1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mariage à Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mariage à Paris   Mar 23 Juil - 17:03

Estelle était terriblement intimidée. Elle n'avait jamais fréquenté ce genre d'environnement, ce milieu, ce... Jamais ! Elle avait l'impression que tout le monde la dévisageait, l'observait, la jugeait. Très mal à l'aise, elle restait fermement accrochée à la main de François, ne desserrant la prise que lorsqu'il la présenta élégamment à ses parents. Elle se força à sourire, désireuse de se montrer aimable. Mais l'air inquisiteur du père et son regard méprisant n'était pas fait pour aider. Elle avala discrètement sa salive, nerveuse.

Monsieur Chevreuil - Votre origine sociale ?

- Fille du voyage.

Il eut une telle grimace de dégoût qu'Estelle en frémit et s'empressa de rajouter :

- J'ai passé toute mon adolescence dans un couvent catholique, Monsieur. Je connais les usages et les conventions.

Il se contenta d'hausser les épaules, et elle eut l'impression d'avoir déjà perdue tous ses points. Voilà qui commençait très bien. La journée se déroula dans le même genre, et le soir, elle en était malade et épuisée. Récupérant Wyatt chez la nourrice, après avoir longuement embrassé son futur mari, elle retourna au Pensionnat et s'effondra sur son lit. Le petit s'était rendormi, paisible et sans soucis.

Se marier... Elle en avait tant rêvé, et voilà qu'elle crevait de peur. Elle aimait François à en mourir, mais avait peur car il lui faudra intégrer son milieu social, fréquenter "la Haute" sans commettre d'erreurs, sauf à vouloir être dé-crédibilisée et ridiculisée... Et elle n'y connaissait rien. Elle avait eu une éducation très stricte, mais serait-ce suffisant ? Elle ne voulait pas faire honte à son futur mari !

Elle chargea la jeune surveillante de garder son fils et courut jusqu'à l'appartement de Sarah, frappant la porte avec énergie. Elle avait besoin de parler à quelqu'un, tout de suite, d'entendre un peu de réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Ven 26 Juil - 15:27

Sarah était dans ses appartements, elle se recoiffée et se saupoudrée le nez. Elle était pensive par rapport à son premier contact avec la nouvelle professeure.

*je n'aurais jamais dû être aussi méchante ! Je pense qu'il va falloir que je m'excuse. De plus Estelle avait l'air d'être en colère contre moi.*

Elle sortit de sa salle de bain puis se dirigea dans sa chambre, chambre qui était spacieuse, grande et plutôt jolie. Elle s'assit sur son lit, tourna la tête et vit la photo sur sa table de chevet de Wyatt, son filleul chéri.

Sarah soupira et dit tout haut :

- Ah mon petit Wyatt, pourquoi il y a des moments ou j'ai envie d'être super sadique ! Ben voilà que je me mets à me parler toute seule maintenant, ça ne va plus !

Elle secoua négativement la tête, se leva et se dirigea vers son miroir.

*oh la la ma tête, j'ai une mine affreuse*

Sarah tournait en rond depuis quelques minutes, elle devait corriger les devoirs de ses élèves, mais elle avait une de ses flemmes. Elle entendit des cris dehors, se dirigea vers la fenêtre et vit que ce n'était que des élèves qui s'amusait.

Sarah retournait dans ses pensées quand on frappa à la porte, elle alla ouvrir et vit Estelle qui avait l'air préoccupé elle aussi :

- Estelle ! Entre, ça va ? Tu n'as pas l'air d'aller bien, qu'est-ce qu'il y a ? où est mon filleul adoré ?

Sarah la fit asseoir sur une chaise, en prit une pour elle aussi, s'assit en face d'elle et attendit patiemment que sa collègue qui était aussi son amie car, elle l'appréciait beaucoup, lui dise ce qui n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Dim 28 Juil - 11:03

Sa collègue, et amie, vint lui ouvrir. Elle parut surprise de la trouver sur le pas de sa porte, mais Estelle n'était vraiment pas prête à s'excuser et faire demi-tour. Elle avait besoin de parler à quelqu'un, de se réconforter avant le mariage. SON mariage. Elle en avait tant rêvé, et voilà qu'elle était à moitié morte de peur.

Sarah - Estelle ! Entre, ça va ? Tu n'as pas l'air d'aller bien, qu'est-ce qu'il y a ? Où est mon filleul adoré ?

- Avec une nourrice, répondit-elle en balbutiant et en franchissant le pas de la porte.

Elle s'assit près de Sarah, se demandant comment aborder le sujet. Bien entendu, elle savait déjà qu'Estelle allait très bientôt avoir la bague au doigt. La déclaration de François au beau milieu de la salle des professeurs n'était guère passée inaperçue ! Et pour la majorité de ses collègues, c'était une excellente chose. Elle régularisait ainsi sa situation, et le petit aura un père. Elle se mit à rire nerveusement, le front posé contre sa main, coude sur la table. Elle ne cessait de repenser à sa rencontre avec ses futurs beaux-parents. Aux efforts qu'il lui faudra accomplir pour ne pas faire honte à son époux. Sarah serait sans doute à même de la comprendre. Elle n'était pas "de la Haute", et pourrait donc comprendre les angoisses qui envahissaient Estelle.

- Tu sais que je vais bientôt me marier, dit-elle en se redressant. Et j'en suis plus qu'heureuse ! C'est juste que... J'ai peur de décevoir François, avoua-t-elle ensuite. Nous ne sommes pas du tout de la même classe sociale, et je ne sais pas comment me comporter avec son entourage. S'il avait honte de moi à cause de ça....

Elle s'interrompit, adressant un sourire tremblotant à Sarah, sans parvenir à dissimuler la peur qui se lisait dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Mar 30 Juil - 13:59

Sarah attendit patiemment qu'Estelle parle. Elle savait qu'elle était bouleversée car, son futur mari : François avait annoncé dans la salle des professeurs devant tous les professeurs qu'ils allaient se mariés. Alors, tout le monde se réjouissait, Sarah aussi, elle était contente pour Estelle de retourner avec François et de se mariée, elle en serait heureuse, de plus, Wyatt aurait le droit d'avoir un père ce qui est mieux pour son développement. Estelle se mit à rire, le front posé contre sa main, coude sur la table. Sarah lui sourit, Estelle se redressa et lui dit :

- Tu sais que je vais bientôt me marier, et j'en suis plus qu'heureuse ! C'est juste que... J'ai peur de décevoir François. Nous ne sommes pas du tout de la même classe sociale, et je ne sais pas comment me comporter avec son entourage. S'il avait honte de moi à cause de ça....

Elle s'interrompit et sourit à Sarah, cette dernière lui répondit en lui prenant ses mains dans les siennes :

- Alors, tout d'abord Estelle, tu as le droit d'être heureuse, après tout ce que tu as éprouvé, j'estime que tu as le droit au bonheur. Ensuite, si François ne t'accepte pas avec tes défauts, il ne faut pas que tu t'engages avec lui. Il doit apprendre que tu as ton caractère, tes façons de faire, tes manières et tout ça. Tu ne le décevras pas, s'il veut t'épouser, c'est parce qu'il t'aime. Pour la classe sociale Estelle, j'ai envie de te dire : et alors ? Si vous êtes heureux tous les deux, c'est le principal. Pour son entourage, ne t'inquiète pas, ça va aller, tu t'y feras au bout d'un moment, il faut juste que tu t'habitues. Tu fais ce que tu peux, tu n'auras rien à te reprocher comme ça. Si François te reproche quelque chose, je lui parlerais. Il ne faut pas que tu stress comme ça, je suis là, Gaby est là, ainsi que les autres collègues. Il n'aura pas honte de toi, je te le promet. Si tu veux, je peux aller lui parler pour voir ce qu'il pense de toi, de ta classe sociale et de tes manières. Mais ne t'inquiète pas, si tu l'aimes, c'est le principal. De plus, Wyatt sera content de voir son père.

Elle lui fit un grand sourire pour dire qu'elle était sincère sur tout ce qu'elle avait dit puis reprit :

- Et puis, son entourage n'a rien à dire ! S'il voit que François est heureux, il n'a rien à dire. C'est à François de décider et pas à eux. Alors, je sais, aujourd'hui, on est mal vue si on ne se comporte pas bien et tout, mais bon, chacun sa façon de vivre ! si les gens jugent c'est qu'ils sont jaloux !

Elle lui fit un clin d'oeil et lui dit :

- J'espère que ça va aller Estelle. Tu sais que tu peux venir me parler à n'importe quelle heure. Tu es mon amie et ma collègue, on s'entraide entre amies.

Sarah lui fit un grand sourire, elle espérait qu'elle avait réconfortée Estelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Mar 30 Juil - 15:50

Sarah - Alors, tout d'abord Estelle, tu as le droit d'être heureuse, après tout ce que tu as éprouvé, j'estime que tu as le droit au bonheur. Ensuite, si François ne t'accepte pas avec tes défauts, il ne faut pas que tu t'engages avec lui. Il doit apprendre que tu as ton caractère, tes façons de faire, tes manières et tout ça. Tu ne le décevras pas, s'il veut t'épouser, c'est parce qu'il t'aime. Pour la classe sociale Estelle, j'ai envie de te dire : et alors ? Si vous êtes heureux tous les deux, c'est le principal. Pour son entourage, ne t'inquiète pas, ça va aller, tu t'y feras au bout d'un moment, il faut juste que tu t'habitues. Tu fais ce que tu peux, tu n'auras rien à te reprocher comme ça. Si François te reproche quelque chose, je lui parlerais. Il ne faut pas que tu stress comme ça, je suis là, Gaby est là, ainsi que les autres collègues. Il n'aura pas honte de toi, je te le promet. Si tu veux, je peux aller lui parler pour voir ce qu'il pense de toi, de ta classe sociale et de tes manières. Mais ne t'inquiète pas, si tu l'aimes, c'est le principal. De plus, Wyatt sera content de voir son père.

Ce qu'elle disait n'était pas faux, mais cela n'empêchait pas Estelle d'avoir la trouille. Elle désirait tant se montrer digne de son mari, être une épouse moderne, une bonne mère ! Oui, Wyatt avait besoin d'un père. Oui, elle n'était pas seule face à tout cela, elle avait ses amis ici. Sarah, une de ses meilleures amies, la marraine de son bébé. Gabriella, qui était comme une grande sœur. Elle avait juste peur car elle allait s'engager dans un univers inconnu, voilà tout. Mais Sarah était adorable de lui proposer d'aller parler à son fiancé. Cependant, ce ne sera sans doute pas utile. Elle se contenta donc d'hocher la tête, même si elle tremblait nerveusement.

Sarah - Et puis, son entourage n'a rien à dire ! S'il voit que François est heureux, il n'a rien à dire. C'est à François de décider et pas à eux. Alors, je sais, aujourd'hui, on est mal vue si on ne se comporte pas bien et tout, mais bon, chacun sa façon de vivre ! Si les gens jugent c'est qu'ils sont jaloux !

Elle eut un faible sourire et se décrispa quelque peu. Elle stressait sans doute plus rien, mais voilà, un évènement de cette nature avait largement de quoi angoisser. Elle avait encore la gorge un peu nouée, même si elle s'efforçait de se détendre.

Sarah - J'espère que ça va aller Estelle. Tu sais que tu peux venir me parler à n'importe quelle heure. Tu es mon amie et ma collègue, on s'entraide entre amies.

Elle sourit à nouveau, les larmes aux yeux.

- Je... Merci. Ça fait du bien d'entendre une parole amie. Mon futur beau-père m'a paru un peu rude, mais... Je vais enfin me marier ! Je...

Elle eut un rire nerveux et serra la main de Sarah pour lui témoigner sa reconnaissance. Elles bavardèrent encore un peu puis Estelle rentra dans son appartement. Elle rangeait ses affaires, tout en gardant un œil attendri sur son fils, lorsqu'elle remarqua une boîte qu'elle n'avait jamais vu. Elle y découvrit une très belle paire de gants, accompagnée d'un petit mot. Un cadeau d'Abigaelle... Touchée par ce geste, Estelle cessa son rangement et attrapa une feuille.

"Abigaelle,

Je viens de découvrir ton cadeau. Et je t'envoie un remerciement sincère et pleins de bisous ! Par ailleurs, tu trouveras ci-joint une invitation à mon mariage, samedi.

Amicalement, Estelle"


Elle ferma l'enveloppe puis la fit envoyer à sa collègue. Elle se sentait hautement fébrile, à présent, réalisant que le mariage approchait à très grands pas. Était-elle vraiment prête ? A cette question, elle pouvait répondre oui. Elle avait tant espéré...

Les jours suivants furent placés sous le signe d'une agitation sans nom. Il y avait sans cesse des détails à régler ! S'occuper de son fils et de la préparation de la noce l'aidait à ne pas avoir peur. Wyatt qui lui se demandait pourquoi tant de bruit autour de lui. Enfin, enfin, le grand jour arriva. Etant donné que tous ceux qui auraient pu garder son fils étaient invités au mariage, François paya une bonne nourrice qu'il fit venir exprès de la capitale jusqu'au Pensionnat. C'était le jour. Il était temps.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Directrice
Général de division

avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 1329

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Dim 4 Aoû - 11:44

Gabriella agita légèrement la main pour créer une pluie fine au-dessus de chacune de ses plantes pour les arroser. Il était encore tôt, mais elle prenait soin de s'habiller et de se maquiller, afin d'être prête dans les temps. Estelle se mariait aujourd'hui, celle qu'elle considérait comme une petite sœur allait enfin épouser l'homme qu'elle aimait. Et elle ne raterait ça pour rien au monde. Elle était le témoin d'Estelle, un véritable honneur pour elle. Elle ignorait comment le marié avait fait pour forcer le mariage à l'église, sachant qu'il avait déjà un enfant, mais enfin.

Si elle était très heureuse pour Estelle, elle avait en revanche beaucoup de mal à supporter le futur marié. Elle le trouvait d'une hypocrisie sans nom, mielleux, avec un air de faux-jeton, et surtout, un regard fuyant. Elle avait une certaine tendance à détester ceux qui ne vous regardaient pas droit dans les yeux, comme s'ils avaient quelque chose à cacher.

Le téléphone se mit soudain à sonner, et elle faillit en gémir de désespoir. Elle se leva pour aller décrocher, encore en peignoir, et abandonnant son maquillage quelques minutes. Comme il fallait s'y attendre, sa mère était au bout du fil. Elle lui téléphonait tous les jours, voir plusieurs fois par jours, depuis que sa fille lui avait annoncé sa grossesse. Passé le choc et la colère, sa mère se faisait maintenant un devoir de lui trouver un bon parti le plus rapidement possible, avant qu'elle soit mariée avant la fin de la grossesse.

Mère - Gabriella ! J'ai pu t'organiser un rendez-vous pour ce soir. Il faut que tu sois à Paris dès cette après-midi, pour...

- C'est impossible, la coupa-t-elle. Je suis témoin à un mariage aujourd'hui.

Mère - Tiens donc ? Et c'est plus important que ton avenir, et ton honneur ?!


Ne pas étriper sa mère, ne pas étriper sa mère, ne pas... Elle serra les dents et s'efforça de rester calme, de garder un ton neutre.

- En effet, c'est très important. Mais comme je serais à Paris, on verra si je peux me libérer une heure ou deux avant le bal du soir.

Mère - A la bonne heure ! Je fais ça pour toi, Gabriella ! Pour que tu ne vives pas comme une dévergondée. Et sais-tu..


La jeune directrice n'écouta même pas la suite. Elle connaissait le discours parental par cœur, sur ce sujet... Elle n'aurait pas dû devenir enseignante, elle ne suivait pas les conventions de sa classe sociale, il était indigne qu'elle ne soit pas encore mariée, une femme digne de ce nom n'a pas à réclamer son indépendance, ect. Elle raccrocha un peu plus sèchement qu'elle n'aurait voulu puis acheva de se préparer.

Il y avait beaucoup de monde, beaucoup d'invités... Gabriella salua plusieurs de ses collègues au passage avant de retrouver Estelle, en compagnie du témoin de François. Ils rejoignirent les futurs mariés devant la mairie. Estelle rayonnait littéralement, magnifique dans sa longue robe blanche, ses cheveux coiffés en un chignon lâche et parés d'un voile. Gabriella lui serra brièvement la main en lui souriant.

- Félicitations, murmura-t-elle.

Elle s'efforça de saluer aussi François, qui lui répondit d'un sourire arrogant. Elle l'ignora ensuite royalement. Massacrer le futur marié risquerait de jeter un certain froid sur la noce.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Mer 7 Aoû - 11:04

C'était une belle matinée d'automne encore tiède, comme si le soleil avait absolument voulu assister lui aussi à ce mariage...

Comme celui-ci se déroulait à Paris, Abigaelle n'eut pas a se lever trop tôt car elle s'était installée la veille au soir dans une des chambre d'un hôtel particulier d'Auguste. Elle attendait l'arrivée de son frère pour descendre et partir assister à l'évènement.
Auguste n'allait sûrement pas tarder, elle se posa donc devant sa coiffeuse et termina son maquillage. Auguste connaissait la famille du marié et lui avait expliqué qu'ils étaient très stricts, une famille bourgeoise très à cheval sur la famille et la bienséance. Elle avait donc opté pour un chignon cranter simple et une robe a corsage vert sombre surmonter d'une chemise de dentelle noir montante pour cacher ses bras/coup/et gorge, il ne fallait pas donner à la famille de quoi critiquer, pour ne pas mettre Estelle mal a l'aise, et surtout pour ne pas faire la moindre ombre a la mariée ! C'est son jour, c'est elle al rose qui a fleuri dans le jardin et qu'on doit voir.
Elle finissait donc de son maquillage, yeux et joues, pas la bouche c'est vulgaire pour le mariage. Elle attacha son petit chapeau noir avec sa plume verte sur le sommet de son crâne quand Auguste arriva enfin !

Elle lui ouvrit et ensemble ils montèrent dans la voiture qui les emmena, Auguste était très élégant, et ils étaient même accorder niveau couleurs !

Il y avait beaucoup de monde sur place, les familles, les amis, ses collègues...
Elle présenta son frère aux personnes de l'école qui ne l'avait pas encore rencontré et il discuta un bon moment avec un des religieux de l'école qui avait fait l'office un temps quand il était élève.
Mais c'est surtout lui qui lui présenta une grande partie des amis de la famille du marié qu'il connaissait par les affaires.

Enfin ils réussirent à attendre la mariée, elle vit Gabriella avec elle. Ils allèrent donc la féliciter. Estelle était très belle, elle espérait qu'elle avait tout les objets qui lui fallait : quelque chose de neuf, quelque chose de vieux, quelque chose d'emprunté et quelque chose de bleu. Bizarrement Abi aimait bien cette petite tradition...

- Estelle, toutes mes félicitations ! J'espère que tout se passe et se passera au mieux mon amie.

Pendant ce temps, Auguste parlait avec le marié, souriant et à l'aise, mais elle sentait bien qu'au fond il y avait une certaine gêne chez son frère.
Après quelques échanges avec la mariée, Auguste lui proposa d'aller saluer le père du marié avec qui la famille était régulièrement en affaires depuis longtemps.

Monsieur Chevreuil : - Ha, Auguste, c'est un plaisir de vous voir !
Auguste : Moi de même, Monsieur, madame, toutes nos félicitations pour le mariage de votre fils, que le nom des Chevreuil perdure ! Père vous envoie ses salutations également et s'excuse de ne pas être présent, il est pour deux mois en Afrique afin de régler des divergences avec les fournisseurs de la production. Mais il sera là pour votre anniversaire, après le nouvel an.

Abigaelle salua poliment quand Auguste la présenta mais ne prit pas la parole à moins qu'on ne l'interroge comme il se doit.

*Père aurait-du être là ? Heureusement qu'il est en déplacement, sinon notre très chère marâtre aurait été la aussi et m'aurait gâché la journée*


Dernière édition par Abigaelle de la Valiere le Jeu 8 Aoû - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 8 Aoû - 0:09

(HRP : au fait il y a un buffet...?)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 8 Aoû - 0:31

Depuis qu'il était allé a St Famille, de nombreux souvenir assoyaient Auguste. Et pas seulement de ses années scolaire, sa dernière visite l'avait marqué également...
Abigaelle, installée à l'appartement du dessus était levée elle aussi car il entendait ses talons sur le plancher.
Auguste enfila donc une chemise blanche, son costume vert bouteille, un foulard et se rasa de frais. Il déjeuna d'un bon café et alla chercher sa sœur pour rejoindre les mariés.

Les Chevreuil étaient une famille aristocratique très conventionnelle, le père était strict et bon en affaire, sa femme était aimable mais effacé. Quand à leur fils, il promenait sa suffisance sur sa belle gueule d'ange. Son Oncle Charles, avec sa poésie habituelle, l'avait superbement qualifié de "Royale tête de b***"...

Sa sœur était belle, et semblait sage pour une fois !
Arrivés a la cérémonie, elle lui présenta les dernières personnes qu'il ne connaissait pas.
Il passa également un moment à discuter avec l'abbé Philippe, un vieil homme qui avait officié deux trimestre dans sa dernière année.
Il connaissait quelques membres présents qu'il présenta selon les conventions à sa sœur, qui se tenait extrêmement bien. Quand on sait la terreur que c'est, cette petite flamme !
Enfin ils réussirent à attendre les mariés, la directrice se tenait à leur coté. Auguste rajusta son foulard et suivit sa sœur qui se ruait vers la mariée. Il salua Gabriella :
"_ Madame de Lizeux, c'est un plaisir de vous revoir. Vous êtes très en beauté, ce n'est pourtant pas vous qui vous mariez !

Il lui baisa la mains et salua la vraie mariée. Puis il se tourna vers Francois.
Ils parlèrent d'économie et ne dit rien à la réflexion désagréable du marié sur l'absence de dot de la mariée, qui n'arrangeait pas la sienne....

Puis il dû aller voir Monsieur de Chevreuil père, à qui Monsieur de la Valière père avait demandé à son fils de passer lui passer salutations.

Monsieur Chevreuil : - Ha Auguste c'est un plaisir de vous voir !
Auguste : Moi de même Monsieur, madame, toutes nos félicitations pour le mariage de votre fils, que le nom des Chevreuil perdure ! Père vous envoie ses salutations également et s'excuse de ne pas être présent, il est pour deux mois en Afrique afin de régler des divergences avec les fournisseurs de la production. Mais il sera là pour votre anniversaire, après le nouvel an.

Puis il se tourna vers sa sœur et dit à Monsieur Chevreuil :
"_ Permettez-moi de vous présenter ma sœur Abigaelle, elle est professeur de bonnes manières. J'espère qu'elle trouvera bientôt un aussi bon parti que votre fils"

Abi s'inclina et salua les époux Chevreuil, puis recula d'un demi-pas derrière lui pour le laisser parler.

Enfin après avoir discuté un moment, le frère et la sœur partirent chacun de leur coté, les présentations d'usages faites.
Auguste déambulait entre les tables, cherchant des connaissances, ou la directrice de Ste Famille....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 8 Aoû - 13:59

Estelle avait la bizarre impression de marcher dans un rêve. Le stress s'était totalement envolée, ne laissant place qu'à la joie et au bonheur. Elle était au bras de François, unissant sa vie à la sienne, et était à présent liée à lui devant la République et devant Dieu. Plus rien d'autre n'avait d'importance. Wyatt avait un père, et elle avait un époux. Elle recouvrait tous ses droits et son honneur, en plus d'une immense fierté. Elle était mariée ! Cet homme qu'elle avait aimé passionnément, dont elle savait que beaucoup de jeunes filles rêvaient, il était sien.

Le témoin de François signa le registre, et Gabriella fit de même. Estelle en tremblait littéralement, et s'accrochait à son époux. Le cortège des félicitations débuta, et elle sourit à tout le monde, tremblante et nerveuse. Elle était mariée. Mariée. Et cette idée lui donnait de la force, la confortait, la rendait heureuse. Elle ne craignait plus l'avenir, ni ce milieu dont elle ne connaissait rien.

Abigaelle, finit par arriver à son tour, accompagnée d'un grand homme aux cheveux roux qui lui ressemblait étrangement. Homme qui s'inclina presque devant Gabriella, ce qui lui arracha un sourire nerveux.

"Madame de Lizeux, c'est un plaisir de vous revoir. Vous êtes très en beauté, ce n'est pourtant pas vous qui vous mariez !"

Estelle rit puis serra Abigaelle dans ses bras, avant de saluer convenablement son frère. Il échangea quelques mots avec François, sur des affaires et choses pratiques, mais elle n'écouta pas. Une femme convenable n'avait pas à se mêler des affaires de son mari, après tout.

Elle parla un peu avec Gabriella. Elle la trouvait nerveuse et agitée, depuis quelques temps, comme si une affaire la perturbait. Estelle n'osait pas l'interroger, car elle devinait un sujet sensible et très personnel. Gaby finit d'ailleurs par la quitter, avec un sourire d'excuses, et disparut dans la foule. Oh. Mais que lui arrivait-elle ? Elle était étrange, et cela perturbait la jeune mariée.

Laissant François parler travail avec d'autres associés, elle évolua parmi leurs invités, saluant les uns, souriant aux autres, pétillante comme une étoile. Retrouvant Abigaelle, elle lui serra visiblement les mains.

- Merci pour ton cadeau, c'était adorable ! J'espère que tu vas bien profiter de la fête.

Elle lui sourit à pleines dents, les joues un peu rouges, et les yeux brillants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 8 Aoû - 15:16

Après avoir déambulé un moment entre les invités, Estelle la rejoignit et lui prit chaleureusement les mains:
- Merci pour ton cadeau, c'était adorable ! J'espère que tu vas bien profiter de la fête.

Elle était vraiment rayonnante de bonheur...
- Mais de rien mon amie, comme cela tu garderas les mains douce cet hiver pour t'occuper de ton fils.

Elle caressa la joue rose d'Estelle et posa un regard affectueux sur elle.
- Tu es magnifique, je suis très heureuse pour toi, le bonheur te va très bien.
Sentant un sentiment de nostalgie l'envahir, elle attrapa les mains d'Estelle et l'emmena danser en riant. Elles tourbillonnèrent un moment, deux femmes dansant ensemble c'était inhabituel, mais Abi avait besoin de rire.
Elle était heureuse pour Estelle, mais, elle commençait à avoir envie de ce bonheur elle aussi, quelqu'un qui la regarde avec attention, un peu comme elle soupçonnait Auguste de regarder Gabriella....
Celui la alors, toujours a chercher les perles rares et la moitiés du temps c'est lui qui restait caché dans sa coquille ! Soit elle était trop fade, soit trop hystérique comme la fille des du Marchant, enfin pour celle-la elle le comprenait..... Il disait qu'il cherché quelqu'un d’indépendante, de forte et déterminé, quelqu'un qui serais active, et pas seulement a attendre a la maison et dont la seule préoccupation serais si la couleur des rideaux sera assortie au grand dignitaire qu'ils recevraient le soir même. Il ne voulez pas de toute ces bonnes fille a papa bien sage et qui ne savent répondre que se qui arrange maris et paternels....
En fait, il lui avait avoué qu'il l'aurai bien épousé quelqu'un comme elle, Abi. Elle lui avait rétorqué qu'il pouvait la supporter en temps que sœur, mais que c'est lui qui aurait fini a changer les rideaux a la maison !

Ho cela ferais plaisir a son père qu'elle se trouve un aussi bon partis que son propre fils...
Mais elle n'était pas comme son père, a ne regarder que les titres, elle veux une personne qui lui offrira avec sincérité des fleurs sauvages pendant des promenades, plutôt que des diamants a des réceptions pour étaler sa fortune sur sa propriété de femme. Car le caractère de l'époux importait peu pour son père, seule sa fortune aurait été un critère.
en tout cas elle attendait toujours quelqu'un qui veuille bien d'elle, elle la femme libre, qui cris et qui dit non, quelqu'un qui dise *Je t'aime* en public, quelqu'un d'action, qui ne regarde pas ses affaires fleurirent par les soins de ses subalternes en sirotant un alcool fort dans un casino-bar en lorgnant la maison close en face pour repaître sa faim de chair....

En tout cas, se n'est apparemment pas ici qu'elle le trouverais, ils étaient tous de la famille Chevreuil, qui ne devait compter que de parfait petits lord !

Elle rendit la mariée à son époux, puis se posa sur une des petites tables en attendant qu'elle reconnaisse quelqu'un a qui elle voudrait parer, ou qui, avec un peu d'espoir, l'inviterait à danser...


Dernière édition par Abigaelle de la Valiere le Sam 10 Aoû - 16:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Directrice
Général de division

avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 1329

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Sam 10 Aoû - 14:08

Le mariage se déroulait sans le moindre accro, ce qui soulageait grandement Gabriella. Elle s'était attendue à des heurts, sachant la nature différente des uns et des autres, et mêlant des classes sociales très différentes. Mais tout allait bien. Elle était sans doute un peu trop paranoïaque... En tout cas, Estelle était rayonnante de bonheur, et magnifique dans sa longue robe blanche. Personne n'aurait pu jurer qu'elle était une jeune accouchée.

Pendant la valse des félicitations, elle vit arriver Abigaelle et son frère. Elle eut un sourire amusé, voyant qu'ils étaient semblables au niveau habillement, ce qui les faisaient se ressembler encore plus. Estelle et Abigaelle se tombèrent quasiment dans les bras, ce qui lui arracha un sourire attendri. Auguste la salua élégamment.

Auguste - "Madame de Lizeux, c'est un plaisir de vous revoir. Vous êtes très en beauté, ce n'est pourtant pas vous qui vous mariez !"

Elle rougit violemment alors qu'il lui faisait un baisemain. Résultat, elle parvint à peine à le saluer. Un de ses petits frères, qui était en relation avec la famille Chevreuil, se mit à pouffer de rire mais s'arrêta net lorsqu'elle lui jeta un regard assassin. Silence, hein ! Il se tint coi mais ses yeux brillaient d'amusement. Imbécile.

Un peu plus tard, elle dû malheureusement s'esquiver, pour se rendre au "rendez-vous" organisé par sa mère, dans un café chic fréquenté par le tout-Paris. Bah, au moins, elle était présentable... Par chance, le café en question se trouvait juste en face de l'endroit choisi pour fêter la noce. Elle y trouva son "parti très intéressant" qui l'attendait. Début du calvaire, heure 0.

Il la tint une heure entière, alors qu'elle bouillait de plus en plus d'impatience, pressée de partir. Il ne lui parlait que de ses affaires florissantes - monsieur dirigeait une usine d'armement (Rien que pour cela, elle ne cherchera jamais à le fréquenter) - de sa famille très comme il faut, de son ex-femme qu'il avait quitté car elle était stérile, de ses principes, de son souhait de la voir quitter l'enseignement dès qu'ils seront mariés, comme si c'était déjà chose fait, (Et rêve, mon bonhomme), ainsi que de tas de choses insipides et plates. Il ne lui avait pas posé une seule question sur elle, se contentant d'argumenter comme quoi il était un époux exemplaire et un excellent père. Pathétique.

En retournant à la noce, elle éprouva un besoin vital et urgent de se changer les idées. Elle portait une coupe de champagne à ses lèvres lorsqu'elle se souvint que, étant enceinte, elle ne devait pas prendre d'alcool. Soupir. Rien que de savoir que sa mère allait la rappeler le soir même pour lui demander comment cela s'était passé la décourageait un peu plus. Elle posa une main sur son ventre, baissant la tête.

- Profites-en, mon bébé, tant que tu es encore là. Ce monde est remplit de vautours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Dim 11 Aoû - 14:47

Ça y est, c'était le grand jour, Sarah se maquilla, elle était déjà habillée, elle portait une longue robe rose. Elle semblait stresser un peu par le mariage de sa collègue et amie : Estelle car, son futur mari était un peu spécial et surtout, il était de la « Haute ». Elle finit ses préparatifs et partit.

Arrivée vers la mairie, elle vit des têtes qu'elle reconnaissait : Gaby, Abigaelle et son frère puis les autres collègues de boulot, la famille des mariés et les amis. Estelle était vêtue d'une longue robe blanche, ses cheveux coiffés en un chignon lâche et parés d'un voile. Gaby qui était le témoin d'Estelle se dirigea vers la mariée, lui souris et serra la main puis se dirigèrent vers la mairie. Sarah vit Gaby dire à Estelle félicitations, elle salua François.

Sarah tenta de s'approcher de la mariée, avec tout ce monde c'était difficile ! Au bout d'un moment, elle réussit à s'approcher, Abigaelle était devant la mariée :

- Estelle, toutes mes félicitations ! J'espère que tout se passe et se passera au mieux mon amie.

Auguste, le frère d'Abigaelle était avec François :

- Ha, Auguste, c'est un plaisir de vous voir !

- Moi de même, Monsieur, madame, toutes nos félicitations pour le mariage de votre fils, que le nom des Chevreuil perdure ! Père vous envoie ses salutations également et s'excuse de ne pas être présent, il est pour deux mois en Afrique afin de régler des divergences avec les fournisseurs de la production. Mais il sera là pour votre anniversaire, après le nouvel an.

Il continua :

- Permettez-moi de vous présenter ma sœur Abigaelle, elle est professeur de bonnes manières. J'espère qu'elle trouvera bientôt un aussi bon parti que votre fils"

Abigaelle salua et s'éloigna. Sarah put enfin s'approcher d'un pas légèrement hésitant :

- Toutes mes félicitations Estelle, j'espère que tu seras heureuse.

Elle lui fit un clin d’œil, salua aussi François vite fait, elle n'était pas à l'aise avec lui et laissa la place aux autres, elle aura le temps de voir Estelle un peu plus tard.
Cette dernière salua tout le monde, elle était contente. Sarah déambula autour des invités, leur dit bonjour d'un air joyeux à ceux qu'elle connaissait et était plus timide pour ceux qu'elle connaissais moins. Elle vit Gaby tenir un verre de champagne et qui parlait toute seule.

Elle décida d'aller la voir :

- Bonjour, Gabriella, ça va ? Vous vous amusez bien ? J'espère qu'Estelle sera heureuse avec François. Ah ! Je ne savais pas que notre chère directrice buvait du champagne. Ne bbuvez pas trop, vous allez être soûle.

Elle laissa Gaby en riant et en espérant ne pas l'avoir froissée et vit Abigaelle assise sur une chaise seule, elle décida d'aller la voir :

- Bah alors, on est toute seule ? Ecoutez, je voulais vous dire que j'étais désolée pour m'être mal comportée le jour de ta venue, on n'est pas parties sur de bonne bases, vous et moi, alors, je voulais m'excuser. Sinon, vous amusez bien ? Je le disais à Gabriella tout à l'heure mais j'espère qu'Estelle sera heureuse avec François car Dieu seul sait qu'il n'est pas facile à vivre.

Elle lui sourit, espérant qu'elle accepterait ses excuses et s'assit à côté d'elle timidement car elle n'osait pas s'incruster.

- J'aimerais que vous soyez franche avec moi, je n'aime pas les gens qui cachent leur jeu. En tout cas, je suis sincère, je suis désolée de vous avoir traitée comme je l'ai fait l'autre jour. Je n'aurais pas dû.

Sarah avait bien réfléchit quelques jours avant, elle avait honte de son attitude. Elle se mordit les lèvres, nerveuse, elle l'était. Elle regarda dans les yeux d'Abigaelle attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Lun 12 Aoû - 17:24

Abi attendait tranquillement sur sa chaise, les gens passait, riaient, discutaient. Abi les regardaient s'amusé... Quand quelqu'un vint s'asseoir a ces coté, et pas des moindres...
*Sarah Smith, tient donc...*

- Bah alors, on est toute seule ?

Abi lui lança un regard glacial *Quel sens de l'observation !*
Elle lui aurai bien dit qu'elle était déjà en compagnie de "qu'est-ce que tu me veux" et de "va voir plus loin si j'y suis", mais Abi ne lançait pas de pierre gratuitement, et Sarah lui avait déjà montrer qu'elle savait le faire toute seule....

-  Écoutez, je voulais vous dire que j'étais désolée pour m'être mal comportée le jour de ta venue, on n'est pas parties sur de bonne bases, vous et moi, alors, je voulais m'excuser.

C'était déjà ca, elle s'excusait mais Abi, qui pourtant est se que l'on appel une "bonne personne", n'était pas convaincu que Sarah passe du coq a l'âne dans leur relation. Elle attendait que vienne ensuite l'explication du pugilat de l'autre jours, mais sa collègue changea de sujet.

- Sinon, vous amusez bien ? Je le disais à Gabriella tout à l'heure mais j'espère qu'Estelle sera heureuse avec François car Dieu seul sait qu'il n'est pas facile à vivre.

*Ha bon ?* pensa Abigaelle. Dieu devait être une belle commère vu qu'elle savait elle même qu'il était prétentieux et pétris d'orgueil par Auguste, et elle en avait entendu parler par d'autres collègues, se n'était apparemment pas un secret bien gardé pourtant...

Puis la toute jeune professeur s'agit a coté d'elle est lui dit, pleine de gene:
- J'aimerais que vous soyez franche avec moi, je n'aime pas les gens qui cachent leur jeu.
En tout cas, je suis sincère, je suis désolée de vous avoir traitée comme je l'ai fait l'autre jour. Je n'aurais pas du.


Elle voulait de la franchise ? Elle aurai du commencer par de l'amabilité, sont impolitesse de l'autre jours avait réellement laissé un goût amer dans la bouche d'Abigaelle. Surtout quand elle s'était permis de remettre en cause ces qualités professoral ainsi qu'une possible vénalité. Elle était probablement celle qui en avait le moins besoin d'un salaire dans l'école, tout ce qu'elle voulait c'était instruire les jeunes dans des mentalité plus respectueuse et égalitaire.

Au final, Abi l'avait laissé dire tout se qu'elle avait a dire, puis lui répondit enfin, quand elle se tut est attendait une réponse de sa part en paraissant très nerveuse.
Abigaelle, toujours dans la même attitude, répondit sur un ton égal :

- J'accepte vos excuses, mais sachez que je ne tolererais pas que vous remettiez ma capacité a tenir mes élèves en cours. Quand vous aurez presque 10ans d'enseignement derrière vous comme moi, vous pourrez plus aisément vous permettre se genre de remarques.
En attendant, je veux bien occulté l'épisode de mon arrivé, si nous entretenons des rapport inter-professoraux correcte a l'avenir
.

Elle tendit la mains vers Sarah et termina part :

- Ce n'était bien sur qu'un mauvais jours, et le prochain enseignant sera accueillit plus dignement je suppose ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 15 Aoû - 15:38

Sarah n'attendit pas longtemps, Abigaelle lui répondit :

- J'accepte vos excuses, mais sachez que je ne tolérerais pas que vous remettiez ma capacité à tenir mes élèves en cours. Quand vous aurez presque 10ans d'enseignement derrière vous comme moi, vous pourrez plus aisément vous permettre ce genre de remarques.
En attendant, je veux bien occulter l'épisode de mon arrivée, si nous entretenons des rapports inter-professoraux correcte à l'avenir.

Elle tendit la main vers Sarah et fini :

- Ce n'était bien sûr qu'un mauvais jour, et le prochain enseignant sera accueillit plus dignement je suppose ?

Sarah arrêta de se mordillait la lèvre.
*elle l'a vraiment mal prit !*
Elle lui dit :

- Oui, je suis désolée, je n'aurais pas dû vous juger comme ça, je n'ai pas le droit. Je me suis laissée emportée.

Elle serra la main de sa collègue en espérant qu'elle croit qu'elle est vraiment sincère :

- Oui, j'étais sous un mauvais jour. Veuillez m'excuser. J'en tire une bonne leçon et j'accueillerais mieux le prochain enseignant.

Elle éloigna un peu nerveuse, puis fit demi-tour et termina par :

- Encore désolée.

Sarah partit se chercher un verre et essaya de penser à autre chose. Elle vit Estelle qui riait, Gaby qui souriait. Elle décida de rejoindre Estelle pour lui parler :

- Alors, j'espère que tu t'amuse bien ? En tout cas, je suis super contente pour toi. Wyatt pourra voir son père, c'est mieux comme ça.

Sarah lui sourit et la serra dans ses bras.

- j'espère que tu sera heureuse Estelle, je te souhaite tout le meilleur pour toi, ton fils et ton mari.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 15 Aoû - 20:17

François rajusta son costume, chassant une petite poussière qui était venu s'y coller. Il tenait à être impeccable, pour faire honneur à son nom et à sa famille. Dieu Merci, Estelle avait fait un bel effort de toilette. Il avait craint qu'elle ne sache pas s'habiller convenablement, et s'était arrangé avec sa sœur pour qu'elle arrange les choses, au cas où. Mais sa petite gitane s'était bien tenue. Parfait. Il trouvait particulièrement appétissante sa nouvelle poitrine, gonflée par l'allaitement, et l'imaginait sous ses doigts. Mmmh.

La valse des félicitations débuta. Il sourit à tout le monde, très à l'aise. Le témoin de sa jeune femme était la directrice de l'école de fous, justement. Mignonne, mais trop nerveuse et sèche à son goût. il n'aimait pas les femmes qui se prétendaient indépendantes. Il vit plusieurs de ses associés, discutant avec les invités de choses et d'autres.

Tout se déroulait comme il l'avait prévu. Estelle lui mangeait littéralement dans la main ! Cette femme était tellement naïve ! Enfin, maintenant qu'elle était sienne, il pourra profiter de son corps autant qu'il le désirera, sans compter qu'il pourra se servir d'elle pour mettre ses plans à exécution. quand à leur fils, et bien, ses plans n'étaient pas encore tout à fait arrêtés, mais ce n'était qu'une question de temps.

Un peu plus tard, il déambulait dans la noce lorsqu'il vit la directrice poser une main sur son ventre, tête baissée. Malade, la revêche ? Il s'approcha discrètement, mine de rien. Puis l'entendit murmurer :

Directrice - Profites-en, mon bébé, tant que tu es encore là. Ce monde est remplit de vautours.

Oh oh... Madame serait enceinte ? Il s'éloigna comme si de rien n'était, mais l'information l'intéressait. Il pourrait se servir de ça pour mener à bien ses projets ! De plus, il ne pensait pas que cette chère femme soit mariée ! Un beau scandale en perspective. Il sourit, un verre de champagne à la main.

Un peu plus loin, il avisa sa jeune épouse avec une de ses collègues enseignantes. Humph, une autre fille du peuple, à en juger par sa tenue de peu de valeur et ses manières vulgaires. Il ne voulait plus qu'Estelle fréquente ça. Elle était tout de même son épouse, et aurait désormais un certain rang à tenir !

Enseignante - J'espère que tu sera heureuse Estelle, je te souhaite tout le meilleur pour toi, ton fils et ton mari.

Déposant son verre, il s'approcha et prit Estelle par la taille, l'attirant contre lui et l'éloignant de l'autre femme. Un coup d'œil lui suffit pour la reconnaître. C'était la marraine de leurs fils. Il eut un sourire mauvais en la dévisageant.

- Enchanté, mademoiselle. Je suis ravi de pouvoir vous parler, car il y a un point très important à régler. Vous ne pouvez malheureusement pas être la marraine de notre fils, car ce n'est pas vous qui avez signé les papiers à la mairie en déclarant le petit à la place de ma chère épouse. C'est dommage, et j'en suis triste pour vous, mais je tiens à faire les choses dans les règles ! De plus, il convient que ce soit une personne de bien meilleure éducation qui puisse prendre en charge notre fils s'il nous arrivait un malheur.

Il conclut son petit laïus par un sourire arrogant et entraîna Estelle avec lui. Ce devait être la revêche qui avait déclaré l'enfant, mais il n'en était pas sûr. Enfin, aucune importance. La suite allait être intéressante...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Jeu 15 Aoû - 21:19

Il dehambulait paresseusement, cherchant visages connues a droite a gauche.

Enfin, il en chercher surtout un, un qui lui travaillé l'esprit depuis plusieurs jours. Cet éclair de détermination dans le regard, se parfum qui lui serré le ventre en y repenssant...
Auguste trouvait vraiment la gente féminine charmante, mais aucune n'avait eu les grâces de son coeur, peut être était-il trop exigeant...
Pourtant, il ne demander qu'une femme prête a lui dire non, un soutient, et non pas une décoration qui fait jolie dans le salon.

Il regardait les gens, les ecoutait... Tout ces hypocrites qui sortait plume et perle pour mariage du fils Chevreuil et qui crachaient leur venin en messes basses sur le compte de l'école... Son père ne se vente pas que son unique fils y ai été aussi. Pour sa fille il ne peut plus faire autrement actuellement par contre...
Mais peu de gens savaient qu'Auguste était un disciple d'Helios comme Monsieur Gus les appelaient. C'est pour cela que peu de monde était également au courant de son don a l'école. Il faisait toujours bonne figure en société pour plaire a son père, mais il était maintenant un homme accomplie, et reprenait sa vie en mains seul.

Il aurait préférer ne pas l'être, mais pas avec son père, avec une moitié... Toutes ces années n'avait défilé devant ces yeux que de jolies poupées en porcelaine a peine fleuri et trop sages.

Mais soudain, il vit un visage qu'il reconnu, et qu'il avait envie de voir.

Gabrielle, elle était a quelques pas a sa droite, tenant une coupe a la main, tenant son ventre de l'autre.
Espérant qu'elle ne fit pas un malaise, Auguste s'approcha. Il posa une main chaleureuse sur son épaule et lui demanda doucement :

"-Tout va bien très chère ? Voulez-vous que je vous apporte une chaise ?"

Il regarda la jeune femme avec attention, près a la soutenir si elle se sentait réellement mal.
Elle le regarda a son tour, mais semblait ne pas être fiévreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriella de Lizeux
Directrice
Général de division

avatar

Fonction :
  • Fonda
Récits : 1329

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Ven 16 Aoû - 18:59

On pouvait critiquer certaines choses, mais fallait reconnaître que la noce était bien organisée. Les serveurs filaient agilement entre les invités, servant champagne et petits-fours, on bavardait, riait... Pourtant Gabriella avait envie d'en étriper la moitié. Il lui avait suffit de tendre un peu l'oreille pour capter les fameux ragots qui circulaient sur le compte du Pensionnat. Et cela la mettait hors d'elle.

Elle craignait pour l'avenir de l'illustre école, elle avait peur pour la sécurité de ses élèves, pour la pérennité de ce genre d'éducation, pourtant indispensable. Tenant sa coupe sans la boire, l'autre main posée sur son ventre, elle réfléchissait. Comment faire pour protéger les intérêts de l'école... ? Dans ce monde de fourbes, il fallait savoir jouer avec les règles de l'ennemi. Et la meilleure défense restait tout de même l'attaque.

Elle pouvait faire jouer ses propres relations, pour obtenir des informations et saper les forces de ceux qui voulaient voir tomber l'école. Tous ses frères la soutenaient, ce qui était un point non négligeable puisqu'ils arrivaient à s'insérer facilement dans le réseau de requin du Tout-Paris. Elle-même avait plus de mal. Elle ne "savait pas rester à sa place", selon les dires. De toute façon, il n'y avait que peu de femmes qui songeaient à leur vie professionnelle avant leur vie privé, et cela était très mal vu. Et ce le sera d'autant plus lorsqu'on la verra comme une mère non mariée. Ennuis en perspective.

Une main ferme mais douce se posa tout à coup sur son épaule. Elle sursauta légèrement et tourna la tête. auguste de la Valiere. Elle se détendit, consciente d'être trop crispée. Au moins quelqu'un à qui elle pouvait parler librement. Elle savait qu'il ne voulait pas faire tomber l'école ni rien.

Auguste "-Tout va bien très chère ? Voulez-vous que je vous apporte une chaise ?"

Une chaise ? Pourquoi faire ? Elle se rendit compte de la tête qu'elle devait tirer et lui dédia un sourire tremblotant.

- Merci, mais tout va bien, merci. Je pensais au Pensionnat. Se retrouver parmi ces "gens" est un peu éprouvant à la longue.

Elle fit une légère pause, fatiguée tout à coup. Estelle et son nouveau mari allaient bientôt quitter la noce, de toute façon, et elle voudrait rentrer, fuir les ragots, fuir les regards mauvais et ce genre de chose. Elle soupira, fermant un instant les yeux, puis regarda à nouveau Auguste.

- Vous voudriez aller prendre un café quelque part ? J'avoue que j'aimerais rentrer. Mais je peux vous offrir un café à Paris ou au Pensionnat, si vous le désirez.

Il était l'un des rares avec qui, en ce moment, elle avait envie de discuter. Ce parc devenait étouffant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Eugène de Redfure
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mariage à Paris   Ven 16 Aoû - 22:54

La jeune femme souriait timidement quand elle vit qui venait de la déranger dans ces introspections.
- Merci, mais tout va bien, merci. Je pensais au Pensionnat. Se retrouver parmi ces "gens" est un peu éprouvant à la longue.

Il comprenait ce qu'elle ressentait, ici elle était la directrice d'un établissement bizarre, une femme indépendante, tout pour faire jaser la bourgeoisie environnante !
Il lui prit la mains entre les siennes et lui dit doucement
_ Ne vous en faites pas, la fête se termine bientôt.

Il sentait bien les regards des commères et medisant sur eux deux, mais la curiosité avait également prit place dans leurs ragots.

- Vous voudriez aller prendre un café quelque part ? J'avoue que j'aimerais rentrer. Mais je peux vous offrir un café à Paris ou au Pensionnat, si vous le désirez.

Il fut un moment surpris par sa proposition. Mais n'en fut que plus ravie encore ! Il préférait rester a Paris, plutôt que de revenir au Pensionnat, c'était le lieu de travail de la jeune femme et il espérait pouvoir parler avec elle dans un endroit moins, professionnel...

- Moi qui allait vous invité a danser, mais un café me semble aussi être une bonne proposition.
Il présenta son bras a la jeune femme pour qu'ils puissent s'en aller. Au passage il interpella un serveur.
"Dites a Mademoiselle de la Valiere de la part de son frère de rentrer avec ma voiture, j'en appelerais une pour moi plus tard"
"Bien Monsieur"


Puis ils saluairent les mariés, prirent congés et sortirent du parc.
- Ma très cher Gabrielle, je vous laisse me guider !
Il connaissait bien Paris mais comme c'était elle qui avait proposer, elle la laissa choisir ou aller, un endroit ou elle serait a l'aise et se detendra.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage à Paris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage à Paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Le salon du chocolat à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Une vaste Terre :: France :: Paris :: Sites Historiques et Monuments-
Sauter vers: