1932. La Guerre Civile est déclarée ! Une spirale de violence s'engage dans un Etat totalitaire.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles et exploration

Aller en bas 
AuteurMessage
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar
Fonction :
  • Modo
Récits : 1407

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Retrouvailles et exploration   Sam 4 Aoû - 13:08

Cette nouvelle école était… très particulière. Avec les arbres plantés un peu partout, les différents bâtiments et l’agencement du terrain, Laura n’avait plus trop l’impression d’être dans un pensionnat. Et, après ce que leur avait brièvement expliqué monsieur Nakajima la veille, elle en comprenait les raisons mais cela restait tout de même perturbant. Naturellement, il ne pouvait pas tout dire. Elle l’avait compris sans aucun problème, pour une fois, et… Très sincèrement, elle ne voulait pas en savoir plus. Elle voulait aider, vraiment, mais elle avait compris, au Japon, pourquoi les adultes engagés évitaient de mêler les enfants à cette guerre. C’était comme avec la famille Nakajima… Certains pouvaient accepter tout, ou en grosse partie, mais d’autres restaient plus fragiles ou distants et risquaient de faire plus de mal que de bien en souhaitant s’impliquer. Et elle, avec ce nouveau don, souhaitait s’impliquer mais savait qu’elle ne comprenait pas tout. C’était impossible, elle n’avait pas assez de connaissances, pas assez de recul, et l’avait clairement ressenti en étant à des milliers de kilomètres de la France.

En quelques sortes, ces « vacances forcées » leur avaient permis de respirer, un peu du moins, et de regarder les choses sous un autre angle. L’atmosphère étant différente là-bas, et leurs proches vivant plus loin sans trop de possibilités de contact en dehors de quelques lettres pour certains, Laura avait vécu ces deux semaines dans un mélange d’anxiété et d’apaisement. Anxiété à cause de la France, apaisement grâce au Japon. Elle avait seulement eu des nouvelles d’Antoine, à qui elle avait envoyé deux lettres dont une carte postale – plus avait été impossible –, et d’Amélie qui était même partie en Turquie pendant une bonne partie de ses vacances. Au moins, elle avait bien profité ! Elle avait demandé à Jasper de passer un bonjour pour elle à Adeline, comme c’était lui qui était forcément plus en contact avec elle. Pour le reste, c’était le calme plat… Et, malgré les quelques nouvelles reçues, il y avait toujours un peu d’inquiétude et d’impatience de revoir ses amis, Antoine surtout, et de découvrir la nouvelle école.

C’est pourquoi, dès son réveil, Laura s’était habillée en vitesse, avait avalé son petit-déjeuner encore plus vite et aidé à ranger ses affaires avant de lancer qu’elle allait voir Antoine, ne tenant plus en place. Ils avaient contenu de se retrouver dès leur retour, comme Jasper et Adeline sûrement, son frère ayant accepté de reporter l’exploration de toute l’école à l’après-retrouvailles. Oh, elle allait explorer un peu, évidemment ! Mais elle lui avait promis de ne pas tout voir sans lui, c’était même une condition sine qua non. A chaque fois qu’ils arrivaient dans un nouvel endroit dans lequel ils allaient rester plus ou moins longtemps, Jasper et elle devaient explorer tous les recoins. Tradition oblige. C’était leur activité. Et puis, visiter avec son petit ami ou sa petite amie et visiter avec son frère ou sa sœur, c’est différent. En attendant, Laura pressait le pas jusqu’au cloître, partant une demi-heure plus tôt que prévu mais l’impatience l’empêchant d’attendre encore. Elle allait trouver quelque chose à faire sur place, lire ou… quelque chose. Mais elle voulait y être, voir Antoine et lui sauter littéralement dessus – il avait été prévenu et savait à quoi s’attendre, après tout ! Oui, le calme, tout ça tout ça, mais il était tôt et c’était le point de rendez-vous le plus près.

Resserrant sa veste sur elle, Laura avançait d’un bon pas, à la fois pour se réchauffer, à la fois pour arriver plus vite sur place. Il ne faisait pas aussi froid qu’en décembre, bien sûr, mais ils étaient toujours en hiver et l’on pouvait voir quelques perles de rosée glacées sur l’herbe à travers les fenêtres, ce qui octroyait au paysage un caractère plus… calme, doux, figeant ce moment de la journée. Le cloître n’était pas très loin, faisant partie du couvent et non du monastère d’après le plan qu’elle avait pu apercevoir sur une des tables dans l’appartement de son tuteur. Elle n’avait pas exploré du tout, ni le couvent, ni le terrain, ni le monastère, n’étant arrivée qu’hier et ayant franchement ressenti la fatigue sur le coup. Désolée, décalage horaire. Encore aujourd’hui, comme elle s’était levée très tôt, mais peu importe, cela ne l’empêcherait pas d’aller retrouver Antoine. Cependant, sur le chemin, elle ne put s’empêcher de remarquer le changement d’architecture, de noter certains bruits différents à cause du centre d’entraînement dans le fond du domaine, une odeur elle-même différente… Pour l’instant, cet endroit était plus froid, beaucoup plus froid. Grand, inconnu et froid. Elle n’était pas très à l’aise, avec ces longs couloirs et ces grosses pierres, mais c’était très probablement parce que tous les élèves arrivaient au compte-goutte, les cours n’avaient pas recommencé et c’était un tout nouvel endroit.

Laura repoussa cette impression dans un coin de sa tête, refusant d’y penser aujourd’hui ou même de penser à la guerre qui s’organisait et prenait de l’ampleur. Le cloître était, comme prévu, désert pour le moment, les élèves déjà présents encore occupés à dormir ou déjà perdus dans les divers couloirs de la nouvelle école. Elle rejoignit la grande statue centrale, gardant sa veste bien serrée, s’installant près de la statue en attendant Antoine qui ne devait pas tarder. Elle resta assise en silence, s’imprégnant des bruits des environs tout en s’étonnant du calme environnant alors que des adultes tiraient, usaient de leur pouvoir et se battaient à quelques mètres à peine d’ici. Il lui fallait encore un peu de temps pour s’y habituer, désolée. Au bout de plusieurs minutes, alors qu’elle était toujours toute seule, Laura perçut le bruit de pas sur le sol dallé et se retourna, voyant immédiatement Antoine. Avec un grand sourire, elle se leva directement, évitant à peine les obstacles sur son passage et lui sauta au cou, s’agrippant à lui avant de l’embrasser longuement, répétant ensuite qu’il lui avait manqué, qu’elle avait eu très peur pour lui, au Japon.

Laura – C’est la première fois que je réalise à quel point autant de kilomètres, c’est beaucoup, dit-elle en le relâchant un peu, le regardant de bas en haut pour voir s’il était vraiment entier. Tu n’as rien eu ? Comment se sont passées tes vacances, en dehors de ce que tu m’as raconté ? Et ta famille, elle le prend comment ? Et toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Antoine Lefort
Lycéen
avatar
Fonction :
  • Membre
Récits : 34

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   Lun 6 Aoû - 18:35

Première étape, avant même de terminer de ranger les affaires, mettre les photos de famille accrochées au-dessus de la tête de lit et sur un petit pan de mur. A genoux sur son lit, Antoine termina de mettre la dernière au-dessus de la table de chevet, restant un long instant à contempler la photo avec un regard à la fois nostalgique et attristé. Ses parents faisaient un grand bonjour au photographe, en habits du dimanche, avec son jeune frère, sa sœur et le mari de cette dernière. Ils avaient fait prendre ce cliché devant l’océan, en prenant un grand soin à la lumière et au décor naturel, sa mère lui avait ensuite mis ce cliché dans un cadre en bois et lui avait donné avant qu’il ne parte. « Comme cela, tu nous garderas près de toi tous les soirs », comme lui avait dit sa mère. Il aurait voulu les garder près de lui, tout court… Ne pas les laisser au loin, ne pas… Ne pas devoir disparaître, somme toute.

La décision de revenir avait été très délicate. Il savait, comme sa famille, que faire cette rentrée signifiait ne plus revoir sa famille, vivre caché comme les résistants, ne plus pouvoir téléphoner ou leur écrire librement, ne plus les revoir avant des mois, voire des années ! Il en avait beaucoup parlé avec eux et ses parents l’avaient finalement convaincu. Non seulement il était important qu’il continue de s’entraîner et apprendre à se défendre, mais en plus, il sera plus en sécurité dissimulé ici que dehors, avec sa famille, à la merci de toutes les personnes gonflées par la haine envers ce qui sortait de l’ordinaire. Il était donc parti, pour cette rentrée tout sauf normale, parti après avoir fait ses adieux à ses parents. Si la guerre continuait encore des années, pour leur propre sécurité, il ne les verra plus. Seulement y penser lui gonflait le cœur de peine.

Un de ses confrères de chambre était dans la même situation et pouvait donc comprendre ce qu’il ressentait. L’autre avait ses parents dans la Résistance et pouvait continuer à les voir, à leur sauter dans les bras, à leur parler. Antoine termina ensuite de se préparer, enfilant des vêtements chauds puis une veste, avant de sortir. Il devait retrouver Laura dans le cloître et explorer un peu l’endroit. Il y était à peine arrivé que Laura fonça et lui sauta dessus directement, l’embrassant avec passion en s’accrochant à son cou. Il lui répondit avec un léger temps de retard, la serrant dans ses bras avant qu’elle ne s’écarte un peu. Elle lui avait manqué aussi… Il ne s’était pas écoulé tant de semaines, et pourtant, il avait le sentiment de ne plus l’avoir vu depuis une telle éternité.

– C’est la première fois que je réalise à quel point autant de kilomètres, c’est beaucoup. Tu n’as rien eu ? Comment se sont passées tes vacances, en dehors de ce que tu m’as raconté ? Et ta famille, elle le prend comment ? Et toi ?

– On a beaucoup discuté, avec mes parents, pour savoir si je devais revenir ou non. Pour mon don et ma sécurité, ils ont finalement pensé que c’était pour le mieux. J’espère juste… Enfin, j’espère que la guerre ne va s’éterniser et que je pourrai les revoir avant qu’il ne s’écoule plusieurs années. Viens, on va marcher un peu.

Il lui prit la main et la serra dans la sienne, essayant de cacher qu’il tremblait un peu. Laura allait très vite réaliser, elle aussi, que beaucoup de leurs camardes n’étaient pas revenus. La plupart allaient se contenter d’utiliser bien moins leur pouvoir, d’autre de s’entraîner en cachette de temps en temps, s’efforçant de se fondre dans la masse, passer inaperçus, comme si ce passage au pensionnat n’avait jamais existé. C’était normal, les familles devaient accepter que leur enfant disparaisse de la circulation, disparaisse loin d’eux, pour des mois voire des années entières. Qui dirait oui avec le sourire ? Il retint un petit soupir, marchant sans se presser dans les couloirs de pierre, qui donnaient des allures de château médiéval.

– Le pays a été très animé, après le soir de Noël. Le chant de la Rébellion a continué de résonner longtemps sur les antennes radio. Beaucoup de personnes sont sorties dans les rues, les jours suivants, certaines pour protester contre le Gouvernement, d’autres pour le soutenir, il y a eu des affrontements dans les grandes villes. Et une vague de disparitions, beaucoup ont rejoints la Résistance, parfois des familles entières qui sont parties de chez elle en pleine nuit, sans laisser de traces. Beaucoup de nouvelles lois sont passées. Regarde ça…

Il s’était arrêté devant le local de musique, dont la porte était restée entrouverte. Pas mal de chaises empilées contre le mur, un grand piano et d’autres instruments, près de l’estrade. Il s’arrêta surtout près des violons, toujours touché par la beauté de cet instrument, une fois mis entre de bonnes mains.

– On ne doit pas s’arrêter de vivre pour autant. Un de nos nouveaux profs peut rebâtir à qui a besoin une toute nouvelle identité, effacer complètement la véritable pour repartir à zéro. Je pense le faire, après la fin de mes études au pensionnat. Partir sur une nouvelle base, entrer au conservatoire. On peut devenir qui on veut. Tu as déjà pensé à ce genre d’opportunités ? Effacer ce que tu as vécu, te fondre dans la masse pour vivre en paix ? Personnellement, je ne suis pas un homme de guerre. Je voudrai continuer ma vie sans avoir à me demander à tout instant si je vivrai le lendemain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar
Fonction :
  • Modo
Récits : 1407

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   Jeu 6 Sep - 23:39

Antoine – On a beaucoup discuté, avec mes parents, pour savoir si je devais revenir ou non. Pour mon don et ma sécurité, ils ont finalement pensé que c’était pour le mieux. J’espère juste… Enfin, j’espère que la guerre ne va s’éterniser et que je pourrai les revoir avant qu’il ne s’écoule plusieurs années. Viens, on va marcher un peu.

Laura lança un regard à Antoine, ignorant ce qu’elle pouvait dire pour le réconforter, ne serait-ce qu’un peu. Il n’allait plus voir ses parents pendant des mois, des années peut-être… Ces changements allaient bouleverser pas mal de choses, y compris leurs priorités et pensées. Comment le rassurer alors qu’elle ne pouvait même pas imaginer ce qu’il ressentait maintenant ? Comme pour beaucoup de ses amis, d’ailleurs… Elle n’avait pas encore pu voir qui était là ou non mais tous n’étaient pas revenus, c’était certain. Tout en se mettant à marcher, Antoine lui prit la main en la serrant dans la sienne, la collégienne sentant alors qu’il tremblait un peu. Elle resta silencieuse, pour une fois, jugeant que le silence était la meilleure des options. Parfois, ne pas parler est plus efficace que mille paroles… Ils marchèrent un moment sans rien dire, à travers les couloirs de pierre, sans se presser, Laura parvenant même à savourer ce calme. C’était étrange mais elle n’avait plus assimilé le Pensionnat au calme depuis plus d’un an… Alors pouvoir s’y balader sans ressentir cette pression était relaxant.

Antoine – Le pays a été très animé, après le soir de Noël. Le chant de la Rébellion a continué de résonner longtemps sur les antennes radio. Beaucoup de personnes sont sorties dans les rues, les jours suivants, certaines pour protester contre le Gouvernement, d’autres pour le soutenir, il y a eu des affrontements dans les grandes villes. Et une vague de disparitions, beaucoup ont rejoints la Résistance, parfois des familles entières qui sont parties de chez elle en pleine nuit, sans laisser de traces. Beaucoup de nouvelles lois sont passées. Regarde ça…

Antoine s’était arrêté devant un local ouvert, apparemment celui de musique, puisque Laura pouvait apercevoir des instruments et des chaises posés çà et là. Une légère couche de poussière recouvrait déjà les violons, le piano et autres objets entreposés ici depuis leur arrivée dans cette future salle de classe. La collégienne ne prononça pas un mot, comme s’ils pénétraient dans un sanctuaire alors que ce n’était qu’une simple classe. Mais elle savait que, pour Antoine, c’était important. Il s’approcha d’ailleurs des violons, son regard s’attardant dessus comme s’il s’agissait du plus bel instrument du monde à ses yeux. Ce qui n’était peut-être pas faux… Elle connaissait ce regard, cet air. Il rêvait, réfléchissait, peut-être même éprouvait-il certains regrets. Au-dehors, tout était relativement calme, comme si personne ne vivait dans cette partie du domaine, ce qui leur laissait tout le temps de visiter l’endroit, les classes et de prendre un peu de temps pour eux. En l’espace de quelques jours, Antoine avait perdu sa famille et la France avait sombré officiellement dans la guerre civile…

Antoine – On ne doit pas s’arrêter de vivre pour autant. Un de nos nouveaux profs peut rebâtir à qui a besoin une toute nouvelle identité, effacer complètement la véritable pour repartir à zéro. Je pense le faire, après la fin de mes études au pensionnat. Partir sur une nouvelle base, entrer au conservatoire. On peut devenir qui on veut. Tu as déjà pensé à ce genre d’opportunités ? Effacer ce que tu as vécu, te fondre dans la masse pour vivre en paix ? Personnellement, je ne suis pas un homme de guerre. Je voudrai continuer ma vie sans avoir à me demander à tout instant si je vivrai le lendemain.

Laura fit la moue sans répondre tout de suite, regardant ensuite son petit ami en essayant de comprendre ce qu’il ressentait. Tout effacer, recommencer de zéro… Elle ne savait pas. Cela ne signifierait-il pas abandonner, rendre les armes et accepter que le gouvernement gagne ? Naturellement, c’était pour survivre, c’était normal et si cela était possible… Pourquoi ne pas saisir l’opportunité ? Mais pour Laura… Elle ne savait pas. Se fondre dans la masse, ce n’était pas sa spécialité, cela ne l’avait jamais été. Et puis, c’était déjà presque mort d’avance étant donné qui était devenu son père adoptif. Père adoptif comme père biologique, l’un comme l’autre étaient fichés, visibles, au cœur du problème. Elle n’avait plus revu leur père depuis des semaines, maintenant, mais nul doute qu’il bataillait ferme contre les élémentaires. Lâchant doucement la main d’Antoine pour effleurer des doigts le piano, se rappelant le moment au calme passé avec Adeline où elles n’avaient fait que chanter en oubliant tout le reste, Laura releva le regard pour répondre.

Laura – Je peux comprendre que cette proposition te tente… Tu as dû laisser beaucoup de choses derrière toi à cause de ton don. Mais moi… Je ne sais pas si ce serait possible. Mon père biologique est un soldat, il nous combat et son nom est connu. Quant à mon… père adoptif, difficile de l’oublier maintenant. Si j’effaçais tout, ce serait… un peu comme renier les efforts que monsieur Nakajima fait avec tous les autres, à mes yeux. Pour moi, hein ! Et puis… Tu m’imagines me fondre dans la masse ?

Laura s’interrompit avec un léger rire nerveux, faisant une grimace pour appuyer cette hypothèse ridicule. Elle n’arrivait pas à se faire discrète, ce n’était pas faute d’essayer pourtant ! Mais même au Japon, à chaque fois qu’elle avait cherché à se cacher, elle n’avait fait que le contraire. D’abord Munemori, puis Eisen, même le père de Genji… Tous les trois l’avaient repérée, à chaque fois. Elle devait avoir un genre de signal, une clochette, quelque chose qui faisait qu’on la retrouvait facilement. Rester discrète, s’effacer et vivre comme si rien n’était arrivé… Ce serait un rêve, mais peu réalisable malheureusement. Et puis, en avaient-ils le droit ? Laura lui demanda s’ils pouvaient quitter la salle pour voir le reste, comme ils avaient d’autres pièces à voir et qu’il ne s’agissait que du premier bâtiment. Une fois sortis de la pièce, retrouvant le long couloir de pierres type château, la collégienne reprit leur discussion.

Laura – Tu crois que ce serait possible de tout effacer, comme ça ? Je veux dire, reprendre la vie comme si rien ne s’était passé alors qu’à côté, la France vit déjà une guerre civile qui va laisser des traces. Il faudrait une sacrée volonté pour réussir à repartir de zéro, tout quitter, même les amis… En étant vraiment seuls, pour le coup, et en laissant une partie de nous-mêmes derrière nous. Comme les élèves qui ne reviendront pas au Pensionnat, même si c’est compréhensif, je me demande s’ils arriveront à… taire leur don. On a vu ce que cela engendrait, à long terme…

Tout en marchant à travers les couloirs encore vides après avoir repris la main d’Antoine, ils arrivèrent devant une autre pièce entrouverte, à nouveau, mais beaucoup mieux rangée et agencée. C’était une salle de classe standard, sans doute destinée à dispenser un cours de français, d’histoire ou de latin étant donné qu’il y avait des dictionnaires dans le fond et de simples bancs sans squelette ou maquette dans le local. C’était… presque étrange de se retrouver ici. De retrouver ce décor ici, dans ce cadre, avec des bancs qu’ils n’avaient jamais vus mais qui avaient dû être donnés par des habitants ou d’autres écoles du coin, s’il y en avait. Elle marqua un léger temps d’arrêt, s’installant à une table « pour voir ».

Laura – Je sens que les premiers cours vont être très étranges… Tu sais déjà qui n’est pas revenu ou qui ne reviendra pas ? Dans nos classes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Antoine Lefort
Lycéen
avatar
Fonction :
  • Membre
Récits : 34

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   Dim 16 Sep - 10:10

On ne savait pas combien de temps la guerre civile allait durer. Évidemment, ce n’était pas comparable, mais lors de la Grande Guerre, beaucoup étaient partis en pensant qu’ils seront rentrés avant Noël, mis à part quelques hommes plus censés et les mères sachant déjà que tous ces trains à bestiaux embarquant les soldats n’étaient que des cercueils sur rail, qui allaient servir à remplir les cimetières de l’armée. Tout cela pour dire que la guerre, on savait lorsqu’elle débutait, on ignorait quand elle pourra être achevée. Il avait peur, oui, et ne s’en cachait pas. Il ne voulait pas monter au front, tenir une arme, il refusait de prendre la vie de quelqu’un, sauf, peut-être, s’ils s’agissait de sauver la sienne ou de protéger une personne qu’il aimait. Tout le monde n’est pas taillé pour partir au combat, la peur au ventre, par pure bonne volonté, comme c’était le cas dans les guerres civiles.

Dans une guerre ouverte, c’était différent, les hommes n’avaient pas le choix ! Ils étaient pris entre deux feux, ou bien ils allaient mourir face à leur ennemi, ou bien ils mourraient des mains de leur propre camp, pour désertion. Mais la guerre civile… Ils pouvaient choisir de baisser la tête, se plier en apparence aux règles et continuer à mener leurs vies comme ils l’entendaient, sans se montrer. Garder un contact avec leurs proches, tout en se taillant une toute nouvelle existence au grand jour. Pour vivre heureux, vivons cachés, somme toute. Laura s’éloigna de quelques pas pour aller regarder le piano de plus près, pendant qu’il restait près des violons. Peut-être ne pensait-il à ça que parce qu’il avait le moral en berne… Son propre père lui avait dit, un jour, que la plus grande violence de la guerre était d’y participer sans avoir le choix.

– Je peux comprendre que cette proposition te tente… Tu as dû laisser beaucoup de choses derrière toi à cause de ton don. Mais moi… Je ne sais pas si ce serait possible. Mon père biologique est un soldat, il nous combat et son nom est connu. Quant à mon… père adoptif, difficile de l’oublier maintenant. Si j’effaçais tout, ce serait… un peu comme renier les efforts que monsieur Nakajima fait avec tous les autres, à mes yeux. Pour moi, hein ! Et puis… Tu m’imagines me fondre dans la masse ?

Pourquoi pas ? Il haussa très légèrement les épaules, le regard dans le vague. Peu importe qui était son père, au fond, ça ne devait pas l’empêcher de mener la vie qu’elle voulait. Au contraire… Laura ne comprenait pas encore, sans doute, que c’était justement pour lui permettre de mener une vie la plus ordinaire possible que son père combattait. C’était pour ça que tous combattaient, pour la liberté mais aussi pour que les générations suivantes n’aient pas à patauger dans la même horreur. Il hocha vaguement la tête lorsqu’elle demanda s’ils pouvaient continuer, maintenant, quittant la pièce en refermant avec soin la porte derrière eux. L’allure de cette école n’avait rien à voir avec la précédente, ses pierres apparentes donnaient un sentiment de sécurité. Là encore, il restait à déterminer si c’était réel ou une simple illusion, visant à rassurer. Si des murs de pierre suffisaient vraiment à protéger, ça se saurait depuis longtemps.

– Tu crois que ce serait possible de tout effacer, comme ça ? Je veux dire, reprendre la vie comme si rien ne s’était passé alors qu’à côté, la France vit déjà une guerre civile qui va laisser des traces. Il faudrait une sacrée volonté pour réussir à repartir de zéro, tout quitter, même les amis… En étant vraiment seuls, pour le coup, et en laissant une partie de nous-mêmes derrière nous. Comme les élèves qui ne reviendront pas au Pensionnat, même si c’est compréhensif, je me demande s’ils arriveront à… taire leur don. On a vu ce que cela engendrait, à long terme…

– Il existe une nette différence entre taire son don et s’en servir en cachette.

Et puis, la France avait déjà traversé un conflit beaucoup plus violent, dévastateur et terrible. Ah, c’est qu’elle avait été belle, l’entrée dans le vingtième siècle ! Vive la révolution industrielle ! Vive le développement intense des armes et de la destruction à plus large échelle, vive les grenades, les chars et les tanks, vive l’utilisation du chlore, du gaz moutarde, des mines et des obus ! Il serra un peu la main de Laura en continuant à marcher, encore ébahi par la volonté, justement, de bien des hommes pour reprendre une vie normale après ça. Et encore, « vie normale », pour eux, la guerre ne s’était jamais achevée, dans leurs esprits. La vie continuait, pourtant, comme disait son père, ils pensaient d’abord à la jeunesse du pays, à l’avenir du pays. Et voilà que tout recommençait. La guerre civile… Et peut-être une autre guerre ouverte.

Il suffisait d’écouter un peu les adultes ou d’étudier les informations pour comprendre l’autre grande peur qui s’installait de plus en plus, depuis l’année précédente. Un nouveau conflit, plus violente encore que la Grande Guerre, pouvait-il avoir lieu ? Partout, dans tous les pays d’Europe, le fascisme montait. A nouveau, une course à l’armement se montait. Les relations internationales étaient crispées, la technologie avait évolué, des groupes entiers, les élémentaires étant loin d’être les seuls à être stigmatisés, étaient pointés du doigts comme responsables de tous les maux. Et si tout volait à nouveau en éclats ? Tout cela… Cette salle de classe si normale, cette balade dans cette école, même ce simple paysage, dehors, tout pouvait de nouveau être détruit. C’était… Comme si le vingtième siècle était marqué, comme si ce siècle ne pouvait être fait que d’adversité et de bouleversements profonds, en bien comme en mal.

– Je sens que les premiers cours vont être très étranges… Tu sais déjà qui n’est pas revenu ou qui ne reviendra pas ? Dans nos classes ?

– De ce que j’ai entendu dire, presque la moitié des élèves, au total, ne reviendront pas pour cette rentrée. Ça peut se comprendre. Beaucoup se contenteront de s’entraîner en cachette, quelques uns ont quitté le pays, avec leurs familles. Ça dépend aussi d’où ils viennent, de leur religion. Tu n’as pas lu les journaux ? L’Allemagne inquiète à nouveau, il y a un parti d’extrême-droite, créé en 1920, qui a gagné de plus en plus de voix, ces derniers mois. Il monte en pouvoir et on ne peut pas dire que ses principes sentent bon la liberté.

Il fouilla un instant dans sa poche puis en tira une coupure de journal qu’il avait gardé. La dépliant, il la tendit à Laura. C’était un article datant du mois d’Octobre 1931, sur la rencontre officielle entre le président Allemand Hindenburg et le chef du parti NSDAP, Hitler, dont plusieurs journaux allemands comme étrangers s’étaient gorgés de détails. De un parce que la montée de ce parti d’extrême-droite en inquiétait plus d’un, de deux parce que la personnalité du chef de parti alertait sur les risques d’un nouveau conflit. Les moins optimistes, ou plutôt les plus réalistes, redoutaient plus que tout l’enchaînement de haine et un autre conflit ouvert avec l’Allemagne. De là à en arriver à une autre guerre mondiale ? Peut-être. Peut-être pas.

– La guerre civile en France est une chose, les relents de nationalisme dans chaque pays, s’en est une autre. Tu comprends pourquoi ce conflit peut s’éterniser ? Dans une situation pareille, ce qui compte pour la population, c’est un gouvernement fort, capable de protéger le pays de ses voisins, dont l’Allemagne. Tout ce qui est considéré comme anormal, que ce soit les élémentaires ou autre chose, est aussi considéré comme une menace, pouvant détruire les forces du pays, et cette menace doit être évincée, par tous les moyens. Ce n’est pas une simple affaire d’être libre ou pas de mener la vie que l’on souhaite. C’est de savoir comment protéger le pays, avec quels moyens, et quelle mentalité. La République a échoué une fois à préserver le pays, durant la Grande Guerre. C’est donc logique, pour des milliers de personnes, qu’un gouvernement plus autoritaire, voire une dictature, soit plus apte à défendre la nation.

Bon, soit, à quatorze ans, peut-être ne suivait-elle, ou ne comprenait-elle, pas tous les troubles agitant l’Europe, ni les manœuvres politiques comme militaires. Antoine s’assit à son tour, sur le bord de l’estrade en bois, avec un très long soupir. Bienvenue dans le vingtième siècle, oui…

– Finalement, dans l’époque où nous vivons, c’est de savoir comment concilier liberté et sécurité. Et jusqu’où la guerre civile peut se permettre de durer, si jamais la menace d’une autre guerre ouverte, d’un autre conflit mondial, finit par se concrétiser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laura K. Nakajima
Collégienne
avatar
Fonction :
  • Modo
Récits : 1407

Âge RPG : 14 ans

MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   Jeu 25 Oct - 23:00

Antoine – De ce que j’ai entendu dire, presque la moitié des élèves, au total, ne reviendront pas pour cette rentrée. Ça peut se comprendre. Beaucoup se contenteront de s’entraîner en cachette, quelques-uns ont quitté le pays, avec leurs familles. Ça dépend aussi d’où ils viennent, de leur religion. Tu n’as pas lu les journaux ? L’Allemagne inquiète à nouveau, il y a un parti d’extrême-droite, créé en 1920, qui a gagné de plus en plus de voix, ces derniers mois. Il monte en pouvoir et on ne peut pas dire que ses principes sentent bon la liberté.

Laura prit la coupure de journal que lui tendait Antoine, lisant un des articles qu’il venait d’évoquer. Le NSDAP, Hitler, l’Allemagne et le fascisme… Oui, elle en avait entendu parler il y a quelques mois maintenant. Ou alors c’était plus récent ? Non, pourtant… Peut-être n’y avait-elle pas autant prêté attention que cela, à ce moment-là ? Ce sujet ne lui était pas étranger, elle avait lu, dans les journaux, que les partis d’extrême droite grimpaient un peu partout dans le Monde. En Italie, en Espagne, en Allemagne avec Hitler… Même en France, cela n’était pas positif malgré le discours de certains journalistes qui assénaient que tout allait mieux, petit à petit. Enfin, elle n’avait pas lu les derniers journaux, pas pris le temps, peut-être les choses avaient-elles changées avec l’attaque de Paris. Mais si l’Allemagne recommençait alors qu’il y avait une guerre civile en France… Laura grimaça en rendant la coupure, pliée, à son petit-ami.

Antoine – La guerre civile en France est une chose, les relents de nationalisme dans chaque pays, s’en est une autre. Tu comprends pourquoi ce conflit peut s’éterniser ? Dans une situation pareille, ce qui compte pour la population, c’est un gouvernement fort, capable de protéger le pays de ses voisins, dont l’Allemagne. Tout ce qui est considéré comme anormal, que ce soit les élémentaires ou autre chose, est aussi considéré comme une menace, pouvant détruire les forces du pays, et cette menace doit être évincée, par tous les moyens. Ce n’est pas une simple affaire d’être libre ou pas de mener la vie que l’on souhaite. C’est de savoir comment protéger le pays, avec quels moyens, et quelle mentalité. La République a échoué une fois à préserver le pays, durant la Grande Guerre. C’est donc logique, pour des milliers de personnes, qu’un gouvernement plus autoritaire, voire une dictature, soit plus apte à défendre la nation.

Et, donc, ils pourraient… les laisser de côté un moment pour s’occuper du conflit avec l’Allemagne, c’est ça ? Seulement garder le front, laisser tomber la guerre civile si les voisins représentent un plus gros danger ? Laura fronça les sourcils, une bonne dizaine de questions lui traversant l’esprit alors qu’elle essayait de remettre de l’ordre dans tout ce qu’Antoine venait de dire. L’Allemagne risquait de présenter un problème parce que le NSDAP grimpait de plus en plus dans les sondages, comme tous les autres partis d’extrême-droite dans les pays voisins. Jusque-là, aucun problème, elle comprenait. Il fallait un gouvernement fort, une figure qui puisse assurer la sécurité du pays et tout ce qui représente une menace doit être écarté, éliminé. Mais, dans ce cas, la guerre civile risquait de durer jusqu’à ce qu’ils perdent ou jusqu’à ce que l’Allemagne leur déclare la guerre si telle était son intention, non ? Puisqu’ils représentaient une menace pour la France, aujourd’hui plus que jamais. Et… Oh.

Antoine – Finalement, dans l’époque où nous vivons, c’est de savoir comment concilier liberté et sécurité. Et jusqu’où la guerre civile peut se permettre de durer, si jamais la menace d’une autre guerre ouverte, d’un autre conflit mondial, finit par se concrétiser.

Laura – J’ai compris… je crois. Nous représentons une menace pour le pays et le but du Gouvernement est donc de nous évincer, plus que jamais aujourd’hui avec ce qui s’est passé à Noël. Seulement, vu les forces dont dispose la Résistance aujourd’hui, aucun des deux camps ne cédera sauf s’il y a… un autre facteur en jeu. Comme une autre guerre, avec l’Allemagne, par exemple. Mais s’il y a un autre conflit mondial, notre liberté importera peu puisque les personnes « anormales » seront visées partout…

Mais, dans ce cas, ils ne seraient jamais en paix. La Résistance poursuivrait-elle si la France se retrouve à combattre l’Allemagne ? Oui, le Gouvernement serait affaibli parce que devant se battre sur deux fronts, mais les leurs devraient aussi affronter les Allemands… Et cela, Laura n’était pas sûre qu’ils puissent le faire. Mais il y avait un autre élément à prendre en compte, aussi, qu’Antoine avait peut-être oublié sauf s’il savait autre chose qu’elle-même ignorait à cause de l’éloignement au Japon. Le but premier de l’attaque à Paris, c’était de rallier des gens, de montrer au peuple ce qui se passait vraiment, non ? Or, là, Antoine affirmait que la dictature, voire un régime d’extrême-droite, était possible en France… Si c’était possible, cela signifiait que la Résistance avait échoué… Ou pas ? Ses doigts parcourant le bois du banc derrière lequel elle était assise, elle leva les yeux vers Antoine, un peu perdue, tout en époussetant inutilement le banc dans cette salle encore poussiéreuse.

Laura – Il y a une chose que je ne comprends pas. Tu dis que les Français seraient prêts à une dictature, que les régimes d’extrême-droite montaient partout dans les sondages. Mais… En France, la Résistance a organisé l’attaque à Paris justement pour rallier des personnes à notre cause et pour montrer ce que faisait réellement le Gouvernement, en tout cas c’est ce qu’ils ont accepté de nous dire. Mais, dans ce cas… Si les Français votent pour un parti national, cela signifie que la Résistance a échoué ? Je veux dire, dans son intention première… Et si c’est ça…

Comment réagirait la Résistance face à un conflit mêlant la France et l’Allemagne ? Laura posa la question directement, ne comprenant pas tout en politique – loin de là. C’est pour cela aussi qu’elle appréciait les discussions avec Antoine, il lui expliquait mais pas comme Jasper, il prenait le temps avec des exemples concrets sans faire trop de raccourcis non plus. De façon à ce qu’elle en sache plus tout de même, même si elle était plus jeune qu’eux et qu’il était normal, à son âge, de ne pas en connaître autant qu’eux qui étaient au lycée. Elle décida de tout dire, tant qu’à faire, même si Antoine n’avait pas la science infuse. S’il avait une coupure de journal avec lui, c’est que le sujet l’intéressait vraiment et qu’il en savait assez, non ?

Laura – Admettons que la Résistance profite de la faiblesse du Gouvernement qui devra gérer deux fronts en même temps… Si elle gagne parce qu’assez de soutien, comment ferait-elle face à l’Allemagne ? Si tu dis que le nationalisme grimpe… Et à l’inverse, si elle perd face au Gouvernement, cela en serait fini de nous ? Et si elle ne s’en mêle pas… Le Gouvernement laisserait tomber purement et simplement ? Pourtant, nous représentons une menace pour eux. J’avoue ne pas tout comprendre, avec la politique…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Antoine Lefort
Lycéen
avatar
Fonction :
  • Membre
Récits : 34

Âge RPG : 16 ans

MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   Ven 7 Déc - 18:19

– J’ai compris… je crois. Nous représentons une menace pour le pays et le but du Gouvernement est donc de nous évincer, plus que jamais aujourd’hui avec ce qui s’est passé à Noël. Seulement, vu les forces dont dispose la Résistance aujourd’hui, aucun des deux camps ne cédera sauf s’il y a… un autre facteur en jeu. Comme une autre guerre, avec l’Allemagne, par exemple. Mais s’il y a un autre conflit mondial, notre liberté importera peu puisque les personnes « anormales » seront visées partout…

Voilà, c’était le souci. Au fond, le problème était extrêmement simple, on a deux camps face à face qui s’affrontent, soit, mais si un ennemi plus gros que les deux réunis se joint à la partie, soit les deux camps en questions s’allient et combattent ensemble le plus gros, soit l’un des deux s’arrange pour écraser au plus vite son concurrent et s’occuper ensuite de l’ennemi le plus important. Dans un cas pareil, le plus logique aux yeux de tous était l’alliance, pourtant, ce n’était pas si simple… Beaucoup de facteurs entraient en compte, qu’ils soient stratégiques ou politiques, une erreur pouvait alors mener à la défaite et détruire l’avenir possible pour chacun des deux camps. Antoine s’assit un peu plus confortablement sur l’estrade en bois, après avoir enlevé un peu de poussière et rangé le morceau de journal dans sa poche.

Les troubles politiques ne dataient pas d’hier, mais tout se cristallisait de plus en plus rapidement depuis… deux ans, maintenant. La crise mondiale, économique et sociale, des années vingt à l’après-guerre avait marqué profondément les sociétés en Europe, pas seulement les États-Unis, d’où elle était partie. Le grand crack boursier d’Octobre avait fragilisé encore plus des sociétés déjà profondément bouleversées par une guerre ayant fait plusieurs millions de morts, toutes nations confondues. Ce genre de crise était un terrain très favorable à la montée du Nationalisme et des dérives politiques l’accompagnant. Antoine s’était beaucoup intéressé à la situation actuelle de l’Allemagne, d’où ses préoccupations aujourd’hui. Et que dire de l’Espagne, dot la proclamation de la II ème République avait tant enflammé les tensions que le pays était au bord de la guerre civile ?

– Il y a une chose que je ne comprends pas. Tu dis que les Français seraient prêts à une dictature, que les régimes d’extrême-droite montaient partout dans les sondages. Mais… En France, la Résistance a organisé l’attaque à Paris justement pour rallier des personnes à notre cause et pour montrer ce que faisait réellement le Gouvernement, en tout cas c’est ce qu’ils ont accepté de nous dire. Mais, dans ce cas… Si les Français votent pour un parti national, cela signifie que la Résistance a échoué ? Je veux dire, dans son intention première… Et si c’est ça…

Oh non, il ne fallait pas confondre, la racine du problème n’était pas la même. Il secoua un peu la tête pour dire non, pendant que Laura demandait comment réagir la Résistance, si un conflit ouvert venait à se déclarer entre l’Allemagne et la France. Un tel scénario serait catastrophique et pas seulement pour leur pays… Le lycéen ne savait pas si sa petite amie le réalisait, mais dans un contexte pareil, ce ne serait pas juste deux pays impactés. Avec le « jeu » des alliances militaires et politiques, sans oublier les colonies et pays alliés sur d’autres continents, ils partiraient tous sur le chemin d’une autre guerre mondiale. On avait bien raison de parler du vingtième siècle comme le siècle du sang et des armes, deux guerres mondiales, même pas espacées de cinquante ans l’une de l’autre… D’autant plus que l’industrialisation galopante du début du vingtième siècle avait aussi profité à l’industrie de l’armement.

– Admettons que la Résistance profite de la faiblesse du Gouvernement qui devra gérer deux fronts en même temps… Si elle gagne parce qu’assez de soutien, comment ferait-elle face à l’Allemagne ? Si tu dis que le nationalisme grimpe… Et à l’inverse, si elle perd face au Gouvernement, cela en serait fini de nous ? Et si elle ne s’en mêle pas… Le Gouvernement laisserait tomber purement et simplement ? Pourtant, nous représentons une menace pour eux. J’avoue ne pas tout comprendre, avec la politique…

– C’est différent… Le problème des élémentaires n’est pas le même. Tu vas comprendre… Nous sommes alors en 1918, tu as un pays meurtri profondément, qui sort à peine d’une guerre ayant causé des millions de morts. Ce n’est pas juste la violence du conflit qui a marqué, mais parce que c’était la toute première guerre de toute l’Histoire, dans le monde, où des nouvelles armes pouvaient tuer aussi massivement et aussi vite. La première guerre où toutes les limites ont été franchies, avec l’utilisation du gaz, des obus, des chars, mais aussi du nombre de pays engagés dans le conflit en même temps. Les pays en sont sortis affaiblis, et pour les perdants, profondément humiliés. Tous les repères sociaux sont remis en cause, en Europe. Imagine d’abord ce tableau. Des pays affaiblis, blessés, humiliés, avec des populations endeuillées et en colère, qui ne comprennent pas pourquoi ça s’est passé ainsi. Tous les repères sociaux volant en éclat.

Tout en parlant, il agitait parfois un peu les mains ou faisaient des signes, pour bien se faire comprendre, même s’il ignorait si ça aidait vraiment. Il ajouta à haute voix des exemples de ces repères volés en éclat. La nouvelle place des femmes au travail, dans la société, le manque d’hommes dans tout le pays, la peur de ces nouvelles armes, les familles réclamant les corps de leurs morts, enterrés à la hâte un peu partout suivant l’évolution du front. C’était d’abord ça qu’elle devait bien visualiser, un pays très profondément blessé et déchiré, se relevant d’une horreur sans nom, et surtout, d’une horreur qu’absolument personne n’aurait pu imaginer si longue et douloureuse. Une guerre massive et violente, aucune autre dans le monde n’avait engagé autant de moyens ni causé autant de morts. Jusqu’ici, seules les pandémies avaient eu un potentiel de destruction aussi massif.

– De 1920 à 1930, la reconstruction a été lente. Les pays perdants ont gardé cette humiliation. L’Allemagne travaille à retrouver sa fierté perdue, et le nationalisme l’y aide. C’est ce que promet Hitler, de rendre à son pays l’honneur qu’il a perdu. Même les pays vainqueurs du conflit ont eu toutes les peines du monde à se relever. Et quand un peuple souffre, il demande alors deux choses. Premièrement, la sécurité, un immense besoin de sécurité. Deuxièmement, qu’on lui donne les raisons de sa souffrance. Et pour qu’un gouvernement tienne sans que ça ne tourne à la révolution, il faut un ennemi commun à pointer. En France, en 1922, cet ennemi était tout trouvé, il s’agissait des élémentaires. Des personnes considérées comme différentes, qu’on pouvait accuser d’apporter des tas de problèmes. Tu me suis, jusque-là ?

Il s’interrompit un instant pour s’en assurer, ne voulant pas la noyer dans les explications en cours de route. On se croirait à un cours d’Histoire, pourtant, bien comprendre tout cela était essentiels s’ils voulaient s’y retrouver dans leur propre époque. Bien sûr, désigner un bouc émissaire n’était pas juste, enfin, ça se saurait si la vie était juste. Peu importe le temps dans lequel on vit, il y aura toujours, c’était certain, un groupe de la population qui sera pointé du doigt comme responsable de tous les malheurs. C’est simplement plus facile et cela permet de rassembler la population.

– Nous sommes en 1929. Les tensions contre les élémentaires sont telles que le gouvernement peut maintenant imposer sans problèmes de plus en plus de mesures sécuritaires, et antirépublicaines pour la plupart, en prétendant protéger la population contre ce groupe d’élémentaires, jugés anormaux et dangereux. Et c’est là que ça dégénère vraiment, car à force de s’en prendre à un même groupe, celui-ci se défend, c’est très naturel. Tu as alors deux camps qui se créent. L’État d’un côté, et le groupe désigné comme coupable de l’autre, à savoir les élémentaires. Des personnalités sont montrées comme des icônes de chacun des camps. Le Président pour l’État, Gabriella pour les Élémentaires. Chacun ses arguments, chacun, surtout, ses armes. L’État possède un atout précieux, ce sont les médias, qui lui permettent d’influencer largement la population Française. On est alors au début de l’année 1930, à partir de là, tout va aller très vite.

Laura connaissait déjà ce qui était arrivé durant toutes cette année, même si elle n’avait pas fait attention à tous les détails. L’influence sur la population pour la pousser à se croire en danger et donc accepter des mesures restreignant sa liberté. Les élémentaires persécutés, dans de nombreux endroits, les dons décriés, leurs porteurs contraints de se cacher. L’instrumentalisation des journaux, et plus important que tout, l’instrumentalisation de l’armée. Antoine s’arrêta surtout sur ce dernier point car il avait une importance cruciale dans la suite. La façon dont l’armée avait été utilisée avait influencé d’une forte manière les manœuvres par la suite, notamment aux travers des actes de Bradley.

– Je ne sais pas si tu t’es un peu renseigné sur Bradley ? Tu vois, dans tous les conflits, ce sont les personnalités fortes qui prennent les décisions et font pencher la balance. Pourquoi les chose se sont envenimés ? Car la directrice a refusé de plier et parce que le Président ne pouvait plus revenir en arrière. Pourquoi, ensuite, les élémentaires ont eu assez de poids pour créer un mouvement de Résistance ? Grâce à Bradley et aux membres de l’armée qui l’ont suivi. La Grande Guerre l’a forgé, littéralement, au commandement et au combat, il est passé, en quinze ans à peine, de lieutenant à maréchal des armées, c’est une évolution hors-norme tant elle est rapide. Il possède une expérience de la guerre que la directrice n’a pas. Et c’est lorsque lui aussi s’est retourné contre le gouvernement que la Résistance a pris forme.

Il lui sourit gentiment car il était conscient que ça devait être un peu compliqué à suivre, c’était long, compliqué, et encore, Antoine ne rentrait pas dans les détails. Maintenant que tout était bien posé, il fallait bien en arriver à l’actualité brûlante, au nerf de la guerre… Il soupira un peu, en passant une main dans ses cheveux, le regard pensif.

– En France, les élémentaires se battent pour leur propre liberté, contre les persécutions, pas contre un Etat plus autoritaire en lui-même. Le Gouvernement, lui, pour son pouvoir et le maintien de l’Etat. Mais si un ennemi plus gros arrive, donc l’Allemagne, que se passera-t-il ? Si la guerre civile n’est pas terminée, la raison voudrait que l’Etat et les élémentaires collaborent contre l’Allemagne. Ou bien que les élémentaires cessent le combat et se cachent le temps que ça dure. Car il faut être réaliste, si une guerre ouverte contre l’Allemagne reprend, la Résistance n’aura jamais assez de moyens pour défendre tout un pays, elle se ferait balayer comme un rien. Ce sont des guerres d’Etat contre Etat, et avec les alliances militaires de chaque pays, ça peut vite virer à une seconde guerre mondiale. En résumé, si un conflit mondial s’engage, la Résistance devra soit se battre aux côtés du Gouvernement contre l’Allemagne et ses alliés, soit se retirer et attendre que ça se calme.

Et voilà où en était actuellement. Un pays en pleine guerre civile où le but était que tout se termine au plus vite, pour fixer la ligne directrice de la France et faire en sorte que le pays soit bien prêt, dans le cas où un conflit mondial venait à s’engager. C’est qu’il ajouta, avec un autre soupir.

– C’est comme une sorte… d’immense puzzle où chaque petite pièce peut avoir un rôle capital. On se sent petit, au milieu de tout ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retrouvailles et exploration   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles et exploration
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de la Ste Famille :: Couvent :: Cloître-
Sauter vers: