1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sortie en ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sortie en ville   Dim 21 Juil - 18:41

Estelle commençait à ranger les affaires et préparer Wyatt lorsqu'Abigaelle se leva et lui proposa très aimablement de profiter de la voiture qu'elle avait loué pour la journée afin d'amener ses bagages. Estelle accepta avec joie. Cela lui évitera de devoir appeler un taxi et de payer très cher pour juste quelques kilomètres. Elle se leva, saluant Sarah un peu froidement. elle lui en voulait un peu pour ce qui s'était passé.

Remontant avec Abigaelle au Pensionnat, elle en profita pour lui montrer son appartement puis le sien. Elle récupéra son sac à main, des chaussures plates pour marcher, peu visibles sous sa longue jupe, mode des années 30, ainsi que ses papiers et le carnet de naissance de son fils. Il dormait toujours profondément. Après un peu de peine pour installer la poussette dans la voiture, avec l'aide du chauffeur, elles purent enfin partir. Sur le trajet, Estelle bavarda gaiement pour décrire un peu la région.

- Ce qu'il faut goûter ici, c'est le fromage. Vous verrez au réfectoire ce soir !

Arrivant, Estelle déplia la poussette en trois gestes. Elle avait bien fini par comprendre le maniement de ce machin à force de s'entraîner ! Wyatt dormait toujours, et elle se pencha pour l'embrasser tendrement sur la joue. Elles filèrent ensuite chez le docteur. Wyatt se réveilla lorsqu'elles passèrent et commença à pleurer. Estelle s'assit sur le long fauteuil réservé aux patients, et prit son fils dans ses bras d'une façon pour qu'il soit plus à l'aise.

- Allez, courage, mon chéri, dans trois petites secondes, c'est terminé.

Ce qui ne l'empêcha de pleurer durant toute la durée de l'opération. En sortant du médecin, elle passa dix minutes à le câliner et le réconforter avant de le re-déposer dans le landau. Il faisait beau, quoi qu'un peu frais, et elles avaient toute la journée pour elles. Pourquoi ne pas en profiter un peu ? Réajustant son sac à main, elle jeta un coup d'œil à Abigaelle.

- Et si on le faisait maintenant, ce petit tour en ville ? Ah, et... Hum...

Elle rougit, ne sachant comment exprimer le fond de sa pensée, puis finit par se lancer, extrêmement gênée.

- Je... Je voulais m'excuser pour ce qui s'est passé dans la salle des profs. Vous avez dû avoir une très mauvaise opinion de nous... J'espère que cela ne vous donnera pas envie de fuir l'école. Mes plus sincères excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Dim 21 Juil - 19:25

Après un sourire glacial à Sarah, elle sortit avec Estelle pour chercher leurs affaires et prirent la voiture ensemble. Elles discutaient gaiement durant tout le trajet.

- Ce qu'il faut goûter ici, c'est le fromage. Vous verrez au réfectoire ce soir !

Abigaelle lui sourit.

_  J'espère bien, dommage que le vin de messe ne s'accorde pas assez avec ce noble produit.

Après avoir redeplié elle ne sait comment, la poussette, elles se rendirent chez le médecin. Abigaelle n'était jamais malade, elle avait constaté qu'en augmentant sa température corporelle de manière significative dès les premiers symptômes, elle se sentait très rapidement mieux.
Le petit pleurait beaucoup, et cela lui déchirait le cœur... Devant sa collègue, une adulte, une femme, elle ne cachait pas ses émotions..

Une fois sortie, Estelle reprit la parole :

- Et si on le faisait maintenant, ce petit tour en ville ? Ah, et... Hum.. Je... Je voulais m'excuser pour ce qui s'est passé dans la salle des profs. Vous avez dû avoir une très mauvaise opinion de nous... J'espère que cela ne vous donnera pas envie de fuir l'école. Mes plus sincères excuses.

Abi était touchée de son attention, peu-être à cause de sa douceur de maman qui lui avait manqué depuis si longtemps.....

_ Mais ne t'excuse donc pas ainsi ce n'est pas ta faute. Les gents ont souvent peur de la nouveauté et ne savent pas comment l'aborder. C'est plutôt moi qui devrait m'excuser, je suppose que ce n'est pas agréable d'assister à de telles scènes, autant pour toi que pour un nourrisson. Elle a manqué de politesse mais je n'en tiendrais sûrement pas rigueur à toute l'école !

Sans s'en rendre compte, elle était passée au tutoiement naturellement.

Elle passèrent devant un chapelier qui vendait aussi des écharpes et autre étoles et accessoires. Un article attira son attention...

_ Tu veux bien que nous rentrions, j'aimerais voir quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Dim 21 Juil - 20:56

Abigaelle - Mais ne t'excuse donc pas ainsi ce n'est pas ta faute. Les gens ont souvent peur de la nouveauté et ne savent pas comment l'aborder. C'est plutôt moi qui devrait m'excuser, je suppose que ce n'est pas agréable d'assister à de telles scènes, autant pour toi que pour un nourrisson. Elle a manqué de politesse mais je n'en tiendrais sûrement pas rigueur à toute l'école !

Ces paroles enlevèrent un sacré poids des épaules d'Estelle. Elle avait horreur des disputes, surtout entre collègues, et aurait souhaité que rien ne puisse ternir l'entente entre professeurs. Ils devaient au contraire tous se serrer les coudes, être solidaires, se conduire comme une équipe soudée et dynamique, afin que les élèves voient que l'on pouvait compter sur eux en cas de problèmes. Hélas, elle avait conscience que ce n'était qu'un rêve utopique. C'était la nature humaine. Abigaelle s'arrêta devant le magasin d'un chapelier, l'air intéressé.

Abigaelle - Tu veux bien que nous rentrions, j'aimerais voir quelque chose ?

- Si tu veux.

Elle aussi était passée au tutoiement, sans se poser plus de questions que cela. Elle eut un peu de mal à faire rentrer la poussette mais finit par y parvenir. Elle promena son regard sur les articles, un léger sourire aux lèvres. L'état de ses finances ne lui avait jamais permis de folie, mais elle n'était de toute façon pas dépensière. L'argent qu'elle avait économisé jusqu'ci lui avait permis d'acheter quelques affaires indispensables pour son bébé, telles des couches lavables, un berceau, des vêtements...

Elle laissa Abigaelle choisir ce qui l'intéressait et regarda les passants défiler au-dehors. Depuis toute petite, Estelle avait besoin de contact, de voir des gens, de sortir. Sa vie de nomade lui avait rencontrer des dizaines de personnes. Elle parlait couramment le Français, l'Anglais, l'Allemand et l'Espagnol, plus quelques dialectes. Apprendre de nouvelles langues était une véritable passion pour elle.

Sans qu'elle y prenne garde, l'image de François revint tout à coup la hanter. Elle se crispa sur le landau et poussa discrètement un soupir de tristesse. François... Que faisait-il actuellement ? Était-il toujours à Paris ? Elle avait la gorge nouée lorsqu'elle songeait à lui. Elle aimait cet homme, elle l'avait aimé suffisamment fort pour se donner à lui et lui faire un enfant hors du pacte sacré du mariage. Une véritable honte pour la société ! Et aujourd'hui, elle se retrouvait seule, avec son fils nouveau-né.

- Abigaelle, dit-elle doucement pour ne pas être entendue du vendeur. Est-ce que... Est-ce que tu crois qu'il est si indigne d'être mère sans être mariée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Dim 21 Juil - 22:06

Les jeunes femmes entrairent donc dans la boutique.
Abigaelle s'approcha donc de la cape qu'elle avait vu a l'extérieur et la mit sur ces épaules. L'etoffe était lourde et chaude, faite pour l'hiver qui n'allait point tardé. Elle était d'un vert forêt profond, légèrement marbré de noir comme une malachite, la doublure était également noire et l'attache en argent représentait une chouette.

Elle allait demander son avis a Estelle quand elle vit celle-ci l'air mélancolique a quelques pas d'elle.

Elle s'approcha de la jeune mère qui lui demanda du bout des lèvres :

- Abigaelle, est-ce que... Est-ce que tu crois qu'il est si indigne d'être mère sans être mariée ?

La jeune femme resta interloqué. C'est vrai qu'elle n'avait pas demandé a Estelle ou était le père de l'enfant mais cela ne l'importait as plus que sa. D'ailleurs, elle était du genre féministe precosse alors les droits des femmes et des mères était un sujet passionnant pour elle !

_ Je pense que c'est aussi indigne que d'élever un enfant  en lui donnant de l'amour...
Elle laissa quelques secondes de pose en adressant un sourire chaleureux a Estelle.
_ Et c'est de cela dont un enfant a besoin. La plupart des hommes n'élèves leurs enfants qu'en figure d'autorité, et nous en somme tout autant capables qu'eux, regarde, nous somme bien enseignantes ! Je ne connais pas ton histoire, mais qu'elles que soit les raisons pour qu'un homme t'ai laisser seule pour assumé un enfant, mari ou non, c'est lui qui est indigne. Les homme se targuent d'êtres forts mais nous le sommes bien plus qu'eux. Même si il est plus agréable de ne pas vivre seule, il n'y a pas qu'un mari qui peut te soutenir. Tu as l'école avec toi, et tu es cultivé, ton esprit te porte aussi haut que les hommes prétendre siéger.

Voyant le regard de sa collègue, elle la sera brièvement dans ses bras puis tourna devant elle pour lui montrer la cape.

_ Alors qu'en pensez vous Madame Maman ?

Elle arborait un chaleureux sourire pour réconforter la jeunes femmes.

Puis elle l'emmena avec elle a la caisse pour payer son achat.
Elle vit d'ailleurs un autre articles qui accrocha son regard. Elle se tourna vers Estelle.

_ Montre moi tes mains, et ne discute pas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Lun 22 Juil - 14:10

Sa nouvelle collègue parut surprise, et Estelle se ratatina. elle n'aurait jamais dû lui demander... Elle risquait de passer pour une traînée, maintenant, et la rouquine allait lui tourner le dos sans plus de cérémonie.

Abigaelle - Je pense que c'est aussi indigne que d'élever un enfant en lui donnant de l'amour...

La jeune mère tressaillit, bien que surprise par cette réponse. Abigaelle lui adressa un sourire chaleureux.

Abigaelle - Et c'est de cela dont un enfant à besoin. La plupart des hommes n'élèvent leurs enfants qu'en figure d'autorité, et nous en somme tout autant capables qu'eux, regarde, nous somme bien enseignantes ! Je ne connais pas ton histoire, mais qu'elles que soit les raisons pour qu'un homme t'ait laissé seule pour assumer un enfant, mari ou non, c'est lui qui est indigne. Les homme se targuent d'êtres forts mais nous le sommes bien plus qu'eux. Même si il est plus agréable de ne pas vivre seule, il n'y a pas qu'un mari qui peut te soutenir. Tu as l'école avec toi, et tu es cultivée, ton esprit te porte aussi haut que les hommes prétendre siéger.

Estelle n'avait jamais pensé à ça. Enfant, on lui avait pris qu'une femme convenable restait toujours sous l'autorité de son père, puis de son mari, que son devoir était de le servir et l'aider en toutes occasion. Les religieuses lui avait tenu le même genre de discours. Si François l'avait abandonné, c'était sans doute parce qu'elle le méritait... Après tout, elle était tombée enceinte, avant le mariage, c'était honteux quoi qu'on en dise. Mais comment aurait-elle pu abandonner son enfant ? Abigaelle la serra dans ses bras, et Estelle lui adressa un sourire tremblotant. Elle lui fit voir sa nouvelle cape en tournant sur elle-même.

Abigaelle - Alors qu'en pensez vous Madame Maman ?

Estelle sourit franchement, cette fois, et déclara que la cape n'était pas mal. Au moins, cela lui tiendra chaud cette hiver. Elles filèrent à la caisse, et la jeune mère posa un regard très doux sur Wyatt. C'était vrai. Elle avait beau se considérer de la plus mauvaise façon qui soit, cela ne l'empêchait pas de souhaiter le meilleur pour son fils. Si seulement il avait un père...

Abigaelle - Montre moi tes mains, et ne discute pas !

- Mes mains ? Pour quoi faire ?

Elle les regarda brièvement pour vérifier si elles n'étaient pas sales, ou si elle ne s'était pas blessée. Mais il n'y avait strictement rien à signaler. Perplexe, elle les tendit à sa collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Lun 22 Juil - 14:51

- Mes mains ? Pour quoi faire ?

Après avoir regardé ses mains elle les tendit d'un air perplexe.

Abu les toucha doucement et effleura le bout de ces doigts, l'intérieur de ces paumes comme si elle lisait les lignes de sa main.
Mais que neni ! Elle regardait sa peau fine et douce, elle avait de belles mains longues et fines.

Elle regarda ensuite Estelle avec un grand sourire et les lâcha.

_Merci !

Puis elle se retourna et enleva sa cape qu'elle déposa sur le comptoir. Sans qu'Estelle la voit, elle glissa une boîte qui se trouvait près du comptoir sous la cape, et la montra discrètement au vendeur.
Elle paya et ressortit avec Estelle.

Un fois dans la rue elle lui dit :
_ Voilà moi j'ai tout ce qu'il me faut ! Tu as besoin de quelque chose, pour toi ou Wyatt ?

Elles avançaient tranquillement. Les rue étaient légèrement animées et le temps était agréable.
*Dommage qu'il n'y ait pas de marchant de marrons chaud, ils doivent arriver plus tard dans la saison.*

_ Tu sais Estelle, j'ai été élevée de manière très conventionnelle, outre mes études. Les convenances, la place des femmes, et toutes les règles de savoir-vivre, mais si je les respecte, il y en a beaucoup que je trouve injustes et moyenâgeuse. Notamment la condition féminine, car je pense que nous sommes aussi capables qu'eux. Mon frère reprendra les entreprises familiales mais j'ai quand même plus d'années d'études que lui. Il pense la même chose que moi sur ce point et me demande souvent conseils pour avoir un avis moins "archaïque" que notre père.
Alors si tu veux discuter de tout ça, si tu as besoin d'aide, ma porte te sera toujours ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sortie en ville   Lun 22 Juil - 19:46

Abigaelle lui prit les mains puis se fit un devoir de les examiner. Estelle ne comprenait plus rien mais n'osa pas poser plus de questions. Et puis, il était inconvenant pour une femme comme il faut de se montrer trop curieuse, gênante, impolie... C'était bien pour cela qu'elle avait été si outrée de l'attitude de Sarah. Sa collègue la regarda avec un sourire mystérieux et la lâcha.

Abi - Merci !

Qu'est-ce que... Hein ? Bon. Autant ne pas chercher à comprendre, après tout, elle aura moins de migraines. La nouvelle embauchée paya ses achats et elles sortirent. Le temps s'était rafraîchi, et un vent frais s'était levé. Estelle se pencha aussitôt, et tira une couverture de sous le landau pour en couvrir soigneusement Wyatt. et voilààà. Elle sourit très tendrement à son bébé, satisfaite de le voir bien couvert. Pas question qu'il tombe malade, pas déjà.

Abi - Voilà moi j'ai tout se qui me faut ! Tu as besoin de quelque chose, pour toi ou Wyatt ?

- Non, j'ai déjà ce qu'il faut, merci.

En mère à tendance sur-protectrice, elle avait préparé trois mois à l'avance tout ce dont elle aurait besoin pour s'occuper de son fils. Certains s'étaient moquées d'elle, pour ça, mais elle s'en fichait. Du moment que Wyatt allait bien et avait tout ce dont il avait besoin... Elle n'en demandait pas plus. Enfin... Si, il lui manquait une chose importante. Avoir un père.

Abi - Tu sais Estelle, j'ai été élevée de manière très conventionnelle, outre mes études. Les convenances, la place des femmes, et toutes les règles de savoir vivre, mais si je les respecte, il y en a beaucoup que je trouve injustes et moyenâgeuses. Notamment la condition féminine, car je pense que nous sommes aussi capables qu'eux. Mon frère reprendra les entreprises familiales mais j'ai quand même effectué plus d'années d'études que lui. Il pense la même chose que moi sur ce point et me demande souvent conseils pour avoir un avis moins "archaïque" que notre père.
Alors si tu veux discuter de tout ça, si tu as besoin d'aide, ma porte te sera toujours ouverte.


Estelle la remercia, reconnaissante, alors qu'elles exploraient un peu la ville. Wyatt s'était de nouveau endormi, bercé par le roulement de la poussette. Elle aurait voulu parler de François, confier ses doutes, sa culpabilité, dire pourquoi il l'avait quitté et la souffrance qu'elle ressentait, mais elle n'osait pas. Elle ne voulait pas qu'on le critique, qu'on le traite de salaud ou elle ne savait quoi. Elle l'aimait, elle l'aimait plus que tout. Et espérait qu'il reviendra un jour.

[Rp de clôture, pour moi.^^' sauf si tu as encore autre chose à rajouter.:p]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie en ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortie en ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Evènement] Sortie en ville
» Sortie en ville [PV Meridian] /!\Hentaï/!\ [Terminé]
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Une vaste Terre :: France :: Village de Gray :: Centre-ville :: Commerces et bars-restaurants-
Sauter vers: