1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le point sensible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1281

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Le point sensible   Lun 28 Oct - 20:18

Deux jours. Cela faisait deux jours que Jasper les évitait, elle et Antoine. Laura ne tenait plus en place et avait du mal à ne pas aller le trouver, à se retenir de lui parler pour essayer d’arranger les choses, s’excuser, ou… Peu importe, mais elle voulait son grand frère ! Il lui manquait, ses idées de bêtises, ses conseils farfelus, même ses gestes surprotecteurs dès qu’elle était à côté de lui. Seulement, il lui en voulait, il leur en voulait. Depuis sa sortie de la chambre improvisée en infirmerie, le temps qu’il se rétablisse, Jasper ne leur avait pas parlé.

C’est pour cela que Laura s’était réfugiée dans la bibliothèque, endroit habituel pour elle pour penser à autre chose, pour travailler et ne pas déprimer bêtement. Evidemment, les élèves parlaient entre eux et ne comprenaient pas pourquoi le « duo Karinof » ne restait plus ensemble alors que Jasper et Laura étaient inséparables. Ce qui ne facilitait pas la tâche de la jeune adolescente pour travailler et penser à autre chose… Perdre son frère était sa plus grande peur, elle détestait se disputer avec lui, surtout après son enlèvement. Ils faisaient les quatre cents coups ensemble, alors comment ne pas avoir le moral dans les chaussettes maintenant qu’elle ne le voyait plus ? Laura l’évitait aussi, par la même occasion, évitant son regard à chaque fois et se mettant le plus loin de lui pour ne pas le déranger. Elle avait une étrange sensation, intérieurement, comme si on lui avait pris quelque chose de très important, comme si quelque chose lui serrait l’estomac, lui donnant envie de pleurer. Soupirant, Laura laissa tomber son crayon et mit sa tête dans ses mains, laissant ses cheveux retomber par-dessus. Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Elle pensait bien à quelqu’un, mais…

Laura * Oh, allez, tu n’as plus trop le choix, là. Il ne va pas te manger.

Décidée, Laura se leva et rangea ses affaires. Elle n’était bonne à rien, ici, cela fait deux bonnes heures qu’elle bloquait sur la même phrase à mémoriser. Alors bon, autant faire quelque chose de plus constructif. Elle sortit de la bibliothèque et partit à la recherche d’Antoine, qui ne devait pas être très loin de toute manière. Elle vit Jasper sortir vers elle ne savait où et détourna la tête, la gorge serrée. Après quelques minutes de recherche, elle trouva Antoine par pur hasard dans le réfectoire, désert à cette heure-ci. Les élèves n’avaient pas le droit de manger quand ils le voulaient, donc le reste du temps, le réfectoire servait pour les travaux de groupes ou, plus régulièrement, pour les pauses entre deux cours. S’approchant timidement du meilleur ami de son frère, Laura lui demanda en tâchant de dissimuler son état légèrement pitoyable comparé à son habitude :

Laura – Antoine… Je peux te parler ? Je… Je ne veux pas te déranger, mais…

Hum, mauvaise technique pour se lancer dans une conversation. Sans crier gare, les larmes commencèrent à couler les unes après les autres et Laura s’installa à côté d’Antoine. Elle essayait de pleurer en silence pour ne pas se faire remarquer mais tremblait à cause de cela et rajouta :

Laura – Mon frère me manque… Les bêtises qu’on faisait tous les trois… les… Et si jamais il ne nous pardonne jamais ? Si jamais il nous en veut à vie ? Si jamais… Si…

Tout était véritablement en train de sortir, Laura, qui ne pleurait jamais ou presque habituellement, se laissait aller à côté d’Antoine. Elle savait que cela ne servait à rien, que Jasper n’était même pas là et qu’il ne les rejoindrait pas, qu’il était sorti, mais… C’était plus fort qu’elle. Son frère était son point sensible, surtout ici, surtout avec des parents tels que les leurs. Alors, c’était compréhensible, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le point sensible   Sam 9 Nov - 11:21

Ils étaient restés dans cette petite chambre, regardant Jasper dormir à moitié, sonné. Lui serrait la main de Laura, assis et nerveux, attendant. Il ne bougeait pas. Lorsqu'enfin, il émit des signaux sérieux de réveil, il se leva et sortit sans même les regarder, leur assurant que ça allait très bien. Comme ça, sans un mot de plus, sans un regard, partant et ne les re-croisant plus. Même pas un mot sur ce qui lui était arrivé, ce qu'il avait fait, comment il avait été blessé, rien.

Depuis, Antoine culpabilisait sérieusement. Mais Gabriella, qu'est-ce qui lui avait pris de balancer ça à tout le monde ?! Il était vraiment le roi des crétins ! Alors qu'il savait qu'il s'agissait d'un point sensible pour son meilleur ami, qu'il... Enfin, Gabriella, il aurait dû faire attention, être bien plus prudent ! Et surtout veiller à respecter son meilleur ami, ne pas le foutre dans la Gabriella ni le blesser, comme Jasper avait toujours pris garde à ne pas le blesser lui. Et que faire maintenant ? Il savait que Jasper n'était pas du genre rancunier, mais tout de même... Pour qu'il fasse même la tête à Laura, c'est qu'il était vraiment blessé. Gabriella...

Assis dans le réfectoire, il observait sans les voir ses exercices de Français, réfléchissant à toute allure. Que faire, que faire, que faire... Coincer Jasper dans un coin pour qu'ils se parlent enfin ? Non, mauvaise tactique. Il allait juste se braquer et leur en vouloir un peu plus. Alors, heu... Lui écrire ? Il allait jeter la lettre sans l'ouvrir. Le harceler jusqu'à ce qu'il leur parle ? Mauvaise idée. Il en était à ses réflexions lorsque Laura arriva, semblant en aussi mauvais état que lui.

Laura – Antoine… Je peux te parler ? Je… Je ne veux pas te déranger, mais…

Elle se mit à pleurer doucement, s'asseyant à coté de lui. Forcément, toute cette histoire devait la travailler énormément. Depuis qu'elle était arrivé au Pensionnat, Jasper ne la lâchait plus. Il lui avait tellement parlé, de sa petite sœur, les deux premières années q'ils avaient passés ici. Deux gamins avec des idées pleins la tête, incapables de tenir en place, et qui avaient entraîné la petite sœur dans leurs âneries.

Laura – Mon frère me manque… Les bêtises qu’on faisait tous les trois… les… Et si jamais il ne nous pardonne jamais ? Si jamais il nous en veut à vie ? Si jamais… Si…

Il ne sut pas quoi lui répondre de suite. C'était une situation assez délicate, et Antoine culpabilisait d'avoir balancé tout ça devant toute la classe. Il passa son bras dans le dos de Laura et lui frotta l'épaule, essayant de la réconforter. Il n'était pas très doué pour ce genre d'exercices et craignait de se montrer maladroit.

- Laura, tu sais comme moi que ton frère n'en veut jamais longtemps aux gens. Il faut juste lui laisser le temps de se calmer... De toute façon, il est incapable de rester éloigné de toi trop longtemps, je peux te jurer qu'il reviendra vers toi avant la fin de la semaine. Il ne veut pas te perdre.

Et ça, c'était la pure vérité. Tout le monde ici savait qu'il ne fallait pas faire le moindre mal à Laura sous peine de se mettre son frère sur le dos. Et Jasper pouvait se montrer parfaitement odieux avec ceux qui blessaient sa sœur. Il se pencha et l'embrassa sur la joue, essuyant ses larmes.

- Les larmes ne te vont pas au teint, ma belle. Souris, je sais que ton frère est incapable de t'abandonner.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1281

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Le point sensible   Sam 9 Nov - 19:27

Antoine – Laura, tu sais comme moi que ton frère n'en veut jamais longtemps aux gens. Il faut juste lui laisser le temps de se calmer... De toute façon, il est incapable de rester éloigné de toi trop longtemps, je peux te jurer qu'il reviendra vers toi avant la fin de la semaine. Il ne veut pas te perdre.

Moui… Antoine avait raison, mais combien de temps cela allait-il prendre ? Pendant combien de temps cette dispute allait-elle durer ? Il n’allait pas les ignorer longtemps… Si ? "Une semaine", ce n'était qu'une supposition. Rien de plus qu'une supposition. Antoine avait passé son bras dans le dos de Laura, lui frottant l’épaule comme pour l’apaiser. Elle s’en voulait de pleurer alors que lui aussi était déprimé ou très mal à l’aise, à coups sûrs. Elle venait comme ça, au beau milieu d’un repas ou d’un moment d’étude et le dérangeait en pleurant.  Ce ne fut que lorsqu’il se pencha vers elle, l’embrassant sur la joue et lui séchant ses larmes que Laura commença à se calmer, se sentant rougir par la même occasion.

Antoine – Les larmes ne te vont pas au teint, ma belle. Souris, je sais que ton frère est incapable de t'abandonner.

Laura poussa un long soupir, tentant un sourire pour répondre à Antoine. Autant dire que ce n’était pas gagné, son sourire ressemblait plus à une grimace qu’à autre chose mais elle avait essayé, au moins. Elle ne pouvait pas faire mieux pour l’instant, la culpabilité la rongeait littéralement. Ils devaient trouver quelque chose à faire ou à dire à Jasper… Même si son frère n’allait pas les ignorer éternellement, ils n’échapperaient pas à une discussion avec lui et elle le savait. Ils avaient mal agi. Jamais, ô grand jamais, ils n’auraient dû dire tout cela… Mais ils avaient bien agi, non, en s’inquiétant pour lui ? Ils n’allaient pas le laisser se faire du mal et se blesser davantage juste parce qu’il refusait de montrer sa faiblesse !

Laura avait peur de trop attendre… Elle avait peur de laisser Jasper faire le premier pas et qu’il pense qu’ils l’évitaient pour ne pas avoir à se justifier. D’ailleurs, quelle justification lui donneraient-ils ? Toute l’école était au courant, c’était trop tard… C’était irrécupérable. Il fallait qu’ils fassent quelque chose, qu’ils lui parlent, qu’ils lui montrent qu’ils n’avaient pas fait tout cela juste pour le mettre dans une situation délicate. Ils l’aimaient et tenaient à lui, Jasper pouvait bien le comprendre, non ? Laura essayer de s’en convaincre, de se rassurer, mais loin d’être évident. Elle réfléchissait, respirant et reniflant pour essayer de se calmer, se rapprochant d’Antoine sans s’en rendre compte. Que pouvaient-ils faire ? Lui préparer une surprise ? Le coincer à deux pour le pousser à leur parler et leur laisser une chance de s’expliquer ? Mais oui ! C’était ça, l’idée en or ! Lui préparer une surprise pour le choquer, l’étonner, et avoir l’occasion de lui parler ! Sursautant sans crier gare, Laura attrapa les mains d’Antoine et commença à s’agiter sur le banc en le regardant, des étoiles dans les yeux, puis dit d’une voix où l’impatience s’entendait :

Laura – Antoine, je sais ! Je sais, je sais, je sais ! C’est L’idée qu’il nous faut !

Laura ne tenait plus en place, convaincue que son idée était LE remède et le plan parfait pour arranger les choses avec Jasper. Enfin, elle l’espérait. De toute manière, il ne résisterait pas à cette surprise, il ne pourrait pas, elle en était sûre ! Sans laisser le temps, encore moins l’occasion, à Antoine de réagir ou de répliquer, elle lui attrapa la main et le tira pour le pousser à se lever. Oui, bon, c’était un peu violent comme entrainement, mais pas grave, elle voulait tout préparer ! Laura ne fit attention à rien d’autre et se dirigea vers une de ses cachettes pour que personne ne les surprenne, entrainant Antoine à sa suite. Il devait avoir l’air fin vu qu’elle était plus petite et qu’elle ne le lâchait pas, mais tant pis, il fallait faire vite ! Elle voulait le lui dire, mais avec les militaires dans le coin, elle n’avait pas envie qu’ils viennent tout gâcher. Ce ne fut que lorsqu’ils furent enfin dans un endroit tranquille que Laura daigna lâcher Antoine, regardant néanmoins autour d’eux comme pour vérifier que personne n’était là. Après quoi, elle attrapa les mains du meilleur ami de son frère et lui expliqua, en sautillant :

Laura – Une surprise, Antoine ! Une surprise, quelque chose qui rassemblerait tout ce que Jaz’ aime ! Puis là, il sera tellement étonné qu’il ne pourra pas fuir et on pourra enfin lui parler !

Laura fit une pause, réalisant plus ou moins ce que cela entrainerait. Oui, il fallait qu’ils parlent. Tous les trois. Oui, cela finirait peut-être en larmes. Mais avaient-ils réellement le choix ? Calmant sa joie en pensant à cette perspective, Laura posa son regard sur ses mains et celles d’Antoine, jointes. Elle reprit, plus calme :

Laura – Je sais que c’est risqué, Antoine… Mais si on attend qu’il vienne simplement nous trouver, j’ai peur que… J’ai peur qu’il nous le reproche. Ca doit venir de nous. J'ai peur que... Que cela s’aggrave et qu’on s’éloigne. Même s’il ne m’abandonnera pas, je ne veux pas que tu… qu’il… Je ne veux pas te perdre, et qu’il te perde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le point sensible   Mar 17 Déc - 10:18

Il continuait à la serrer dans ses bras, lui frottant machinalement le dos, réfléchissant. Comment faire comprendre à cette tête de mule nommée Jasper qu'ils s'en voulaient, et qu'il fallait qu'ils parlent, tous les trois ? Ils n'allaient quand même pas continuer à s'éviter ! Ok, il était en colère, et il avait le droit, surtout contre lui. Mais Antoine n'avait pas pensé à mal, il voulait juste le défendre face à une prof débile qui ne comprenait rien. Seulement le défendre ! Comment lui faire admettre ça ? Difficile... Jasper était très indépendant, se soignait seul, se rassurait seul, se réconfortait seul. Il détestait mêler les autres à ses soucis, même ses plus proches amis, même sa propre sœur. Il préférait souffrir en silence plutôt que de montrer qu'il n'était pas bien.

Depuis tout petit, il était comme ça. Combien de fois Antoine l'avait-il surpris à se soigner tout seul pour des blessures qui auraient nécessités un petit passage à l'infirmerie ? Il n'était jamais malade, ou très, très rarement, mais se blessait fréquemment, bien qu'Antoine sache maintenant qu'une partie de ses blessures passées n'étaient pas de son fait. Il refusait de se faire plaindre ou qu'on lui montre de la pitié, point final. Ce n'était pas son genre, et il était si borné, lorsqu'on s'inquiétait pour lui. Il fut tiré de ses pensées par Laura qui lui attrapa tout à coup les mains, semblant tout à coup plus heureuse.

Laura – Antoine, je sais ! Je sais, je sais, je sais ! C’est L’idée qu’il nous faut !

Elle se leva tout à coup et le tira avec elle. Il suivit tant bien que mal alors qu'elle courait, filant il ne savait où. Qu'avait-elle trouvé ? C'était peut-être idiot, mais il avait tendance à se méfier des "idées" qu'avaient souvent le frère et la sœur. Encore que, Laura était tout de même moins cinglée, il fallait l'admettre, mais elle avait quand même des idées tordues. Et Jasper des idées dangereuses... Il l'avait dit bien souvent, que le duo Karinof allait finir par le rendre totalement dingue !

Ils s'enfermèrent dans une petite pièce, visiblement familière de Laura qui y évoluaient comme un petit chat dans son panier. L'image le fit sourire tendrement. Adulte, il aura un ou plusieurs chats chez lui, tant il aimait ces petites bêtes. Il avait dû abandonner le sien lorsqu'il était venu au Pensionnat, mais ses parents avaient ordre d'en prendre le plus grand soin. Laura lui reprit les mains en sautillant, et il sentit son cœur faire une petite embardée. Il adorait la voir sourire, la voir heureuse.

Laura – Une surprise, Antoine ! Une surprise, quelque chose qui rassemblerait tout ce que Jaz’ aime ! Puis là, il sera tellement étonné qu’il ne pourra pas fuir et on pourra enfin lui parler !

Heu... Oui ? Mais quoi ? Quel genre ? Et peu de chances que ça fonctionne, avec ça. Surprendre Jasper était déjà difficile, et le coincer relevait de la mission impossible. Le coincer en utilisant des moyens loyaux, en tout cas. Antoine en avait un autre en tête, nettement plus efficace et expéditif.

Laura – Je sais que c’est risqué, Antoine… Mais si on attend qu’il vienne simplement nous trouver, j’ai peur que… J’ai peur qu’il nous le reproche. Ca doit venir de nous. J'ai peur que... Que cela s’aggrave et qu’on s’éloigne. Même s’il ne m’abandonnera pas, je ne veux pas que tu… qu’il… Je ne veux pas te perdre, et qu’il te perde.

- Laura, on n'arrivera pas à le coincer aussi facilement... Mais on peut lui dire un truc qui va le choquer assez pour le forcer à s'arrêter ? Ou, heu... Je sais paaas ! On peut... Hum... Viens avec moi.

Il la prit à son tour par la main et l'entraîna avec lui. Il n'avait aucune idée de ce qu'il fallait faire, voulant juste obliger son meilleur ami à s'arrêter et lui parler. ils le trouvèrent dans un coin isolé du parc, et se jetèrent quasiment sur lui. Antoine se planta devant lui pour qu'il s'arrête et l'empêcher de s'esquiver. Il devait les écouter. Il fallait qu'il les écoute.

- Jasper, il faut absolument qu'on te parle !

Voyons qu'il n'avait pas l'air disposé, il s'énerva, puis cria à moitié :

- Tu peux accorder cinq minutes à ton futur beau-frère, non ?!
Revenir en haut Aller en bas
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 453

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Le point sensible   Mer 25 Déc - 16:56

Jasper fourra les mains dans ses poches, de la buée sortant légèrement de sa bouche. Il faisait très froid, et le ciel lourd, gris et bas annonçait de fortes chutes de neige. Il promena son regard sur le lac plus loin, la forêt, le Pensionnat, les élèves qui vagabondaient, les militaires en patrouille, le mouvement des camions près du portail, les professeurs qui sortaient, le camion de livraison garé plus haut, près du réfectoire, le livreur qui portait des caisses en soufflant comme un buffle, un des surveillants qui marchait mollement dans l'allée, et tout ces vas-et-vient, preuve de vie et de mouvement, dans cette grande école saisie par le gel de Décembre.

Il s'arrêta sous le couvert d'un arbre, s'appuyant contre le tronc et se massa l'épaule. Il avait assez mal dormi, tous les problèmes actuels tournant en boucle dans son esprit sans le laisser un seul instant en paix. Les vacances de Noël approchaient, et il avait l'impression que tout s'accélérait, s'amplifiait, et apportait chaque jour de nouveaux ennuis. Il avait entendu dire qu'une minuscule première année avait été inquiété pour une broutille. Il enfonça un peu plus ses mains dan ses poches. Parfois, il aimerait dormir, laisser le monde à ses problèmes, ne plus s'occuper de rien. Si seulement il en était capable.

Reprenant son vagabondage, il ne remarqua pas tout de suite les deux silhouettes qui fonçaient tout droit sur lui, et ne reconnut qu'au dernier moment Antoine et Laura. Allons bon, qu'est-ce qu'ils lui voulaient ?! Jasper n'était pas rancunier, d'ordinaire, mais autant avouer que cette fois, il leur en voulait franchement.

Antoine - Jasper, il faut absolument qu'on te parle !

Ah, vraiment, il fallait ? Et bien non merci, il passait son tour. Il était déjà épuisé, et n'avait pas la moindre envie de perdre le peu de forces qui lui restaient dans une nouvelle dispute. Conclusion, au revoir les cocos, revenez après le réveillon du Nouvel An, il aura les idées plus claires d'ici-là ! Il jeta un regard noir à son meilleur ami, agacé. Ce dernier se planta tout à coup devant lui, les joues rouges et le regard brillant.

Antoine - Tu peux accorder cinq minutes à ton futur beau-frère, non ?!

...

...

...

...

Hein... ?

Jasper se frotta lentement les yeux en grimaçant, rajustant son écharpe au passage. Hou là, il était bien plus fatigué que prévu. Il commençait à entendre des trucs bizarres. Il soupira légèrement, souriant en regardant Antoine. Qu'il attende un peu avant de lui balancer des conneries, s'il vous plaît. Il était trop fatigué pour le moment. Laura, elle, était devenue toute blanche et le fixait. Il haussa les épaules d'un air las.

- Et bien, dit-il d'une voix endormie, mon futur beau-frère va devoir attendre, je n'ai pas la tête à ça pour le moment. Alors sois gentil Antoine et laisse-moi mourir.

Il eut un petit rire et fit un pas dans l'herbe glacée. Puis deux Et s'arrêta à nouveau au troisième. Une minute, là. Stop un instant. Il se remémora les paroles d'Antoine, la réaction de sa petite sœur... Il se retourna brusquement et fixa sa sœur droit dans les yeux.

- QUOI ?! lui hurla-t-il. Vous sortez ensemble ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1281

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Le point sensible   Jeu 26 Déc - 20:49

Antoine – Laura, on n'arrivera pas à le coincer aussi facilement... Mais on peut lui dire un truc qui va le choquer assez pour le forcer à s'arrêter ? Ou, heu... Je sais paaas ! On peut... Hum... Viens avec moi.

On peut ? Laura n’eut pas le temps de lui demander plus d’informations qu’Antoine lui prit la main et l’entraîna avec lui, sortant du Pensionnat pour chercher Jasper. Elle trainait des pieds, peu enclin à aller trouver son frère maintenant pour lui parler. Elle préférait sa méthode, elle était plus douce et il ne risquait pas de les engueuler comme cela ! En plus, comment Antoine voulait-il obliger Jasper à les écouter ? Il allait juste les remballer, les envoyer balader avec une remarque bien cinglante et un regard lourd de sens. Après quoi, Laura s’en voudrait à mort et culpabiliserait, comme à chaque fois. Mais soit, lui faire confiance. Ils trouvèrent Jasper et se jetèrent sur lui, la jeune adolescente un peu en retrait plus terrifiée qu’autre chose.

Antoine – Jasper, il faut absolument qu'on te parle !

Beuh ? Et il comptait vraiment l’interpeller comme cela ? Sans rien dire d’autre ? Sans surprise, Jasper leur jeta un regard noir – plus à Antoine qu’à elle, d’ailleurs – mais Antoine n’avait pas dit son dernier mot, cette fois, et s’était planté face à lui en hurlant presque :

Antoine – Tu peux accorder cinq minutes à ton futur beau-frère, non ?!

… Quoi ?! Mais bon sang, Antoine, lui balancer les choses comme ça n’allait pas aider ! Laura devint livide en l’espace de deux secondes et faillit se réfugier derrière lui mais n’osa pas bouger, se contentant de fixer son frère. Il allait hurler. Il allait hurler. Il allait hurler. C’était sûr et certain. Il allait frapper, les engueuler, les brûler peut-être même, leur interdire de se voir, les… Mais lorsque Jasper se frotta simplement les yeux en remettant son écharpe comme si rien ne s’était passé, Laura ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche et de regarder Antoine, complètement interloquée. Il soupira, sourit et haussa les épaules en disant, plus endormi que jamais d’après sa voix :

Jasper – Et bien mon futur beau-frère va devoir attendre, je n'ai pas la tête à ça pour le moment. Alors sois gentil Antoine et laisse-moi mourir.

… Hein ? Pardon ? Il avait tout digéré, comme cela, sans même hurler ? Laura regarda à nouveau Antoine, gardant la bouche ouverte sous le coup de la surprise, plus perdue que jamais. Soit Jasper était horriblement fatigué, soit il prenait extraordinairement bien la nouvelle et ils avaient donc stressé pour rien. Il s’éloignait d’eux, faisant des pas lents… jusqu’à s’arrêter et à se retourner et à fixer Laura droit dans les yeux. Gloups. Ca y est, la nouvelle était montée au cerveau, il allait hurler. Instinctivement, Laura se rapprocha d’Antoine, se retenant tant bien que mal de se cacher derrière lui. Ne pas envenimer la situation.

Jasper – QUOI ?! Vous sortez ensemble ?!

Laura – Je… C’est-à-dire…

Laura tourna la tête vers Antoine, cherchant les mots pour ne pas s’enfoncer, ne pas se faire engueuler. Oui, d’accord, ils étaient ensemble mais ce n’était pas « mal », si ? Après tout, il valait mieux que ce soit avec le meilleur ami de son frère que quelqu’un d’autre, non ? Jasper ne pourrait pas dire qu’il n’est pas assez bien pour elle, en grand frère surprotecteur qu’il était. Laura avala sa salive, prenant une grande inspiration alors que Jasper ne disait toujours rien, attendant une réponse apparemment. Bon… Maintenant qu’ils y étaient, rien ne servait de nier l’évidence. Et puis, il risquait de tout découvrir de lui-même par la suite et s’ils mentaient, il allait très mal le prendre. D’une petite voix, Laura reprit en regardant son frère :

Laura – Oui, mais c’est récent. On voulait te le dire, mais on avait peur et on s’en voulait, et puis tu nous en veux déjà pour le reste donc on ne voulait pas en rajouter une couche. Mais ce n’est pas fait exprès pour t’énerver, je te le promets !

Laura parlait de plus en plus vite, comme à chaque fois qu’elle paniquait. Elle ne voulait perdre ni son frère, ni Antoine, et elle ne voulait pas non plus qu’ils se disputent à cause d’elle. Ils étaient amis depuis longtemps, maintenant, alors si Jasper voulait qu’ils ne sortent plus ensemble… Mais non, il n’allait pas faire cela. Il aimait sa sœur et ne voulait que son bien, non ? Avec Antoine, il était sûr qu’elle ne risquait rien et qu’il n’allait pas la faire souffrir, donc aucune raison de paniquer. N’est-ce pas ? Laura patienta, regardant son frère, Antoine, sentant ses mains devenir moites malgré le froid qui l’enveloppait. Après un moment, Jasper réagit enfin :

Jasper – Vous vous aimez ?

S’ils… s’aimaient ? Cette question déstabilisa temporairement Laura qui lança un nouveau regard à Antoine avant de sourire, puis de se retourner vers son frère. Elle s’avança timidement, doucement mais sûrement, et lui dit en le regardant dans les yeux avec le plus grand sérieux du monde :

Laura – Pas comme nos parents.

Ce qui voulait tout dire, pour elle. Mais cela allait-il suffire à Jasper ? Elle voulait qu’il soit d’accord, elle voulait simplement qu’il lui dise « Tu peux » ou qu’il soit aussi heureux qu’eux ne l’étaient. Cependant, il fit bien mieux que cela, toutes les réponses que Laura espérait étaient rassemblées en un geste : il la serra dans ses bras. Elle hésita un bref instant, ne sachant si c’était bon signe ou pas, puis serra Jasper encore plus fort en enfouissant son visage dans son écharpe, souriant bêtement. Finalement, tout s’était bien passé.

Laura – Merci, t’es le meilleur grand frère du monde !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Le point sensible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» liste d armee a 1000 point pour un tournoit
» mes créations au point compté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Sous-sols et Rez-de-chaussée :: Rez-de-chaussée-
Sauter vers: