1932. La Guerre Civile est déclarée ! Une spirale de violence s'engage dans un Etat totalitaire.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mariage sous la neige

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriella de Lizeux
Leader de la Résistance
avatar
Fonction :
  • Fonda
Récits : 1346

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Mariage sous la neige   Dim 1 Déc - 12:44

Ils étaient le 23 Décembre. Une grosse tempête de neige faisait rage, sur le Pensionnat, avec un ciel bas, noir et menaçant. Plus personne ne traînait dehors, blotti au chaud dans le Pensionnat, près des cheminées et du chauffage, attendant que le temps s'apaise quelque peu pour sauter dehors et jouer dans la neige, courir, faire des glissades, et tous ces jeux d'hiver qui réjouissaient le cœur des enfants. Même du troisième étage, elle entendait et devinait l'agitation ambiante. Aux décorations de Noël s'étaient ajoutées d'autres décorations, d'un genre plus particulier, celles du mariage.

Elle prit une grande inspiration, les deux mains sur le visage. On y était. Aujourd'hui, elle allait épouser le Commandant Charles L. de la Pinsonny. Beau frère de ce très cher général Karinof... Ce détail en particulier la faisait vomir. Devoir épouser quelqu'un qu'elle n'aimait pas, pour sauver la tête des premières années, d'accord. Mais devoir devenir la belle-sœur de ce sale type violent, c'était... Elle soupira, croisant sa propre image dans le miroir. Coiffée d'un chignon compliquée, pleins de perles et de trucs du même genre, elle était vêtue d'une longue robe blanche assez simple, qui avait le gros défaut de bien mettre en valeur sa grossesse, et qui lui dénudait à moitié les épaules. Et dire qu'elle allait se balader devant tout le monde comme ça...

- Mon cher beau-frère, grinça-t-elle dans le silence de l'appartement en enfilant ses talons, sachez que je vous hais déjà.

Elle quitta la pièce, s'engageant dans l'escalier où Estelle l'attendait, son témoin et sa demoiselle d'honneur. La jeune femme semblait plus que ravie, elle, et Gaby fit l'effort de lui sourire. Les élèves restés au Pensionnat pour Noël étaient bien sûrs conviés à la fête. Il y avait également le pauvre Dimitri, fraîchement revenu. Ils avaient pu obtenir sa libération, arguant sur le fait que son casier judiciaire était vierge, et son dossier sans défaut. D'autant plus que sa nourrice parlait très bien Français et avait expliqué les difficultés de son fils d'adoption par un traumatisme enfantin, ce qui était vrai. Il restait sous surveillance, mais il était libre.

En arrivant à la salle, aménagée exprès, elle dû se rendre à l'autel avec son cher fiancé, sous les regards de la foule. Mon Dieu, faites que cette journée passe le plus vite possible ! Elle jeta un regard noir au Général Karinof, assis au premier rang avec sa femme et leurs deux enfants.

- Sale type, lui murmura-t-elle au passage.

Laura devait l'avoir entendue car elle eut un petit rire en la regardant. Hum, bon, elle devrait faire attention. Elle reporta son regard sur le prêtre, tâchant de rester stoïque. Ne pas faire de clash durant la cérémonie. mais si jasper ou sa sœur décidaient "d'animer" un peu la fête, elle ne leur en voudrait pas le moins du monde...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mariage sous la neige   Lun 2 Déc - 19:15

Le mariage, le mariage, le mariage ! Estelle ne tenait décidément plus en place, virevoltant dans tout le Pensionnat comme un feu follet, vivace et joyeuse. Elle ne prenait même plus garde à la présence des militaires. François la protégeait, de toute façon, et les ignorait. Tout ce qui comptait dorénavant pour elle était de tout faire pour que le mariage soit le plus merveilleux, le plus parfait possible ! Gabriella et son fiancé devaient s'en souvenir comme d'un jour unique et splendide. Et elle était demoiselle d'honneur ! Comme Gaby à son propre mariage, cela l'enchantait littéralement. Elle s'était habillée d'une longue robe rouge un peu évasée vers les chevilles, et avait attaché ses cheveux.

Ils avaient utilisé la première salle d'études, la plus grande de tout le Pensionnat. Un immense dais, dessus l'autel, avait été aménagé, avec des rubans et des fleurs blanches, avec un long tapis y menant. Puis toute la salle était prête, avec un espace réservé aux danses ! Les fleurs étaient disposés, l'orchestre était arrivé, les cuisines prêtes, le vin d'honneur apprêté, et tout le monde s'habillait. Elle remonta souplement les escaliers et remonta voir Gaby. Elle l'avait coiffé et habillé, puis l'avait laissé seule le temps qu'elle enfile sa robe de mariée. Elle attendit à la porte de l'appartement, sautillant presque sur-place. Quand elle sortit enfin, elle eut un immense sourire. Elle était magnifique, ainsi !

Elle se rendirent à la salle, et la cérémonie put débuter. Estelle en avait les larmes aux yeux, tellement elle était émue. Il y avait beaucoup de monde. Elle sourit à François, assis non, loin, qui tenait leur fils sur ses genoux. Elle eut un long soupir en regardant Charles et Gabriella, se tenant les mains devant l'hôtel. Elle gardait les mains croisées devant elle, en souriant, les joues un peu rouges.

Prêtre - Mademoiselle Gabriella de Lizeux, voulez-vous prendre comme époux Monsieur Charles Luc de la Pinsonny ici présent ?

Elle eut un très long soupir. C'était le moment le plus magique. Elle se rappelait de son propre mariage, avec François, terriblement émue. L'assemblée suivait la cérémonie, tout le monde bien en costumes. Il y avait du beau monde. On unissait deux familles d'ascendance Noble, cela attirait le gratin du tout-Paris. Lorsque les nouveaux époux s'embrassèrent, elle faillit en fondre d'émotion. Elle fut la première à féliciter Gabriella, les yeux brillants, et la serra dans ses bras.

- Félicitations ! Je te souhaite le plus de bonheur possible, je suis si heureuse pour toi !

Elle laissa les autres passer, puis récupéra son petit Wyatt pour laisser son père discuter tranquillement avec ses amis. Elle lui chatouilla la joue, alors que les invités s'éparpillaient pour le vin d'honneur. A un moment, elle vit la jeune Laura, visiblement gênée par le monde pour accéder à la longue table. Estelle attrapa un jus d'orange puis lui donna avec un grand sourire. Elle le prit en souriant.

Laura - Merci madame.

- De rien. C'est très bien que vous ayez pu venir, un mariage est un moment tellement magique ! Gabriella va devenir votre tante, donc, la famille s'agrandit.

Elle rehaussa Wyatt contre son sein et regarda Gabriella, un peu plus loin. Sa robe soulignait adorablement sa grossesse.

- Vous êtes contente d'avoir bientôt un cousin et une cousine ?
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar
Fonction :
  • Modo
Récits : 1407

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Mariage sous la neige   Mer 4 Déc - 22:44

Vingt-trois décembre. Laura n’aurait jamais cru dire cela, mais elle n’avait pas envie d’assister à ce mariage. Elle s’ennuyait déjà à mourir même si son père et sa mère exigeaient qu’elle ait une tenue irréprochable, ainsi qu’un maintien qui laisse deviner le rang de sa famille. Bah, famille riche ou pas, qu’importe, tout cela n’était que paperasses et choses inutiles aux yeux de Laura. Pour elle, tout ce qui comptait était son frère, là-dedans. Sa mère et son père… Voilà. Ils pouvaient bien dire que Jasper avait déteint sur elle, qu’ils n’arriveraient jamais à la marier à quelqu’un si elle continuait sur cette voie, c’était le cadet de ses soucis. La jeune adolescente comptait bien s’enfuir dès que son père prononcerait le mot « mariage », quitte à vivre dans la rue et à tout abandonner – ou presque.

Un peu comme la directrice, si ce n’est que cette dernière était un tout petit peu plus vieille quand même, et plus responsable, et que ce n’était pas son propre père qui l’avait forcée à épouser quelqu’un. Pire, c’était celui de Laura. Enfin, c’était ce qu’elle avait compris d’après les regards noirs que leur directrice lançait à leur père… Encore que, était-ce vraiment un indice fiable ? Tout le monde lui lançait des regards noirs, personne ne l’aimait, si ce n’est sa mère. Du moins, Laura l’espérait, sinon la pauvre… Mais soit. Pour l’instant, c’était le mariage. Dehors, il neigeait, il faisait froid, alors celui-ci se déroulait à l’intérieur avec quelques invités et quelques élèves qui étaient restés pour les fêtes – même s’ils étaient rares. Laura était au premier rang, à côté de son frère, et regardait toute la scène sans vraiment y prêter attention… Ou presque.

Directrice – Sale type.

Levant la tête, regardant la directrice, Laura ne put s’empêcher de rire en entendant cela. Entendre quelqu’un d’autre que son frère pester contre leur père était bizarre, étrange, mais pourtant rassurant. Au moins, la directrice était normale même si elle allait devenir leur… tante. Leur tante. Oui, bon, tante ou pas, elle resterait « directrice » et rien que « directrice » pour Laura, un mariage n’y changera rien ! D’ailleurs, pour une fois, elle avait bien envie de l’aider et de s’amuser en même temps en saccageant ce mariage, mais se retrouver à côté de ses parents la découragea un tout petit peu. Et si Jasper prenait tout à sa place, si leur père le punissait encore une fois ? Ce n’était pas une bonne idée… Alors, mieux valait rester sage jusqu’à la fin, quitte à faire semblant d’écouter ou dormir – Laura opta plutôt pour la deuxième solution, même si elle le fit discrètement vu sa position.

Lorsque le calvaire fut enfin fini, Laura se faufila jusqu’à une longue table pour essayer d’attraper quelque chose à boire. N’importe quoi, elle voulait juste boire et respirer un peu, cet endroit représentait un vrai supplice, elle voulait faire une bêtise, s’amuser, sortir, faire… n’importe quoi ! Et en plus, cette table restait inaccessible, personne ne semblait la voir ou l’entendre demander un verre, impossible d’y accéder. Ce fut la professeure d’histoire-géo’ qui remarqua que Laura peinait à attraper quelque chose qui lui donna un verre de jus d’orange. Sa sauveuse ! Au moins quelqu’un qui fait attention ! Laura la gratifia d’un sourire, prenant le verre.

Laura – Merci madame.

Madame Chevreuil – De rien. C'est très bien que vous ayez pu venir, un mariage est un moment tellement magique ! Gabriella va devenir votre tante, donc, la famille s'agrandit.

En effet… Leur tante… Laura ne dit rien, par politesse, se contentant de sourire pour ne pas être désagréable. Pas qu’elle n’aimait pas la directrice hein, mais… Enfin… Ca restait la directrice, quoi ! La directrice sur laquelle Laura avait vomi dès le premier jour, directement, avant même qu’elle ne lui ait réellement parlé cette année ! Alors, non, désolée mais… Les choses avaient peut-être changées, pour elle, Gabriella de Lizeux resterait la directrice et pas leur tante.

Madame Chevreuil – Vous êtes contente d'avoir bientôt un cousin et une cousine ?

Laura – Heu… Je ne pense pas que j’aurai vraiment l’occasion de les voir. Mais une naissance est toujours quelque chose de bien, surtout... maintenant. Je suis désolée, madame, mais je ne me sens pas très bien, je crois que j’ai besoin d’air.

Laura s’excusa et alla retrouver son frère, plus loin, s’accrochant à son bras. Elle avait envie de sortir, d’aller ailleurs plutôt que de rester à cette « fête », mais elle préférait attendre son feu-vert juste pour être sûre qu’il ne risquait rien, de son côté. Aussi, elle lui murmura pour que lui seul puisse l'entendre :

Laura – Cette fête est super ennuyeuse, Jaz'... On peut pas mettre d'ambiance, là, sans que tu risques gros ? Je suis sûre que la directrice ne nous en voudra pas, elle a juré tout à l'heure, je crois qu'elle s'ennuie aussi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mariage sous la neige   Dim 8 Déc - 12:31

S'il y avait bien une chose dont Jasper avait horreur, c'était de porter une cravate alors qu'il n'y était pas obligé. L'uniforme passe encore. Mais devoir s'habiller en pingouin endimanché juste parce que ses parents voulaient montrer leur rang social, ça le dégoûtait. Il nouait avec une lenteur extrême sa cravate, debout devant un des lavabos de la salle d'eau, faisait la grimace à son propre reflet. Son très cher père avait passé un quart d'heure à le sermonner pour qu'il soit présentable, et surtout, pour qu'il prenne exemple sur lui lors de la cérémonie. Qu'il rêve ! Il poussa un énorme soupir, retenant ses insultes.

Il ressortit et se prépara mentalement, se rendant à la salle où avait lieu le mariage. Il se souvenait de ce fameux soir, où leur oncle était arrivé à son tour au Pensionnat, et leur avait annoncé, d'un ton très fier, qu'il avait enfin trouvé une femme convenable, qu'il était heureux de servir son pays en l'épousant, que lui et Laura devaient suivre la même voie et faire honneur à leur famille, etc. Jasper ne savait même pas qui il devait plaindre le plus, entre son oncle ou la directrice. Charles n'était pas un mauvais homme, il était juste terriblement ennuyeux et à cheval sur ses principes. Et la directrice, elle, était électrique, dans tous les sens du terme. Et elle allait devenir leur tante ! Il faisait tout pour l'éviter depuis qu'il s'était malencontreusement jeté dans ses bras.

Lui et sa famille furent assis au premier rang, avec une vue imprenable sur l'autel. Il croisa les bras, prenant son mal en patience. Les futurs mariés s'étaient rejoints sous le dais, devant le prêtre. Bon, il fallait reconnaître que la directrice était très belle, même si la voir en robe de mariée choquait un peu. Laura avait eu un petit rire, lorsqu'elle était passé, et il se demandait pourquoi. Très raide sur sa chaise, il suivit l'échange des vœux. Monsieur Charles Luc de la Pinsonny, et Mademoiselle Gabriella de Lizeux...

Invitée - C'est si émouvant, murmura une grosse dame laide à faire peur à côté de lui en se mouchant bruyamment.

Il retint une grimace de dégoût. Émouvant ?! N'importe quel imbécile pouvait voir que la directrice n'était pas heureuse de se marier, pourtant ! Et que leur imbécile d'oncle ne l'épousait que pour "servir son pays". Incroyable, ça, que tout ce qu'est trouvé le Gouvernement Français pour surveiller et faire taire une femme, c'était de la marier !

Lorsque la cérémonie fut enfin terminée, il donna rapidement ses félicitations aux jeunes mariés puis s'esquiva. Stop, il voulait faire une pause... Il desserra un peu sa cravate, regardant d'un air morne le vin d'honneur, alors qu'on préparait déjà les tables pour le repas de noces. IL tournait en rond, cherchant une occupation, observant les invités, et se demandant si le reste de la journée allait être aussi longue. Il allait pousser un long soupir lorsque Laura vint le rejoindre et s'accrocha à son bras.

Laura – Cette fête est super ennuyeuse, Jaz'... On peut pas mettre d'ambiance, là, sans que tu risques gros ? Je suis sûre que la directrice ne nous en voudra pas, elle a juré tout à l'heure, je crois qu'elle s'ennuie aussi.

Il eut un maigre sourire. Mettre de l'ambiance, il voulait bien, mais avec toute leur famille dans le coin... Bah, ils n'allaient pas se laisser arrêter par ça ! Il réfléchit un moment, massant la main de sa sœur par réflexe, puis eut une idée. Un sourire étira lentement son visage, alors qu'il se remémorait les récents évènements. Il y avait un excellent moyen de mettre un peu d'ambiance en toute impunité et de se débarrasser d'un militaire en même temps, tout en permettant à la directrice de se défouler ! Il se tourna vers Laura et lui chuchota son idée. Elle détourna le regard, cherchant le témoin de leur oncle., afin de vérifier s'il pourra vraiment leur servir de victime. Puis elle eut un grand sourire et hocha la tête.

- Parfait ! Dis-moi, tu pourrais pleurer et courir sur la directrice pour tout lui déballer ?

Laura – Je peux ! Mais tu viens avec moi ? Je n'ai rien dit à la directrice pour cette histoire, si on veut que ce soit crédible...

Il hocha la tête. Bien sûr qu'il venait avec elle ! Ils avancèrent, Laura s'était composée une moue triste et hésitante, échangeant de fréquents regards avec lui. Elle s'arrêta près de la directrice et tira sur sa manche en pleurant pour attirer son attention. Sa petite sœur était parfaite, superbes talents d'actrice. Il faillit éclater de rire et tout gâcher, mais il se contint, gardant un air grave et sérieux. Sachant que leur père était aussi au courant et avait mal réagi, que la directrice haïssait toute personne qui osait toucher à ses élèves, là, ça allait mettre de l'ambiance !

Laura – Le témoin... de votre mari...

Elle jeta un coup d'œil à leur oncle puis se retourna pour venir se cacher dans ses bras. Il la serra contre lui, puis regarda la directrice, appelant aussi son père au passage.

- C'est ce sale type qui l'a touché, dit-il d'une voix ferme à la directrice et à leur Père.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Leader de la Résistance
avatar
Fonction :
  • Fonda
Récits : 1346

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Re: Mariage sous la neige   Dim 8 Déc - 19:43

Regardez tous ces sourires de faux-jeton, ces regards hypocrites, ces airs complètement niais. Gabriella était parti travailler à Ste Famille justement pour échapper à tout ça, à ces paroles mielleuses, énoncées par des serpents qui voulaient vous hypnotiser pour mieux vous mordre. Toute l'hypocrisie de la Haute Société, ravie que ses membres ne se marient qu'entre eux, et qu'aucun sang impur ne vienne entacher leur lignée. Elle se força à sourire à ses frères, tous absolument ravis de voir leur sœur rentrer dans le moule, se mariait à un homme de bonne famille. Écœurant.

Le vin d'Honneur, c'était aussi le bal des félicitations, et des appareils photos. Elle essaya de se détendre. Après tout, ça ne durait qu'une malheureuse petite journée de rien. Et non, la nuit ne comptait pas. Son mari n'avait pas intérêt à essayer de la toucher ce soir ou il y allait avoir du sang sur les draps. Ses doigts frémissaient d'électricité rien qu'en y songeant. Elle reposa la coupe qu'on lui avait servit et sourit au photographe qui la suivait. Sa mère venait de fondre en larmes, un peu plus loin, disant à qui elle voulait l'entendre à quel point elle était heureuse de voir ce mariage, et qu'elle avait hâte de serrer ses petits-enfants dans ses bras.

Gabriella se détourna, son bras toujours tenu par son nouveau mari qui ne comptait décidément pas la lâcher. Elle eut le cœur un peu lourd en regardant l'alliance d'or à son doigt. Mariée... Elle était mariée ! Ces abrutis n'avaient-ils donc rien trouvé de mieux pour la faire taire ou l'empêcher d'agir ? Ils pensaient vraiment que la vie conjugale seule suffira à l'empêcher de passer à l'action ? Elle réfléchissait à cela, soutenant une conversation poli avec son nouveau conjoint, lorsqu'une petite main pâle jaillit et tira tout à coup sur sa manche. Elle baissa le regard, tombant sur la petite Laura, en larmes, ce qui l'alarma aussitôt. Son père aurait-il...

Laura – Le témoin... de votre mari...

Oui, le témoin de son mari ? Quoi, le témoin de son mari ? Elle lui jeta un coup d'œil, perplexe, alors que la petite courait se réfugier dans les bras de son frère. Elle se détacha de son époux, inquiète, et se demandant ce qui se passait. Elle n'ajouta pas "encore", mais la tentation était grande. Le général s'était approché, lui aussi, mais elle l'ignora.

Jasper – C'est ce sale type qui l'a touché.

T... Touché ? Comment ça tou... non ! Il n'avait pas fait ce à quoi elle pense. Elle se pencha, prenant Laura par les épaules pour la forcer à se retourner, puis lui essuya ses larmes du bout des doigts, essayant d'être rassurante. Si c'était vraiment l'acte ignoble qu'elle pensait, ce sale type derrière elle n'allait pas faire long feu. Elle jeta également un regard noir au général, qu'elle tenait en grande partie pour responsable.

– Que s'est-il passé ? Où ? Et quand ?

Elle regarda son frère, puis le témoin, puis elle, et recula un peu. Ce qui ne fit qu'augmenter l'inquiétude de Gabriella. Elle avait horreur qu'on s'en prenne à des enfants, surtout de la part de sales types malintentionnés qui profitaient honteusement de leur force ! Elle avait une très haute idée de la justice et de l'égalité, alors les ordures, pour elle, ne méritaient que la mort.

Laura – Je... Jaz' a déjà tout dit, il n'y a rien à rajouter.

Bon, ok. Elle se redressa, puis leur fit signe à tous les deux de la suivre. Autant régler cette histoire en privé, puisque la petite n'allait pas pouvoir parler en public. La petite s'accrocha à son frère et ils la suivirent. Juste avant de partir, elle jeta un regard éloquent au Père Karinof qui regarda le témoin d'un œil particulièrement noir, tout comme son époux. Elle entraîna les deux jeunes dans une pièce non loin, plus tranquille et confortable. Elle était très heureuse d'échapper à l'atmosphère étouffante du mariage et ne le cacha pas. Elle se retourna vers Laura et eut un faible sourire.

– Bon, entre nous, est-ce que cette histoire est vraie ?

Elle ne répondit pas, se blottissant encore plus dans les bras de son frère. Gabriella éclata de rire quelques instants, se cachant les yeux, un large sourire aux lèvres. Ah, ces deux gamins, il ne fallait pas les sous-estimer, ils étaient vraiment près à tout. Et ça fera un militaire en moins dans leurs jambes. Laura semblait effrayée, ou alors ne comprenait pas. Gabriella soupira, puis leur sourit.

– Ça ne fera jamais qu'un militaire en moins ici. Mais il en viendra d'autres... Restez prudents, je ne demande que ça. Au niveau professoral, nous sommes à peine une poignée d'engagés.

Laura – Vous n'allez pas nous crier dessus, alors ? demanda-t-elle, tout à fait ahurie. Et vous n'allez rien dire à notre père ?

– Dire quelque chose à votre père ? J'ai plus envie de l'assommer que de lui parler. Et je ne vous crierais dessus que si vous vous mettez vraiment en danger. Un peu comme la dernière fois, dans les souterrains. Ça ne vous ait pas venu à l'idée, d'aller chercher un professeur dès le début ?

Elle grimaça, puis chuchota qu'elle n'y avait pas pensé... Gabriella ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Mon Dieu ! Elle s'assit à son tour, et regarda les deux enfants.

– Votre très cher Père veut que nous passions Noël en famille. Je vais pouvoir lui expliquer ma façon de penser. Et, monsieur Karinof, vous êtes également prié de me prévéenir s'il recommence à vous frapper.

Elle se releva aussi vite qu'elle s'était assise, les prévenant de venir au moins manger quelque chose avant de quitter la cérémonie, puis retourna dans la salle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mariage sous la neige   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage sous la neige
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite photo : périgueux sous la neige
» Brasparts sous la neige
» Un combat sous la neige
» [FB] - Le Lien formé sous la Neige de Drum [Pv : Miles]
» Carl Friedrich Lessing (1808 - 1880)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Monastère :: Aile Ouest :: Salles de réunions-
Sauter vers: