1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Correction du devoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Correction du devoir   Dim 13 Oct - 13:52

Sarah avait fini de corriger les devoirs des Secondes, c'était décevant ! Elle avait mis des 0/20 et des notes qui n'allaient pas plus de 12/20, il fallait que ces élèves travaillent sinon ils ne viendraient plus dans son cours.

Elle se dirigea vers ses appartements, pris ses affaires et se dirigea dans sa salle de cours. Les cours allaient reprendre d'ici quelques minutes. Elle se dirigea à son bureau, posa ses affaires, écrivit la date du jour puis sortit les devoirs des élèves.

La cloche sonna, Sarah se dirigea vers la porte, l'ouvrit et fis signe à ces élèves d'entrer en silence.

Elle se mit devant son bureau, attendit que tous les élèves soient assis puis commença :

- Bien, j'espère que vous avez bien mangés, maintenant, je vais vous rendre vos devoirs, qui étaient décevant ! J'espère aussi, que les autres, ceux qui ne m'ont rien rendus vous prendrez la correction, mais je ne veux plus que vous ne me rendiez aucune copie !

Son ton était autoritaire, elle espérait que ces élèves avaient comprit ! Elle prit copies puis se dirigea vers Jasper Karinof :

- Mr Karinof, j'espère que vous ne me rendrez plus une copie où vous avez fait complètement hors sujet ! Vous avez 0/20 par cette minable copie, ne recommencez plus, sinon vous ne viendrez plus du tout dans ma classe jusqu'à la fin de l'année et je ne pense pas que vos parents seront contents !

Elle le laissa puis se dirigea vers Victoire Collin :

- Mlle Collin, vous faites des progrès, c'est dur, mais vous allez-y arriver j'en suis sûre. Continuez comme ça.

Sarah Continua de distribuer les autres copies, se dirigea devant son bureau :

- Bien, maintenant, nous allons faire la correction de ce devoir. Prenez des notes car, je n'y reviendrais plus là-dessus.

Elle regarda tour à tour ces élèves, se mit face au tableau noir puis parla en traçant un tableau :

- Alors, le premier exercice, était de compléter le tableau des statistiques, cet exercice était tout simple sachant qu'on en avait déjà fait en cours ! Il fallait tout simplement mettre toutes les notes donc de 5 à 15 et mettre à côté dans la colonne des effectifs le nombre de personnes qui avaient eu cette note ! Voilà ce que ça faisait :

Notes : 5, 7, 8, 9, 10, 12, 14, 15

Effectifs : 5, 2, 5, 4, 4, 3, 3, 4

- Ensuite, dans la colonne à côté, il fallait mettre les ECC : Effectif Cumulé Croissant ce qui donne : 5, 7, 12, 16, 20, 23, 26, 30. Puis dans la colonne après, il y avait les ECD : Effectif Cumulés Décroissant, on part de la fin du tableau pour venir jusqu'au début : 4, 7, 10, 14, 18, 23, 25 et 30. 30 étant le nombre de personnes au total. Est-ce que vous comprenez ?

Elle regarda tour à tour ces élèves, pour l'instant ils avaient l'air de suivre.

- Ensuite, il fallait calculer la moyenne de cette série statistique, il faut donc calculer toutes les notes c'est-à-dire il y a eu 5 personnes qui on eut 5/20 il faut donc faire 5x5= 25. Il faut faire cela avec toutes les notes, ce qui donne : 25+14+40+36+40+36+42+60 = 293. Puis on divise le 293 par 30 car, c'est le nombre des élèves. 293 : 30= 9.8. La moyenne de la classe est donc de 9.8.

Elle fit une pause, attendant que les élèves est fini de copier, puis elle effaça le tableau et écrivit l'exercice 2 :

45 x 50 =

2.5 x 5 =

2266 + 8974 =

986 - 250 =

89 : 20 =

- Bien, je vous laisse quelques minutes pour le faire sans calculatrice et...

Elle regarda la classe, son visage s'arrêta sur Carolie Dubois :

- Et, Mlle Dubois vous viendrez au tableau pour faire l'exercice quand vous aurez fini de faire sur votre feuille.

Sarah s'assit sur sa chaise et attendit que ces élèves réfléchissent.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 450

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Correction du devoir   Dim 13 Oct - 19:19

[Ceci se passe AVANT mon enlèvement. Et Sarah, t'es au courant que t'as pas le droit d'interdire à un élève d'assister à un de tes cours à l'année ??xDDD]


Jasper rangea son cours d'Histoire alors que la cloche sonnait. Voilà une journée qui se passait bien, pour l'instant. Il appréciait particulièrement le nouveau décolleté, gonflé par le lait maternel, de leur jeune professeure d'histoire. Il l'appréciait beaucoup, de toute façon, c'était une prof qui avait un cœur en or et qui enseignait bien. Sans compter qu'elle était très belle, ce qui ne gâchait rien. Il sortit de la classe en bavardant avec les autres. Maintenant, ils avaient maths. Maths. Une matière qu'il avait adoré jusqu'au moment où ils avaient eu Mme Smith comme professeur.

Cette femme, Jasper ne pouvait tout simplement pas la voir en peinture ! Elle était mauvaise, cynique et arrogante, totalement imbue d'elle-même et à cheval sur ses principes à la noix. Elle ne respectait pas ses élèves, était totalement désobligeante, donnait des notes minables aux élèves qui avaient pourtant faits de gros efforts et bien travaillés, était toujours en train de hurler, disait des conneries sans borne, et elle avait un regard de vautour. Sans compter son haleine de fauve, sa voix perçante et criarde, ses habits horribles et son maquillage foireux.

Ils attendirent devant la classe, en attendant que madame la Hyène vienne leur ouvrir. Jasper s'assit à sa place habituelle, la fixant d'un regard lourd. Il n'avait pas du tout l'attention de faire le moindre effort, ni quoi que ce soit du genre. Il honnissait cette femme et comptait bien le lui faire saisir.

La Hyène - Bien, j'espère que vous avez bien mangés, maintenant, je vais vous rendre vos devoirs, qui étaient décevant ! J'espère aussi, que les autres, ceux qui ne m'ont rien rendus vous prendrez la correction, mais je ne veux plus que vous ne me rendiez aucune copie !

Et voilà, elle criait encore ! Elle ne savait sans doute faire que ça, la pauvre... C'était d'un triste, ces personnes qui n'avaient jamais appris à parler. Elles ne savait que s'agiter d'une façon totalement ridicule. Elle se rapprocha d'ailleurs de lui. Aaah, son devoir, grand moment de bonheur ! Il avait été explosé de rire du début à la fin, surtout en s'imaginant la réaction du Fauve en lisant sa copie.

Fauve - Mr Karinof, j'espère que vous ne me rendrez plus une copie où vous avez fait complètement hors sujet ! Vous avez 0/20 par cette minable copie, ne recommencez plus, sinon vous ne viendrez plus du tout dans ma classe jusqu'à la fin de l'année et je ne pense pas que vos parents seront contents !

Il faillit éclater de rire comme un malade. Renvoyer un élève d'une classe jusqu'à la fin de l'année était tout simplement impossible. Il s'éventa avec sa copie, se disant aussi que ses parents n'en auraient strictement rien à foutre qu'il soit viré d'un cours ou non. Il bâilla longuement et ostensiblement, sans prendre la peine de se cacher. Alexis eut un gloussement nerveux derrière lui, et Jasper lui adressa un clin d'œil complice.

Vautour - Bien, maintenant, nous allons faire la correction de ce devoir. Prenez des notes car, je n'y reviendrais plus là-dessus.

Quel dommaaaage... Jasper jeta un coup d'œil rêveur par la fenêtre, sans rien écouter de ce que disait la prof. Il ne prenait pas non plus de notes. Il ne voyait vraiment pas pourquoi il prendrait la peine de gaspiller de l'encre juste pour la correction d'un petit devoir donné par une prof minable et instable psychologiquement. Il y avait des choses bien plus intéressantes à faire, comme regarder les oiseaux chanter dehors, deux militaires se prendre les pieds dans les fils de leur tente, imaginer comment se venger de son père, faire un pendu avec Antoine, fabriquer un avion en papier avec sa copie et dessiner des fleurs dessus.

Hyène - Et, Mlle Dubois vous viendrez au tableau pour faire l'exercice quand vous aurez fini de faire sur votre feuille.

Oups, sa feuille était pliée, maintenant, c'est sacrément bête, ça ! Il joua avec son avion une minute, puis le fit tout à coup voler à travers la classe vers le premier rang. Puis il dédia un immense sourire tout à fait innocent à la prof, avant de se lever et de lui faire un salut militaire.

- Désolée, madame, dit-il en imitant le ton pompeux de son Général de Père. Les troupes sont agitées, et nos malheureux aviateurs viennent de s'écraser en territoire ennemi. Nous déplorons la perte de trois soldats, mais la bataille continue ! A l'assaut mes braves !

Il se mit alors à chanter le refrain de la Marseillaise, une main sur le cœur, se fichant ouvertement de la tête de sa professeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Correction du devoir   Lun 14 Oct - 19:00

Carolie inspira  profondément. Elle était tout simplement heureuse de pouvoir étudier au Pensionnat Ste Famille qui éduquait de manière équitable autant les jeunes filles que les jeunes hommes. Pour l’époque c’était une grande avancée et Carolie en était reconnaissante, c’est pour cela qu’elle faisait de son mieux pour briller par son excellence.

Mlle Smith-  Et, Mlle Dubois vous viendrez au tableau pour faire l'exercice quand vous aurez fini de faire sur votre feuille.

Et voilà c’était l’occasion une fois de plus  de briller  et de s’améliorer un peu plus. Carolie tenta de se concentrer pour finir son exercice le mieux possible, malgré ce cancre de Jasper Karinof qui ne cesse de déranger la classe  avec ses pitreries digne d’un gamin de 5 ans. C’était un fait établi que Jasper n’appréciait pas tellement Mademoiselle Smith. Certes elle était un peu sévère et impitoyable avec les crétins, mais elle ne faisait que faire ce qu’il fallait pour survivre dans ce monde d’homme où la femme avait toujours l’importance d’un objet. Mademoiselle Smith était une femme admirable.

Toute à ses réflexions, Carolie noircissait sa feuille alors que le blondinet enchaînait les bêtises. Jasper Karinof n’était et ne sera jamais un homme digne de prendre épouse. A ses yeux il n’y avait aucune femme qui avait de l’importance excepté Laura sa sœur.  Jasper n’était que mignon et lorsqu’il serait  gros et  chauve il ne lui resterait plus grand-chose puisqu’il ne semblait pas très porté sur l’éducation. Aux yeux de Carolie,  il ne semblait pas être suffisamment intelligent pour voir la chance qui s’offrait à lui.

C’est sur l’air de la Marseillaise, que Caro se leva  en marmonnant une légère insulte à l’intention de M. Karinof

-Espèce de crétin imbu de lui-même

Sur ces paroles très sages et avisées, Carolie prit la craie et commença à recopier l’exercice au tableau ajoutant des Astérix aux passages qu’elle avait trouvé nébuleux et difficiles à saisir. Elle espérait que Mademoiselle Smith saurait l’éclairer et lui permettre de comprendre pour avoir une meilleure note au prochain devoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Correction du devoir   Mar 15 Oct - 18:48

Sarah attendait que ces élèves finissent, mais pendant ce temps-là, Jasper Karinof, joua avec un avion en papier, se leva puis dit :

- Désolée, madame, dit-il en imitant le ton pompeux de son Général de Père. Les troupes sont agitées, et nos malheureux aviateurs viennent de s'écraser en territoire ennemi. Nous déplorons la perte de trois soldats, mais la bataille continue ! A l'assaut mes braves !

Puis il se mit à chanter le refrain de la marseillaise, une main sur le cœur.

Sarah voulut répliquer, mais au même moment, son élève préférée : Carolie Dubois se leva et lança à Jasper :

-Espèce de crétin imbu de lui-même

Puis elle se dirigea au tableau et recopia ce qu'elle avait fait. En attendant, Sarah se dirigea devant Jasper Karinof et lui lança d'un ton froid :

- Mr Karinof, j'espère que vous êtes conscient de ce que vous venez de dire ! Ici on est en cours de mathématiques, pas dans un cours de chant, ni dans un cours d'histoire ! Si ça vous enchante de rejoindre votre père, rien ne vous interdis !

Elle s'interrompit, respira un bon coup et reprit :

- En attendant, Mr Karinof, vu votre attitude, vous êtes viré de mon cours et vous irez tout droit chez la directrice ! Mais pas tout seul, vous serez accompagné de Mlle Collin et vous allez donner un mot à la directrice. De plus, je pense qu'une semaine de retenue avec notre infirmier, vous fera le plus grand bien !

Sarah se dirigea vers son bureau, écrit vite fait un mot :

Mot pour Gabriella:
 

Elle donna le mot à Victoire, lui dit de revenir après et fit signe qu'ils pouvaient y aller.

Après qu'ils furent partis, Sarah se retourna vers Carolie pour voir son travail, elle nota qu'elle avait presque tout juste, elle avait mis des Astérix sur quelques unes des opérations. Sarah comprit qu'elle n'avait surement pas dû comprendre.

Elle se dirigea vers le tableau :

- Bien, revenons à notre exercice, Mlle Dubois, vous avez fait du bon travail, vous avez presque tout juste, je vous félicite.

Elle lui fit un grand sourire puis reprit :

- Je vais expliquer comment on arrive à ces résultats.

45 x 50 = 2250

2.5 x 5 = 12.5

2266 + 8974 = 11 240

986 - 250 = 736

89 : 20 = 4.45

- Alors, c'est très simple, pour les multiplications, les additions ou les soustractions il suffit juste de poser l'opération. Pour la division, il faut aussi la poser.

Elle regarda ses élèves, ils avaient l'air de comprendre.

- Bien, nous allons continuer.

Elle écrivit au tableau la suite de l'exercice avec les réponses pour que cela aille plus vite :

*499 de 20% = 99.8 ; 499 - 99.8 = 399.2

* Pierre a perdu ses billes. Il en retrouve 10 en 5 minutes. Combien en retrouvera t-il en 45 minutes ? 90 billes

* 5x + 12 = 10x - 5

5x - 10x = -5 - 12

-5x = -17

X = -22

*1699 de 10% = 169.9 ; 1699 - 169.9 = 1529.1

*488 x 25 = 12 200

- Est-ce que vous avez des questions ? Des choses que vous ne comprenez pas ?

Elle regarda ses élèves et attendit une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Correction du devoir   Mar 15 Oct - 19:32

Prof - Bien, j'espère que vous avez bien mangés, maintenant, je vais vous rendre vos devoirs, qui étaient décevant ! J'espère aussi, que les autres, ceux qui ne m'ont rien rendus vous prendrez la correction, mais je ne veux plus que vous ne me rendiez aucune copie !

Aucune copie ? Hein ? Ah oui. Il avait peut-être un tout petit oublié ce devoir-là... Et n'allait sûrement pas en faire une affaire d'état. Jasper aussi s'en fichait royalement, visiblement, vu ce qu'il avait noté sur son devoir. Antoine plaqua une main sur sa bouche pour retenir un immense éclat de rire. Celui-là, alors ! Il n'y avait que lui pour oser faire des trucs pareils... Où avait-il été cherché ça ? La prof continua à distribuer les copies, distribuant commentaires et autres. Son meilleur ami s'éventait négligemment avec sa copie, pas du tout perturbé par son zéro, bâillant longuement, très longuement. C'était Jaz, on ne le changera pas.

Prof - Bien, maintenant, nous allons faire la correction de ce devoir. Prenez des notes car, je n'y reviendrais plus là-dessus.

Antoine prit une feuille mais ne nota rien, jouant à un pendu avec Jasper, activité bien plus intéressante à ses yeux. Il détestait les maths, même s'il n'avait rien contre la prof. Elle était peut-être un peu survoltée et sévère, mais bon, ce n'était qu'une prof après tout. Chacun sa manière d'agir et d'enseigner, cela ne perturbait pas plus le jeune homme que ça. Il griffonna quelques trucs sur sa feuille, s'endormant à la vitesse de l'éclair. Ce cours finissait dans combien de temps ? La prof continuait son cours, imperturbable, puis dit à une élève de venir au tableau. Moui, bon, et après ? Jasper fit voler tout à coup son avion en papier, le faisant sursauter.

Jaz - Désolée, madame, dit-il en imitant le ton pompeux de son Général de Père. Les troupes sont agitées, et nos malheureux aviateurs viennent de s'écraser en territoire ennemi. Nous déplorons la perte de trois soldats, mais la bataille continue ! A l'assaut mes braves !

Antoine ouvrit de grands yeux, se retenant d'éclater de rire lorsque son meilleur ami entonna la Marseillaise. Non mais, vraiment ! Antoine n'aurait jamais osé, lui, même contre un prof qu'il pourrait haïr à un point inimaginable ! Il allait encore se faire virer du cours. C'était peut-être ce qu'il cherchait ? Antoine perdit son sourire. Il n'aimait guère la tournure que prenait les choses, Jaz était bien trop impliqué dans ce combat, ça cachait sûrement quelque chose. Et cela l'effrayait. Jasper avait un caractère de feu, et il risquait de s'attirer des ennuis bien plus gros qu'une simple retenue. Il entendit à peine Carolie lancer une insulte, tendu. La prof s'approcha à grands pas.

Prof - Mr Karinof, j'espère que vous êtes conscient de ce que vous venez de dire ! Ici on est en cours de mathématiques, pas dans un cours de chant, ni dans un cours d'histoire ! Si ça vous enchante de rejoindre votre père, rien ne vous l'interdis !

Antoine reporta brutalement son attention sur elle. Quoi ?! Elle avait dit QUOI, là ? Mais elle était cinglée ! Balancer à Jaz qu'il pouvait aller rejoindre son père ? Alors que c'était elle qui l'avait accompagné à l'hôpital, vu ses blessures, rencontré ses parents ? Elle était cinglée ! Ou alors complètement idiote. Et puis merde, on ne disait pas des trucs comme ça, même pour rire.

Prof - En attendant, Mr Karinof, vu votre attitude, vous êtes viré de mon cours et vous irez tout droit chez la directrice ! Mais pas tout seul, vous serez accompagné de Mlle Collin et vous allez donner un mot à la directrice. De plus, je pense qu'une semaine de retenue avec notre infirmier, vous fera le plus grand bien !

Son meilleur ami quitta la classe, le regard droit. Antoine le supplia mentalement de ne faire aucune connerie en cours de route, comme provoquer son père, ou un des soldats, ou, ou... ou, peu importe, mais qu'il ne fasse rien. Antoine avait confiance en lui, ce n'était pas le problème, mais il connaissait son caractère emporté, et c'était bien ça qui lui faisait peur. Il n'écouta pas la suite du cours, marmonnant contre sa feuille. Bon sang. Bon sang. Ça ne pouvait plus durer comme ça. Il craignait que son ami ne se prenne de mauvais coups, ou quoi. C'était dangereux ! Mais Jasper n'avait aucune notion du danger.

Prof - Est-ce que vous avez des questions ? Des choses que vous ne comprenez pas ?

Il leva la main pour prendre la parole et se leva, blême.

- Excusez-moi, mais vous avez commis une erreur. Vous disiez que Jasper serait ravi de rejoindre son père. Pour votre info personnelle, dit-il en haussant la voix, malade de colère, le jour où vous l'aviez accompagné à l'hôpital, pour ses blessures... Non, ce n'était pas dû à un accident. C'était son père qu'il l'avait frappé parce qu'il refuse, justement, d'entrer à l'école militaire !

Il se rassit brusquement et croisa les bras, le visage rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Correction du devoir   Mer 16 Oct - 19:07

Sarah attendit quand Antoine Lefort, leva la main, se leva et dit :

- Excusez-moi, mais vous avez commis une erreur. Vous disiez que Jasper serait ravi de rejoindre son père. Pour votre info personnelle, dit-il en haussant la voix, le jour où vous l'aviez accompagné à l'hôpital, pour ses blessures... Non, ce n'était pas dû à un accident. C'était son père qu'il l'avait frappé parce qu'il refuse, justement, d'entrer à l'école militaire !

Sarah le regarda étonné et il se rassit brusquement et croisa les bras, il avait le visage rouge. Sarah lui dit :

- Mr Lefort, vous êtes sûr de ce que vous annoncez ?

Il avait l'air d'être sérieux, Sarah en fut choquée, elle répondit d'un ton calme :

- Mr Lefort, certes je l'ai accompagnée à l'hôpital, mais je ne me doutais aucunement que c'était son père qui l'avait frappé !

Sarah avait le regard vide, elle était choquée, mais vraiment choquée, c'est la première qu'elle entendait des parents en l'occurrence des pères qui battaient leurs enfants ! Elle pensa à sa petite sœur qui aurait pu être battus par leur père en découvrant son don.

Il y eut des bavardages qui commençaient alors, Sarah calma la classe :

- S'il vous plait, ce que vous avez entendus, ne doit pas sortir de cette classe, je ne pense pas déjà que Mr Karinof voulait que tout le monde le sache ! Alors, n'ébruitons pas ce que nous venons d'apprendre. En tout cas, si j'ai dit à Mr Karinof de rejoindre son père, je ne voulais pas lui faire du mal, je ne pensais pas que ça l'avait touché autant. Si j'avais su, je n'aurais pas sortis cette phrase.

Sarah se sentit coupable et eu de la pitié pour son élève, elle ne disait rien pendant plusieurs minutes. Puis au bout d'un moment, elle s'assit sur sa chaise et regarda les élèves qui avaient eux aussi, l'air choqués.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 450

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Correction du devoir   Dim 20 Oct - 20:00

Prof - Mr Karinof, j'espère que vous êtes conscient de ce que vous venez de dire ! Ici on est en cours de mathématiques, pas dans un cours de chant, ni dans un cours d'histoire ! Si ça vous enchante de rejoindre votre père, rien ne vous l'interdis !

Jasper perdit son sourire, mais ne montra aucun signe extérieur. Rejoindre son père... Rejoindre son père... Rejoindre son père ? Elle avait bien dit "rejoindre son père" ? Mais bien sûr, madame, tout à fait ! Cette vieille hyène avait dû louper un petit épisode, selon lui ! Aurait-elle oublié que c'était elle qui l'avait accompagné à l'hôpital, après avoir vu ses blessures, après que sa propre sœur l'ait vendue ! Mais sinon, à part ça, oui, oui, il voulait rejoindre son père. Elle était totalement dingue ! Totalement.

Prof - En attendant, Mr Karinof, vu votre attitude, vous êtes viré de mon cours et vous irez tout droit chez la directrice ! Mais pas tout seul, vous serez accompagné de Mlle Collin et vous allez donner un mot à la directrice. De plus, je pense qu'une semaine de retenue avec notre infirmier, vous fera le plus grand bien !

Viré du cours, oui, c'était normal. Et après ce qu'elle venait de dire, il était même très content de se barrer, de partir le plus loin possible de ce fauve sanguinaire et qui ne comprenait strictement rien ! Une parfaite idiote, voilà ce qu'elle était ! Elle ne comprenait rien, elle ne cherchait pas à comprendre... Il quitta la classe d'un pas raide, et prit le mot avant de s'engager dans les couloirs vides et froids du Pensionnat, sans un regard pour sa camarade de classe. Il fulminait littéralement contre le monstre.

Rejoindre son père... Mais oui, bien sûr ! Il grimpa lentement les escaliers et marcha jusqu'au bureau de la directrice, crispé et tendu comme un arc. Rejoindre son père. Rejoindre son père. Elle n'avait même pas saisi qu'il avait fait ça pour se moquer de l'armée, et d'elle par la même occasion ! Rejoindre son père ! Son père, un crétin de général complètement abruti... Il frappa au bureau, mais personne ne vint lui ouvrir. Il laissa le mot sur le bureau puis ressortit. Il était blême et en colère. Puis une larme coula lentement sur sa joue. Il l'essuya d'un geste furieux.

- Rejoindre mon père, ben voyons ! Pas comme si c'était lui qui m'avait... Mais bref.

Il soupira longuement. Rejoindre son père... Il remarqua soudain que Victoire avait l'air un peu gênée, debout devant lui.

Victoire - Qui t'avait quoi ?

- Rien.

Elle n'insista pas et il se remit en marche. Il retourna lentement jusqu'à la salle de classe. Ça, c'était fait. Il en avait assez, sa journée était totalement gâchée. En arrivant, il frappa un seul coup et poussa la porte de la porte. Il cachait sa tension, même si son regard envers la prof en disait très long.

- La directrice n'était pas là, dit-il d'un ton neutre.

Il remarqua alors les mines étranges que tiraient les gens de sa classe, et les regards bizarres qu'on lui lançait. Il laissa passer Victoire, brusquement mal à l'aise. Que s'était-il passé durant son absence ? Il se figea presque, se mordillant les lèvres. Même la prof le regardait avec une drôle d'expression.

- Pourquoi... Vous me regardez comme ça ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Correction du devoir   Dim 20 Oct - 21:06

Sarah se sentait toujours coupable quand tout à coup, on frappa à la porte, la poussa et Sarah vit entrer Jasper Karinof et Victoire Collin. Jasper regarda Sarah et dit :

- La directrice n'était pas là.

Puis regarda tour à tour les élèves, il semblait mal à l'aise, reporta son regard sur Sarah :

- Pourquoi... Vous me regardez comme ça ?

A son tour, Sarah ne se sentit pas du tout à l'aise. Elle se leva, se mit devant son bureau :

- Heu, pour rien, Mr Karinof, je retire votre retenue et je m'excuse pour vous avoir dit de rejoindre votre père, je ne voulais pas vous faire du mal.

Elle ne savait pas du tout comment lui dire qu'elle savait ce qui s'était vraiment passée sur ses blessures. Il y eu quelques minutes de blanc puis heureusement la cloche sonna enfin la fin du cours. Sarah leur dit qu'ils pouvaient y aller :

- Mr Karinof, attendez, je voudrais vous parler.

Sarah attendit que tout le monde fut sortit puis désigna une chaise à Jasper. Celui-ci s'assit et Sarah se mit à côté de lui et parla :

- Mr Karinof, en fait, je ne vous ai pas dit la vérité toute à l'heure avant que la cloche ne sonne...

Sarah hésita, soupira et se lança :

- Bon voilà, après que vous soyez parti, Mr Lefort, votre ami, s'est levé et m'a dit que j'avais eu tord de vous dire de rejoindre votre père, il a raison, je n'aurais pas dû. Mais ce qu'il m'a dit après et beaucoup plus grave, ne lui en voulez pas, mais il m'a dit que vous aviez été battu par votre père. C'est vrai, je vous ai accompagné à l'hôpital, mais je ne me doutais aucunement que vous aviez été frappé !

Elle s'interrompit un peu pour lui laisser le temps de digérer ceci. Puis reprit :

- Je suis sincèrement désolée, si j'avais su, je n'aurais pas été si sévère, mais votre attitude m'avait énervé. Certes, je n'ai pas à vous traiter de la sorte.

Sarah ne savait plus trop quoi dire, elle se sentait vraiment coupable et eut peur qu'Antoine en prenne gros sur le dos :

- Mr Karinof, s'il vous plait, n'en voulez pas à votre ami, il voulait vous protéger. Il l'a fait pour me faire comprendre que j'ai été trop sévère. Concernant la classe, je leur ai bien dit qu'ils ne devaient rien divulguer, sinon ça irait très mal pour eux !

Elle se tut, regarda son élève puis finit par dire :

- Si vous voulez vous confier ou avoir de l'aide, vous savez que je suis là, si vous ne voulez pas me parler à moi, mais à d'autres professeurs, je leur dirais, ils seront tous à votre écoute !

Elle arrêta de parler, laissant à son élève de prendre la parole s'il le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 450

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Correction du devoir   Dim 20 Oct - 22:31

Prof - Heu, pour rien, Mr Karinof, je retire votre retenue et je m'excuse pour vous avoir dit de rejoindre votre père, je ne voulais pas vous faire du mal.

De... hein ? Il en resta bouche bée, fixant la prof sans y croire. Elle lui retirait sa retenue ? Et elle s'excusait... ? Stop, stop, stop ! Il avait loupé un épisode, là ! Et ne comprenait plus rien à la série, d'ailleurs. Elle ne voulait pas lui faire du mal... C'était pas vrai. Elle savait ?! Mais QUI était le parfait crétin qui... Non. Non. Laura, non, impossible. DONC il ne pouvait s'agir que d'Antoine. Mais pourquoi l'avait-il vendu ?! Que s'était-il passé ? Pourquoi son meilleur ami aurait-il fait ça ?! Il n'avait toujours pas bougé de la porte lorsque la cloche sonna, trop sonné pour seulement penser à se rasseoir.

Prof - Mr Karinof, attendez, je voudrais vous parler.

Il laissa passer les autres et alla lentement s'asseoir, marchant comme un condamné à mort. Bon sang. Antoine William Lefort... Si jamais il avait le malheur de lui tomber entre les mains, il ne donnait vraiment pas cher de sa peau ! Et Jasper qui avait TOUT fait pour cacher cette histoire ! Vraiment tout ! Il s'était soigné seul, il n'avait rien dit à sa petite sœur ni à son meilleur ami, il n'avait pas décroché un seul mot à l'hôpital !

Prof - Mr Karinof, en fait, je ne vous ai pas dit la vérité toute à l'heure avant que la cloche ne sonne...

Sans blague ? Il évita franchement son regard, fixant résolument le mur, les sourcils froncés. Elle soupira, sans qu'il daigne desserrer la mâchoire.

Prof - Bon voilà, après que vous soyez parti, Mr Lefort, votre ami, s'est levé et m'a dit que j'avais eu tord de vous dire de rejoindre votre père, il a raison, je n'aurais pas dû. Mais ce qu'il m'a dit après et beaucoup plus grave, ne lui en voulez pas, mais il m'a dit que vous aviez été battu par votre père. C'est vrai, je vous ai accompagné à l'hôpital, mais je ne me doutais aucunement que vous aviez été frappé !

Frappé... Ok, mon cher Antoine, où que tu sois, je te conseille de courir. Jasper ne dit toujours rien, regardant le plafond, à présent. Lui ET Laura qu'il l'avait vendu à son meilleur ami et aux profs au passage. Ces deux-là, franchement, il les retenait ! Et il avait dit ça devant toute la classe ? Il re-baissa la tête, se mordant les lèvres.

La prof continuait mais il ne l'écoutait plus. Il n'avait pas la moindre envie d'en entendre plus. Il était grillé avec les élèves, avec tout le corps enseignant, et avec sa propre conscience. S'il s'était caché mieux que ça, jamais Laura n'aurait su quoi que ce soit. Donc, c'était de sa faute. Il avala difficilement sa salive, cherchant à ne rien montrer. Ce n'était pas la peine d'en faire une montagne ! Il n'avait presque rien eu, après tout, juste quelques foulures et écorchures.

Prof - Si vous voulez vous confier ou avoir de l'aide, vous savez que je suis là, si vous ne voulez pas me parler à moi, mais à d'autres professeurs, je leur dirais, ils seront tous à votre écoute !

Jasper reprit son souffle, le cœur battant la chamade. Il avait horreur qu'on vienne s'immiscer dans ses affaires personnelles. Peu importe ce que pouvait bien lui faire son père, peu importe qu'il le batte, c'était à lui d'encaisser et de gérer. Et surtout, de ne pas y mêler sa sœur, ni qui que ce soit d'autre. Il avait déjà dû aller à l'hôpital, alors qu'on lui foute la paix maintenant. Il se rendit compte alors qu'il avait recommencé à pleurer. Il essuya ses larmes avec la manche de son uniforme et se racla la gorge, toujours sans regarder la prof.

- Je n'ai pas. Besoin. D'aide, dit-il, la voix rauque.

Et cela, c'était vrai. De toute façon, personne sur cette terre ne pouvait l'aider ! Et encore moins cette prof. Il n'avait qu'une envie, s'enfuir de cette salle en  courant, se cacher dans un coin sombre pour ne plus voir personne. Ni son meilleur ami, ni sa petite sœur.

Prof - Je n'en suis pas si sûre, mais si vous ne voulez pas vous confier, c'est votre choix.

Il haussa les épaules. Elle lui jeta un drôle de regard, puis reprit.

Prof - Mr Karinof, vous enfermer ne donnera rien de bon, il faut que vous évacuez ce problème qui est en vous !

- Un problème en moi ?! Ça ne vient pas de moi, le problème ! Et puis, qu'est-ce que ça change, il peut bien me battre tant qu'il veut, je ne suis pas du genre à céder.

Prof - Oui, un problème en vous, plus en ressaserez ceci, plus vous aurez mal, votre père doit comprendre que la violence n'est pas une solution ! Si vous en parlez, nous pourrons, moi, les autre professeurs, la directrice et l'infirmier, nous pourrons lui parler ! Ne vous renfermez pas sur vous même Jasper, ce n'est pas bon du tout !

- Lui parler... Certainement pas ! S'il est au courant, ce sera pire encore. Et c'est un Général... Il ne vous écoutera pas. Je peux m'en aller ?

Prof - Non ! Je n'en ait pas fini, peut être qu'il nous écoutera pas, mais en tant que enseignante, je doit quand même assurer le bien-être de mes élèves !

- Mais je n'ai pas besoin de... Mais on se fiche de mon bien-être ! C'est du domaine privé, il ne me frappe pas ici, même si... Il... Enfin, je n'ai pas eu de blessures depuis qu'il est ici. Je sais ce qu'il veut, et je vous garanti que vous ne changerez rien à cela, ce n'est même pas la peine d'essayer.

Prof - Non, on ne s'en fiche pas de votre bien-être, vous êtes interne, il faut qu'on veille sur votre santé ! Heureusement qu'il ne vous frappe pas ici, sinon j'en aurais parler à Gabriella, et on aurait porté plainte ! Mais, vous ne méritez pas de châtiment pareil, j'admet que vous êtes parfois insolent et vous faites des bêtises, mais vous ne méritez pas cela !

- Peut-être. Peut-être pas. Maintenant, je peux y aller ?

Prof - Oui vous pouvez y aller, mais soyez prudent, s'il vos plait ! Et si vous avez un problème, nous sommes là ! Ne l'oubliez pas !

Il se leva et sortit d'un pas raide de la classe. Cours pourri. Prof de... Ne rien dire, il risquait d'être grossier. Il parcourut les couloirs en serrant son sac contre lui par une main, l'autre fourrée dans sa poche. Il ne voulait voir, ne parler à personne. Et surtout pas Antoine ou sa sœur. Il sortit finalement dans le parc. L'air frais lui fit du bien, même si la vue des tentes kaki le déprimait. Il marcha dans l'herbe glacée et friable, sans regarder ou parler à personne. Il avait une boule à la gorge et il avait un peu de mal à respirer. La conversation avec la prof lui tournait dans la mémoire.

Il finit par s'asseoir près du lac, et serra ses bras contre lui. Il fixait les eaux du lac, perdu. Son père... Son abruti de père qui parvenait à lui pourrir la vie même lorsqu'il n'était pas à côté de lui. Il resta immobile et silencieux, regardant le reflet de l'eau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Correction du devoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Correction du devoir
» Devoir: commentaire, correction, exemple...
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Article paru dans le Devoir sur Haiti (10-11 fevrier 2007)
» Le devoir d'une prêtresse - Première partie [Iseult]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Collège et Lycée :: Les étages :: Premier étage :: Mathématiques-
Sauter vers: