu'une énorme boule de plomb venait de lui tomber dans l'estomac. Il était sûr. Il en était certain ! Il se retint de foncer aussitôt chercher le jeune homme et l'emmener à l'hôpital pour lui faire un lavage d'estomac. Et il détestait de plus en plus les occupants ! Ils faisaient des expériences sur des enfants, nom de Dieu ! Des gosses ! Ils n'avaient don c aucun scrupule ?! Bon, il n'était même pas sûr qu'il s'agissait véritablement d'expérience médicale, mais qu'est-ce que ça pourrait être d'autre, hein ? Il aurait dû garder les médicaments qu'on lui avait présentés, pour les analyser. Ce n'était pas du poison, mais qui sait quel genre de saloperies ils avaient pu inventer.

– A cause de moi… Oui. Mais je… Il ne se sent pas bien depuis un moment, déjà, il a des malaises, s’évanouit, comme s’il était malade. Alors que mon frère n’est jamais malade, monsieur, je vous le jure. Il est solide, il est… Je ne sais pas quoi faire pour l’aider et je pensais que vous auriez peut-être pu faire quelque chose, ou me donner des conseils ou… Je sais pas, mais il faut l’aider… J’ai peur, il est le seul en qui j’ai vraiment confiance.

Il savait que le jeune Jasper avait une bonne santé... Depuis cinq ans qu'il était au Pensionnat, il n'était jamais vu le voir, ou deux ou trois fois pour des blessures. Mais aucune maladie. Il semblait miraculeusement épargné par les grippes/gastros/rhumes et autres saletés qui se propageaient si rapidement au sein d'un dortoir. Or, ici, il était pris de malaises réguliers ? Des évanouissements ? Quels médicaments donnaient ces effets secondaires ? Il en voyait quelques uns, et cela l'alarmait d'autant plus. Des médicaments qu'on ne délivrait, par exemple, que pour une très forte grippe. Pour la rougeole et la rubéole. Contre la migraine. Ce n'était pas des bonbons.

– Mais je ne veux pas qu’il soit au courant… Il ne voulait pas que quelqu’un soit au courant, il veut se débrouiller seul. Et je ne veux pas qu’il m’en veuille pour cela, mais j’ai peur, moi ! En plus, c’est de ma faute pour la dernière fois, alors je veux aider. S’il vous plaît, je peux faire n’importe quoi !

– Miss Karinof, j'entend bien qu'il veut se débrouiller, mais il ne s'agit pas d'un simple rhume.

Il s'interrompit, cherchant une solution. Il ne voyait pas ce qu'il pouvait faire sans savoir ce que le jeune homme avalait vraiment... Et comment cela lui était-il administré ? Par sa nourriture ? Les militaires n'avaient jamais été vus à la cuisine ou au réfectoire, ils restaient entre eux, mais ils avaient pu soudoyer ou menacer l'un des cuisiniers. A moins qu'ils ne lui aient directement injectés des produits, lors d'une de ses visites dans les souterrains, c'était possible ici. Il se frotta le menton, pensif. Il fallait savoir ce qu'on lui avait donné, c'était le seul moyen de s'en sortir. Mais comment faire pour ça ? Il avait déjà refusé de jouer leur jeu, un revirement si soudain serait suspect...

– Je dois savoir ce qu('ils lui ont fait avaler, murmura-t-il, plus pour lui-même que pour Laura. Mais je n'ai pas accès... Il faut que...

Et puis, pourquoi ne pas tenter ? Faire semblant de pactiser avec eux, accepter de délivrer ces "traitements" aux élèves, et ainsi les analyser ? Il pouvait tenter. Si on le renvoie balader, il trouvera un autre moyen. Il se leva, se recoiffa puis ajusta sa cravate.

– Je n'ai jamais fait d'espionnage de ma vie, mais il faut un début à tout. Je vous reverrais plus tard, Miss Karinof. faites profil bas en attendant, je vous prie. Merci bien.

Il quitta l'infirmerie, se composant un air assuré. A lui de tester ses talents de comédien, à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Une personne de confiance qui utilise des trucs bizarres ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luna Scamander [ACCEPTEE] ~ Auror
» Petitpets et trucs bizarres ! o/
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» LES FAUSSES RUMEURS OU TRUCS DU NET
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Pensionnat :: Rez-de-chaussée et Etages :: Premier étage :: Infirmerie-
Sauter vers: