1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours ouvert à tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Cours ouvert à tous   Mer 16 Oct - 13:36

Wyatt pleurait à fendre l'âme dans les bras de sa mère, alors qu'elle faisait des vas-et-vient dans tout l'appartement pour tenter de le calmer, le berçant, le câlinant, chantant des berceuses, des comptines, murmurant des paroles rassurantes, changeant trois fois sa couche, lui donnant le sein puis un biberon. Rien à faire, il ne s'apaisait pas. Elle ne comprenait pas ce qui lui manquait ! François revint, chargé d'un plateau supportant deux bols de café, du pain, de la confiture, du beurre et du lait.

- Je n'arrive pas à le calmer, gémit la jeune mère.

Les cours commençaient dans une heure son père et elle était très loin d'être prête. Elle confia le petit à son père puis alla se préparer très rapidement, s'habillant, se coiffant, avant de revenir dans la cuisine. Elle reprit son bébé contre son sein, tout en mangeant un peu. Il allait chez son parrain, aujourd'hui, François le déposait en allant au travail. Elle leur fit à tous les deux de gros bisous avant d'attraper son sac et de partir pour son cours. Aujourd'hui, cours ouvert à tous. Pour elle, il fallait créer des liens solides entre les jeunes, et donc mélanger les classes !

Elle entra dans la salle, plus grande cette fois, et dis bonjour à ses étudiants avec un très large sourire. Ce métier, c'était sa vie entière, et elle ne l'abandonnerait pour rien au monde. Elle se plaça derrière son bureau, tout sourire. Oh, bien sûr, elle était inquiète, aux vus des évènements secouant l'école, mais il était dans sa nature de rester joyeuse et fraîche comme une rose. Elle avait confiance en Gaby et leur nouveau sous-directeur pour aider le Pensionnat à se redresser. François les protégeait, elle et Wyatt. Et pour tout cela, elle se sentait bien.

- Bien, les jeunes ! Aujourd'hui, nous allons débuter une leçon sur la Révolution Française. Nous allons commencer par voir un peu ce que vous savez dessus, puis nous ferons des jeux de rôle pour vous mettre un peu en situation et vous faire comprendre les choses ! Qui veut commencer ? Miss Lecomte, par exemple ? Que pouvez-vous nous dire ?

Elle lui sourit, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours ouvert à tous   Jeu 17 Oct - 18:19

Salomée, se leva durement ce matin, elle avait la flemme d'aller en cours surtout en ce moment. Les temps étaient dur, avec l'armée qui rôder autour du pensionnat !

Elle prit son courage à deux mains, puis se leva enfin. Une fois finie de se préparer, elle fila au réfectoire pour manger un petit morceau puis retourna aux dortoirs pour prendre ses affaires de cours. Ce matin, tous les élèves du Pensionnat avaient cours d'histoire, c'était un cours ouvert à tous !

Salomée partit donc en cours d'histoire, pour elle c'était un calvaire car, elle n'aimait pas trop ce cours, mais la professeure était super gentille.

Salomée entra dans la salle de cours, la salle était vraiment grande. Elle y vit plusieurs personnes qu'elle connaissait plus des filles de sa classe. Au bout d'un moment, Mme Chevreuil arriva, dit bonjour à tous les élèves avec un large sourire puis lança :

- Bien, les jeunes ! Aujourd'hui, nous allons débuter une leçon sur la Révolution Française. Nous allons commencer par voir un peu ce que vous savez dessus, puis nous ferons des jeux de rôle pour vous mettre un peu en situation et vous faire comprendre les choses ! Qui veut commencer ? Miss Lecomte, par exemple ? Que pouvez-vous nous dire ?

La prof lui sourit attendant une réponse.

Salomée sursauta, elle ne s'attendait pas à ce que la prof l'interroge ! Surtout qu'elle n'aimait pas l'histoire ! Et surtout ce sujet !

Elle se leva :

- Heu, eh bien, la révolution Française commença en 1789, ce que je sais, c'est qu'il y a eu la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, qu'il y a eu une constitution : la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et que depuis l'été 1790, il y a eu une monarchie constitutionnelle. Je suis désolée, c'est tout ce que je sais.

Salomée se rassit, elle baissa la tête car, elle n'avait pas très bien répondu et regarda Mme Chevreuil pour lui dire si au moins ce qu'elle avait dit était juste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours ouvert à tous   Lun 21 Oct - 16:56

Son élève se leva, après avoir sursauté. Et oui, quand on est dans la Lune... Pourtant, c'était un sujet qui intéressait les élèves, en général ! Il s'agissait de leurs racines, des prémices d'une république laïque et juste, avec de fortes valeurs. Et la République, il fallait la défendre. Il fallait défendre la liberté et l'égalité, défendre les valeurs de la France, et de toute son Histoire.

Mademoiselle Lecomte -  Heu, eh bien, la révolution Française commença en 1789, ce que je sais, c'est qu'il y a eu la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, qu'il y a eu une constitution : la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et que depuis l'été 1790, il y a eu une monarchie constitutionnelle. Je suis désolée, c'est tout ce que je sais.

Estelle sourit, puis dit à tout le monde de prendre crayons et cahiers. Se levant, elle prit une craie, debout devant le tableau. Elle adorait cette atmosphère de travail, donner cours à toute une classe, les faire grandir et évoluer. Elle ferait ce métier jusqu'à sa mort, jusqu'au dernier souffle qui lui restera. Elle adorait enseigner, vivre au milieu  tous ces jeunes et leur apprendre l'Histoire de leur pays. Elle inscrivit "La Révolution Française" sur le tableau noir, et data 1789-1795.

- La première partie de ce cours se concentrera sur cette période, annonça-t-elle. Des Etats Généraux jusqu'à l'avènement du Directoire ! Ce que nous a dit Mademoiselle Lecomte est juste, bien que très résumé. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Prenez des notes, s'il vous plaît, ce sont des notions importantes.

Elle prit son livre, descendant de l'estrade, afin de se rapprocher de ses élèves et de leur montrer diverses illustrations si besoin est. Elle commença par leur rappeler les tensons existantes à l'époque, entre Tiers-Etat, Clergé et Noblesse, décrivit les Etats Généraux, et enfin, aborda le Serment du Jeu de Paume.

- Nous sommes alors le 20 Juin 1789. Vous voyez sur ce tableau le Serment tel qu'il a représenté à l'époque. Le 14 Juillet devait arriver moins d'un mois plus tard, et ce qui n'était au départ qu'une révolte devint une Révolution. Cela fut favorisé, notamment à Paris, par la famine et la pauvreté. Mais faisons un exemple.

Elle reposa son livre et regarda sa classe. Elle leur fit déplacer tables et chaises pour former un grand espace vide au centre de la classe, poussant les meubles contre les murs, de chaque côté.

- Le dialogue entre les diverses classes sociales était quasiment impossible à réaliser. Nous allons faire un petit jeu de rôle... Monsieur Evans, vous allez vous asseoir ici, vous jouerez le Roi Louis XVI. Mademoiselle Lecomte, vous serez la Reine Marie-Antoinette. Hum... Mademoiselle Karinof, vous jouerez le rôle d'une Parisienne, ancienne royaliste se tournant vers la République. Et vous, Mademoiselle Collin, royaliste engagée. Bien. Installez-vous comme ceci.

Elle les fit se déplacer et fit signe aux autres de s'asseoir de part et d'autres de la classe, puis frappa dans ses mains.

- Bien ! Le but est de vous mettre chacun dans la peau de votre personnage. Mesdemoiselles Karinof et Collin, pour vous, vous devez convaincre le Roi d'écouter les demandes du peuple Parisien, mais en faisant chacune attention, dans vos actions et vos paroles, à vos convictions Royalistes ou Républicaines. Donc attention, par exemple, à Melle Collin de ne pas crier "Vive la république !". Pour vous deux, vous devez savoir les écouter mais aussi jouer pour votre propre intérêt politique. Allez-y pour cette première saynète, montrez-nous ce que vous savez faire.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Cours ouvert à tous   Ven 25 Oct - 11:28

Les cours. S’il y avait bien une chose qui ne changeait pas malgré la présence des militaires, c’était bien cela pour le plus grand bonheur de Laura. Oh, elle n’aimait pas tous les cours mais au moins, cela lui occupait l’esprit et lui donnait l’impression d’apprendre, que rien ne changeait même si l’armée avait envahi l’école. C’est pourquoi la jeune adolescente était souriante, ce jour-là, en se rendant à son cours d’Histoire-Géographie. En plus, elle adorait Madame Martin, alors que demander de plus ?! Enfin, d’après ce qu’elle avait entendu, le cours d’histoire-géo’ d’aujourd’hui était un cours ouvert à tous. Bon, il y avait du positif comme du négatif là-dedans. 1) son frère serait là, ainsi qu’Antoine. 2) un cours avec tout le monde était plus intéressant vu qu’il y avait pleeein d’avis différents. Mais 3) qui dit « grand groupe » dit « grosses bêtises » et promettait donc des disputes… Bah, tant pis, elle resterait de bonne humeur !

Mettant son sac sur son dos, Laura se dirigea vers la salle de classe d’Histoire-géo’ et s’installa à la première place libre qu’elle trouva. Il n’y avait presque personne, pour l’instant. Les retardataires habituels allaient sans doute arriver d’une minute à l’autre… Même la professeure n’était pas là. Laura dut attendre une bonne dizaine de minutes avant que tout le monde soit là, la prof’ arrivant qui annonçait le début du cours avec un grand « Bonjour ».

Madame Martin – Bien, les jeunes ! Aujourd'hui, nous allons débuter une leçon sur la Révolution Française. Nous allons commencer par voir un peu ce que vous savez dessus, puis nous ferons des jeux de rôle pour vous mettre un peu en situation et vous faire comprendre les choses ! Qui veut commencer ? Miss Lecomte, par exemple ? Que pouvez-vous nous dire ?

Laura se tourna vers l’élève que désignait Madame Martin, ne la connaissant pas. Elle était plus âgée et sans doute dans une autre classe, ce qui expliquait que la collégienne ne l’avait jamais vraiment vue. Et puis, on ne fait jamais attention à tout le monde dans les couloirs, surtout avec ce qui se passe en ce moment. L’élève prit la parole après avoir sursauté. Aïe. Mauvaise tactique, la somnolence en cours… Et puis zut, le cours d’histoire, quoi ! Laura ne put réprimer un léger rire lorsqu’elle le constata. Il fallait être attentif, c’est tout. Surtout au tout début tout cours, quand même !

Miss Lecomte – Heu, eh bien, la révolution Française commença en 1789, ce que je sais, c'est qu'il y a eu la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, qu'il y a eu une constitution : la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et que depuis l'été 1790, il y a eu une monarchie constitutionnelle. Je suis désolée, c'est tout ce que je sais.

Mais il y avait tellement de choses à dire ! Comment pouvait-elle résumer à cela ? Rien de plus ? Voyons, même Laura en savait plus ! Bon, d’accord, son éducation et ses parents y étaient sans doute pour quelque chose mais il y avait des limites. C’était de la culture générale, tout de même ! Enfin, leur professeure avait été plus clémente, se levant et leur demandant de prendre leur crayon et leur cahier. Elle s’approcha du tableau, prit une craie et inscrivit « La Révolution Française – 1789-1795 ». Laura reproduisit cela sur ses feuilles, et attendit.

Madame Martin – La première partie de ce cours se concentrera sur cette période. Des Etats Généraux jusqu'à l'avènement du Directoire ! Ce que nous a dit Mademoiselle Lecomte est juste, bien que très résumé. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Prenez des notes, s'il vous plaît, ce sont des notions importantes.

Laura s’exécuta, notant scrupuleusement tout ce que disait Madame Martin d’une écriture fine et soignée – du moins, autant que possible à ce moment-là. Elle regardait les illustrations, cherchant à les graver à jamais dans sa mémoire, écrivait lorsque leur professeure ajoutait des éléments, etc. Tout y passait, mais vraiment tout, et Laura avait presque l’impression d’être sur place avec les images que montrait Madame Martin.

Madame Martin – Nous sommes alors le 20 Juin 1789. Vous voyez sur ce tableau le Serment tel qu'il a représenté à l'époque. Le 14 Juillet devait arriver moins d'un mois plus tard, et ce qui n'était au départ qu'une révolte devint une Révolution. Cela fut favorisé, notamment à Paris, par la famine et la pauvreté. Mais faisons un exemple.

Sur ces mots, elle leur demanda de déplacer les bancs et les chaises de façon à laisser un grand espace libre au milieu de la salle de classe. Plus aucun meuble ne trainait au centre de la pièce, tous les élèves s’étant amassés sur les côtés en attendant les consignes de la professeure.

Madame Martin – Le dialogue entre les diverses classes sociales était quasiment impossible à réaliser. Nous allons faire un petit jeu de rôle... Monsieur Evans, vous allez vous asseoir ici, vous jouerez le Roi Louis XVI. Mademoiselle Lecomte, vous serez la Reine Marie-Antoinette. Hum... Mademoiselle Karinof, vous jouerez le rôle d'une Parisienne, ancienne royaliste se tournant vers la République. Et vous, Mademoiselle Collin, royaliste engagée. Bien. Installez-vous comme ceci.

Hein ? Heu… Elle ? Bon, heu… D’accord. Laura regarda les autres, balayant la salle du regard. D’ordinaire, elle n’était pas timide du tout mais… Ici, jouer un rôle comme cela devant des gens qu’elle connaissait – dont son frère et Antoine –, c’était tout de même intimidant. Mais soit. Elle s’installa comme la professeure le leur indiqua alors que les autres élèves s’asseyaient de part et d’autre de la classe en « spectateurs ». Laura regarda Madame Martin, attendant d’autres consignes.

Madame Martin – Bien ! Le but est de vous mettre chacun dans la peau de votre personnage. Mesdemoiselles Karinof et Collin, pour vous, vous devez convaincre le Roi d'écouter les demandes du peuple Parisien, mais en faisant chacune attention, dans vos actions et vos paroles, à vos convictions Royalistes ou Républicaines. Donc attention, par exemple, à Melle Collin de ne pas crier "Vive la république !". Pour vous deux, vous devez savoir les écouter mais aussi jouer pour votre propre intérêt politique. Allez-y pour cette première saynète, montrez-nous ce que vous savez faire.

Royaliste se tournant vers la République… D’accord. Laura se remémora tout ce qu’avait dit la professeure, repensant aux conditions de vie du peuple, surtout à Paris. Jouer quelqu’un de noble, non merci, elle en avait assez alors, pour une fois qu’elle pouvait changer… Donc, le 20 juin. Cela voulait dire que le Roi venait de fermer le lieu de réunion du Tiers-Etat, et donc, son lieu de réunion. Monarchie de droits divins, critiques, vouloir plus… Ok, elle situait plus ou moins. Regardant l’élève désigné comme étant le Roi dans la saynète, l’autre élève ne semblant pas se décider à se lancer, Laura commença :

Laura – Vous n’avez pas le droit de faire cela… sire ! Nous n’avons d’ordres à recevoir de personne, nous nous sommes tous réunis en tant que Nation et vous devez nous écouter. Plutôt que de discuter d’argent pour vous-même ou pour vos loisirs, penchez-vous sur le vote auquel a droit le peuple, nous sommes mal représentés ! S’il le faut, nous resterons ici et nous réunirons en même temps que la Noblesse et le Clergé, quoi que vous en disiez.

Laura se tut, ne sachant pas du tout si ses paroles convenaient, si c’était ce que souhaitait Madame Martin ou pas… D’après les consignes, oui. Mais dans la pratique, peut-être s’était-elle trompée. De toute manière, c’était soit au « Roi » de répondre, soit à l’élève jouant la Royaliste de faire quelque chose, soit à… Bref, mieux valait se taire au cas où.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours ouvert à tous   Lun 28 Oct - 16:42

Victoire tirait Rose par les bras, mi-excitée mi-impatiente. Bon, d’accord, elle n’arrivait pas à avoir la cote en Histoire-Géographie, et n’aimait pas trop cette matière… Mais…

Elle adorait la professeure qui donnait ce cours. Madame…Euhm...Bref, elle n’avait pas le don pour retenir les noms… Elle souriait à Rose, l’air de lui dire de se dépêcher.


-« Vite-vite ! On va être en retard !, claironna-t-elle »

-Rose- « Hein ? Où est-ce qu'on va ? »

-« Au cours commun d’histoire-Géo ! Alleeeeeeeeeeeeeeez ! Vieeeeeeeeens ! »

Victoire prit la main de Rose et la tira. Elle la traîna -en veillant à prendre leur deux sacs- pendant tout le chemin, se dépêchant d’aller vers la salle où aurait lieu le cours, on pouvait lire dans son regard une incompréhension totale. La salle était très grande, selon une Victoire émerveillée à le fois par la grandeur et l’envergure qu’elle abordait. Elles allaient ensuite s’assoir comme tous les autres élèves. Puis, la professeure arriva et dit bonjour à tout  le monde avec un large sourire sur les lèvres, ce qui eut l’effet  de faire sourire Victoire, qui, tournant le regard vers son amie, l’aperçue en train de sourire.

-Rose- « Oh ! Madame Martin ! »

Madame Martin ? Pourquoi était-elle convaincue qu'elle avait un autre nom ? Elle trifouilla dans son sac, se rappelant, que, généralement, les professeurs indiquaient leur nom sur les feuilles qu'ils donnaient aux élèves. Elle fouilla et prit son cours: E. Chevreuil... Voilà! C'était ça...

Victoire sourit de plus belle. Son amie était vraiment unique… Elle était contente d’avoir fait sa connaissance, même si, cela avait été en des circonstances… Unique.


-Madame Chevreuil- « Bien, les jeunes ! Aujourd'hui, nous allons débuter une leçon sur la Révolution Française. Nous allons commencer par voir un peu ce que vous savez dessus, puis nous ferons des jeux de rôle pour vous mettre un peu en situation et vous faire comprendre les choses ! Qui veut commencer ? Miss Lecomte, par exemple ? Que pouvez-vous nous dire ? »

Victoire tourna la tête vers l’endroit que visait leur professeure, et aperçue une fille qu’elle ne connaissait pas, bon, étant donné qu’elle n’était pas là depuis le début de l’année et qu’elle ne faisait pas partie de sa classe… -Si, cela, elle en était certaine !- Elle ne pouvait pas la connaître… Bref, elle vit qu’elle sursauta légèrement, et cru qu’elle s’était endormie… Ce n’était peut-être pas la chose à faire…

-Miss Lecomte- « Heu, eh bien, la Révolution Française commença en 1789, ce que je sais, c'est qu'il y a eu la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, qu'il y a eu une constitution : la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et que depuis l'été 1790, il y a eu une monarchie constitutionnelle. Je suis désolée, c'est tout ce que je sais. »

Bon… C’était déjà ça ! Mais… Il y avait un peu plus à dire, c’était quand même un très gros résumer des dates et des évènements de la Révolution Française !

Leur professeure se leva, tout en leur demandant de prendre crayon et cahiers, puis se dirigea vers le tableau noir et, prenant une craie, elle nota ensuite « La Révolution Française » - 1789-1795. Victoire prit le nécessaire, afin de pouvoir prendre note de ce que venait de mettre la prof’ au tableau.


-Madame Chevreuil- « La première partie de ce cours se concentrera sur cette période. Des États Généraux jusqu'à l'avènement du Directoire ! Ce que nous a dit Mademoiselle Lecomte est juste, bien que très résumé. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Prenez des notes, s'il vous plaît, ce sont des notions importantes. »

Elle prit des notes, veillant à ne pas rater ou oublier une seule information et à bien regarder les illustrations, qu’elle leur montrait à l’aide d’un livre qu’elle avait entre les mains, même si elle savait qu’elle ne s’en souviendrait surement pas…

-Madame Chevreuil- « Nous sommes alors le 20 Juin 1789. Vous voyez sur ce tableau le Serment tel qu'il a représenté à l'époque. Le 14 Juillet devait arriver moins d'un mois plus tard, et ce qui n'était au départ qu'une révolte devint une Révolution. Cela fut favorisé, notamment à Paris, par la famine et la pauvreté. Mais faisons un exemple. »

Une fois sa phrase finie, elle leur demanda de disposer les bancs en cercle, ils s’exécutèrent minutieusement : si bien qu’il n’y avait plus rien au centre de la salle. Tous les élèves s’étaient mis sur les côtés, puis, attendirent en silence les consignes qu’elle allait donner.

-Madame Chevreuil¬- « Le dialogue entre les diverses classes sociales était quasiment impossible à réaliser. Nous allons faire un petit jeu de rôle... Monsieur Evans, vous allez vous asseoir ici, vous jouerez le Roi Louis XVI. Mademoiselle Lecomte, vous serez la Reine Marie-Antoinette. Hum... Mademoiselle Karinof, vous jouerez le rôle d'une Parisienne, ancienne royaliste se tournant vers la République. Et vous, Mademoiselle Collin, royaliste engagée. Bien. Installez-vous comme ceci. »

Gné ? De quoi ? Elle ? Pourquoi elle ? Dev... Devant tout ce monde ? Parler ? Victoire se mit à paniquer, guère rassurée de devoir se mettre en avant… Elle fixa Rose, soucieuse. Victoire n’osait même pas jeter un œil aux autres en cet instant… Elle avait la boule au ventre rien qu’à l’idée de devoir parler devant tant de gens. Victoire ferma les yeux avant de ce précipité vers l’endroit indiqué par la professeure, tout en se demandant sans cesse « pourquoi moi ? ». Elle aperçut les autres élèves s’assoir à la place des « spectateurs »… Bon… Visiblement, elle n’avait pas le choix. Elle devrait parler devant tout ce monde, sans rechigner ni se plaindre. Bon… Regarder Rose, regarder Rose ! Rose, Rose. Ne pas regarder les autres, pour ne pas stresser. Elle étouffa un soupiré, tout en écoutant le reste des consignes.

-Madame Chevreuil- « Bien ! Le but est de vous mettre chacun dans la peau de votre personnage. Mesdemoiselles Karinof et Collin, pour vous, vous devez convaincre le Roi d'écouter les demandes du peuple Parisien, mais en faisant chacune attention, dans vos actions et vos paroles, à vos convictions Royalistes ou Républicaines. Donc attention, par exemple, à Melle Collin de ne pas crier "Vive la république !". Pour vous deux, vous devez savoir les écouter mais aussi jouer pour votre propre intérêt politique. Allez-y pour cette première saynète, montrez-nous ce que vous savez faire. »

Royaliste engagée… Bon…  Victoire ne voulait pas commencer. Elle attendit donc, tout en cherchant quoi dire ou comment parler en ce mettant à la place de son « personnage »… Une royaliste engagée… Beuh… Comment ? Elle réfléchissait quand elle entendit, non pas  cette mademoiselle Lecomte qu’elle avait réussi à reconnaitre –par on ne sait quel miracle…-, mais une autre fille, qu’elle identifia par déduction comme étant… La sœur de Jasper Karinof,- soit, mademoiselle Karinof.- parler.

-Mademoiselle Karinof- « Vous n’avez pas le droit de faire cela… sire ! Nous n’avons d’ordres à recevoir de personne, nous nous sommes tous réunis en tant que Nation et vous devez nous écouter. Plutôt que de discuter d’argent pour vous-même ou pour vos loisirs, penchez-vous sur le vote auquel a droit le peuple, nous sommes mal représentés ! S’il le faut, nous resterons ici et nous réunirons en même temps que la Noblesse et le Clergé, quoi que vous en disiez. »

Elle ne dit pas un mot de plus, et Victoire sentait qu’elle devait parler… Des larmes lui montèrent aux yeux, mais elle les réprima. Elle n’allait quand même pas pleurer pour des bêtises ! Elle devait simplement parler ! JUSTE parler ! Devant toute l’école, certes, mais… Ce n’était pas la mer à boire ! Si ? NON ! Non ! Non ! Bref, elle devait se concentrer… Parler, parler, parler, parler !

Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sort sortir. Dire simplement que le sire avait tous les droits, que, si jamais les citoyens l’avaient, cela finirait mal… C’était cela qu’il fallait dire . Non ? Eh puis… Il suffisait de penser comme les gens de l’époque… Mais… Elle devait défendre le peuple, c’était bien ça . Donc elle pouvait dire… Que… Ou bien, juste proposer au Roi de demander l’avis au peuple . De changer de comportement ? Oui, Victoire pensait que ça irait comme ça… Mais… Le dire ? Devant tant de gens…


-« Sire… »

Bon, déjà un mot de dit. Continuons…  Aller ! Elle sentit sa gorge se nouer. Bon, elle pouvait le faire ! Justement, si elle bégayait, on se moquerait sûrement d’elle !

-« Peut-être que… Peut-être qu’il vaudrait mieux, sire, sans vouloir vous offenser, que vous écoutiez plus le peuple… Vous régnez comme il se le doit. Et… Le fait d’écouter le peuple ne vous rendra pas pour autant moins puissant, votre majesté, cela vous rendra d’autant plus puissant et respecter ! »

Victoire ne dit pas un mot de plus, ayant l’impression que ce qu’elle venait de dire ne convenait pas du tout… Mais… Note que… Son regard passa sur chaque élève présent dans la salle… Elle fixa ensuite son amie, l’air de lui demander si ça allait ou si elle se trompait… Puis finit par fixer Madame Martin. Craignant de ne pas avoir tenu les bons propos, ni défendu correctement son rôle.
Revenir en haut Aller en bas
 
Cours ouvert à tous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours ouvert à tous
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)
» [Cours] La voie du sabre [Ouvert à tous]
» ouvert à tous !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Les étages :: Troisième étage :: Histoire-Géographie-
Sauter vers: