Pensionnat de la Ste Famille

1931. Les tensions en Europe s'aggravent. Le fascisme est de plus en plus présent..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Passer à l'attaque

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriella de Lizeux
Leader de la Résistance
avatar
Fonction :
  • Fonda
Récits : 1345

Âge RPG : 33 ans

MessageSujet: Passer à l'attaque   Mar 7 Aoû - 7:13

Il ne suffira pas de faire exploser la base, il leur faudra aussi voler les fréquences, le matériel spécifique qui avait été utilisé, et, comme l’avait souligné Christophe, capturer l’ingénieur responsable de cette installation et faire en sorte que son savoir soit perdu pour le gouvernement. Même s’ils parvenaient à en recruter un autre capable d’accomplir le même travail, la Résistance aura eu le temps de se préparer et contrer les ennuis. Ils n’avaient aucune intention d’assassiner le chef de ce projet, leurs méthodes n’étaient pas aussi extrême, du moins, pas tant qu’ils n’arriveront pas à un stade bien plus critique. Gabriella s’allongea sur le côté en haut de la butte, dépassant à peine le haut pour ne pas vue par les surveillants du centre de communications. Elle pointa ses jumelles avec soin, réglant d’un petit geste la vue. Voyons voir… Il y avait deux personnes fumant des cigarettes, près de l’entrée principale. Un autre, à l’étage, qui fumait aussi, à sa fenêtre, d’un air détaché, comme après une longue journée de travail, au moment où on pense à se détendre chez soi. Dans la cour, devant l’entrée, un livreur faisait descendre des larges bobines de fil de téléphone, hautes comme lui, de son camion avec un monte-charge.

En plein hiver, les jours raccourcissaient, même ainsi si loin dans le sud de la France. Il était à peine dix-huit heures et il faisait déjà nuit comme à deux heures du matin. Bénie soit les jumelles fabriquées par l’armée et que beaucoup avaient « récupéré » avant de déserter. Gabriella les dirigea vers l’arrière-cour, qu’on ne voyait qu’à peine d’ici, et son petit champ de paraboles. Selon leurs informateurs, Mike Azel, l’ingénieur qu’ils allaient prendre pour cible, travaillait en ce moment de nuit, à partir de dix-neuf heures, dans ce centre de communications. Il mettait en place un vaste projets de surveillance et espionnage des conversations téléphoniques et par les ondes radio, un problème de taille dans une guerre civile… Leur homme avait longtemps travaillé à améliorer la sécurité des réseaux téléphoniques et la protection des conversations, avant d’être « engagé » par le gouvernement pour renverser ces systèmes et permettre l’espionnage. Avec un peu de chance, ils arriveront même à le retourner et le convaincre de travailler avec la Résistance. Gaby baissa les lunettes puis les donna au commandant, derrière elle, qui les fourra dans un petit sac porté en bandoulière.

La seconde équipe les contacta au même instant pour un rapport sur leurs propre situation. Tout le monde était en place, ils n’avaient plus qu’à passer à l’action. Parfait. Gabriella descendit doucement de la butte avec le commandant pour retrouver son équipe, tous passèrent sur le dos des sacs remplis de mines et d’explosifs. Ils feront sortir de force les techniciens et autres qui seront encore dans la station, avant de faire tout exploser, bien évidemment. En plus de l’ingénieur qu’ils allaient emmener avec eux. Ils avaient volé un camion appartenant au centre, une heure plus tôt, et allaient s’en servir pour rentrer tranquillement dans la cour, mine de rien. Deux de ses hommes s’installèrent devant, après avoir enfilé les uniformes de la société, et eux-mêmes se cachèrent entre les caisses et chargements derrière, dans le camion. Leurs propres uniformes, noir corbeau, étaient bien pratiques pour se cacher dans les ombres. Gabriella s’assit en tailleur, attendant tranquillement qu’ils entrent dans le centre puis que leur chauffeur passe par derrière, dans la cour près de l’entrepôt, juste à côté des paraboles.

Gabriella – On se charge d’abord de l’intérieur, puis la seconde équipe minera les paraboles, avec les entrées. Ils prendront Azel et le conduiront à Carcassonne.

Commandant – Entendu.

Elle fit claquer le culot de son pistolet puis, le gardant en main, descendit du camion avec les autres pour rentrer par l’entrepôt. Premier objectif, les réserves au sous-sol et placer des mines sur les piliers porteurs du bâtiment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Passer à l'attaque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A nous de passer à l'attaque un peu !
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: France :: Grand Est-
Sauter vers: