1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours pratique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Cours pratique   Dim 29 Sep - 11:05

Les cours allaient bientôt commencés, on l'entendait au boucan monstrueux que faisaient les élèves en allant chercher leurs affaires dans les dortoirs, en passant vite fait aux toilettes, ou en s'échangeant les derniers ragots et potins. Elle rangea son sac, jetant un regard noir aux deux militaires qui patrouillaient négligemment dans le couloir. Ne pas s'énerver... Pas dès le matin, tout de même. Elle poussa un profond soupir et enfila un pull, glacée par un hiver très précoce cette année, puis sortit enfin.

Elle avait toujours eu coutume d'encourager ses élèves à s'exercer aussi durant les vacances, et autant qu'ils le pouvaient lorsqu'ils étaient à l'école. Le contrôle, il n'y avait que ça. Le contrôle, le contrôle, et rien que le contrôle. Elle fila jusqu'à sa salle de classe, arrivant au moment où la cloche sonnait. Elle fit rentrer ses élèves, demandant le silence, puis leur fit signe de s'installer. Il y avait une nouvelle tête, Louise Martin, arrivée cette année. Edwige regarda rapidement la fiche qu'elle avait reçu en s'asseyant à son bureau. Elle avait seize ans, et sa découverte de son don était plutôt atypique. Elle croisa les mains et regarda ses élèves, souriante.

- Bonjour à tous ! Je vous avais dit au derniers cours que nous allions passer aujourd'hui à un nouveau chapitre. A présent, vous savez tous invoquer votre élément, et pour certains, vous commencer déjà à le modeler. C'est sur ce dernier point que nous allons nous concentrer aujourd'hui. Suivez-moi, nous allons dans la salle des travaux pratiques.

Elle conduit sa classe à l'extérieur. La salle visée était abritée dans un bâtiment légèrement à l'écart. Ignifugée, vaste, résistance à tous les chocs et tremblements de terre, elle ressemblait à un véritable blockhaus ou un abri anti-nucléaire. C'était d'ailleurs là qu'on se réfugiait lors des bombardement. Elle déverrouilla les lourdes blindés,et fit entrer sa classe à l'intérieur. Les rassemblant devant le tableau, elle leur fit signe de se taire.

- Bien, à présent, vous allez, comme exercice, devoir invoquer une boule d'eau bien compacte et la faire léviter entre vos mains. Dispersez-vous un peu et allez-y. et n'oubliez pas les cours précédents ! Concentration avant toute chose.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Cours pratique   Dim 29 Sep - 12:37

Laura détestait les militaires. A chaque coin de couloir, elle en croisait un ou deux, voire plus par endroit parce qu’ils avaient peur de « se faire attaquer ». Comme si des élèves allaient les attaquer… Ou, plutôt, comme si le fait qu’il y ait plusieurs militaires allait les arrêter. Elle et Jasper en parlaient souvent, un peu comme la moitié des élèves du Pensionnat, cherchant comment les faire fuir de l’école. Ils ne voulaient pas d’eux ici. C’était pourtant clair, non ? Pas besoin d’hommes armés dans les couloirs, zut ! Et les discussions entre amis ? Et les sorties nocturnes pour explorer l’école et le pensionnat ? Tout devenait on ne peut plus ennuyeux depuis quelques jours… Mais soit. Au moins, les cours n’étaient pas suspendus ! Ce matin, Laura avait un cours sur son élément avec Madame Veroca, plus qu’impatiente de pouvoir enfin s’exercer avec son élément sans être surveillée comme une bête de foire. Leur professeure leur avait dit de s’exercer pendant les vacances, mais avec les militaires dans le coin… C’était heum… délicat, va-t-on dire.

C’est pour cela que Laura entra dans la classe en sautillant de joie, voulant apprendre de nouvelles choses aujourd’hui, lors de ce cours. Elle allait pouvoir retrouver des amis qu’elle ne croisait que rarement et parler avec eux pendant les pauses. Ou plus, s’ils faisaient des travaux pratiques. Elle lança un « bonjour » à l’adresse de la professeure en entrant dans la classe et alla s’asseoir juste devant à côté d’autres élèves de son année, attendant les consignes de la professeure.

Madame Veroca – Bonjour à tous ! Je vous avais dit au derniers cours que nous allions passer aujourd'hui à un nouveau chapitre. A présent, vous savez tous invoquer votre élément, et pour certains, vous commencer déjà à le modeler. C'est sur ce dernier point que nous allons nous concentrer aujourd'hui. Suivez-moi, nous allons dans la salle des travaux pratiques.

Travaux pratiques ?! Chouette, chouette, chouette ! Laura sautillait presque sur place, de plus en plus impatiente à l’idée d’utiliser son don. De la pratique, de la pratique, de la pratique ! Elle se leva aussitôt que la professeure le leur demanda et suivit le groupe, souriant et murmurant à ses amies, discutant sur le chemin vers la salle des travaux pratiques. Oui, bon, d’accord, il ne faut pas parler en temps normal mais… En marchant d’une salle à l’autre, tout le monde le fait. La seule chose qui freinait plus ou moins les conversations était le froid mordant qui coupait le souffle en sortant de la salle de classe et de l’école. Claquant des dents, Laura abandonna son idée de discuter et suivit simplement le reste du groupe, se précipitant à l’intérieur de la grande salle réservée aux travaux pratiques dès que la professeure l’eut ouverte. L’adolescente n’aimait pas cet endroit car il s’en dégageait une atmosphère très étrange et… froide, mais au moins, ils pouvaient faire fonctionner leur don à leur guise ici. Madame Veroca leur fit signe de se taire et donna ses consignes :

Madame Veroca – Bien, à présent, vous allez, comme exercice, devoir invoquer une boule d'eau bien compacte et la faire léviter entre vos mains. Dispersez-vous un peu et allez-y. Et n'oubliez pas les cours précédents ! Concentration avant toute chose.

Une… boule d’eau ? Compacte ? La faire léviter ? Heu… C’était une bonne idée, ça ? Bon, heu… Très bien. Laura regarda les autres élèves se disperser et se dirigea vers un des seuls coins isolés de la salle pour ne faire de mal à personne. Elle n’était pas du tout sûre d’y arriver, même si elle avait travaillé pendant son temps libre. Oh, bien sûr, elle avait déjà réussi à faire apparaître une boule et à la faire léviter mais… Une seule fois ! Et par le plus grand des hasards ! Laura pensait à… heu. Bref. En tout cas, elle n’avait jamais réitéré l’expérience ! Et si elle blessait quelqu’un ? Non, du calme, pas avec de l’eau si elle se tenait assez à l’écart. S’éloignant le plus possible, elle tenta de faire le vide dans sa tête pour se concentrer, comme l’avait dit la professeure. « Concentration avant toute chose »… D’accord. Imaginer une boule, la sentir… Tout ça, Laura le savait déjà. Mais l’appliquer, heu…

Laura * Allez, hop ! Concentrée, et ça ira.

Laura resta les mains tendues sans rien faire durant quelques minutes, n’osant pas faire jaillir une seule goutte d’eau avant d’être sûre. Elle avait fermé les yeux et les rouvrit après cinq bonnes minutes pour ne pas être distraite par les autres élèves. Une boule d’eau… Cela ne devait pas être bien difficile. Retenant son souffle, Laura se lança et de l’eau apparut mais… Pas tout à fait comme prévu. L’eau avait plutôt pris la forme d’un jet rond, comme un cercle, qu’elle n’arrivait pas à contrôler. Il allait mouiller toutes les personnes à côté d’elle si elle ne faisait rien ! Criant à l’élève juste à côté, elle s’éloigna :

Laura – Attention !

… et fut trempée à la place. Pour éviter une douche involontaire aux autres, elle avait redirigé le jet bizarre sur elle et était à présent assez bien mouillée. Pas trempée jusqu’aux os, non, mais… Il ne restait pas grand-chose sur elle de sec. Adressant un regard d’excuse à la professeure et à l’élève à côté d’elle, Laura dit :

Laura – Désolée… J’ai encore du mal à faire ça je crois. Pardon, pardon, pardon !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours pratique   Sam 5 Oct - 17:37

- Et tu m'attends, hein ! dit très vite Antoine à Jasper avant de boucler son sac. Ne fais rien sans moi !

Il fila comme s'il avait le diable aux trousses, traversant les couloirs à toute vitesse, esquivant souplement les militaires dispersés dans l'école, et qui les regardaient comme s'ils s'attendaient à un attentat. Antoine retint un sourire mesquin en filant vers l'école, quittant les dortoirs, le réfectoire, et le hall d'entrée. qu'ils attendent, oui... Ils auront quelques surprises bien assez tôt ! Après tout, il était stupide de penser que tous les élèves allaient rester bien sagement dans leur coin à faire leurs devoirs. Non, c'était hors de question ! Comme l'avaient si bien dits Arthur et Jasper, ils devaient se défendre.

Et on pouvait compter sur Jasper lorsqu'il s'agissait de trouver des idées tordues... Rétabli, il en profitait pour mettre à profit son cerveau empli de bêtises en tout genre. Il savait être sérieux, lorsqu'il le voulait, et on ne pouvait lui reprocher d'être idiot. Education bourgeoise, et entraînement quasi-militaire durant son enfance l'avaient préparé à ce genre de situation ! Comme quoi, avoir un père militaire pouvait tout de même servir.

Il arriva de justesse dans la classe et choisit une place au hasard. Pour l'instant, les cours n'étaient pas interrompus, ni suspendus. Combien de temps cela allait-il durer, il n'en savait rien, et comptait donc en profiter. Il se mordit un ongle, espérant tout de même que son meilleur ami l'écoute et ne se lance dans aucune entreprise tout seul. Il en serait tout à fait capable ! Surtout qu'il n'avait pas cours sur cette heure, et Dieu sait ce qu'il pourrait en profiter pour faire.

Professeur Veroca – Bonjour à tous ! Je vous avais dit au derniers cours que nous allions passer aujourd'hui à un nouveau chapitre. A présent, vous savez tous invoquer votre élément, et pour certains, vous commencer déjà à le modeler. C'est sur ce dernier point que nous allons nous concentrer aujourd'hui. Suivez-moi, nous allons dans la salle des travaux pratiques.

Travaux pratiques, voilà qui allait les changer des cours théoriques tout à fait assommants. Le froid mordant de Novembre les accueillit à la sortie de l'école, alors qu'ils traversaient une petite bande du parc pour se rendre au blockhaus. Un ancien prof, parti la retraite deux ans plus tôt, lui avait parlé de cette salle. Auparavant, les travaux pratiques avaient lieu dans les sous-sols ou plus souvent dehors. Le blockhaus, lui, était un abri pour les bombardements, lors de la Grande Guerre. Reconverti en salle d'entraînement, il n'en restait pas moins le meilleur abri de l'école en cas d'attaque à la bombe ou autre.

L'intérieur était très spacieux, assez pour abriter tous les pensionnaires de Sainte Famille en cas de besoin, voir même les habitants du village de Gray s'ils venaient ici, bien que ce soit peu probable. L'espace où il se trouvait se situait hors-terre, les murs et le plafond avaient un bon mètre d'épaisseur, renforcé en béton armé et avec des barres de titane. Il y avait trois niveaux de sous-sol, qui pouvaient se transformer en dortoir et abri en quelques minutes. Toutes les portes étaient blindées et imperméables. Un lieu idéal pour se réfugier, et pour s'entraîner.

Professeur Veroca – Bien, à présent, vous allez, comme exercice, devoir invoquer une boule d'eau bien compacte et la faire léviter entre vos mains. Dispersez-vous un peu et allez-y. Et n'oubliez pas les cours précédents ! Concentration avant toute chose.

Antoine retint un léger sourire. C'était un exercice particulièrement aisé pour les plus âgés d'entre eux. Jasper avait l'habitude de faire léviter des boules de feu autour de lui pour s'éclairer en cas de besoin. Il mit ses mains en coupe et ferma les yeux. Le frisson habituel le parcourut alors que l'humidité tournait en spirale dans ses mains, se rassemblant, formant la forme qu'il visualisait dans son esprit. La boule s'éleva, et il fit voleter un moment dans les airs. Quelqu'un cria soudain et il se retourna. Laura avait visiblement deux ou trois problèmes de contrôle. Elle était trempée jusqu'aux os et s'excusait en bafouillant.

Laura – Désolée… J’ai encore du mal à faire ça je crois. Pardon, pardon, pardon !

Marrant, ça, Jasper avait exactement la même bouille que sa sœur lorsqu'il était gêné, il ne l'avait pas remarqué auparavant. Il eut un sourire puis reprit son exercice. Il jouait avec sa boule d'eau, puis en fit apparaître une seconde. Ce n'était qu'un échauffement. Les professeurs d'éléments donnaient toujours des exercices plus compliqués aux élèves plus avancés lors des travaux pratiques.

Il jetait de fréquents coups d'œil vers la porte en triple blindage, s'attendant à tout instant à voir débarquer des militaires avec leurs bottes et leurs fusils. Il se demandait aussi ce que faisait Jasper... Pour être honnête, il s'inquiéter franchement, persuadé qu'il n'avait pas attendu et s'était lancé seul dans un truc. Ce type avait un caractère aussi emporté que l'élément qu'il maniait ! Et Antoine avait un très, très mauvais pressentiment. Lorsque la pause arriva, n'y tenant plus, il se glissa discrètement dehors pour jeter un coup d'œil aux alentours. Tout semblait normal... Retournant à l'intérieur, il faillit trébucher sur Laura et se redressa avec un petit sourire d'excuse.

- Désolé, je ne t'avais pas vu.

Autour d'eux, leurs camarade profitaient de ces quelques minutes pour s'étirer et bavarder. Voyant que Laura était bien trempée, il prit une serviette et la lui tendit pour qu'elle se sèche un peu. Il n'arrivait pas à calmer la peur et l'agitation qui montaient en lui. Il lâcha un énorme soupir, s'asseyant sur un ban adossé au mur de béton. Il avait une heure d'études, en suite, et voulait en profiter pour vérifier ce que foutait Jasper. Il prit un biscuit dans son sac puis en lança un à Laura, soupirant à nouveau.

- J'espère que ton frère n'a rien tenté de stupide tout seul, marmonna-t-il. Il n'a pas intérêt, ou je l'étripe.
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Cours pratique   Sam 5 Oct - 22:24

De l’eau, de l’eau, et encore de l’eau. Laura n’arrêtait pas de boire la tasse, ne parvenant définitivement pas à faire apparaître une simple boule d’eau. Une boule, qui flottait. Bon sang, ce n’était pas sorcier ! Elle devait en être capable, non ?!  L’élève qu’elle avait bousculé ne lui en avait pas voulu et la professeure n’avait rien dit de spécial, sinon les conseils habituels lorsque l’on échoue dans ce cours. Mais Laura n’y arrivait pas. Plus loin, elle avait remarqué qu’Antoine y était arrivé sans problème et qu’il multipliait même les boules d’eau. Beuh… A côté, elle avait l’air d’une tache. D’ailleurs, d’autres élèves parvenaient à faire flotter une boule, comme Antoine, sans le moindre problème. C’était définitivement injuste ! Oui, d’accord, « tu es trop jeune, ça arrivera avec l’expérience »… Mais en attendant, Laura était plus nulle que tout et avait l’air d’une débutante qui ne savait rien faire avec de l’eau.

Aussi, lorsque la pause fut annoncée, la jeune adolescente se laissa tomber sur le premier banc qu’elle croisa, soufflant, se maudissant intérieurement. Elle rapprocha ses jambes contre elle pour se réchauffer, frissonnant en sentant les grosses gouttes couler le long de son dos. Elle allait sûrement tomber malade dès qu’elle sortirait de la salle… Bravo Laura ! Soupirant, elle se pencha pour rejeter ses cheveux vers l’avant, de manière à pouvoir les essorer un peu. Au moins, ce serait toujours cela de fait même si elle doutait fortement que des cheveux brièvement essorés ne changent quelque chose… Elle fit un mouvement pour se redresser lorsqu’elle heurta quelqu’un de plein fouet. Elle se redressa complètement, se massant le crâne tout en se retournant. Antoine. Oups… Décidément, ce n’était pas sa journée !

Antoine – Désolé, je ne t'avais pas vu.

Laura lui fit un sourire pour lui signifier que ce n’était rien et s’installa à l’endroit qu’elle occupait quelques secondes plus tôt. Inutile de tenter le diable et de provoquer un autre accident… Elle était déjà trempée, alors pas la peine d’en rajouter une couche. D’ailleurs, Antoine semblait l’avoir remarqué puisqu’il lui tendit une serviette afin qu’elle puisse se sécher. Elle lui fit un bref sourire gêné et prit la serviette. Les gens, autour d’eux, parlaient et s’étiraient pendant cette courte pause. Au moins, eux, n’étaient pas trempés comme elle. Sa bonne humeur habituelle l’avait quittée, pour l’instant, cette journée était plus mauvaise que prévu. Mais soit, ne pas désespérer, elle était jeune ! Laura se tourna vers Antoine, le trouvant bizarrement inquiet. Bah ? Qu’est-ce qu’il avait ? Il poussa un soupir et fouilla dans son sac, en tirant un biscuit pour lui-même. Hum ? Que se passait-il ? Elle prit le deuxième biscuit qu’il lui tendait, mordit dedans et le remercia du regard, ne rajoutant rien de plus. Manger quelque chose lui remontait un peu le moral.

Antoine – J'espère que ton frère n'a rien tenté de stupide tout seul. Il n'a pas intérêt, ou je l'étripe.

C’était donc cela… Antoine pensait à Jasper. Il avait raison de s’inquiéter, selon elle, mais impossible qu’elle le lui dise. Au fond, il devait bien le savoir, non ? Jasper n’allait sûrement pas rester tranquillement dans son coin alors qu’il n’avait pas cours… C’était couru d’avance. Seulement, ils ne pouvaient pas louper le cours pour cela, encore moins un cours portant sur leur élément.  Mais l’idée que son frère s’attire d’autres ennuis l’inquiétait, elle aussi… Tournant la tête vers Antoine, Laura répondit un sourire triste et préoccupé sur le visage :

Laura – Désolée Antoine, mais c’est impossible. C’est Jaz’. Seulement, on peut pas l’en empêcher…  C’est un cours sur notre élément, je pense que le sécher serait… J’ai encore de gros progrès à faire, on va dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours pratique   Mar 8 Oct - 18:36

Antoine étendit ses jambes, pensif et inquiet. Jasper Karinof. La pire tête brûlée que cette terre ait jamais porté. Non, il n'était pas capable de rester tranquille, peut importe le nombre d'heures qu'Antoine pourra passer à se briser les genoux à prier. Il connaissait son meilleur ami aussi bien que lui-même, et c'était bien cela qui l'inquiétait terriblement. Laura non plus n'avait pas l'air très convaincue que son frère puisse rester assis bien sagement dans son coin.

Laura – Désolée Antoine, mais c’est impossible. C’est Jaz’. Seulement, on peut pas l’en empêcher…  C’est un cours sur notre élément, je pense que le sécher serait… J’ai encore de gros progrès à faire, on va dire.

Il se tourna vers elle, un sourire las aux lèvres. Elle n'avait pas tord, mais pas entièrement raison non plus. D'accord, il s'agissait d'un cours très important pour eux, encore plus cette année qu'auparavant. Le Gouvernement n'attendait qu'une occasion pour les taxer de manque de contrôle, d'être dangereux ou il ne savait quoi. Une occasion pour les pointer du doigt et déclarer "Vous voyez, ces enfants sont incontrôlables, il faut tous les enfermer". Maîtriser leur élément était désormais d'une importance vitale. Cela, très bien.

Cependant, d'un autre côté, il ne s'agissait pas d'un jeu. Laura savait aussi bien que lui à quel point Jasper était tête brûlée, lorsqu'il s'y mettait. Et comment il fonçait dans tous les dangers sans prendre la peine de réfléchir au minimum dix minutes avant de se lancer. Et c'était bien ça qui agaçait le plus Antoine, et qui l'effrayait en même temps. Il jeta un œil sur la grande salle. La prof semblait occupée, et les autres étudiants ne faisaient guère attention à eux. Et si... Non, il allait se faire remarquer d'entrée de jeu, ce n'était pas le bon moment. Il prit une grande inspiration, se levant lentement.

- Tu as raison, dit-il à Laura, on ne va pas louper notre cours.

Il resta non loin de la porte après la fin de la pause, y jetant de fréquents coups d'œils. Il prêtait à peine attention à ce qu'il faisait, faisant léviter, voler planer des boules d'eau, de petits filets d'eau plus ou moins gros, la faisant glisser entre ses doigts et autour de lui, dans un ballet élégant et délicat. Il ne fallait pas craindre, pour eux, cet élément. Il était bien plus aisé de s'entraîner avec que les malheureux qui devaient jouer avec la foudre et le feu. Il revoyait encore les mains de son meilleur ami lors de leur première année ici, brûlées à vif et à sang. C'était à ça qu'on reconnaissait ceux qui apprenaient tout juste à manier feu et foudre. Ils avaient souvent des bandages aux mains ou ailleurs. Mais eux, du coup, apprenaient bien plus vite à se maîtriser, car la douleur et les brûlures se révélaient de très bons stimulants.

Il attendit la fin du cours avec une impatience mal dissimulée. Déconcentré, il commis quelques erreurs de contrôle, et finit par laisser tomber. La prof avait le dos tourné. Tout le monde ou presque avait les yeux fermés et se concentrait. C'était le moment ou jamais. Se déportant discrètement vers le banc, il enfila prestement son blouson, attrapa son sac, et se faufila dehors.

L'air glacial l'accueillit, alors qu'il courut à toutes jambes vers le Pensionnat. Il ignora les militaires qu'il croisa, et deux professeurs soupçonneux. Il grimpa en vitesse les escaliers, vérifia le dortoir, regarda dans la bibliothèque, fouilla les salles où ils avaient l'habitude de se rendre pour discuter, inspecta les toilettes, traversa le hall, jeta un œil dans le foyer, interrogea des gens de leur classe, puis dû finalement se rendre à l'évidence.

Jasper avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Ste Famille
Fondateur
avatar

Fonction :
  • Fonda
  • Admin
  • Modo
Récits : 191

Âge RPG : 314 ans

MessageSujet: Re: Cours pratique   Sam 12 Oct - 11:18

Ils faisaient tous très attention en portant la civière, veillant à ne pas faire de bruit tant qu'ils étaient toujours dans la zone critique, autrement dit, la zone où on pouvait encore les voir ou les entendre. La plupart restaient bien droits dans leurs bottes de cuir, silencieux et efficaces. D'autres étaient plus mal à l'aise. Ce qu'ils faisaient, là, présentement, était-ce si bien ? N'était-ce pas... Remords ou inquiétudes, ils doutaient en tout cas. Leur chef leur dit sèchement de s'activer un peu.

Ils dépassèrent la zone des caves et petits entrepôts. Un jeune homme était allongé sur la civière. Il était évanoui, mais parfois, il s'agitait très légèrement dans son sommeil. Assez grand et élancé, il avait des cheveux blonds et ondulés épais, dont les mèches glissaient sur son visage. Les deux qui portaient n'étaient pas seulement mais à l'aise parce qu'il s'agissait d'un ado, mais aussi parce qu'il s'agissait du fils de leur Général. Général qui marchait fermement devant, sans un regard pour le jeune homme endormi.

- Mon Général, salua la sentinelle.

Ils passèrent les lourdes portes blindées, et arrivèrent dans un immense complexe souterrain, aménagé avec l'efficacité qui caractérisait l'armée. Laboratoires, centres de recherche, salle de réunions... Ils emmenèrent leur proie dans un laboratoire et l'allongèrent sur une paillasse, ou table d'opération. Il dormait toujours, respirait régulièrement. Un médecin s'approcha, et enfila une paire de gants.

- Je vais d'abord récupérer les informations générales, la taille, le poids, le...

- J'ai le nécessaire, dit le général en lui jetant le rapport médical.

Le docteur l'ouvrit et écarquilla les yeux, regardant nerveusement son patient endormi.

- Mais... mais c'est... c'est votre...

- Mon fils aîné, oui. Il était évident de commencer par lui ! Si je veux qu'il hérite de moi un jour, il faut qu'il redevienne normal. Donc allez-y.

Le médecin hocha frénétiquement la tête, puis remonta la manche de son patient, passa un produit dans le creux du coude, puis fit une prise de sang. Il était assez mal à l'aise, en vérité. Il passa l'échantillon à son adjoint, lui ordonnant de l'analyser. Puis partit avec le Général pour lui parler de la suite, laissant le jeune homme sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
http://pensionnatstefamille.forumactif.org
Jasper K. Nakajima
Lycéen
avatar

Fonction :
  • Admin
Récits : 450

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Cours pratique   Sam 12 Oct - 14:36

Jasper ratura une phrase et redessina une flèche sur le plan, mâchouillant pensivement son crayon, observant les différents tracés avec Antoine. Ils étaient assis sur le lit de Jasper, détaillant plans du pensionnat, croquis, esquisses de plans, et quelques photos. Deux vrais petits soldats préparant une mission. Jasper n'avait pas cours, ce matin, leur prof étant malade. Mais ce n'était pas le cas d'Antoine, qui avait cours sur son élément. Il se leva à la sonnerie, fourrant ses affaires dans son sac et enfilant son manteau.

Antoine - Et tu m'attends, hein ! Ne fais rien sans moi !

Jasper lui jeta un coup d'œil alors qu'il quittait le dortoir. Il allait l'attendre pour les plus grosses actions, oui, bien évidemment, mais s'il s'agissait juste de fouiner un peu... Il pouvait y aller seul. Il se pencha sur un croquis, le nez plissé. Plusieurs élèves avaient remarqué de drôle de mouvements, dans ce coin-là, et on entendait des bruits bizarres monter des caves, la nuit. Comme si quelqu'un construisait quelque chose ou aménageait un endroit. Cela valait sûrement le coup de jeter un petit coup d'œil, non ? Histoire de voir ce que ces messieurs trafiquaient là-dedans ?

Alexis - Jaz', qu'est-ce tu fous ? Tu vas pas rester sur ton lit toute la matinée ?

- Hein ? Heu, non, je vais aller bosser, aussi. Tu vas à la bibliothèque ?

Alexis - Ouais, toute à l'heure, j'accompagne d'abord Mylène à la chapelle. On se retrouve au réfectoire ce midi ?

- D'accord, à plus.

Jasper rangea soigneusement tous ses papiers et les rangea au fonde de sa malle, bien cachés, qu'il cadenassa ensuite. On n'était jamais trop prudents. Enfilant juste la veste de son uniforme, bien assez chaude pour lui, il resserra sa cravate d'un geste expert puis quitta les dortoirs. La majorité des élèves étaient en cours. Il descendit jusqu'au hall d'entrée, rapidement, puis se glissa dans le couloir menant au Réfectoire. Il y avait une porte donnant sur une volée d'escaliers, l'accès aux souterrains. Le Pensionnat était deux fois plus grand dessous qu'au-dessus, il l'avait appris très jeune. Une voix forte lui demanda tout à coup ce qu'il fichait là et il sursauta, tournant brusquement la tête. C'était son père. Bon sang.

- Je prends l'air, marmonna-t-il. Ce n'est pas encore interdit, je suppose ?

Père - Tu n'as pas cours ?

- Pas ce matin, non. Et je suis trop sérieux pour sécher, vous le savez bien.

Il avait beau faire le malin, intérieurement, il n'en menait pas large. Son père avait un air tout à fait étrange, et qui ne lui plaisait pas. Il le regardait comme un docteur regarderait la souris qu'il devait disséquer. Jasper ouvrit la bouche pour dire qu'il partait lorsqu'une odeur âcre et acide l'enveloppa soudain. Il hoqueta, alors qu'une lourdeur extrême s'abattait sur lui. Sa tête lui tourna, des papillons noirs voletèrent devant ses yeux. Il prit une petite inspiration, puis tomba à genoux, par terre, et s'évanouit.


Un léger mouvement. Des bruits de pas. Jasper flottait dans un monde où tout lui parvenait ténu et déformé. Il e sentait plus ses membres, ne comprenait pas ce qu'il se passait. Ses yeux étaient bien trop lourds pour qu'il puisse les ouvrir, ses mains semblaient de plombs. Il entendait très vaguement des voix, sans parvenir à les identifier. On le déplaça, et il resta inerte. "Drogue..." pensa-t-il, très faiblement. Quelques mots lui arrivaient, "médical", "poids", "taille", "normal". Il sentit tout à coup une piqûre dans son coude et ne put même pas grimacer. Que se passait-il ?! Les échos de voix s'éloignèrent. Il fit un immense effort de volonté pour au moins ouvrir les yeux, et n'y parvint qu'au bout de plusieurs minutes.

La lumière forte placée au-dessus de lui l'éblouit, lui arrachant quelques larmes. Il prit une inspiration, un goût âcre dans la bouche. Nauséeux, il ne parvenait toujours pas à remuer, totalement engourdi. Où était-il ? On dirait une salle d'opération. La peur le saisit, et, dans un sursaut d'adrénaline, il put remuer et s'appuyer contre la table pour se redresser un peu. Il retomba presque aussitôt avec un râle de mourant, ayant fortement mal à la tête. Il ne bougea plus avant un très long moment, le temps de reprendre ses esprits, et attendre que les effets de la drogue se dissipent un peu. Il craignait de voir ceux qui l'avaient enlevés revenir... Où était son père ?

- Laura, murmura-t-il d'une voix rauque. Antoine...

Il parvint, avec difficulté, à descendre de la table, et s'écroula à moitié au sol. La chemise de son uniforme était froissée et sa cravate pendait. Il reprit son souffle, s'accrochant à ce qu'il trouvait pour se déplacer. Il était totalement perdu, désirant une aide qu'il ne voulait pas. Mais merde, comment on pouvait faire disparaître un engourdissement ?! La réponse lui vint d'un seul coup, si évidente qu'il y aurait dû y penser dès le début. Il y avait UNE chose qui réveillait d'un seul coup et très rapidement : la douleur.

Il leva sa main droite, et se concentra de toutes ses forces, vu son état, pour faire apparaître une flamme, dont il augmenta l'intensité. Lorsqu'elle fut à point, il l'appuya d'un seul coup sur son poignet gauche. Il poussa un petit cri, mais les brumes l'enveloppant disparurent d'un seul coup. Son cœur fit un véritable bond, comme un bon coup de poing, qui le laissa tremblant mais les idées claires. Son poignet gauche était rouge vif, couvert de cloques qui saignaient, inutilisable. Mais peu importe. Jasper pouvait puiser dans la douleur la force de marcher et dissiper la drogue.

Respirant très vite, il passa une porte, tâchant de se repérer. Il courait, se cachait, jouait avec les ombres pour ne pas se faire repérer. Il ne faisait attention à rien d'autres, voulant seulement sortir de là, au plus vite. Il ne savait pas du tout de quel côté du domaine il se trouvait, ni l'heure qu'il était. Il finit par tomber sur une vieille porte, en haut d'un escalier en colimaçon. Il l'ouvrit en tâtonnant, les larmes aux yeux. Et se retrouva dans un long couloir. Il marcha encore un moment, tremblant de tous ses membres, et finit par apercevoir deux personnes. Il reconnut avec grande peine sa professeur, Madame de la Valiere. Elle parlait avec un autre homme roux qu'il ne connaissait pas.

- Madame... souffla-t-il.

Il n'arriva pas à ajouter autre chose, à moitié évanoui. Il ignorait combien de temps il s'était passé depuis ce matin, et ne saisissait plus rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Directrice
Général de division

avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 1311

Âge RPG : 33

MessageSujet: Re: Cours pratique   Lun 14 Oct - 20:40

[Avec indications des Disciples de Ste Famille.]

Gabriella verrouilla la porte soigneusement puis rejoignit Auguste et sa sœur. Il n'y avait plus vraiment d'endroits tranquilles ou sûrs pour parler maintenant. Les militaires étaient partout, ils s'immisçaient dans tous les coins, proliférant comme des rats. Pour être plus sûrs, il fallait constamment se déplacer, pour ne pas risquer qu'ils débarquent dans votre bureau à l'improviste. Résultat, de longues courses dans les couloirs à faire semblant de se détendre alors qu'ils formaient des plans.

Elle tenait la main d'auguste, marchant avec lui et sa sœur, lentement, surveillant les alentours. Sa grossesse commençait à se voir, désormais, ce qui l'inquiétait vu qu'ils n'étaient qu'en Décembre. Bon, elle n'y connaissait pas grand-chose, mais cela aurait dû rester caché plus longtemps... Sauf si elle attendait des... Heu, non, non, non, ne pas penser à ça, cela allait lui porter la poisse.

- Il faut rester prudents, de toute manière, dit-elle en massant son ventre sans y penser. Le...

Elle s'interrompit lorsqu'il y eut un grand bruit non loin. Et ils aperçurent, stupéfaits, Jasper Karinof, titubant dans le couloir, pleurant un peu, et visiblement très mal en point. Que s'était-il passé ?! Ils se précipitèrent sur lui, le soutenant.

- M. Karinof ? dit-elle très vite, inquiète. Jasper ?

Elle échangea un long regard avec Auguste, la compréhension se faisant dans son esprit. Les rats qui hantaient l'école. Déjà ! A eux trois, ils le soutinrent et l'emmenèrent. Comme il avait du mal à se déplacer, Auguste le prit dans ses bras. Vers l'escalier, ils tombèrent Antoine et Laura, justement. Elle hurla le nom de son frère puis se précipita sur lui aussitôt. Gabriella se jeta sur son chemin et l'arrêta tout net.

- Stop ! Calmez-vous, ce n'est pas le moment de lui sauter dessus.

Laura - Mais il est malade ! Qu'est-ce que vous lui avez fait ?! Jasper ! Vous l'emmenez où ? Je veux venir ! Jasper !

- Il n'est pas malade, il est... Pas ici. On va l'emmener dans un appartement vide au deuxième étage, il y sera plus en sécurité. Venez.

Elle jeta un regard fou d'inquiétude à Antoine, puis à Jasper, et les suivit, les larmes aux yeux. Gabriella lui attrapa la main par réflexe et l'entraîna en avant. Ils allèrent dans une chambre disponible et y déposèrent Jasper. Gabriella l'examina rapidement, mais ne lui trouva aucune blessure hormis une piqûre dans le creux du bras. Elle se mordilla les lèvres, inquiète. Laura restait collée à Antoine tout en fixant son frère. Elle finit par se dresser et soupira.

- Je crois qu'il a été drogué... Il va rester dans les vapes encore un moment.

Laura - Drogué... ? Mais par qui ? Pourquoi ? Il va s'en tirer sans rien ? demanda-t-elle en reniflant.

- Oui, il va s'en remettre. En revanche, j'ignore qui a fait ça.

Laura - Vous allez rechercher les coupables ?

Gabriella lui assura que oui, puis la laissa près de son frère. Elle sortit, seule, et poussa un énorme soupir en se passant les mains dans les cheveux, se décoiffant à moitié. Elle sortit dehors, histoire de prendre un peu l'air, puis sentit tout à coup un bras la prendre brusquement. Elle poussa un cri de surprise, tombant sur un soldat à l'air hargneux.

Soldat - Mademoiselle, vous êtes attendue.

- Quoi ?!

Il la força à le suivre, et elle retint un juron.


[Suite pour moi ailleurs les enfants.:p]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar

Fonction :
  • Modo
Récits : 1239

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Cours pratique   Sam 19 Oct - 15:24

Antoine – Tu as raison, on ne va pas louper notre cours.

Mais il n’avait pas l’air plus convaincu que cela de ce que venait de lui dire Laura. A vrai dire, elle non plus n’était plus convaincue et s’inquiétait… Elle avait peur pour son frère, peur qu’il ne tente quelque chose de dangereux, peur qu’il se mette les militaires à dos et qu’il soit envoyé loin, très loin. Elle n’avait pas envie de le perdre, pas lui. Et si jamais les militaires le capturaient parce qu’il avait fait une bêtise ? Mais le cours reprenait, la pause était finie. Hum… Ils devaient faire quoi ? Ils ne pouvaient pas sécher et, d’un autre côté, ils ne pouvaient pas laisser Jasper tout seul. La professeure reprit le cours, d’autres exercices à faire, mais surtout cette boule que Laura essayait de former, de maîtriser comme les autres. Mais c’était impossible, elle avait l’esprit ailleurs. Peu importe le fait qu’elle soit trempée, à présent, elle s’inquiétait. La réflexion d’Antoine était justifiée…

Antoine partit du cours dès que l’occasion se présenta, pas comme Laura qui se força à rester pour suivre la fin du cours. Evidemment, elle était nettement moins concentrée qu’au début du cours et ses exercices étaient catastrophiques, mais elle était là. C’était le plus important, non ? Le cours n’allait pas tarder à se terminer, il fallait qu’elle garde cela en tête pour ne pas paniquer maintenant, pour ne pas commencer à s’inquiéter plus qu’il n’en faut. Dès que la professeure leur annonça la fin du cours, Laura fila vers la sortie et retrouva Antoine au détour d’un couloir. Mais il avait l’air paniqué, inquiet… Que se passait-il ? Elle eut à peine le temps de lui poser la question qu’elle sut : Jasper avait disparu. Disparu. Jasper, disparu.

Ils fouillèrent tout le Pensionnat une nouvelle fois, ensemble, suivi de l’école, de l’extérieur… Tous les endroits y passèrent, même les recoins les plus insolites. Ce ne fut qu’après un moment interminable qu’ils l’aperçurent enfin, mais… Dans un sale état, dans les bras d’un homme que Laura ne connaissait pas. Sans réfléchir, elle hurla le nom de son frère et se précipita vers lui avant d’être arrêtée par la directrice. Hein ? Mais !

Directrice – Stop ! Calmez-vous, ce n'est pas le moment de lui sauter dessus.

Laura – Mais il est malade ! Qu'est-ce que vous lui avez fait ?! Jasper ! Vous l'emmenez où ? Je veux venir ! Jasper !

Directrice – Il n'est pas malade, il est... Pas ici. On va l'emmener dans un appartement vide au deuxième étage, il y sera plus en sécurité. Venez.

Laura jeta un regard fou d’inquiétude à Antoine, puis à Jasper. Il était quoi ? Que s’était-il passé ? Pourquoi avait-il l’air aussi mal ? Pourquoi avait-il disparu ? Elle sentait les larmes lui monter aux yeux tant l’inquiétude grandissait. Son frère… Et s’il n’avait pas réussi à s’en sortir ? S’il n’avait pas réussi à rejoindre le Pensionnat ? Si jamais il lui était arrivé quelque chose de bien plus grave ? Laura ne fit même plus attention à la suite des évènements, se contentant de suivre la Directrice qui la tenait par la main. Antoine suivait aussi mais… A vrai dire, la jeune adolescente avait plutôt le regard fixé sur son frère que sur Antoine. La Directrice examina longtemps son frère pour comprendre ce qu’il avait, apparemment. Pendant tout ce temps, Laura était restée collée au meilleur ami de son frère, laissant les larmes couler comme une petite fille. Au diable son image de bourgeoise, elle était morte d’inquiétude et se serrait contre Antoine en attendant. La Directrice se redressa enfin en soupirant. Hum ?

Directrice – Je crois qu'il a été drogué... Il va rester dans les vapes encore un moment.

Laura – Drogué... ? Mais par qui ? Pourquoi ? Il va s'en tirer sans rien ? demanda-t-elle en reniflant.

Directrice – Oui, il va s'en remettre. En revanche, j'ignore qui a fait ça.

Laura – Vous allez rechercher les coupables ?

La Directrice lui assura qu’elle les rechercherait et la laissa enfin s’approcher de Jasper. Il ne fallut pas le dire deux fois, Laura s’approcha doucement mais très rapidement de son frère et posa son menton contre le matelas, lui serrant la main. Il allait bien, il ne risquait plus rien. Il s’en remettrait dans quelques jours, et tout cela serait un mauvais souvenir, rien de plus. Son frère n’avait rien de grave, il fallait juste attendre que les effets de la drogue qu’on lui avait injecté se dissipent, qu’il puisse à nouveau marcher, et tout serait fini. Quant à la personne qui avait fait une telle chose à son frère, Laura avait déjà sa petite idée mais s’en fichait pour l’instant, ils régleraient tout cela plus tard.

Après une journée, Jasper était rétabli et put sortir de la pièce où l’avait mis la Directrice et son ami. Laura avait refusé de quitter la pièce, tant pis pour les cours qu’elle loupait, ce n’était pas pour une fois. Elle voulait juste rester avec son frère, rien de plus.


[RP de clôture. A Jaz' ou Antoine d'en ouvrir un autre pour la suite ^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Cours pratique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Pratique] Maîtrise élémentale
» [Cours pratique] La maîtrise de l'esprit
» Cours n°1 : Introduction à la Magie Noire
» cours de latin
» Cours informatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Pensionnat de la Sainte Famille :: Pensionnat :: Parc :: Terrains sportifs-
Sauter vers: